Chapitre 24 : Les démons de minuit

POV Capitaine Jack Sparrow

 

 

Elle est à moi. J'ai réussi. Si j'avais su qu'il suffirait d'une blessure légère pour écarter Will de mon chemin je me serais blessé depuis longtemps.

 

Mon plan a marché au-delà de tous mes espoirs. La nuit a été au-delà de tous mes fantasmes.

 

Lizzie dort à mes côtés et je peux voir sa poitrine se soulever légèrement au rythme de sa respiration. Ma Lizzie. Ma liberté. Grâce à elle, ma dette envers Jones sera bientôt définitivement soldée. Certes, William l'a rejoint plus tôt que je ne l'avais prévu mais ce n'est qu'un détail. Cette nuit Elizabeth m'a dit qu'elle m'aimait. Et vu comme elle me l'a prouvé je ne peux que la croire.

 

A mes côtés elle frissonne légèrement et je me retiens pour ne pas la toucher. Pas encore… Je ne dois pas encore la réveiller. Mon sexe se tend et je m'impose le calme sans trop y parvenir. Bugger cette fille c'est quelque chose. Jamais je n'aurais cru qu'elle serait aussi… aussi… délicieuse. Faire l'amour à Lizzie c'est comme plonger dans un tonneau de rhum la tête la première. C'est presque du gâchis de la donner à Jones. Cette vieille méduse est incapable d'apprécier les bonnes choses.

 

Lizzie bouge à nouveau et sa main se pose sur mon torse. Oui, réveille-toi et descend ta main trésor. Jackie a quelque chose pour toi… Ses lèvres s'entrouvrent… Je ressens un besoin urgent de combler cette jolie bouche si prompte à me satisfaire. Puisque dans quelques jours nous arriverons à Singapour autant que je la comble pleinement avant de lui briser le cœur. Comme je l'ai promis.

 

Comme je l'ai promis.

 

Le prix de la liberté. De MA liberté.

 

Ma bouche se glisse sur la sienne et elle répond instantanément. Dormait-elle vraiment ou faisait-elle semblant ? Après tout ça n'a aucune importance, elle peut bien faire ce qu'elle veut, sa liberté est comptée à présent qu'elle m'a donné ce que je voulais. Son cœur….

 

Son corps glisse sur le mien, son sourire me saute au visage. Je me sens bizarre…

« Bonjour Capitaine Sparrow… »

Enfin une femme qui connaît l'importance des grades sur un navire !

 

Ses hanches glissent sur mon corps et je la sens me guider en elle. Bugger. Elle est vraiment … Je…

 

Ses lèvres se penchent sur les miennes à nouveau et je la sens bouger sur moi, lentement puis….. Oui ! Oui comme ça … Mes mains pétrissent, caressent, sa peau est douce, plus douce que celles des catins avec qui je couche d'ordinaire. Sur moi elle gémit alors que ses hanches accélèrent. Plus fort ! Oui c'est ça ... Je ... Je …

 

J'adore ce genre de réveil…

 

()()

 

Le soleil brille haut dans le ciel lorsque je me décide à la laisser. Puisque dans quelques jours tout sera fini autant en profiter tant qu'elle m'appartient encore…

« Jack ? A quoi vous jouez ? »

Gibbs. Encore. Fidèle mais mêle tout.

« A rien du tout. »

Je le vois secouer la tête. Il semble désolé. Pour qui ? Pour moi ? Faut pas t'en faire mon gars, le Capitaine Sparrow est sur le chemin de la liberté. Définitivement. Grâce à mes prodigieuses qualités d'amant et à la crédulité de Lizzie.

« Avec ... Vous savez… » Murmure Gibbs.

Je vois… Apparemment les cris que Lizzie a poussé tout à l'heure ne sont vraiment pas passé inaperçus. Mais après tout qu'est-ce que j'en peux si la donzelle est bruyante ?

« Rien qui te concerne. »

Gibbs me tire par la manche. Bugger il compte me harceler encore longtemps ?

« Mais elle a passé la nuit dans votre cabine et les autres et moi-même … enfin une femme à bord ça porte malheur et puis … elle est mariée. À Will. »

 

Comme si je l'ignorais ! Mais Gibbs n'a aucun soucis à se faire, dans peu de temps il n'y aura plus aucune femme à bord. Seulement ça je ne peux pas lui dire, ce vieil imbécile est incapable de tenir sa langue. Et puis… J'aime mieux pas qu'on sache cette partie de mon histoire. C'est pas que je regrette, non, rien n'est plus important que ma liberté mais…

« Jack ? »

Ah oui une réponse.

