Chapitre 28 : Où allons nous ?

POV William Turner

 

 

Elizabeth s'est enfin endormie. Son sommeil est agité, elle ne cesse de se retourner dans tout les sens comme si elle tentait d'échapper à un agresseur invisible. Je ne sais plus quoi faire pour l'aider. Je ne suis même pas certain d'être celui qui peut l'aider.

A son doigt, l'anneau que je lui ai offert brille à nouveau. C'est comme une promesse, comme un nouvel engagement. J'ai tout raconté à mon père. Il pense que je suis fou de lui pardonner, même si il n'ose pas le dire à haute voix. Mais comment pourrais-je ne pas le faire ? Comment ne pas pardonner alors qu'elle est, tout comme moi, tombée dans le piège de Sparrow ?

 

Sparrow….

 

Je le hais. Je ne pensais pas pouvoir détester un jour quelqu'un à ce point pourtant c'est le cas. Je le hais pour chacune des larmes d'Elizabeth dont je le sais responsable. Je le hais d'avoir détruit notre bonheur qui commençait à peine. De toute ma vie je n'ai jamais rien eu d'autre qu'Elizabeth et son amour. Et il a fallu qu'il vienne me les voler. J'aurais peut-être pu lui pardonner si je l'avais su sincère. Mais il ne me l'a prise que pour la blesser. Je ne pourrais jamais lui pardonner cela.

 

Mon père a confirmé son histoire sur les relations de Jones et de Calypso. Jack a donc certainement bel et bien échangé Elizabeth contre elle. Sans doute trouve-t-il plus de profit dans le fait de savoir Calypso sur le Hollandais Volant. Ou alors il nous a menti une fois encore et c'est Jones, qui, après mon départ, a exigé la vie de Calypso. Oui, c'est sûrement ça… Quoi d'autre ?

 

Elizabeth gémit doucement. Elle dort encore. Je lui caresse les cheveux pour l'apaiser, j'ai remarqué que ce simple geste réussissait le plus souvent à la calmer plus efficacement que tous les discours. Et à vrai dire je ne sais pas quoi lui dire. La simplicité passée de notre relation n'est plus qu'un souvenir et je sais qu'elle n'ose pas me parler de ce qui la tourmente. Elle cherche à me protéger. Ma chère Elizabeth, si douce, si naïve…

 

Les hommes du Pearl m'évitent autant que je le fais. De temps à autres je sens le regard désolé de Gibbs sur moi lorsque je me risque à la laisser seule. Ses regrets ne changent rien. Elizabeth est blessée. Les cicatrices gonflées de son visage disparaissent peu à peu mais j'ai peur de l'avenir. Peur qu'elle ne soit plus capable d'aimer. Peur d'échouer à la reconquérir et à la rendre heureuse. Je sais que je peux la rendre heureuse. Nous l'étions avant que Jack n'entre dans nos vies. Cela prendra du temps mais j'ai toute la vie devant moi pour la chérir. Une fois rentrés à Port Royal, elle retrouvera son père, ses amis. Moi, je ne ferais plus l'erreur de la laisser seule, j'accepterais l'argent que son père m'a proposé à de nombreuses reprises et que j'ai refusé. Comme ça je pourrais passer moins de temps à la forge et enfin m'occuper d'elle comme elle le mérite. Si son bonheur est au prix de ma fierté je la sacrifierais sans hésiter et plus encore.

 

Elizabeth s'agite à nouveau. Ses yeux s'ouvrent brusquement.

« NON !!! »

Je pourrais tuer Jack rien que pour la terreur que je lis dans ses yeux.

«  Chut. Tu es sécurité. Il n'arrivera rien Elizabeth. Je veillerais sur toi.

- Je ne te mérite pas… » Murmure t'elle.

Ses beaux yeux s'emplissent de larmes, je voudrais avoir le pouvoir de faire en sorte qu'elle ne pleure plus jamais. Qu'elle ne souffre plus jamais.

« Je l'ai tué tu sais… C'est ma faute. » Gémit-elle.

 

Toujours les mêmes mots. Toujours cette culpabilité pour un meurtre imaginaire alors que je la sais incapable de tuer. Et quand bien même elle aurait tué son agresseur. Ça n'aurait été que justice !

