Chapitre 2 : Une journée pourrie

POV William Turner

 

J'arrive à la forge le cœur joyeux... Je suis sur que cette fois nous allons réussir. J'imagine déjà Elizabeth le ventre arrondi, portant en elle la nouvelle vie que nous avons créée tous les deux. Un petit garçon pour commencer ou alors une jolie petite fille qui ressemblerait à sa maman avec de jolies fossettes et de longs cheveux blonds comme mon Elizabeth.

 

Mon Elizabeth...

 

Cela a beau faire maintenant un peu plus de six mois que nous sommes mariés je ne parviens toujours pas à réaliser que c'était vraiment vrai. Elizabeth Swann est devenue ma femme. Ainsi que j'en avais secrètement rêvé depuis l'instant où j'avais posé mon premier regard sur elle alors qu'elle se penchait sur moi tel un ange. Pourtant, j'avais rapidement compris que quelque soient mes rêves et mes espoirs elle n'était pas pour moi. L'inaccessible fille du Gouverneur de l'île, promise à un grand avenir fait de réceptions, de robes colorées et de richesses. J'avais donc gardé au fond de moi tous les tendres sentiments qu'elle m'inspirait, conscient de ne pas être un parti acceptable aux yeux de son père. Quand je pense au temps que j'ai perdu alors, j'ai à la fois envie de rire et de pleurer. Toutes ces rencontres que je pensais fortuites et dont je sais à présent qu'Elizabeth était l'initiatrice, toutes les fois où elle m'a demandé de l'appeler Elizabeth sans que je n'ose le faire, conscient pour nous deux de la distance qui nous séparait. Et pourtant...

 

Malgré tous mes doutes et mes hésitations les murs sont tombés. Un peu grâce à Jack Sparrow finalement... Si je n'avais pas choisi de le sauver de la corde, jamais je n'aurais eu le courage de dévoiler mes sentiments à Elizabeth et elle se serait résignée à épouser Norrington en l'absence d'un signe de ma part. Pauvre Commodore Norrington. Plus je vis aux côtés d'Elizabeth plus j'ai de la peine pour lui. Je sais que comme moi, il l'aime. Si ça n'était pas le cas, il ne se serait pas résigné aussi facilement à notre mariage alors qu'il avait obtenu sa main.

 

Mr Brown grommèle dans son sommeil d'ivrogne et je retiens un soupir... Combien de temps me faudra-t-il encore attendre avant qu'il réalise qu'il était trop âgé ou trop saoul pour continuer son métier de forgeron? Du reste, il ne travaille plus guère, il se contente de prendre des commandes qu'il me laisse réaliser pendant qu'il se noie dans la boisson un peu plus à mesure que les années passent... Ce qui ne l'empêche pas de tirer profit de mon travail. Cela ne me gênait guère avant mais à présent que je suis marié avec Elizabeth, il m'est pénible de devoir encore compter sur l'aide généreuse du gouverneur, malgré sa discrétion en la matière. Mais comment pourrais-je pu refuser ? Comment aurais-je le cœur de priver Elizabeth de tout ce à quoi elle a droit, de tout ce à quoi elle est habituée ? Elle a déjà renoncé à tant en acceptant d'épouser un forgeron... Je ne peux pas m'opposer aux cadeaux de son père et l'obliger à vivre comme une fille du peuple alors qu'elle est une princesse. Ma princesse.

 

Et puis il y a ce projet. Notre grand projet. L'enfant, qui nous l'espérons, viendra bientôt... Le premier d'une grande famille. J'imagine déjà Elizabeth penchée sur le berceau que je lui aurais confectionné, son doux sourire illuminant la pièce comme il illumine ma vie. Pourtant, l'enfant que nous désirons tellement tous les deux tardait à apparaître et Elizabeth s'assombrit chaque jour un peu plus à mesure que nos espoirs sont déçus... Mais cette fois j'ai confiance, je ne peux me l'expliquer mais ce matin, après que nous ayons fait l'amour j'ai eu l'intuition d'un changement imminent dans notre vie, d'une grande nouvelle !