«  C'est simple, le jeune Turner ayant lâchement déserté le navire et sa femme pour retrouver sa liberté, la donzelle se console. »

 

Gibbs a l'air abasourdi. Je ne vois pas pourquoi, après tout c'est bien comme ça que les choses se sont passées, à quelques détails, minuscules détails, près.

« Maintenant, à moins que tu veuilles d'autres détails remets toi au travail. Je suis plutôt pressé d'arriver à Singapour. »

Gibbs ne bouge pas. Ce qu'il m'énerve à me regarder comme ça !

« Maintenant Gibbs !!! »

Voilà et bon débarras !

 

()()

 

Elle a passé sa journée à regarder l'horizon. C'est fou ce que cette fille aime la mer. Pour un peu je pourrais croire qu'elle a ça dans le sang… et d'autres petites choses aussi.

 

Là encore elle fixe les vagues. Son visage est crispé. Des regrets ? Non ! Il ne faut pas, surtout pas ! D'accord elle a dit qu'elle m'aimait mais elle le disait aussi à Turner. Et il est hors de question qu'elle arrête de m'aimer avant que je lui ai brisé le cœur.

 

Je m'approche lentement, je prends le temps de savourer le spectacle qu'elle offre avec ses jolis cheveux dans le vent. Oui décidemment, la mer est faite pour elle. Ça tombe bien vu qu'elle va passer les cent prochaines années sur un bateau.

« Pourquoi souris-tu comme ça ? » Me demande-t-elle avec une petite lueur dans le regard.

Une petite lueur fort plaisante.

« Je me disais que tu avais l'air tout à fait à ta place, ici, sur le pont… »

 

Comme je m'y attendais elle rosit de plaisir. La plupart des femmes seraient vexées qu'on les voie plus sur un bateau que dans un salon mais avec celle-ci c'est l'inverse. C'est toujours l'inverse avec Lizzie.

«  C'est vrai ?

- Bien sûr trésor, pourquoi te mentirais je ? »

A part pour te donner à Jones bien sûr. Mais là ça n'est pas vraiment un mensonge, après tout elle parait réellement à sa place ici. Sur mon Pearl.

 

Elle baisse légèrement la tête.

«  Jack… J'ai… pris une décision. »

Je déteste quand elles disent ça…

«  J'ai écrit une lettre pour mon père. Et une pour Will aussi. »

Lettre ? Mais pour quoi faire ?? J'ai pas envie d'avoir la Navy à mes trousses moi !

«  Et que dis-tu dans ces lettres ? »

Elle se mord légèrement la lèvre… Oh oh… Elle a peur que ça ne me plaise pas.

« Que je ne reviendrais pas à Port Royal. »

Son regard est hésitant, ses yeux cherchent les miens. Quelle réponse ?

«  Oh… Et une raison particulière à cela ? »

Suffisamment neutre.

«  Je ... J'avais pensé que peut être … tu ... Enfin que nous… »

Ferions l'amour là maintenant tout de suite !! Je me sens à l'étroit là…

«  Que nous ?

- Que tu m'autoriserais à rester à bord… Je ... Je n'ai pas dit à mon père où j'étais, juste que j'allais bien et que … enfin que je suis ... Heureuse. »

 

Dans ses yeux l'angoisse que je connais bien. Celle la au moins est typique des filles. La peur de ne pas être aimée. Pour un peu je la plaindrais presque.

« C'est vrai trésor ? Tu es heureuse ?

- Comment ne pourrais-je pas l'être ? »

C'est pas faux. Toutes les filles auxquelles je fais l'amour le sont… plus ou moins longtemps.

 

Lizzie baisse brutalement le visage et je vois des larmes briller au coin de ses cils.

« Tu peux rester, je n'ai jamais vu les choses autrement, toi et moi… sur le Pearl. »

Son visage s'éclaire brutalement et je sens son corps se glisser contre le mien, le coller étroitement. Comme si elle ne me faisait pas déjà assez d'effet comme ça.