«  Rien n'était ta faute… C'est lui qui nous a utilisés. Quoiqu'il se soit passé, ce n'était pas ta faute. »

Je ne sais pas quoi lui dire d'autre. Je ne sais pas comment faire face à son chagrin. Ses yeux se posent sur moi, son regard est éteint, comme si ce salaud de Sparrow en avait volé l'éclat en plus de tout le reste.

« Si, c'est ma faute. J'aurais du savoir… Murmure-t-elle. J'aurais du le protéger

- Mais protéger qui ??? Protéger quoi ? »

 

Une fois de plus je pose la question tout en sachant que c'est inutile. Elle n'y répond jamais. Cette fois ne fait pas exception, elle détourne le regard et je vois ses larmes rouler sur ses joues marbrées par les coups qu'elle a reçus. J'aimerais pouvoir la prendre dans mes bras et l'emmener loin d'ici. Loin de ce maudit bateau. Loin de ce maudit Sparrow. Mais tout ce que je peux faire c'est lui prendre la main.

« Parle-moi Elizabeth…

- Je ne peux pas te parler de ça… Pas à toi. Jamais. Pas après tout ce que je t'ai fait.

- Ce n'était pas ta faute… C'est la sienne. »

Elizabeth fond à nouveau en larmes à ces mots. Je la serre dans mes bras.

« Oh Will si tu savais… Tu me détesterais… »

Comme si je pouvais ne plus l'aimer !

« Jamais je ne te détesterai. Je t'aime. Rien ne pourra changer ça. »

Nos lèvres sont si proches, je sens la chaleur de son souffle tandis qu'elle me répond.

« Oh Will… Pardonne-moi. »

 

Elle est trop proche. Elle est trop belle. Elle semble si seule. Ma bouche épouse la tiédeur de la sienne. Je la sens se raidir. Quel imbécile je suis ! Bien sûr elle a sûrement subi… Non je ne veux pas penser à ce que cet homme lui a fait après l'avoir battue. Je ne l'imagine déjà que trop bien. Je m'écarte d'elle.

« Excuse-moi. Je, je te l'ai dit j'attendrais que tu sois prête, je ne veux pas m'imposer je … »

Les mots se bousculent dans ma bouche, je ne veux pas qu'elle croit que j'essaie de la forcer ou de…

 

Sa main se pose sur la mienne. Sa voix est tendue.

«  Je sais Will. Et je m'en veux encore plus…

- Arrête avec ça. »

Ma main caresse son visage, épouse les contours de ses blessures. Elle ne bouge pas. Ses lèvres s'entrouvrent et je sens à nouveau son souffle sur mon visage alors qu'elle se rapproche.

« Tu ne t'imposes pas… » Murmure t'elle en approchant sa bouche de la mienne.

Nos lèvres se rejoignent. C'est comme un premier baiser, comme la première fois où je l'ai embrassée. Mes mains se referment sur sa taille et elle se serre contre moi, nos bouches soudées l'une à l'autre. Elle m'aime encore. Je le sais maintenant. Sa bouche déserte la mienne, son regard est fiévreux.

«  Fais-moi oublier Will… » Me demande-t-elle d'un ton suppliant.

Quel homme pourrait ignorer un tel appel ?

 

Mes mains glissent sur la chemise fine qu'elle porte et je la sens se raidir avant de se détendre à mesure que mes doigts progressent sur sa peau. J'évite chacune de ses blessures avant de les embrasser une par une, mes lèvres frôlent sa peau. Elle soupire.

« Je ne veux pas te blesser Elizabeth.

- Je sais… » Répond-elle tristement avant de m'attirer à elle pour défaire ma chemise.

Sur ma peau ses doigts fins vont et viennent. Mon corps pèse sur le sien maintenant et je sens ses cuisses s'écarter pour m'accueillir.

«  Je veux tout oublier. » Répète-t-elle.

 

Je me glisse en elle et elle pousse un léger cri. Je, je suis trop bête, c'est trop tôt je…

Ses bras me retiennent. Ses yeux sont dans les miens. Je pose ma bouche sur la sienne et je lui fais l'amour pour chasser ses démons.

 

POV Capitaine Jack Sparrow

 

Une semaine. Ça fait une semaine que je ne l'ai pas vue. Que je ne lui ai pas parlé. Que je cherche comment lui expliquer ce que je ne comprends pas moi-même. Will passe son temps avec elle, ce type aurait du être chien de garde plutôt que forgeron, et me refuse l'entrée à ma propre cabine. Il dit qu'elle ne parle jamais de moi, qu'elle ne veut plus me voir. Que je lui ai fait assez de mal comme ça.

