Chapitre 14 : Trinquons mes jolis, yo ho

POV William Turner 

 

Cette fois c'est sûr nous avons réussi ! Je sais qu'Elizabeth ne veut pas se prononcer, sans doute une petite superstition de femme mais au fond de moi je le sens. D'autant plus que si Jack a raison (je me méfie toujours quand Jack se permet de me donner des conseils sur les femmes.... Vu l'effet qu'il a sur elles, il ne doit pas leur laisser un si bon souvenir qu'il le prétend...) nous avons mis toutes les chances de notre côté.

 

A mes côtés Elizabeth dort déjà. Ma belle Elizabeth... Mon ange. Si belle, si pure... J'espère que je ne l'ai pas trop choquée tout à l'heure. En fait je ne suis pas tout à fait certain que ce ... « Baiser intime » soit tout à fait une pratique convenable. Mais Elizabeth a eu l'air d'apprécier donc ça ne peut pas être mal. Je ferais n'importe quoi pour lui faire plaisir. Même si je dois encore faire ça. Bon ce n'est pas si désagréable c'est vrai. Et puis j'aime tout d'Elizabeth. Non, c'est un peu gênant. Mais pas désagréable. Sauf peut-être à la fin... Je n'aurais jamais cru qu'Elizabeth pouvait avoir une telle poigne. J'ai cru qu'elle allait m'étouffer. En même temps, je n'aurais jamais cru non plus qu'elle pouvait... que... Que cette chose pâteuse pouvait « sortir » d'elle (oui j'avais des doutes sur cette partie de l'explication de Jack vu sa tendance à toujours enjoliver les choses.)

 

J'ai encore son goût sur ma langue. Encore un point sur lequel Jack n'a pas menti c'est, pas mauvais. Enfin moins dégoûtant que je ne l'aurais cru. Bref. La soirée a été parfaite. Exactement ce dont j'avais rêvé ou presque (je n'avais pas prévu d'être à demi étouffé par ma femme). Elizabeth et moi enfin seuls. Un bon repas (si on peut dire que la cuisine du Pearl est bonne) un peu de vin (pas trop j'ai gardé de mauvais souvenirs de ma soirée chez Jack) des lumières... Et tous ces souvenirs que nous avons en commun, toutes ces folies que nous avons commises juste pour se voir quelques minutes. Je n'aurais jamais espéré devenir son mari alors. Je pensais que notre différence de naissance serait insurmontable. Que je suis heureux d'avoir eu tort, de voir le chemin que nous avons parcouru !

 

C'est tellement rare de trouver la personne faite pour soi. J'ai conscience de ma chance. J'ai rencontré mon Elizabeth sur l'océan. Finalement ça parait logique que notre premier enfant y soit conçu ! Ce que j'ai hâte qu'il ou elle soit là ! Nous avons tellement de choses à lui apprendre, à lui raconter. Et au moins, contrairement à moi et à Elizabeth, nos enfants grandiront auprès de leurs deux parents. Ils verront à quel point l'amour, la famille, le respect sont importants. Quel meilleur exemple pourrait-on leur donner ? De quelle meilleure mère aurais-je pu rêver pour mes enfants qu’Elizabeth ? J'espère que mon père l'aimera. Non c'est stupide. Qui pourrait ne pas aimer Elizabeth ? Elle est tellement parfaite.

 

Non décidemment, je suis trop énervé pour dormir... Je vais finir par la réveiller et c'est hors de question. Une future maman doit se reposer !

 

Future maman…

 

Rien que de l'imaginer avec le ventre arrondi ça me donne envie de sourire. Je me lève et je la recouvre légèrement. Je n'ai pas envie qu'elle prenne froid. Je voudrais qu'elle ne souffre jamais. Les protéger, elle et nos enfants, comme je m'y suis engagé le jour où je lui ai demandé de m'épouser. Un baiser léger sur sa tempe. Elle dort trop profondément pour que cela suffise à la réveiller.