« Oh Jack… Si tu savais ce que … enfin j'avais peur que tu dises non

- Lizzie attend cette nuit et je te prouverais à quel point j'ai envie que tu restes… »

Si je m'écoutais ça serait déjà fait.

 

Elle s'approche encore et entre mes jambes je sens mon membre durcir un peu plus. J'ai envie de la …

« Pourquoi pas maintenant …. Souffle cette maudite petite sorcière en frôlant ma bouche.

- Ça ne serait pas très décent Miss Swann.

- Je n'ai pas envie d'être décente. Et si j'en crois ce que je sens contre moi… Toi non plus. »

 

Cette fois je ne peux pas résister … Puisqu'elle le veut ... Autant lui faire plaisir et me satisfaire du même coup.

« Gibbs prenez la barre, Elizabeth et moi nous avons des documents à examiner dans ma cabine. »

Je fais à peine attention à la réponse de Gibbs et je m'en moque pas mal. Mon fut frôle l'explosion.

 

()()

 

La porte est à peine refermée que déjà je lui enlève sa chemise.

«  Je t'ai déjà dit de porter une robe ou rien du tout. »

Un rire me répond et je sens ses lèvres dans mon cou.

« Laisse-moi m'occuper de toi Jack… »

C'est fou ce qu'elle apprend vite.

«  C'est surtout Jackie qui a besoin de toi trésor… »

Je me laisse enlever ma chemise et je sens la caresse douce de ses doigts sur ma peau puis ses mains s'attaquent à mon fut sans la moindre hésitation.

 

«  Pauvre petit Jackie… » Murmure Elizabeth.

Je ... Je suis incapable de répondre. Ses lèvres me sucent, m'aspirent, me caressent. Mes genoux tremblent… Depuis quand mes genoux tremblent t'ils ? La fatigue sans doute. Mes doigts se perdent dans ses cheveux, je la guide tandis qu'elle s'active mieux que la plupart des filles que je paye pour ça.

« Bon sang Lizzie… »

Oui…. Elle me regarde pendant qu'elle… Bugger c'est trop bon. Cet imbécile de Turner ne sait vraiment pas ce qu'il a loupé avec ses histoires de respect et autres fadaises. Sa langue glisse sur mes bourses alors qu'elle me lèche, sa main secoue ma tige… Bugger je vais venir, elle ….

 

J'ai l'impression que mon cœur va exploser tant il bat vite. Je me demande si je serais encore en vie lorsqu'on débarquera à Singapour. Cette fille me tue. Chaque fois est meilleure que la précédente, plus ... Plus… bien plus mieux quoi !

«  Je t'aime Jack…. Souffle-t-elle. Et j'aime aussi Jackie. » Ajoute-t-elle en souriant.

Tu m'en diras tant ….

 

Je reprends mon souffle. La donzelle a les joues rouges. Je vois les pointes de ses seins durcir …. Ses si jolis petits seins.

« Viens… » Lui dis-je en la guidant vers le lit encore défait de nos ébats du matin.

J'ai envie de lui faire plaisir. D'entendre encore ses petits cris alors que je lui fais toutes ces choses qu'en vérité je n'aurais jamais pensé faire à une fille sans la payer ou du moins sans lui faire croire que je vais la payer.

 

J'embrasse ses seins, j'enfouis mon visage dans sa poitrine. J'ai l'impression que ses seins sont de plus en plus lourds, j'aime les sentir dans le creux de ma main. J'aime leur goût aussi. J'aime leurs pointes qui roulent si bien sous ma langue.

« Oui ... Jack comme ça… »

Je déserte sa poitrine pour observer son visage offert. J'adore la voir comme ça… Juste pour moi.

 

Mon regard tombe sur la bouteille de rhum, j'ai envie de Lizzie au rhum… Sitôt dit, sitôt fait… Je m'empresse de verser ce délicieux rhum sur ses seins son ventre, partout.

« Jack ! Mais qu'est-ce que tu fais ?

- Tu le vois trésor. Je bois du rhum… »

Ma langue glisse sur sa peau, je suce ses seins l'un après l'autre pour récupérer jusqu'à la dernière goutte. J'avais raison. C'est délicieux.

«  J'adore le rhum à Lizzie … »

Un soupir me répond.

« J'adore le rhum aussi.  Souffle-t-elle alors que ma langue recueille des gouttes baladeuses sur son ventre.