 

Je fais traîner le voyage autant que je le peux. Jones m'a donné quarante jours pour lui livrer Calypso et je ne compte pas lui donner en avance. Retrouver Calypso me sera facile, ce n'est pas comme si la dame était portée sur les voyages. Pour le reste, je dois trouver le moyen d'éloigner Will. Et vite…

 

J'ai bien pensé à le maîtriser et à le mettre en cale ou le jeter par-dessus bord, c'est tout ce qu'il mérite, mais je ne veux pas qu'elle le sache, je ne veux pas la bouleverser encore plus qu'elle ne l'est déjà. Bugger, je ne sais même pas où en sont ses blessures… C'est insupportable.

 

Le regard de Bill le Bottier pèse sur moi, il me surveille je le sais. Comme si cette moule repentie pouvait m'empêcher d'agir. Je suis capitaine de ce navire. Pas Will. Et il est temps de me comporter comme tel ! J'ai assez attendu. Je dois lui parler, je dois la voir. J'ai… Besoin de la voir, de la toucher, de la caresser, de lui faire oublier…

 

Je repose ma bouteille de rhum, elle est vide de toute manière, et j'avance vers MA cabine.

«  Jack qu'est-ce que tu fais ? »

Le Bottier… Je commence à comprendre d'où vient la vocation de toutou de Will.

«  Je vais dans ma cabine matelot. »

Une expression de vague regret passe sur le visage de la vieille moule, (blahhhh a-t-il vraiment mangé l'étoile de mer qui poussait sur sa joue ou j'ai rêvé ?) et je le vois porter la main à sa ceinture.

« Ne m'oblige pas à faire ça Jack. »

Cette fois j'en ai assez !!! Je m'approche de ce traître, renégat, mutin en puissance, après tout il n'a rien fait le jour où Barbossa m'a volé mon Pearl !

« Pousse-toi de là Bill. Tu es entre ma cabine et moi. »

L'autre ne cille pas.

«  Je ne te laisserais pas passer Jack. Tu le sais très bien. »

Je le sais. C'est bien pour ça que…

 

«  Monsieur Gibbs ! »

Ce bon vieux Gibbs s'approche aussitôt en tentant maladroitement de planquer sa flasque de rhum. Ça tombe bien, je commençais à avoir soif. Je le débarrasse de l'objet puis…

«  Mettez donc Mr Turner aux fers. Un séjour à la cale lui rafraîchira la mémoire sur le respect du au capitaine.

- Tu n'es plus mon capitaine Jack, je suis libre à présent. » Rétorque Bill.

Techniquement… Il a pas tort mais…

«  Tu es sur mon bâtiment Bill. Alors soit tu me laisses passer soit tu finis le voyage en cale. »

Le regard de Bill se charge de chagrin mais il ne bouge pas.

« Alors tu devras me mettre aux fers Jack. Parce que je n'abandonnerais pas Will. Pas cette fois. Pas après ce qu'il a fait pour moi. »

Ce qu'il a fait pour lui ? Non mais je rêve là ! Si je n'avais pas été là le Bottier serait toujours en train de se transformer en moule-étoile de mer sur le Hollandais Volant !

« Écarte-toi Bill. »

 

Ma main est sur mon pistolet. Gibbs a l'air indécis. Bill est calme.

« Débarrasse-moi de ce cafard Gibbs. »

Le visage chagriné, Gibbs prend le bras de Bill.

« Allez fait pas d'histoires. »

Le rire de Bill me surprend. Apparemment y'a pas que le corps qui a été atteint par la malédiction du Hollandais…

« Regarde-toi Jack… Tu es comme lui … »

 

?????

 

«  De qui parles-tu ?

- De Jones. Sans cœur, incapable d'avouer sa défaite, incapable de vivre, incapable d'aimer…

- Et bien sûr ce cher William possède toutes ces qualités.

- T'as perdu Jack. Serait temps d'admettre ta défaite. »

Pauvre naïf (encore un trait en commun avec son eunuque de fils tient) personne ne peut battre le Capitaine Sparrow. Il me suffit de lui parler et je la…

«  Jack ? » Demande Gibbs.

Sa main serre le bras de Bill. D'autres hommes l'encerclent. Il a perdu, il le sait aussi bien que moi.