 

()()

 

Le pont grouille des hommes que j'ai « exilés » afin de nous permettre de nous retrouver et je les salue d'un geste. Je ne les remercierais jamais assez d'être aussi conciliants !

 

J'inspire l'air pur de la nuit. De notre nuit.

« Déjà sur le pont petit ? »

Jack.

« Elizabeth s'est endormie.

- Ah. »

Je sais que je ne devrais pas. Que c'est ... Personnel mais... Après tout si un enfant arrive après cette soirée ce sera un peu grâce à lui.

 

« Tu avais raison au fait...

- A quel sujet ? Me demande Jack d'un ton nonchalant.

- Tu sais bien... sur les femmes. Ce, ce qu'elles aiment... »

Il s'immobilise. Sacré Jack. Toujours intéressé quand il est question de femmes.

« Développe un peu.

- Tu sais sur, sur les baisers... Entre les cuisses.

- Épargne moi les détails tu veux. »

 

Je suis surpris par sa sécheresse. Que... qu'ai-je dit de mal ? Au contraire je voulais juste le …

«  Je voulais juste te remercier pour, pour le conseil. »

Jack se tourne vers moi, je le trouve crispé.

«  Oh... Donc tu as fait jouir ta donzelle. Et maintenant tu espères que William Junior est en route si j'ai bien compris. »

 

William Junior ! Si seulement !

 

« Nous l'espérons en tout cas.

- Bien sûr... » Me répond Jack.

C'est moi ou il y a un problème ?

Je me décide à lui poser la question (même si je doute d'obtenir une réponse franche) mais Jack sourit brutalement, l'air canaille.

« Dis-moi... Si tu as fait jouir ta donzelle tu as du la tester. Qu'as-tu pensé du goût ? »

C'est gênant... Mais après tout je peux bien lui répondre.

« Différent. Surprenant. Mais pas mauvais.

- Tu m'en diras tant. Sourit Jack de toutes ses dents en or avant de me claquer le dos. Profites en bien petit... Profite de ton Elizabeth. »

 

??????

 

« Qu'est-ce que tu veux dire ?

- Et bien que lorsque le bébé sera là, donc très bientôt si ton intuition ne te trompe pas, les choses seront radicalement différentes entre vous. »

Je n'avais jamais pensé à ça je l'avoue. Jack poursuit.

«  Oui... En vérité, elles seront même différentes dès que ta donzelle sera engrossée. »

 

?????????????

 

Ma surprise doit se lire sur mon visage car Jack se penche vers moi.

« Tu ne voudrais pas faire du mal à William Junior n'est-ce pas ? » Me souffle-t-il d'un ton complice.

Non ! Ça n'est pas possible le bébé ne peut pas... A moins que ?

« Ça cogne dans sa tête tu vois. Y'en a qui en sont ressortis pas normal tu sais mon gars...

- Je ne pense pas que ça aille jusque-là. »

Mais qu'est-ce qui m'a pris de dire ça !!! Des fois j'agis vraiment stupidement !! La réaction de Jack ne se fait pas attendre et je dois supporter l'une de ses moues désolées.

« Oh.... Navré pour toi mon gars. Mais c'est une excellente nouvelle pour Willy Junior ! » S'exclame Jack.

 

Je ne peux pas m'empêcher de sourire. Jack m'exaspère et m'amuse à la fois. Cette fois il sort une bouteille de rhum de je ne sais où et il me la tend avant d'en prendre une seconde pour lui-même.

« On trinque ?

- Oh je ne crois pas que... »

Il m'arrête net.

«  Tu as peut être mis un bébé en route et tu as enfin fait jouir Elizabeth ! Il y a de quoi trinquer avec moi non ? »

Vu comme ça ...

 

Nos bouteilles s'entrechoquent et je ne peux m'empêcher d'observer Jack tandis qu'il boit. Je n'ai jamais vu qui que ce soit boire autant que ce pirate. Finalement il repose la bouteille sur le bastingage et je m'attends à l'une de ses plaisanteries d'un goût douteux. Au lieu de ça, je l'entends fredonner.