 

Galvanisé par cette pensée, je redouble d'efforts sur la pièce de métal que depuis tout à l'heure je frappe par habitude, la façonnant pour en faire une fine lame qui échoira à un soldat de la garde. Le métal plie sous mes coups de marteau, l'acier se déforme sous l'effet de la chaleur qui me chauffe le visage et me brûle les yeux à mesure que je m'échauffe sous l'effort, pensant déjà au moment où, enfin, je pourrais retrouver les bras tendres et aimants de ma chère Elizabeth.

« Will ? »

 

Sa voix résonne brutalement au milieu du fracas de l'acier et je me retourne, surpris de la trouver au milieu de la forge, sa jolie robe verte se déployant autour d'elle comme la plus belle des fleurs au printemps. Comme toujours elle est magnifique. Alors que j'avance vers elle, nos regards se nouent et mon cœur s'arrête brusquement en lisant une flamme nouvelle dans le sien.

« Will… Je, j'ai quelque chose à te dire. »  Reprend-elle.

Est-ce une idée ou sa voix tremble d'excitation ? Peut-être que nos efforts… Que notre rêve va enfin se réaliser !

 

Sans plus m'occuper de la suie qui couvre mon vêtement, j'avance vers elle et saisis ses petites mains délicates dans les miennes tandis qu'elle me sourit.

«  Tu ne devineras jamais…

- Je crois que si… »

Ma voix n’est qu’un murmure et je l'attire à moi pour un baiser, le cœur en fête à l'idée d'être bientôt père.

 

La bouche de ma femme s'entrouvre sous la pression de mes lèvres et je sens sa langue se glisser dans ma bouche avec audace. Seigneur a-t-elle seulement conscience de ce que ce genre de baiser peut provoquer en moi ? Si elle n'était pas été si délicate, si précieuse je pourrais la prendre là, à même la paille de la forge comme le dernier des hommes…

 

Je m'écarte doucement d'elle et chasse cette idée indigne, elle me renvoie un regard troublé. A-t-elle deviné mes pensées ? Je me sens rougir à cette idée et je m'écarte pour me pencher sur le seau d'eau et me nettoyer un peu.

« Will ? Je ne suis pas sûre que ... Enfin ma nouvelle … Concerne une visite. » Déclare brutalement Elizabeth.

Une visite … Bien entendu, la visite d'un petit être qui comblera notre vie et la solitude d'Elizabeth.

«  Jack Sparrow est chez nous. » Souffle Elizabeth à voix basse.

Jack quoi ? Non… J'ai du mal entendre… Ça ne peut pas être ça…

« Will … Il est venu pour te voir … Il a quelque chose à te dire et je crois que c'est la plus extraordinaire des nouvelles ! » S'enflamme brusquement Elizabeth, les joues rosies par l'excitation qu'elle contient mal depuis son entrée dans la forge.

 

La plus extraordinaire des nouvelles ? Mais ce n'est pas ça ! Je sens la main d'Elizabeth agripper ma manche et je me retourne, croisant son regard brillant.

« C'est pour ça que je suis venue te chercher… Il faut absolument que tu rentres maintenant. Dieu seul sait dans quel était sera Jack à notre retour. »

 

Je la sens m'entraîner vers la porte et je me laisse faire jusqu'à ce que je comprenne que la seule nouvelle qu'elle a à m'apprendre était la visite d'un pirate dont la présence dans notre maison peut nous attirer la corde.

« Tu veux dire que tu l'as laissé entrer ?! »

Elizabeth se trouble légèrement.

«  Pas exactement… Il, il a cassé une fenêtre pour entrer. Mais ce n'est rien. »

Une vitre ? Il … ce pirate a osé pénétrer chez nous comme ça. Alors que ... Qu'Elizabeth …

« Ce n'est pas rien ! »

Je la regarde avec inquiétude, examinant son visage dans la crainte d'y trouver des traces de brutalité.

« Will . Me presse Elizabeth. Rentrons …»

 

Cette fois je ne résiste plus et me laisse faire, passant devant la masse endormie de Mr Brown avant de retrouver l'air frais de la ville. Elizabeth glisse son bras sous le mien et reprend la parole, adoptant des mines de conspiratrices qui m'amusent et m'effrayent à la fois. Se peut-elle qu'elle n'ait vraiment pas conscience du danger que Jack nous fait courir en pénétrant chez nous en pleine journée?