« Emmène-le. Je m'occuperais moi-même de Turner. »

Gibbs n'a pas l'air de comprendre… Ce qu'il peut être stupide des fois.

«  Je parlais de Turner fils !

- Oh oui. C'est vrai qu'avec tous ces Turner… »

En tout cas il y en a un de trop et je compte bien y remédier sur le champ.

 

Pendant que Gibbs et les autres emmènent Turner, je m'approche de ma cabine, la crosse de mon pistolet dans le creux de ma main. Turner , le fils, est nerveux, mon nez peut en témoigner. Et il est hors de question que je me laisse évincer cette fois.

 

Plus que quelques mètres.

 

Ma main est sur la poignée. Un bruit étouffé me parvient. Un bruit de… de….

 

Un soupir ? C'est pas normal ça !

 

Le bruit s'amplifie. Un bruit que je connais bien. Celui que fait mon galetas en cognant contre le bois de la cabine lorsque je …

 

Non…. Elle ne peut pas, elle ne, elle a pas le droit de faire ça ! Pas dans ma cabine, dans mon lit, avec, avec …

 

« Ça va Jack ? »

Le bruit s'amplifie. Un râle. Celui de ce rat de Turner.

«  Jack ? »

Je, je vais entrer et je vais le tuer, je vais, je vais…

 

Des mains me secouent. Je croise le regard de Gibbs.

«  Dis Jack ça va pas ? T'es tout pale. On dirait que tu viens de voir un fantôme. » Ajoute Gibbs en se signant rapidement comme si le dit fantôme venait de lui apparaître.

Je… bugger depuis quand ce maudit soleil brûle t'il autant ? J'ai l'impression d'avoir les yeux, le visage en feu. Gibbs me fixe d'un œil rond, pourquoi faut il qu'il me regarde comme ça !!

«  Ça va. Retourne à la barre Gibbs. »

Je m'écarte de la porte. Je n'ai plus envie d'entrer. Pas maintenant, je n'ai pas envie de voir son visage d'après l'amour. Pas alors qu'il est là. Je dois lui parler seule. Sans quoi je la perdrais. Si ce n'est pas déjà fait.

 

POV William Turner

 

Les doigts d'Elizabeth sont noués aux miens. Comme avant. J'ai l'impression que je pourrais exploser de l'intérieur tellement je suis heureux. Nous avons fait l'amour et c'était comme si rien ne s'était passé.

 

A mes côtés, Elizabeth garde les yeux grands ouverts. Elle ne bouge pas. Sa poitrine se soulève rapidement. Je serre sa main un peu plus fort pour la rassurer.

« Tout ira bien je te le promets Elizabeth. Je ne quitterais pas. Je resterais près de toi. »

Un vague sourire illumine son visage, si bref que je me demande si je ne l'ai pas rêvé puis elle me regarde enfin.

« Où allons-nous Will ? » Demande-t-elle avec angoisse.

Comment lui dire que j'ignore tout de notre destination, ce maudit Jack refusant obstinément de révéler où se cache Calypso.

« Nous allons chercher Calypso. Juste pour être sûrs au cas où… »

 

Je ne termine pas ma phrase, c'est inutile de prononcer son nom. Elizabeth se tourne à nouveau vers moi et c'est comme si malgré tous mes efforts il venait d'entrer. Je le lis dans son regard, dans sa tristesse.

« Je ne parlais pas de ça Will. »

Ma main serre la sienne pour mieux la retenir, mes doigts libres caressent son beau visage pour chasser les ombres qui l'envahissent.

« De quoi parlais-tu alors ? »

Elle détourne le regard un bref instant puis…

« De nous. De toi et de moi. Où allons-nous ? »

Mon cœur se serre et la joie me déserte.

« Que veux-tu dire ? »

 

Nouveau regard fuyant. Je commence à connaître ce regard. C'est celui qu'elle a quand elle pense à lui et qu'elle cherche à me le cacher pour ne pas me blesser.

« C'est juste que ... Je ne voudrais pas que tu croies que… »

Je la rassure sans trop comprendre.

«  Je ne crois rien Elizabeth. Je te l'ai dit j'attendrais que toutes tes blessures guérissent. Je saurais être patient. »

Sa main se crispe sur la mienne.

« Je ne veux pas que tu penses que… Je… »

Cette fois je comprends. Je me force à le dire pour elle.