- Nous avons donc un accord trésor … Je vais finir cette bouteille avec toi. »

Pour toute réponse, elle gémit.

 

J'adore cette fille ….

 

()()

 

Elle dort. Un bras posé sur mon ventre et la tête dans mon cou. Je sens son souffle me chatouiller tandis qu'elle respire calmement. Dans quelques heures nous serons à Singapour. Dans quelques heures je serais libre.

 

Libre. Enfin. Libre de toute dette, libre d'écumer les océans, de pirater, de rançonner, de piller … Libre de me glisser dans les bras de n'importe quelle fille.

 

Tout s'est déroulé parfaitement. William, pour des raisons qui m'échappent complètement et qui sont sans doute à la hauteur de sa stupidité, m'a laissé le champ libre et je sais de source certaine qu'il a rejoint l'équipage de Jones. Comme je l'avais prévu.

 

Une fois le forgeron parti je n'ai eu qu'à claquer des doigts pour récupérer la donzelle. Et finalement jouer à l'amoureux était moins difficile que je ne l'aurais pensé. Lizzie est une partenaire plus qu'agréable, que ce soit pour la conversation ou pour autre chose. Je me demande ce qu'elle a pu trouver à ce gamin. Enfin je ne le saurais sans doute jamais et dans quelques heures elle sera loin. Ou plutôt je serais loin …

 

Nous avons fêté dignement nos adieux (même si la donzelle ignore que c'en était, attendu qu'elle est assez naïve pour croire que je vais la garder à bord … C'est peut être ça qui l'a poussée dans les bras de Will, à eux deux ils font la paire question stupidité) et je suis épuisé… Comme à chaque fois. Je n'arrive pas à me contenter d'une fois. Plus je la prends plus j'ai envie de la prendre. Et comme elle ne se refuse jamais…

 

Contre moi, je la sens bouger légèrement. Il nous reste quelques heures. Peut-être qu'une dernière fois avant de l'envoyer à quai… Pour qu'elle envoie ses fameuses lettres (une idée superbe ces lettres, elle m'offre mon impunité sur un plateau… j'ai vérifié mon nom n'est cité dans aucune des deux et vu le contenu, personne ne cherchera à la retrouver pas même son père).

 

La main qui repose sur mon ventre bouge légèrement et je la sens se coller contre moi comme une petite chatte qui réclame des caresses. Après tout pourquoi pas ? Une dernière fois avant de l'abandonner …

 

()()

 

La dernière fois s'est transformée en deux dernières fois. Et le sourire qu'elle me fait me renseigne assez sur son état. Elle est comblée…

 

Devant nous, Singapour et ses milles lumières.

«  C'est magnifique… Murmure-t-elle. Resterons-nous longtemps ici ? »

Toi plus longtemps que moi trésor.

«  Je ne sais pas, quelques jours. Peut être plus. Tout dépend de la Compagnie trésor… C'est ça la vie de pirate. »

Quoi pas de grimace ? Pas de moue mécontente ? Décidemment le destin fait mal les choses, cette fille aurait du être marin ou rien du tout ! Je reprends.

« Tu devrais aller au bureau de la Compagnie. Pour tes lettres tu vois … En revanche tu me pardonneras de ne pas t'accompagner mais ma tête est mise à prix et il serait stupide de ma part de tenter les soldats. »

 

J'ai l'impression d'avoir une grosse boule dans la gorge. Bugger qu'est-ce qui me prend ? Sans doute l'air de la terre, j'ai passé tellement de temps en mer que j'ai plus l'habitude.

« D'accord. Je suppose que c'est au bout du quai ? Me demande-t-elle en avançant pour débarquer.

- Oui, c'est ça. »

 

Bugger j'ai l'impression que je vais m'étouffer.

« Tu sais ce que tu vas leur dire ?

- Ne t'en fais pas Jack, j'ai l'habitude des soldats. Entre mon père et Norrington. » Me rassure-t-elle.

Je… pourquoi pas demain ? Après tout Jones n'est pas si pressé et il me reste encore du temps.

« Lizzie tu… »

Ses lèvres m'interrompent net, dans ma bouche sa langue rejoint la mienne. Bugger … Je ne peux plus reculer. Autant lui offrir un vrai baiser d'adieu. Mes bras se referment sur son corps et je la sens m'étreindre avant de se dégager avec un rire.

