Chapitre 25 : Juste une illusion

POV Elizabeth Swann Turner

 

 

Jack m'a menti.

 

Jack ne m'aime pas.

 

Il m'a prise comme une catin puis une fois lassé de moi en a choisi une autre.

 

J'ai l'impression que le monde vient d'exploser. Que mon cœur est en miettes, que je vais mourir ou alors que je vais me réveiller bien au chaud dans les bras de Jack et qu'il va me sourire et me… Non Jack ne me sourira plus jamais.

 

Jack ne m'embrassera plus jamais.

 

Jack ne me fera plus l'amour. Il ne me touchera plus, il ne …

 

NON !!!!

 

Je veux mourir… Je … Ne peux pas continuer à endurer ça… Je veux que ça cesse, je veux ne plus voir dans ma tête cette fille entre les jambes de Jack… Ne plus entendre ses gémissements, ne plus…

 

C'est insupportable. Je préférerais qu'il m'ait tuée plutôt que de me laisser voir ça. Est-ce cela que j'ai infligé à Will ? Est-ce que ça lui a fait aussi mal ? Oui sûrement… Quand je pense que je lui ai fait subir cela pour une soi-disant histoire d'amour qui n'était rien d'autre qu'un rêve. Juste une illusion. Tout mon bonheur des semaines passées n'était qu'une illusion…

 

Si seulement je pouvais rester, ne plus bouger, ne plus parler. Le temps que mon cœur arrête de saigner. Le temps que mes yeux ne voient plus Jack avec une autre. Le temps que je comprenne pourquoi …

 

Peut-être que j'ai mal vu, peut être que…

 

Non, à quoi bon me mentir ? Jack ne m'aime pas, Jack ne m'aime plus… Si tant est qu'il m'ait aimée. Voilà ce qu'on gagne à tomber amoureuse d'un pirate, me souffle cruellement la voix que j'ai fait taire en chassant Will, la voix de la femme bien que j'étais, ou du moins que j'essayais d'être.

 

Je me suis laissé tomber dans un coin du quai. J'ignore combien de temps je suis restée là. J'ignore depuis combien de temps ma vie s'est arrêtée.

 

Je n'ai plus de larmes. Mes yeux me brûlent, mon cœur est plus lourd que jamais. Et soudain, je la vois. ELLE.

 

La fille qui était dans la cabine de Jack. La fille qui m'a pris mon pirate. Elle…..

 

D'où je suis, je l'entends rire et se vanter de sa soirée. Chaque mot me fait plus mal que le précédent.

« Pauvre gars. Il avait grand besoin d'une femme qu'il a dit … Une vraie, pas comme la fille qui s'accrochait à lui comme, comme un pou sur ta tête tiens ! » Explique-t-elle à une autre catin.

 

J'ai envie de frapper cette fille, j'ai envie de lui faire payer ce qu'elle a fait. Oui, en finir avec elle. Pour la première fois depuis que j'ai découvert le mensonge de Jack j'ai un but. Montrer à cette catin que je ne suis pas comme elle, que je sais me battre que je ….

 

J'avance vers la fille. Je veux la frapper, la tuer, la faire souffrir autant que je souffre à cause d’elle. Mon regard tombe malgré moi sur l'endroit où nous avons mouillé il y a de ça des siècles à ce qu'il me semble.

 

Le Black Pearl est parti.

 

Jack est parti.

 

Je me sens vide. Je me sens seule sans lui. J'ai si mal…

 

Une des deux filles me bouscule et je me laisse glisser sur le sol.

« Tention idiote, regarde où tu vas ! » Me jette-t-elle sans s'arrêter.

L'autre me fixe. Entre mes larmes je la reconnais à la masse sombre de ses cheveux, c'est celle qui était avec lui.

 

Elle me reconnaît aussi.

« Allons ma mignonne. Me glisse-t-elle gentiment. Faut pas pleurer comme ça. C'est toujours comme ça pour nous autres. Un jour c'est toi, le lendemain une autre … C'est ça les marins, une femme dans chaque port et les bourses pleines et impatientes d'être vidées quand ils reviennent à terre. »

J'entends à peine le rire rocailleux de la première tant je me sens mal. La putain de Jack me prend pour l'une des leurs.

 

La putain de Jack me prend pour une catin !!!

 

Je lève la main pour la frapper mais elle se penche sur moi.