«  Je l'ai laissé dans le salon avec le carafon de sherry. Explique Elizabeth. Estrella ne dira rien… »

Le carafon de sherry…. Ce qui veut dire que Jack est probablement ivre …

« Je vais rentrer Elizabeth… Toi tu devrais aller voir ton père… »

Elizabeth s'arrête en plein milieu de la rue et me regarde avec surprise.

«  Mais non ! Pourquoi ? »

 

Oh Elizabeth…. Comment peut-elle être aussi naïve ? Comment n'a-t-elle pas encore compris que Jack, malgré ses quelques bons côtés est et reste un pirate … Autrement dit un hors la loi.

«  Tu serais plus en sécurité chez le Gouverneur.

- Je ne suis pas en danger. » Siffle-t-elle entre ses dents avant de reprendre la route d'un air décidé.

 

Que puis-je faire contre ça ? La mort dans l'âme et une ombre plainant à présent sur ma journée, je me décide à la suivre.

 

Le spectacle qui nous attend dans le salon amène une grimace dégoûtée sur le visage de ma femme tandis que Jack, complètement saoul se tourne vers nous, il me salue en levant le carafon et boit à même ce dernier.

« William ! Ça fait toujours plaisir de te voir mon gars ! Alors on dirait que ça a bien tourné pour toi…  Insinue-t-il en jetant un coup d'œil salace en direction d'Elizabeth.

- Je n'en dirais pas autant pour toi Jack. »

Tout en répondant, je m’arrange pour me placer entre Elizabeth et lui. Jack chancèle quelques instants, les yeux agrandis par l'alcool et je fais reculer Elizabeth.

« Donc je disais … Un morceau de choix. T'es ptête pas eunuque finalement… » Reprend Jack.

 

Derrière moi j'entends l'exclamation choquée d'Elizabeth et je fais un pas vers le pirate.

« Il ne me semble pas t'avoir invité à nous rendre visite Jack.

- Depuis quand les vieux amis ont-ils besoin d'invitation ? Susurre le pirate. Et ce n'était pas très gentil de vous marier sans moi. J'adooooooooore les mariages. C'est à celui qui cessera d'aimer l'autre en premier. »

Je prends une brutale inspiration et me retiens de le jeter dehors avec difficultés

«  Que veux-tu Jack ?

- Lequel est-ce ? » Répond le pirate.

Je ne comprends pas et j'échange un regard perplexe avec Elizabeth qui semble aussi perdue que moi.

« Lequel quoi ? Demande-t-elle.

- Qui de vous deux a cessé d'aimer l'autre ? » Rétorque le pirate.

 

Comment ose t il ? Comment ose-t-il sous-entendre que … que je pourrais ne plus aimer Elizabeth ?

« Mais ... »

Elizabeth bredouille alors que Jack pose sur elle un regard complice qui ne me plait pas. Il est temps que j’intervienne.

« Je crois que je t'ai posé une question Jack. J'attends une réponse. Qu'es-tu venu chercher ici ? »

Je vois avec satisfaction le regard de ce maudit pirate se détourner de ma femme et je mets la main sur la garde de mon épée.

« Oh… Crois-tu vraiment pouvoir me battre ? Ironise Jack.

- Je ne veux pas te faire de mal, je veux juste que tu me dises ce que tu es venu faire ici. »

 

Je me force à répondre normalement et à ignorer la provocation de Jack.

 

Le regard sombre et charbonneux de ce dernier se pose à nouveau sur ma femme et je crispe les mâchoires tandis qu'il prend une voix aux inflexions complices pour s'adresser à elle

« Vous ne lui avez rien dit Lizzie ?

- C'est Madame Turner ! S'empresse de le reprendre ma femme alors que je me retiens à grand peine de rire devant la mine de Jack.

 

Le pirate boit une nouvelle gorgée de sherry et l'impatience déferle en moi … Pourquoi ne parle t il pas ? Mieux … pourquoi ne part-il pas ?

«  J'ai retrouvé ton père. » Lâche brutalement Jack.