« Je sais que même si nous avons fait l'amour, les choses ne sont pas encore redevenues normales. »

Elizabeth me répond d'un ton amer.

« Normales. Oui c'est le mot… Will, je ne sais pas comment te, t'expliquer que… »

J'ai l'impression d'avoir le cœur dans un étau. L'ai-je déçue une fois encore ?

 

« Dis le simplement Elizabeth…

- Je ne veux pas que tu croies que parce que nous faisons l'amour je… Enfin je t'aime toujours Will mais se ne sais pas si… Si ça suffira. »

Si Jack Sparrow passait cette porte je crois que je le tuerais avec plaisir.

«  J'attendrais Elizabeth. »

Le regard qu'elle pose sur moi est désolé maintenant, comme si elle savait déjà quelque chose que j'ignore.

«  Je ne peux pas te faire ça… je ne peux pas te laisser m'attendre, te laisser m'aimer alors que je ne peux pas te promettre de ne plus jamais te décevoir ou te blesser. C'est injuste de te le laisser croire encore alors que je ne sais pas moi-même où je vais. »

 

Elle s'en veut toujours. A cause de lui bien sur. Pourtant je dois, j'ai besoin de savoir.

«  Est-ce que tu le regrettes ? »

Un clignement d'œil puis :

« Comment regretter ce qui n'a jamais existé ailleurs que dans ma stupide imagination. Non… Ça n'a rien à voir lui mais avec nous. Avec toi et moi. Avec notre couple. Je ne veux pas te faire souffrir à nouveau. »

Ma tendre et généreuse Elizabeth. Je la retrouve là.

«  Peu importe du moment que je suis avec toi. Quand à notre avenir. Nous avons le temps d'y penser, le temps d'en parler, de nous retrouver. Pour le reste, peu importe où tu m'emmènes, j'irais jusqu'en enfer avec toi Elizabeth. »

 

Ses yeux se brouillent de larmes et je dois me retenir de ne pas l'embrasser.

«  Oh Will… Tu n'as pas à faire ça…

- Bien sûr que si.

- Non ! Pourquoi devrais-tu endurer ça. Renoncer à, à tes projets pour moi !

- Parce que je t'aime Elizabeth. »

Cette fois ce sont ses lèvres qui épousent les miennes et je sens sur ma langue la saveur salée de ses larmes tandis que je caresse son corps pour lui prouver encore et encore à quel point je l'aime.

 

POV Capitaine Jack Sparrow

 

Le soir commence à tomber et je désespère de voir ce rat de Turner sortir enfin de ma cabine. Dès qu'il sera dehors, Gibbs ou un autre le maîtrisera et je pourrais enfin parler à ma Lizzie. Ensuite elle changera d'avis. Elle comprendra. Après tout elle m'aime non… On ne peut pas arrêter d'aimer comme ça … Non on peut pas.

 

J'ai évité de m'approcher de ma cabine toute la journée. Pas besoin de savoir ce qui s'y passe, les ricanements de Pintel et Ragetti suffisent pour que je comprenne que la petite scène de ce matin se répète. Maudit Turner. Comment ose-t-il profiter ainsi d'elle ? De ses blessures, de sa faiblesse, de … Pourquoi a-t-il fallu qu'il gagne contre Jones ! Pourquoi est il revenu avant que j'ai le temps de lui expliquer, de la …

 

La porte de ma cabine s'ouvre dans un grincement, Turner passe la tête. Approche mon gars, j'ai une surprise pour toi.

«  Mr Gibbs, où est mon père ? » Demande le rat.

Il a l'air surpris de ne pas le trouver. T'inquiète pas si tout se passe comme je le prévois tu ne tarderas pas à le rejoindre.

 

Gibbs baisse la tête et me désigne. Voilà … Turner s'approche, il a l'air fou de rage. Je recule. On sait jamais, pas envie de me retrouver encore avec le nez en compote.

 

Will se redresse. Son sourire est déplaisant.

«  Où est mon père Jack ?

- Aux fers. Il a refusé d'obéir à mes ordres. Mais rassure toi tu vas le rejoindre. »

Pour une fois mes hommes m'obéissent parfaitement. Avant que Turner ait eu le temps de prendre son épée, les mains de Pintel et Ragetti l'immobilisent. Turner renâcle.