« Allez ma jolie ça fait toujours ça avec le premier. Tu t'y feras à la longue… Tu verras. »

Ma main retombe. Elle a raison… Je suis une catin. Je ne vaux pas mieux qu'elle puisque Jack m'a usée ainsi. Non. Je suis pire… Elle au moins est libre de se donner alors que moi j'ai infligé ça à Will. Mon regard se baisse malgré moi sur ma main. Autour de mon doigt je vois la marque de mon anneau légèrement plus claire que le reste de ma peau. C'est tout ce qu'il me reste de mon mariage que j'ai si impitoyablement brisé. L'alliance que Will m'avait offerte est restée sur le Black Pearl avec mes rêves et mes illusions… Je n'ai plus rien.

 

J'ai l'impression que je ne pourrais plus jamais m'arrêter de pleurer. Au-dessus de moi la fille s'inquiète.

« Hé … Allez lève-toi, faut pas que tu restes comme ça, les gars ça les fait pas bander de voir une fille pleurer. »

Est-ce que c'est pour ça que Jack ne veut plus de moi ??? Parce qu'il m'a vue pleurer ? Ou bien c'est le bébé ? Ou alors à cause de Will ou…

 

Je suis incapable de penser. Incapable de bouger.

« Allez arrête. » Me glisse la catin.

Dans sa voix, de la pitié. Son bras me soulève. Je suis incapable de protester, incapable de répondre. Elle peut bien me faire ce qu'elle veut je m'en moque. Je suis déjà morte.

« A quoi tu joues ? S'agace l'autre fille, celle qui m'a bousculée. La nuit est pas finie

- Oh allez c'est bon, l'autre a été généreux… On peut pas la laisser comme ça.

- On la connaît pas. »

 

Je me sens étrangère à cet échange. Je sais qu'elles sont en train de parler de moi mais je me sens comme une coquille vide, un spectre, une morte. La fille qui était avec Jack me relâche légèrement et je la vois se tourner vers sa compagne entre mes larmes.

« Sois pas bête. Souffle la fille.

- Laisse la où elle est !

- Jette un œil sur elle tu veux qu'elle reste sur le port ? » Lui demande l'autre.

 

Je ne comprends pas pourquoi elle veut que je parte et à vrai dire je m'en moque. J'ai perdu Jack, j'ai chassé Will. Je n'ai plus rien à part mes larmes et l'enfant tellement détesté qui grandit en moi et qui ne connaitra jamais son père. Par ma faute. Parce que j'ai voulu croire que Jack m'aimait, qu'un pirate pouvait aussi être un homme bien.

 

()()

 

La fille qui était avec Jack a du gagner car je sens sa main sur mon bras. Pourquoi me force-t-elle à me lever comme ça ? Pourquoi ne me laisse t'elle pas ici ? Je ne veux pas qu'on s'occupe de moi, je ne veux pas qu'on me force à vivre, je n'ai plus envie de vivre. Vivre c'est ressentir encore et encore cette douleur, cette impression de vide. Je sais que c'est lâche, que je suis lâche mais je m'en moque. Je n'ai plus rien. Sans Jack rien ne vaut plus la peine...

«  On va t'emmener voir Huan. Explique la fille. Lui il saura quoi faire de toi. Tu verras il va bien s'occuper de toi, il te dira quoi faire…

- Huan en voudra pas. Tente l'autre, celle qui m'a bousculée et qui était pour me laisser où j'étais tombée.

- Tu sais ce qu'il fera si Tonk met la main sur elle et qu'il apprend qu'on l'a vue et qu'on lui a pas amenée ... » Murmure celle qui me tient par le bras.

 

J'aimerais qu'elles se taisent. Qu'elles me laissent tranquille, je me fiche de leurs Hujesaisplusquoi ou de l'autre type. Pourtant je ne dis rien, je n'ai pas la force de résister, pas l'envie non plus. Elles peuvent bien faire ce qu'elles veulent de moi j'en ai rien à faire. J'ai perdu Jack.

 

J'ai perdu Jack...