Mon… père … Est ce bien à moi qu'il s'adresse ou bien…

« Vous auriez pu être plus diplomate ! » S'insurge Elizabeth.

 

J'entends à peine la réponse de Jack alors que sa surprenante révélation résonne dans mon esprit. Il a parlé de mon père… Mon père pour lequel j'ai pris la mer des années plus tôt, espérant retrouver l'homme qui nous avait abandonnés, ma mère et moi avant même ma naissance.

« Will ? Demande tendrement Elizabeth. Will… Tu vas bien ? »

Je m'arrache à la tendre étreinte de ma femme pour me tourner vers le pirate.

« Mon père est mort… Je l'ai tué sur la Muerta. »

Je me force à répondre d’une voix calme et je refoule le souvenir du moment où j'ai aidé Jack à mettre fin à la malédiction de l'or aztèque, anéantissant du même coup mes chances de revoir un jour l'homme que j'étais venu chercher.

 

Jack sourit légèrement.

« Faux mon gars… Ton père est bien vivant, enfin si on peut dire ça parce que techniquement je ne sais pas trop si … »

Agacé par les éternels détours de Jack, je lui coupe la parole sans pitié et me force à regarder le pirate, décidé à avoir le fin mot de cette histoire.

«  Qu'est-il arrivé à mon père ? »

Jack plisse les yeux et je comprends qu'il s'apprête à me mentir … Ou du moins à ne donner qu'une partie de la vérité.

«  Il fait partie de l'équipage de Davy Jones. Déclare Jack d'une voix sépulcrale.

- Davy Jones ? »

 

Qui était donc ce Jones ? Un autre pirate sans doute… Encore une illusion sur mon père qui s'envole … Moi qui avait cru si longtemps qu'il était un homme de bien …

« Le capitaine du Hollandais Volant. Répond Jack comme si c'était évident.

- Le Hollandais Volant ? Relève Elizabeth. Mais ce navire n'existe pas … » Murmure-t-elle.

Je tressaille à cette nouvelle et je pose un regard accusateur sur Jack qui tente un piège si grossier. Le pirate m'ignore totalement et se tourne vers Elizabeth, avançant d'un pas dans sa direction.

« Vraiment ? Vous en êtes bien sûre ? » Susurre Jack.

Elizabeth fait un pas en arrière et je me place entre eux tandis qu'Elizabeth répond.

«  Oui. Enfin ce n'est qu'une légende.

- Une légende ? Répète Jack d'un ton cynique. Je pensais que vous aviez compris que parfois certaines légendes étaient vraies …

- Sûrement pas la vôtre. Répond Elizabeth avec feu. Alors pourquoi celle-ci devrait être vraie ?

- Pourquoi ne le serait-elle pas trésor ? Rétorque Jack.

- Peut-être parce que tout ce que vous nous avez raconté jusqu'à présent était un mensonge ? » Suggère Elizabeth.

 

J'entends vaguement le petit hoquet de stupeur d'Elizabeth tandis que Jack ouvre sa chemise et dévoile son torse couvert d'impacts de balle.

«  Un mensonge ? » Triomphe Jack.

Elizabeth rougit brutalement et baisse pudiquement les yeux tandis que je serre les poings. Comment ose-t-il s’exhiber ainsi devant MA femme ? Je dois intervenir.

«  Que veux-tu au juste que nous fassions Jack ?

- Ce que je veux ? Non… Ce que tu désires William… Et ce que tu désires c'est délivrer ton père du sort ignoble auquel il s'est lui-même condamné…

- Quoi ? » Glapit Elizabeth.

Jack la regarde avec agacement avant de nous jauger tous les deux.

« Vous ne savez vraiment rien sur le Hollandais Volant ? »

 

Je m’empresse de répondre, j’en ai assez de le voir tenter de m’exclure de la conversation.

« Non. Contrairement à toi, nous sommes des citoyens honnêtes qui…

- Et blablabla… Me coupe Jack. Le Hollandais Volant est une sorte de … Vaisseau fantôme…

- Oh j'en ai assez des fantômes… Murmure Elizabeth tandis que Jack lui lance un regard froid

- Je disais donc un navire … Qui réduit les âmes de ses occupants en esclavage… Cent ans de service contre le report de l'instant de votre mort… Voilà ce que propose Jones à ceux qui croisent sa route. Ce qu'il a proposé à ton père. » Souligne-t-il en se tournant de nouveau vers moi.