« Lâchez-moi ! Jack tu n'as pas le droit ! Je ne te laisserais pas faire ! »

Bah voyons… Qu'est-ce qu'il croit cet imbécile ? Qu'il peut continuer à m'empêcher de lui parler ?

«  Je suis capitaine de ce navire. J'ai tous les droits. »

Pourquoi faut-il donc sans cesse rappeler les mêmes choses ?

«  Si tu la touches. Je te tue. »

J'ai l'impression d'avoir déjà entendu ça… Je souris.

«  Dans ce cas, il me semble que la cale et les fers sont un choix excellent pour toi parce que je compte bien la toucher et plus encore. »

Cette fois il a l'air désespéré… Si je ne le détestais pas autant, j'aurais presque pitié de lui. Il se débat et les hommes peinent à le maintenir.

«  Je ne te laisserais pas faire ! Je ne te laisserais pas encore lui faire du mal !! »

Cette fois j'en ai assez. J'écrase ma bouteille sur son crâne. Bugger il y en avait encore !!! Turner s'effondre. C'est déjà ça.

« Mettez-le avec son père et enchaînez le, pas envie qu'il détruise ma geôle. »

Ma cabine enfin. Ma main est sur la poignée. Elle est de l'autre côté. J'ouvre.

 

Il fait sombre mais je discerne pourtant les contours de son corps sous mes draps (faudra que je pense à les brûler pas envie de dormir dans ce que l'autre a souillé). J'approche lentement, j'ai une boule dans la gorge, je … impossible de parler.

 

Elle s'étire…

«  Will ? »

Bugger ! Pourquoi faut-elle qu'elle l'appelle lui !!

«  Je dois te parler Lizzie.

- Je ne veux plus écouter tes mensonges Jack. »

Bon d'accord, celle la je l'ai méritée…

 

Je m'approche et je devine sa peau nue à la faveur du drap. Dans mon fut mon sexe se tend. J'ai envie d'elle. Je ne l'ai pas touchée depuis des semaines. Ou du moins c'est l'impression que j'ai.

«  Lizzie, je…

- Ne m'appelle pas comme ça !!

D'accord… »

Je reprends. Je m'approche. Je la vois mieux maintenant. Son visage est encore marqué par les coups qu'elle a reçus par ma faute.

« Elizabeth, j'ai des choses à te dire, je … »

 

Elle recule alors que je m'assois sur le lit, j'ai envie de la prendre là maintenant tout de suite, de lui montrer à quel point j'ai envie d'elle, à quel point elle me manque.

« Ne me touche pas. Dit ce que tu as dire puis sort de ma vie pour de bon. » Crache Elizabeth.

Au moins elle n'a pas perdu sa fougue…

« Je suis désolé Elizabeth… »

Contrairement à ce que j'espérais elle éclate de rire. Un rire rauque, sans joie. Un rire qui fait mal à entendre.

«  Alors c'est ça tu es désolé et tu espères quoi au juste ? Que je te pardonne ? Qu'on se serre la main et qu'on boive un verre pour fêter ça ? Tu veux peut être me prendre aussi histoire de te faire pardonner … »

Oh oui te prendre, te caresser, te retrouver, te…

«  Tu m'as utilisée Jack. Tu m'as fait tombée amoureuse de toi pour me piéger. Et une fois que tu en as été certain. Tu m'as… Tu m'as brisé le cœur. »

Sa voix se brise sur les derniers mots. Des larmes brillent au coin de ses paupières.

«  Je sais ce que j'ai fait… Mais je pensais que ça serait facile de … De te laisser.

- Ça l'a été non ? Tu m'as laissée à Singapour … Et, et…. »

Cette fois elle pleure pour de bon. Je la prends contre moi mais elle me repousse. Plus violemment qu'on l'a jamais fait.

« LAISSE-MOI !!! »

Je ne me suis jamais senti aussi mal, aussi impuissant… Je dois me reprendre, je suis le capitaine Sparrow après tout !

 

Je baisse les yeux… Et. Je vois… Je vois … Sa main. L'anneau de l'autre. Comme si elle m'avait balayé de sa vie. Comme si je n'étais plus rien. Non. Impossible.

«  Elizabeth… Je oui je l'admets, c'était mon plan mais ... Je, je me suis trompé. Je n'aurais pas du.

- Non tu n'aurais pas du. » Répète-t-elle avec un désagréable cynisme.

Bugger je …

«  Lizzie je suis… je suis … je ressens pour toi. »

Rien à faire, je n'arrive pas à le dire.