 

()()

 

L'endroit où elles m'ont emmenée est sombre, sale et malodorant. La poigne de la fille tremble légèrement sur mon bras ou peut être est ce moi qui tremble ainsi. Je ne sais pas, je ne sais plus. Je n'arrive pas à penser à autre chose qu'à cette fille entre les jambes de Jack, qu'à son visage à lui renversé par le plaisir qu'une autre lui donne... Non, ma poitrine me brûle, j'étouffe... Jack

 

L'homme auprès duquel elles m'ont conduite et qui selon elles va m'aider, comme si quelqu'un pouvait m'aider... comme si cet homme avait le pouvoir de remonter le temps et de m'empêcher d'aimer Jack..., est petit. Son visage est couturé de cicatrices, comme si il avait été brûlé ou je ne sais quoi. Mais je m'en fiche, je ne comprends pas ce que je fais là. Je me retourne pour sortir de cette pièce aux relents étouffants de fumée mais je réalise que je ne sais même pas par quel chemin je suis arrivée ici. Je n'ai pas fait attention. Je pensais à Jack. A Jack et à cette fille. A Jack qui s'est moqué de moi, de mon amour. A Will aussi que j'ai tellement fait souffrir. Pauvre Will. Maintenant je comprends ce qu'il a enduré par ma faute, cette douleur insupportable, ce poids qui écrase la poitrine, qui enserre le cœur, je ...

 

L'homme me parle je crois mais je ne comprends pas un mot de ce qu'il me dit et encore une fois je m'en fiche, je veux qu'on me laisse tranquille, qu'on me laisse pleurer tranquille. Pourquoi ai-je suivi cette fille qui s'est donnée à Jack pour quelques sous ? J'ai été stupide. Mais ce n'est pas la pire de mes bêtises, non la pire c'est...

 

La fille me balance un grand coup de coude.

« Répond lui. Chuchote-t-elle. Ou il va se mettre en colère. »

Répondre ? Mais à quoi ? Je ne sais même pas ce qu'il m'a demandé...

« Elle complètement débile... Souffle l'autre fille. On aurait pas du la ramener !

- Elle est sous le choc. Lui répond la première. T'as vu, elle a pas arrêté de pleurer. » Lance t'elle à sa compagne avant de se retourner vers l'homme près duquel elle m'a conduite et de commencer à parler dans une langue complètement inconnue.

Je tourne la tête, je me fiche de ce qu'ils veulent....

«  Anglais ? Demande-t-il.

- Répond. » M'intime la fille.

Ma voix me semble éraillée à mes propres oreilles.

« Oui...

- Déjà elle est pas muette. » Commente l'autre, celle qui m'a bousculée.

L'homme hoche la tête. Il a l'air content que je parle anglais, je ne comprends pas pourquoi....

« Toi quand ici ? » Demande-t-il.

Comme si ça avait de l'importance. Est-ce possible d'estimer depuis combien de temps on vous a brisé le cœur ?

 

L'homme me regarde d'un air bizarre.

« Combien jours tu ici ? »

Combien de jours ? Je ne sais pas, sans doute pas longtemps ou alors peut être était ce hier ou ...

« Je crois qu'elle vient de débarquer. Intervient obligeamment la fille qui était avec Jack. Elle était sur un bateau qui est parti. »

Je tente de refouler de nouveaux sanglots. Le Pearl est parti. Sans moi.

« Vrai ? » Demande l'homme.

Je suis incapable de parler, les mots s'étranglent dans ma gorge, je me contente d'hocher la tête.

«  Je crois qu'elle pensait qu'elle resterait à bord du bateau. » Intervient la fille.

Je pensais même plus que ça... Je pensais que Jack, que Jack ...

 

La nouvelle semble faire plaisir à l'homme et la catin continue.

« Elle était avec le capitaine, ptete même tout l'équipage mais ils en avaient marre. »

L'équipage ? Mais ... mais pour qui me prend elle ???

« Toi partir. » Ordonne soudainement l'homme à la fille qui m'a amenée.

Quoi ? Mais je....

 

Non je ne veux pas rester là, je ....Avant que j'ai la force de faire un mouvement la fille reprend avec hardiesse.

« On s'était dit que comme on l'a amenée... » Commence la fille une lueur cupide dans les yeux.

L'homme a un sourire désagréable et leur désigne une porte soigneusement dissimulée derrière une tenture. Sans m'adresser un regard les deux catins s'y précipitent.

«  Il va bien s'occuper de toi. » Me jette la fille.

Est ce mon imagination ou bien y a t'il de la honte dans sa voix ?

 

()()

 

Je suis seule avec l'homme.