«  Trinquons mes jolis...yo ho… »

 

Je souris, je reconnaîtrais cette chanson n'importe où. Sans m'en rendre compte j'accompagne Jack quelques instants mais il s'arrête rapidement et me jette un regard surpris. Je me sens obligé de lui expliquer.

« J'adore cette chanson. C'est Elizabeth qui me l'a apprise. »

 

Jack ne me répond pas. Au lieu de ça il boit une nouvelle gorgée de rhum. Enfin quand je dis gorgée, ça signifie un bon quart de bouteille.

«  J'vais me coucher. Et tu devrais faire pareil. Tu prends ton quart à six heures. » Me jette Jack avant de se diriger vers sa cabine.

Moi qui pensais pouvoir enfin profiter d'une nuit entière auprès d'Elizabeth c'est loupé.

 

Je soupire. Il y a vraiment des fois où je me demande si Jack n'est pas complètement fou.

 

()()

 

Cette fois ci c'est certain, c'est prouvé... Jack est complètement fou. Sinon comment expliquer autrement le luxe de précautions qu'il prend pour se rendre auprès d'une simple femme.

 

Je n'ai pas besoin de regarder Elizabeth pour savoir qu'elle partage mon opinion. La manière dont elle ne quitte pas Jack des yeux tandis que nous remontons le fleuve en dit assez sur sa perplexité devant son comportement bizarre (enfin je veux dire, encore plus bizarre que d'habitude.)

 

Ma main cherche la sienne et elle sursaute légèrement lorsque je noue mes doigts aux siens. Autour de nous, l'ambiance est lourde, comme si la végétation qui nous entoure nous aspirait, nous étouffait. A la proue de la chaloupe, Jack se tient fièrement, comme s'il était encore sur le Pearl.

« Tout ira bien. Déclare-t-il sans arrêt. Après tout Tia est une vieille amie, nos relations ont toujours été excellentes. »

 

Qui essaie-t-il de convaincre ainsi ? Nous ? Ou bien lui-même ? Peu importe après tout, nous sommes nombreux et je ne compte pas laisser Elizabeth. Il n'arrivera rien.

«  Tu crois qu'elle va le gifler ? »

Ma question fait une fois de plus sursauter Elizabeth et elle se tourne vers moi, comme si je l'agaçais.

« Pourquoi ferait-elle ça ? »

Ma douce Elizabeth, si naïve...

« Oh et bien généralement c'est la réaction qu'ont les anciennes conquêtes de Jack en le voyant.

- Ancienne conquête ? Murmure Elizabeth avant de se tourner à nouveau vers Jack, qui, à la proue, marmonne pour lui-même.

- Arrête de le regarder comme ça... » Ne puis je m'empêcher de glisser, surpris par son manque de discrétion.

 

Elizabeth rougit et elle se retourne vers moi d'un air décidé.

«  Je ne le regarde pas, je…

- Je sais tu le surveilles. Il est vrai qu'on ne sait jamais dans quel piège il va nous entraîner.

- Tu es injuste ! S'insurge brutalement Elizabeth. Il fait tout pour nous aider à délivrer ton père. »

 

Elle a raison. Je me suis brusquement bien ingrat. Bien sur je n'ai pas totalement confiance en Jack mais je suis bien obligé de reconnaître que, jusqu'à présent ,le pirate a tout fait pour nous aider, voir nous faciliter la tâche. J'adresse un regard que j'espère à la mesure de ma contrition à Elizabeth et elle baisse la tête en réponse. Est-ce que c'est moi ou bien est-elle mal à l'aise ?

 

Avant que j'ai eu le temps de lui poser la question, la voix tendue de Jack brise le silence (ou plutôt nos chuchotements).

« Nous y sommes. Tia habite en haut de ce, cet arbre. Annonce-t-il en nous désignant une cabane biscornue. Je ne serais pas long.