 

Le regard qu'elle me lance est comme un poignard dans le cœur.

«  Tu es un salaud. Un sale chien de bâtard de pirate !! Voilà ce que tu es ! Je te déteste !! T'entends je te hais et je te haïrais jusqu'à la fin de mes jours ! Je voudrais que Jones vienne et qu'il te prenne ! Je veux te voir crever !! Je voudrais que James t'aie pendu à Port Royal !! Et pouvoir voir ton corps de sale menteur pourrir au bout de la corde !! »

Ça, ça fait mal. Comme quand j'ai perdu le Pearl. Non pire que quand j'ai perdu le Pearl.

«  Quand je pense que je t'ai fait confiance ! Quand je pense que je t'aimais !! Mais en fait je ne t'aimais pas. J'aimais un homme qui n'existe pas !!

- C'est toujours moi… Lizzie, je, je n'ai pas changé... Je ... Pas menti quand… »

Sa main s'écrase sur ma joue avec force.

«  Tout n'était que mensonge. Tu as brisé ma vie, celle de Will. Tu as tué mon enfant !! »

 

J'ai mal dans la poitrine. Je crois que je n'ai jamais eu aussi mal. Devant moi Lizzie déverse sa haine. Sa haine pour moi. Je ne sais pas quoi dire …

«  Je, je ne voulais pas ça.

- Tu ne voulais pas ??? Bien sûr tu vas essayer de me faire croire que tu ne voulais pas me livrer à Jones peut être ? Que tu ne voulais pas me faire du mal ? Que tu ne voulais pas quoi au juste !!!

- Je … tout ça… Li.. Elizabeth quand je suis parti, je … J'ai compris que je… Tu me manques. »

Rien à faire. Pourtant je l'ai dit à des centaines de femmes mais là…

«  Oh je te manque maintenant ? Donc tu es revenu pour t'offrir une dernière partie de jambes en l'air avec cette idiote de Lizzie hein ?

- Oui ! Non ... Je, j'essaie de te dire que …

- Ça va te fatigue pas Jack. J'ai pas l'intention d'écouter encore tes mensonges. Je te hais, je te méprise, je te déteste. »

 

La faire taire. Par pitié la faire taire. Je n'en peux plus de sa haine. Ça fait tellement mal. Comme si elle me frappait avec ses mots. Mon regard se brouille, j'y vois de moins en moins. Pourtant je vois encore son visage déformé par la haine, sa bouche qui me frappe, encore et encore. Je dois la faire taire…

 

Mes mains se referment sur sa nuque. Elle crie. Je m'en fiche. Je veux… Je veux lui montrer. Mes lèvres sur les siennes. Enfin. Je retrouve sa saveur. Je sens à peine ses coups de poings contre mon torse. Ma bouche dévore la sienne. Je la veux. Elle est tellement douce, je … Un goût de sang dans ma bouche puis la douleur irradie ma langue. Je la relâche.

 

Elle s'est levée… Elle est nue au milieu de la pièce. Dans ses mains un, une planche. D'où sort cette planche ?

«  Dégage. Je ne veux plus te voir !! Plus jamais t'as compris !! JAMAIS !!! Je te hais !! Plus jamais je ne te laisserais me toucher, plus jamais je ne te laisserais me mentir ! JAMAIS !!! »

Sur son corps nu je vois l'étendue de ses blessures. Elle tremble. Je crois que moi aussi.

« Je ne mens pas !! »

Son visage est bouleversé. Elle pleure. A cause de moi. Encore.

« Laisse-moi… »

Sa voix est mourante. Elle vacille. Elle porte une main à sa tête et elle s'effondre sur le sol…

 

Bugger mais qu'est-ce que j'ai fait ! Qu'est-ce que je lui ai fait …Dans mes bras son corps est léger, plus léger qu'avant. Quand a-t-elle autant maigri ? Ses marques sont violettes maintenant. Ses cuisses plus marquées que tout le reste. Elle ne se réveille pas. Je la dépose sur le lit, je la recouvre.

« Lizzie… réveille toi, reviens ... Je ne voulais pas, je ne veux pas te faire de mal, je … »

Elle ouvre les yeux. Je n'ai jamais été aussi soulagé de ma vie.

« Va-t’en. Murmure-t-elle.