 

Il s'approche de moi Je recule. Je ne veux pas qu'il me touche, je ne veux pas qu'il me parle, je veux qu'on me laisse tranquille.

« Toi quoi sait faire ? »

 

?????

 

« Toi sur bateau, reçoit argent pour équipage ? Capitaine ? »

 

Je vais vomir....

 

Il me prend pour une putain. Je baisse les yeux et je m'aperçois que je porte toujours la robe que m'avait offerte Jack, la première, celle que Will avait tellement détesté. La veste dont je m'étais couverte pour me rendre auprès des autorités a disparu comme le Pearl. Est ce que je l'ai perdue ? Ou me l'a t'on volée ? Je ne sais plus.

« Toi argent ? »

 

Je réalise alors que je n'ai rien, pas même une pièce, tout ce que je possédais est resté sur le Pearl avec mes rêves. Je secoue la tête, espérant qu'il s'en contentera.

« Toi ... Veux travail ?

- Je.... »

Je ne sais pas quoi répondre, je veux juste qu'il me laisse tranquille, je veux partir d'ici, je veux oublier tout ça...

 

Je sens des larmes déborder et rouler sur mes joues, je crois que je ne me suis jamais sentie aussi misérable que devant cet homme qui me prend pour une putain et qui me propose de... de...

 

La main de l'homme se pose sur mon corsage et je frissonne, il me touche presque comme, comme Jack le fait, faisait. J'ai envie de lui hurler que je ne suis pas ce genre de femme, que je ne suis pas une putain mais est ce vraiment le cas ? Je, Jack m'a utilisée ainsi et je, je ne sais plus, je n'ai plus la force. Je pleure tellement que je ne sens plus la main de l'homme sur moi.

« Toi arrêt pleurer, homme pas aimer filles qui pleurent, venir avec moi. » M’ordonne-t-il.

Je n'ai pas le choix. Sa main se referme sur mon bras et il m'entraîne dans une pièce à peine plus éclairée que la précédente dans laquelle flottent des volutes de fumée. J'aperçois du coin de l'œil les deux filles qui m'ont amenée, couchées sur une litière à même le sol, le regard vague. L'homme ne s'arrête pas, il m'entraîne entre les lits. J'ai la tête qui tourne. J'ai mal… Pourquoi ne me laisse-t-il pas partir ?

 

Nous passons un nouveau rideau. Cette fois il y a plus de lumière.

« Enlève tout. » Me dit l'homme.

Quoi ?? Non… Je … Je recule et je croise les bras. J'ai envie de courir, de m'échapper, de fuir … De rejoindre la mer et de m'y noyer, de retrouver Will et de lui dire à quel point je suis désolée de lui avoir si mal. De retrouver le Jack qui me murmurait des mots doux même si ce n'était que des mensonges.

 

L'homme ne me touche pas. Il me fixe.

« Dit toi arrêt pleurer. » Répète-t-il

Je ne m'étais même pas rendue compte que je me suis remise à pleurer. J'ai l'impression que je ne verserais jamais assez de larmes. L'homme lève la main et m'empoigne fermement le menton. La lumière m'éblouit, je cligne des yeux, je ne vois plus rien.

 

La pression sur mon visage se relâche un peu, ses mains palpent mon corps maintenant. Ce n'est pas une caresse, plus une sorte de, d'examen. Je me dégage maladroitement.

« Laissez-moi partir… »

C'est la seule chose que je réussis à dire, je me sens si engourdie, si faible.

L'homme sourit.

« Toi arrêt pleurer. Moi donner oubli toi. »

Donner l'oubli ??? Est-ce vraiment possible ? Peut-il vraiment me faire oublier la douleur où n'est-ce encore qu'un mensonge ?

« Une fois toi fumer ça, toi oublie. » Explique-t-il en me tendant un embout fumant.

Je ne fais pas un geste dans sa direction. Je ne veux pas le prendre… Je…

« Prend. Moi offrir toi. Répète-t-il en me tendant à nouveau l'espèce de tuyau que les femmes fument dans la pièce adjacente. Cadeau. »

 

Sur son visage le sourire le plus faux que j'ai jamais vu….

 

Mais suis-je vraiment bon juge en matière d'homme ? Après Jack j'en doute. Pourtant, j'hésite.

« L'oubli… » Me répète l'homme en prenant une longue bouffée de fumée.