 

Je déglutis, mal à l'aise à l'idée que mon père soit emprisonné… Incapable de quitter un navire.

«  Pourtant il existe un moyen de le délivrer… Reprend Jack.

- Pourquoi ne le faites-vous pas vous-même ? Demande Elizabeth.

- Parce que … Délivrer Bill le Bottier de son triste sort n'est pas ce que je désire… Murmure Jack en me lançant un regard brûlant. Et toi Will qu'en penses-tu ?

- Que faudrait-il faire ? »

Je ne peux pas m’empêcher de poser la question…

 

Le pirate sourit légèrement, comme s'il s'attendait à ce que je pose cette question.

« Vois-tu il existe un coffre… Contenant le cœur battant de Jones… Trouve le cœur et tu pourras délivrer ton père. » Explique le pirate.

Je baisse les yeux, l'esprit embrumé … Puis-je vraiment croire Jack Sparrow ? Et pourquoi veut-il que je trouve le cœur ? Après tout, notre précédente aventure a été plus que suffisante pour m'apprendre que le pirate ne fait jamais rien gratuitement.

« Pourquoi veux-tu libérer mon père ?

- Non… C'est toi qui le veux. Murmure Jack. Il te suffit de venir avec moi, de trouver le cœur puis Jones. Et ensuite tu reviens ici auprès de ta donzelle avec ton père.

- Quoi ? S'exclame Elizabeth. Non ! Si Will va chercher son père, je l'accompagne. »

 

Jack et moi nous tournons d'un même mouvement vers elle tandis que je sens une brusque angoisse étreindre mon cœur.

« Elizabeth… Non, cela peut être dangereux. Si je décide d'y aller, je ne veux pas avoir à m'inquiéter pour toi. »

Je glisse ma main le long de sa joue veloutée dans l’espoir d’atténuer mes paroles. A ma grande surprise, Elizabeth se dérobe à mon étreinte et me regarde avec … colère ?

«  Je ne suis pas une charge William Turner ! Je suis ta femme. » Me jette-t-elle, se retenant visiblement pour ne pas me gifler tandis que Jack dissimule mal un sourire amusé.

 

Sans tenir compte de la présence du pirate, je me retourne vers elle, mes lèvres frôlent les siennes alors que je tente de lui expliquer.

« Ce n'est pas ton combat Elizabeth… Et puis… Pense à nos projets… Pense à notre enfant…

- Je ne porte pas d'enfant. Répond Elizabeth d'un ton hargneux. Ne te sers pas de ça comme excuse pour me laisser à l'écart. »

Sa réponse me fait l'effet d'une gifle et je recule. Que veut-elle dire, je …

« Will… Reprend plus doucement Elizabeth, sa main étreignant la mienne. Je veux juste être avec toi. Connaître ton père… Je veux qu'un jour notre enfant connaisse son grand père…

- Ce n'est pas que votre compagnie me pèse. Intervient brutalement Jack en jetant un regard inquiet vers la rue. Mais j'ai des choses à faire… Je serais à Tortuga… Pour une semaine. Tu n'auras qu'à me rejoindre là-bas. » Me crie-t-il avant de s'élancer par la fenêtre qu'il avait brisée pour entrer.

 

J'échange un regard surpris avec Elizabeth au moment même où un coup ébranle notre porte, nous faisant sursauter. Elizabeth me lance un regard furieux tandis qu'Estrella entre dans le salon, l'air affolé.

« Madame… C'est le Commodore, il veut vous voir.

- Oh et bien fais le donc entrer. » Répond Elizabeth avant que j'ai eu le temps de m'interposer.

 

Quelques secondes plus tard, James Norrington pénètre avec raideur dans la pièce et s'empresse auprès d'Elizabeth pour un baise main un peu trop long à mon goût.