- Je ne peux pas. Je ne veux pas te laisser… Je … Tu … Je suis amoureux de toi… »

Voilà … C'est dit. Sans y penser sans aucun calcul. J'ai du mal à réaliser ce que je viens de dire…

 

Lizzie sourit brièvement. Pas le genre de sourire que j'espérais.

«  Comment oses-tu dire que tu m'aimes … Nous savons tous que c'est faux. Tu n'aimes que toi et le plaisir que les autres t'apportent. J'aurais pu te croire avant mais plus maintenant. Va dire tes mensonges à une autre. Elle écartera ses cuisses pour toi. »

Mal. Ça fait mal. Les mots sortent tous seuls de ma bouche.

«  Comme tu les écartes pour Will ? »

Elle ricane.

«  C'est ça qui t'ennuie ? Qu'il ait ce que tu n'auras plus jamais ? Tu serais le dernier homme sur terre que je préférerais mourir plutôt que de coucher avec toi. »

 

Non, non, non, non, non !!!

 

« Elizabeth je, je regrette… Mais c'est vrai, je … Enfin toi tu es celle que ...

- Arrête ça Jack. Arrête de jouer l'amoureux. Ça ne te va pas. Je n'y crois plus.

- Laisse-moi te le prouver … »

Un nouveau sourire. Cynique, amer. Un sourire que je ne lui connaissais pas mais dont je me sais responsable.

« En couchant avec moi ? Tu es pitoyable Jack… La seule chose que j'attends c'est d'en avoir fini avec cette histoire de Jones et d'être enfin libérée de toi. »

Libérée… Comme si, comme si je la retenais contre son gré... Que …

«  C'est vraiment ce que tu veux ? Tu veux que ça, que ça finisse comme ça…

- Mais c'est déjà fini Jack. S'il y avait une once de vérité dans ce que tu me dis, tu aurais déjà apporté Calypso à Jones et Will et moi nous serions chez nous à Port Royal. »

Chez nous…Ce nous est insupportable, intolérable.

«  Tu ne me pardonneras jamais… »

Ce n'est pas une question, je sais que j'ai tué tout ce qu'elle éprouvait pour moi. Je l'ai perdue. Par ma faute.

«  Jamais. Confirme-t-elle. Je te hais trop pour ça. »

 

Dans son regard de la dureté, de la peine. De la haine aussi. Je ne peux plus supporter ça. Pas dans ses yeux à elle… Je m'écarte.

«  Je suis sincère. Je ... S'il faut ça pour te le prouver je le ferais et plus encore.

- Je ne veux pas de tes preuves. Je ne veux plus rien de toi… Je veux juste retrouver mon mari et oublier qu'un jour ma route a croisé la tienne. »

Ça fait trop mal. Tellement mal. J'ai besoin… Besoin de rhum. Je sors.

 

Gibbs a ce petit air inquiet que je lui vois de plus en plus souvent. Je me sens bizarre, comme mort d'en dedans.

« Jack ? Tout va bien ? On a entendu crier… »

Je réponds par automatisme, je veux qu'il me laisse tranquille.

«  Libère le forgeron et son père aussi… Et apporte-moi du rhum. Beaucoup de rhum… »

 

Les étoiles brillent plus que jamais. Comme si elles aussi avaient décidé de se mettre contre moi et de m'aveugler.

«  D'accord Jack… Mais avec les gars on veut savoir … »

Ne me laissera donc t'il jamais ?

« Quoi ?

- Où allons-nous ? Je veux dire le cap … »

J'ai le cœur aussi lourd qu'un boulet de canon.

« On remonte le fleuve. Arrange-toi pour que nous y soyons au plus vite.

- Je croyais que tu voulais qu'on prenne notre temps ? »

Dans ma tête les mots de Gibbs se mêlent à ceux de Lizzie.

 

Je te hais, je te méprise…Je ne te pardonnerais jamais…

 

«  Ce n'est plus la peine de prendre notre temps. »

Gibbs ouvre la bouche pour parler mais je ne l'écoute pas.

« Contente-toi de faire ce que je t'ai dit. Je serais derrière. Sur le pont. »

Mes yeux me brûlent. Ma gorge est sèche, nouée. J'ai perdu ma Lizzie. Et je crois bien qu'avec elle, j'ai sacrifié l'amour de ma vie.

 

Chapitre 27                                                                                         Chapitre 29

Écrire commentaire

Commentaires : 0