Quelle importance après tout. Peu importe ce que ce c'est. Quand bien même ça me tuerait ce n'est pas comme si la vie comptait encore à mes yeux.

 

Je referme mes doigts sur l'objet.

« Aspire… » Me dit l'homme.

Je prends une profonde bouffée. La fumée me brûle la gorge, la poitrine. C'est la mort qu'il me donne ainsi, je vais mourir, je … Je suis à genoux. La main de l'homme glisse sur ma taille et il me force à m'allonger sur la litière.

« Encore… Me dit-il. Ça oubli, meilleur que médecine. »

 

Je vois trouble, l'odeur me prend à la gorge, les parfums me montent à la tête, je sens l'étau qui enferme mon cœur se desserrer légèrement. Une nouvelle bouffée. Je ne tousse pas cette fois. J'ai l'impression de flotter. Pas comme si j'étais encore sur le Pearl, plus comme si je volais. Ce n'est pas bien je sais. Mais les traits de Jack, son visage alors que la fille s'occupe de lui… Tout devient flou. Pour la première fois depuis que j'ai débarqué sa voix railleuse lorsqu'il m'a demandé de les laisser s'atténue.

 

Encore une bouffée, une pleine cette fois. La plus grosse que je peux prendre. Tout pour oublier. J'aperçois le visage grimaçant de l'homme à travers une sorte de brouillard mais au lieu de me faire peur, il me fait rire cette fois. Rire… Moi qui croyait ne plus en être capable à cause de, à cause de Jack.

 

La peine me submerge. Son souvenir est comme une attaque qui me met le cœur à vif. Je n'ai pas d'autres armes que celle que le chinois m'a fournie. Une nouvelle inspiration… J'oublie ce que je fais là. Les mains de l'homme découvrent mon épaule, légères, si légères que je les sens à peine.

« Toi aime oubli ?

- Oui… »

Oh oui j'aime l'oubli. Je voudrais oublier encore, oublier ma peine et celles dont je suis responsable. Oublier Jack et ses caresses. Oublier à en mourir. L'homme me détaille maintenant. Il a la même tête que Norrington lorsqu'il examine un cheval. Rien que ça me fait rire. La fumée bleue tournicote autour de moi, c'est magnifique…

 

L'homme me tend un nouveau tuyau et je me jette sur lui avec avidité. Je me sens légère, engourdie… Ma peine aussi est en sommeil.

« Bien… » Murmure l'homme.

Je ne fais plus attention à lui. Il a raison. La fumée est magique… J'oublie … Tout.

« Toi vouloir encore oubli ? » Demande une voix venue de très loin.

Oui…. Oui encore … Je voudrais pouvoir m'y noyer. Pouvoir… Je ne sais plus…

 

Une main me force à tourner le visage, je sens la caresse d'une fumée chaude sur mon dos. Quand ai-je enlevé les lacets de ma robe ?

« Huan donner oubli toi. Si toi ramène de l'argent à Huan. »

Argent … Mais je n'ai pas d'argent. Il a oublié ? J'entends mon rire de très loin.

« Toi fille de Huan. Toi travaille Huan et Huan donne oubli à toi. »

Je ne comprends rien. Et je m'en fiche. Seule compte cette fumée magique qui m'empêche de souffrir… Souffrir. Pourquoi ai-je mal ?

 

Un éclat … J'entrevois un homme aux cheveux noirs.

 

Lizzie, ma jolie Lizzie.

 

Des larmes. Je sens les gouttes sur mon visage. Elles sont si chaudes. Mes mains se tendent. Le tuyau est là. J'aspire…

 

()()

 

J'ouvre les yeux.

 

Autour de moi un décor chargé, inconnu… Où ... Où suis-je où est Jack ?

 

La douleur jaillit en moi comme jamais.

 

Je me rappelle… Jack. La putain. Singapour.

 

La putain encore. L'homme au visage brûlé.

 

La fumée bleue, les vapeurs d'oubli….

 

Ma robe est à demi ôtée, mes seins presque entièrement dévoilés. Je ne me rappelle plus … Si. Les mains de l'homme de la fumée sur moi. Les bouffées, les unes après les autres… Puis plus rien.

 

Je crois que je me suis endormie.

 

Je remets machinalement mon corsage et je ressens un vague soulagement en sentant mes autres dessous intacts. J'ose à peine penser à ce que l'homme aurait pu me faire pendant mon sommeil. Sans doute rien de plus que ce que Jack m'a fait.