« Pardonnez mon intrusion Elizabeth. Commence-t-il à l'adresse de ma femme. Mais mes espions me rapportent que Jack Sparrow aurait été aperçu près d'ici et je me faisais du souci pour vous. »

 

Du coin de la pièce où je me tiens je vis les joues de ma femme se teinter de rose tandis que j'intercepte le regard tendre dont l'enveloppe le Commodore. Cette fois ça suffit !

« Il me semble qu'étant son époux je n'ai pas besoin de vous pour protéger ma femme. »

J'ai la satisfaction de voir Norrington se raidir et il se tourne vers moi.

«  Oh … Je ne vous avais pas vu Turner.

- C'est-ce qu'il m'a semblé. »

 

Tout en lui répondant, je glisse mon bras autour de la taille d'Elizabeth.

« Avez-vous vu Sparrow ? Nous demande Norrington sans se démonter.

- Absolument pas. Me devance Elizabeth. En vérité nous allions passer à table. »

 

Une ombre passe sur le visage de Norrington et il s'incline vers Elizabeth avant de fixer notre fenêtre brisée.

«  Que s'est-il passé ?

- Un accident stupide. Répond Elizabeth avec un sourire. J'ai voulu aider Estrella et ce faisant j'ai brisé la vitre. »

Si Norrington ne la croit pas, il n'en laisse rien paraître et s'incline à nouveau devant elle avant de se diriger vers la porte.

« Si Sparrow tente de vous approcher faites-moi prévenir… Je ne le laisserais pas filer une seconde fois. » Déclare-t-il avant de sortir.

 

Une fois seuls à nouveau, je me tourne vers Elizabeth.

«  Elizabeth… »

Elle ne me laisse pas aller plus loin.

« Will. Chuchote-t-elle d'un ton vibrant d'excitation. Nous devons y aller ! Rejoindre Jack ! C'est peut être ta seule chance de retrouver ton père. »

Elle a raison je le sais … Mais je ne veux pas la mettre en danger, pas plus que je ne désire remettre à plus tard notre projet… Surtout pour un homme qui n'a pas hésité à m'abandonner.

«  Cela prendra des mois Elizabeth… Je ne veux pas te laisser seule ici … Et puis pense à nos projets, au bébé et à la forge ! »

Elizabeth se crispe légèrement et baisse les yeux.

« Il me semble que nous pouvons attendre pour faire un enfant… Quant à la forge et bien Mr Brown pourrait s'en occuper seul pendant ton absence, non ? »

 

Je ne réponds tout d'abord pas, choqué par sa réponse. Puis finalement, je me décide dans un murmure, je me sens trahi.

«  Je croyais que nous ... Nous voulions un enfant…

- Bien sûr. Et nous l'aurons comme il se doit. Répond Elizabeth. Seulement… Nous ne sommes pas obligés de l'avoir maintenant… »

Troublé, je me détache d'elle, surpris par son insistance. Comment peut-elle parler avec autant de légèreté de notre rêve ?

«  Je .. Je ne sais pas Elizabeth. Je crois que j'ai besoin de réfléchir… »

Je me dirige vers la porte, je ne sais plus ce que je dois croire, j’ai besoin de prendre l’air.

 

Elizabeth se précipite vers moi.

« Réfléchir ? Mais enfin Will tu ne vois pas comme ce serait merveilleux de partir à l'aventure, de sauver ton père ! De, de … naviguer ! Ce serait comme … Un voyage de noce ! » S'exclame-t-elle avec fougue.

Le cœur brusquement alourdi je me détache d'elle à nouveau…

« Je croyais que ce qui serait merveilleux c'était un enfant. »

 

Le visage d'Elizabeth prit une expression à la fois coupable et ennuyée et je ne lui laisse pas le temps de répondre. Déçu, je sors sans un mot. Je n'ai pas envie de l'entendre me jurer qu'elle veut un enfant alors que de toute évidence c'est faux.

Chapitre 1                                                                                               Chapitre 3

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Alice (vendredi, 25 juillet 2014 18:20)

    Sérieusement, comment peut-elle rester avec Will???!! Moi à sa place j'aurais déjà mis les voiles!!! (et je serai partie avec Jack... *O* :bave:

  • #2

    Jess Swann (vendredi, 25 juillet 2014 18:55)

    Rooo bah attend ce n'est que le début de l'histoire :)