«  Je ne vais pas m'envoler tu sais. Rien ni personne ne pourrait m'empêcher de te rejoindre Jack. »

 

Le pire c'est qu'elle le pense….

 

Je la regarde s'éloigner. C'est sans doute la dernière fois que je la vois comme ça. Dans quelques années elle ressemblera à toutes les créatures qui peuplent le Hollandais Volant. Ce que je deviendrais si je ne respecte pas très vite ma part du marché et pour cela je dois voir Lizzie une dernière fois. C'est l'heure de faire une grande fête. Et Lizzie n'est pas invitée !

 

()()

 

Trouver une fille n'a pas été difficile. En trouver une différente de Lizzie non plus. La catin que j'ai pour une fois payée, je ne peux pas me permettre de laisser les choses au hasard quand ma liberté est en jeu, est brune. Elle est assez jolie. Ses formes sont généreuses et elle a un cul à faire bander un saint. Autant dire que mon pantalon est en ébullition…

 

Elle s'appelle euh je ne sais plus comment elle s'appelle en fait mais en vérité ça m'importe peu. On va dire qu'elle s'appelle Beth. Non pas Beth. Disons Marie.

Donc Marie n'a pas été longue à faire tomber les maigres pièces de tissu qui la couvraient et à m'enlever mes vêtements.

« Qu'est-ce que tu veux mon beau ? »

 

Mon regard glisse sur la fille tandis mon sexe commence à se réveiller lentement, les derniers jours avec Lizzie ont été plus qu'ardents … Jolis seins que je m'empresse d'empoigner, tellement gros que leur chair déborde de mes mains alors que ceux de Lizzie s'y logeaient parfaitement. Bugger non, ne pas penser à elle. Mon regard tombe sur l’entrejambe béant de la catin déformé par des années à donner du plaisir aux hommes. La prendre ne me dit rien…

 

La fille m'observe et sa main glisse jusqu'à ma tige avant de s'activer rapidement, sûre de ses gestes.

« Dis-moi. Comment tu veux le faire mon joli ? »

Si elle se taisait aussi ! Ça serait sans doute plus facile. La faire taire… Oui voilà l'idée…

« Mets toi à quatre pattes dos à la porte et prend le dans ta bouche. »

Elle obéit immédiatement.

 

Elle est douée. Sa langue explore tout les recoins de ma queue et je glisse une main dans ses cheveux sombres avant de la retirer. Blahhh ils sont tout poisseux, pour un peu ça me ferait débander. Sa langue continue toutefois son ballet et je pousse un gémissement de plaisir cette fois. C'est tellement bon…

 

Le plaisir monte irrépressiblement…. Je vais ... Non il faut que je me retienne …

 

Un pas sur le pont. Léger. Féminin. Voilà celle que j'attendais.

 

Je m'empresse de pousser la tête de la fille sur moi et je retiens de justesse un nouveau gémissement de plaisir. Elle est vraiment très douée… Sa gorge est …

 

La porte s'ouvre. Il est trop tard pour reculer.

 

Entre mes jambes la bouche de la fille s'active. Face à moi Lizzie est pétrifiée.

 

J'ai l'impression que ça fait des heures qu'elle est là avant qu'elle ne se décide à réagir. Je la vois reculer. Sa main est sur son ventre et même à travers mon plaisir je peux voir ses jolis yeux se remplir de larmes.

« Jack … qu'est-ce que tu … » Gémit elle d'une voix brisée.

Entre mes jambes Beth, non Marie, s'arrête brutalement.

« C'est qui elle ? »

C'est le moment. Le moment de lui briser le cœur pour de bon. Le moment que j'attends depuis des mois. La boule est de retour dans ma gorge, l'air de Singapour n'est décidemment plus ce qu'il était, mais rien ne m'empêchera de gagner ma liberté.

« Elle ? Personne d'important trésor… Continue. »

 

Je réponds calmement et j'appuie la tête de la fille sur ma queue. Pas envie qu'elle fasse tout capoter. Lizzie est pâle. Trop pâle. Comme si… comme si je venais de la frapper … Je …

« Comment … oses-tu… Je , je t'ai dit que je t'aimais !! » Sanglote-t-elle.