 

Jack…………..

 

Ma main se tend vers le tuyau qui gît, abandonné…

« Toi réveillée. » Déclare l'homme en me dominant de toute sa taille.

Je me fiche de lui. La souffrance est revenue avec le souvenir de Jack, de Will de toutes les larmes versées et du mal que j'ai fait et que Jack m'a fait. Ma main serre le tuyau.

 

Celle de l'homme se pose sur la mienne.

« Toi. D'abord dit travaille Huan. »

Huan… L'homme s'appelle Huan. Les deux femmes, les putains. Elles sont à lui. Je me souviens. Elles m'ont prises pour l'une d'entre elles… Comme Jack.

 

Non, non pas penser à Jack. Non. Je tire sur le tuyau mais la main de Huan serre mon poignet.

« Toi fille de Huan. Toi marque Huan. Toi d'accord ? »

D'accord ? Mais pourquoi … Je m'en fiche de ce Huan. Tout ce que je veux c'est la fumée bleue. Celle qui m'empêche de penser à Jack, celle qui m'empêche d'avoir mal.

« S'il vous plait… Je veux oublier. »

Huan me regarde d'un air content. Je ne vois pas pourquoi. Je m'en fiche. Je ferais n'importe quoi pour ne plus penser à Jack.

«  Moi faire marque toi. Toi est à Huan maintenant. Toi obéis et Huan donne fumée. » Explique-t-il en chauffant une aiguille.

Une marque ? Quelle marque … je …

« Je veux oublier. »

Je répète. J'ai l'impression de ne plus connaître que ces trois mots, que ce sont les seuls que mon cœur brisé m'autorise encore à dire.

 

L'homme sourit atrocement. Il me tend le tuyau. La fumée pénètre ma gorge, elle me brûle mais je sais que cette douleur là ne durera pas. Je l'oublierais. Comme le reste.

 

Je réagis à peine lorsque l'aiguille s'enfonce dans mon épaule.

« Toi prendre fumée. Moi protège toi. Toi avoir ma marque et être protégée. »

Je ne sais pas de quoi je dois être protégée. Mais je n'ai pas le courage de lui demander. La fumée flotte devant moi et je l'observe. C'est comme de la brume sauf qu'elle est bleue. Sur mon épaule, l'aiguille va et vient, Huan dessine un motif compliqué. Jack aussi dessinait sur mon corps.

 

Non !!! Pas Jack, non , non , non !!!!

 

()()

 

Lorsque j'ouvre les yeux, l'homme est toujours là. Je ne sais pas depuis combien de temps je suis ici, j'ai perdu le compte je crois. Le souvenir de Jack m'assaille de nouveau et j'ignore le chinois pour agripper l'oubli.

 

J'ai beau aspirer, rien ne vient. Et le souvenir de Jack est là, il me guette… Je pense encore à lui; à son visage, ses lèvres, ses caresses. Au fond de moi je sens le désir se réveiller…

« Toi à Huan maintenant. » Annonce l'homme.

Je m'entends répondre.

« Encore de l'oubli.

- Après toi fait pour Huan, ramène argent et Huan donne fumée toi. »

Je n'ai pas d'argent.

«  Je n'ai pas d'argent… » Dis je à haute voix.

La poigne de Huan se referme sur mon bras et il me force à me lever. Je suis trop faible pour résister. Je ne veux pas résister. A quoi bon… J'ai déjà tout perdu.

 

()()

 

La lumière du soleil m'aveugle. C'est la première fois que je vois ce Singapour dont Jack m'a tellement parlé en plein jour.

 

Jack.

 

Huan me traîne dans une ruelle et m'amène jusqu'au quai. Je reconnais l'endroit je crois, c'est là qu'hier (était-ce vraiment hier ?) je suis allée voir la garde pour lui confier mes lettres… Huan s'arrête près d'une rue, non loin de l'endroit où Jack avait fait mouiller le Pearl.

« Toi gagne argent. » Me dit-il.

Je secoue la tête. J'en ai assez, je veux qu'il me lâche. Je veux qu'on me laisse pleurer puisque je n'ai plus que ça.

« Je n'en ai pas. Moi pas argent. »

Huan me fixe et tire brutalement sur ma robe, il dévoile ma gorge.

« Toi donne ce que veut aux hommes. Hommes paient pour prendre toi. Puis toi amène argent Huan. Huan donne toi manger et fumée contre argent. »

Il veut que je me … que je …

 

Du coin de l'œil, je vois la putain de Jack me faire un sourire moqueur avant de se diriger vers un marin d'une saleté repoussante.

«  Toi à Huan compris. Toi fais ce que Huan veut. » Me martèle l'autre en tapotant l'épaule qu'il a marquée.

Les mots sortent tous seuls.

« Je ne suis pas une catin. »

Non, je ne le suis pas, peu importe ce qu'ils pensent, peu importe, je, j’aimais, j'aime Jack !!!

« Toi catin si toi veut oubli. Personne donne toi oubli sauf Huan. Toi marque Huan. »

 

Je secoue la tête, je me sens engourdie, la fumée me monte à la tête, j'en veux encore. Encore… Est-ce que la fumée me fera tout oublier ? Même comment je me la procure ? Et ... J'ai mal, tellement mal à la pensée de Jack… Peut-être qu'ils ont raisons tous, peut être que je suis une putain, que tout le reste de ma vie n'était qu'un rêve, une illusion…

 

Je jette un œil sur le quai. Un homme s'approche de moi. Il est sale. Il sent les embruns, le sel et le rhum. Comme Jack…

 

Non. Je ne veux plus penser à Jack …

 

« Laisse-moi. Oublier.

- D'abord travail. Ensuite oubli. » Répète Huan en tirant un peu plus sur mon corsage comme s'il allait me mettre nue au milieu de la rue.

L'homme approche de plus en plus. Mon corps n'a plus d'importance, je n'ai plus d'importance, la seule chose qui compte c'est cette douleur, la faire partir…

 

La main de Huan sur ma gorge me ramène au présent.

« Ça perles ! S’exclame-t-il. Ça paye oubli derniers jours. » Ajoute-t-il en tirant sur le lacet.

Mon petit Pearl… Ma figure de proue… La seule chose qui me reste de Jack, hormis ce bébé auquel j'évite de penser, pas encore, pas maintenant. Je recule. Je ne veux pas qu'il me le prenne, je ne peux pas le laisser me le prendre. J'ai l'impression que s'il le fait j'aurais perdu tout de Jack.

« NON, c'est à moi !!!

- Toi est à Huan. Donc perles à Huan. » M'explique patiemment l'homme.

Sa main tire sur le lacet.

 

Je me réveille brusquement. Ma rage se réveille. J'ai déjà perdu Will. J'ai perdu Jack. Je ne veux pas perdre la seule chose de valeur que je possède encore. Ce médaillon c'est un peu de liberté, un peu de Jack. Sans m'en rendre compte je commence à courir. Je ne sais pas où je vais, n'importe où sauf ici.

 

Derrière moi des cris. Des pas. Je suis sur le sable. On dirait une plage. Une main me saisit par les cheveux. J'hurle alors qu'il me retourne. Mes doigts se crispent sur la figure de proue. Je ne lui donnerais pas. Jamais. Même s'il me tue je ne lui donnerais pas. Je le jure.

 

Huan crie des mots que je ne comprends pas. Je m'accroche à mon médaillon. Le premier coup me frappe en plein visage. Je sens le sable sous mes genoux. Une nouvelle volée de mots. Je ne lâche pas. Il me frappe. Je sens ses chausses s'enfoncer dans mon ventre, frapper mes bras, mes cuisses, mon visage. J'ai mal… Mal… J'ai l'impression que les coups ne s'arrêteront jamais. Mes doigts se crispent sur mon médaillon, ma chair s'enfonce dans le bois, caresse les perles.

 

Huan frappe. Encore. Encore. J'ai tellement mal que je ne sais pas où je souffre le plus. Je crois qu'il va me tuer. Et ça ne me fait rien. A quoi bon continuer à vivre.

 

Les coups cessent brusquement. J'arrive à peine à ouvrir les yeux, je sais juste que je n'ai pas lâché. Non je n'ai pas lâché. A travers un brouillard rouge je vois Huan se pencher sur moi. Sa main défait son fut, l'autre relève ma robe.

« Toi payer Huan. » Me dit-il.

J'ai trop mal. Le voile rouge m'emporte. Je ne sens plus rien.

 

Je crois que je suis en train de mourir…

Chapitre 24                                                                                          Chapitre 26

Écrire commentaire

Commentaires : 0