Je m'attendais pas à ça. Mais je dois répondre …

«  J'ai quitté Will, mon mari, ma vie pour toi et tu ... Tu … »

La main dans les cheveux de la fille pour l'empêcher de parler je réponds. Une dernière fois.

« Un jour ou l'autre il faut assumer ses choix. Pour le reste et bien je ne t'ai rien promis non ? Maintenant si tu voulais bien nous laisser. Nous sommes un peu occupés au cas où tu n'aurais pas remarqué. »

 

Voilà. Juste ce qu'il faut.

 

Le visage de Lizzie se décompose un peu plus. Elle est si pale … tellement pale… Je la vois reculer et porter la main à son ventre puis à sa gorge comme si elle, comme…

« Madame Elizabeth ? Tout va bien ? »

Gibbs … Décidemment cette cabine commence à être un peu trop fréquentée. Je suis obligée de tendre l'oreille pour entendre la réponse de Lizzie. Sa voix tremble. Ses mains aussi. J'ai réussi …

«  Si tu pouvais fermer la porte on aimerait être tranquilles ! »

 

Voilà… Elle a disparu. J'entends ses pas décroître rapidement. Je l'imagine courir vers le quai, vers la terre qu'elle n'aurait jamais du quitter. J'ai gagné… Ma victoire est assurée. Pourtant je n'arrive pas à me réjouir complètement.

 

La fille soupire bruyamment. La scène m'a fait perdre toute mon ardeur.

«  T'es sur que tu veux que je continue ? »

Quoi ? Évidemment !! Je ne vais sûrement pas laisser un petit contretemps mineur me priver de ce que j'ai payé ! Je repousse la fille et je me relève pour me placer derrière elle. Un cul pareil ça se doit d'être honoré. Jackie n'est pas très long à retrouver toute sa vigueur et je m'enfonce dans la fille. Marie pousse un petit cri de temps à autres. Un cri fait pour exciter le client. Lizzie, elle, crie pour de vrai et … Bugger non ne pas penser à elle… Ne pas …

 

La jouissance m'a pris par surprise et je me laisse retomber sur le lit. La fille se glisse contre moi, la main sur mon ventre. Bugger ce que je déteste ça !! Qu'ont donc toutes ces bonnes femmes pour jouer les câlines alors qu'on vient juste de les payer pour leur cul ???

«  T'es pas mal dans ton genre … Me glisse la fille en m'embrassant dans le cou. Tellement bien que la deuxième fois je te le fais gratuitement. »

Proposition alléchante… Pourtant j'ai beau faire j'arrive pas à me réjouir. Pas plus que je ne sens capable de jouir à nouveau.

« Tu ferais mieux de partir ma belle. Je suis plus d'humeur.

- C'est à cause de l'autre fille c'est ça ? »

Non bien sûr que non !!! Je l'ai déjà oubliée du reste, c'est pas pour qu'on me la rappelle sans cesse.

« Tu ferais mieux d'y aller. Tu as eu ton or alors dégage. »

 

Une gifle.

 

J'ai l'habitude et j'en verrais sûrement d'autres.

 

Lizzie ne m'a pas giflé…

 

()()

 

La fille est partie, j'ai rejoint Gibbs sur le pont.

«  Sais pas ce que vous avez fait Jack mais …Commence t'il.

- Tais-toi. On lève l'ancre. »

 

Je fouille la pénombre à la recherche d'une silhouette familière. Où a-t-elle pu aller ? A-t-elle déjà rejoint Jones ? Non… Sûrement pas encore. Elle y pensera quand elle aura arrêté de pleurer. J'en suis certain. Elle voudra retrouver son Will. Et alors je serais libre à jamais…

 

Pourtant je ne ressens pas autant de joie que je l'aurais cru à cette idée. Cette fichue boule dans la gorge a encore enflé on dirait. Et j'ai l'impression que mon cœur me fait mal. Sûrement le manque de sommeil. Oui c'est sûrement ça…

 

Le Pearl quitte le port. Je ne l'ai pas revue. Je ne la reverrais jamais et… Bugger. J'ai besoin de rhum. Après tout je dois fêter ma liberté et ma victoire. Boire… oui c'est ça boire, ça me fera du bien et le rhum fera partir cette maudite boule qui m'étouffe et le goût amer que j'ai dans la bouche.

 

 

Chapitre 23                                                                                          Chapitre 25

Écrire commentaire

Commentaires : 0