- On vient avec vous. Déclare brusquement Elizabeth en se levant.

- Elizabeth, je ne suis pas sûr que...

- Après tout si nous sommes ici c'est pour le père de Will non ? Donc nous venons. » Affirme ma femme.

Je ne peux m'empêcher de sourire en voyant l'air contrarié de Jack et je me joins aux explications d'Elizabeth.

 

« D'accord, d'accord. Marmonne Jack. Je passe devant. Surveillez mes arrières. Même si mes avants auraient plus à craindre. » Ajoute-t-il avec une moue contrariée.

Gibbs se lève à son tour et Jack lui lance un regard résigné.

«  Si j'ai bien compris vous avez tous l'intention de venir avec moi ? »

Aucun de nous ne répond et je sens la main d'Elizabeth se crisper dans la mienne. Elle est tendue ces temps-ci. A fleur de peau. Peut-être est-ce le signe que, déjà, les premiers changements interviennent en elle ?

 

()()

 

La démarche de Jack est hésitante lorsqu'il pénètre dans la pièce, je me tiens derrière lui et dans les premiers temps je ne vois pas l'intérieur de la cabane.

« Jack Sparrow ... Roucoule une voix à l'accent bizarre.

- Tia Dalma... » Répond Jack sur le même ton en s'écartant prudemment.

 

Elizabeth sur mes talons, je découvre la femme qui selon les dires de Jack sait tellement de choses. Je l'observe. Elle n'a rien d'exceptionnel si ce n'est la crasse qui rend sa peau plus sombre encore qu'elle ne l'est et l'étonnante composition de sa robe rapiécée. A ma grande surprise elle s'immobilise brutalement en me voyant.

« Toi... Murmure-t-elle. Toi.... »

Son regard me met mal à l'aise. Ce n'est pas le genre de regard qu'une femme devrait poser sur un homme, encore moins en présence de son épouse.

 

Tia ignore totalement Elizabeth qui s'empresse de s'écarter et je croise le regard chaud de la femme à la peau sombre. Son visage est ardent, passionné presque, et je sens ses mains sales se poser sur mon col.

« William Turner toute ta vie... guidée par le destin, marquée de son sceau et d'une autre volonté. » Déclare-t-elle mystérieusement avant de se retourner vers Jack.

Je ne comprends pas. Comment, comment sait-elle mon nom ?

« Est ce que nous nous connaissons ? Ne puis je m'empêcher de lui demander.

- Non William c'est toi qui aimerais me connaître. » Me répond-elle d'une voix chaude.

 

Jamais je ne me suis senti aussi mal à l'aise. Je jette un regard d'excuse à Elizabeth et je m'empresse de la rejoindre, je ne veux pas qu'elle imagine que moi et cette femme nous pourrions, que je pourrais avoir envie de...

 

Jack intervient brutalement.

« Je croyais que tu avais meilleur goût.

- Et moi que les tiens étaient différents. » Lui répond la femme d'une voix rude cette fois.

Jack lui fait un de ses grands sourires ironiques dont il a le secret.

« Qui sait ce que sont vraiment les gens. Au fond.... Tia Dalma. »

Quelle réponse bizarre... Je veux dire, même pour Jack. Je me décide à prendre la parole, je n'ai pas envie de rester ici plus longtemps que nécessaire.

« Nous sommes venus ici pour obtenir des réponses. »

 

Tia se tourne à nouveau vers moi et je me sens rougir sous son regard tandis qu'elle me fait une caricature de sourire.

«  Oui... Vous voulez savoir si votre plan marchera.

- Nous voulons sauver le père de Will. » La coupe Elizabeth.

 

Au son de sa voix je devine son agacement. La "sorcière" aussi et elle sourit lentement en la fixant. Je n'aime pas la manière dont elle la regarde, comme si, comme si, Elizabeth n'était qu'une sorte de marchandise dont elle seule connaît la valeur.

« Tu sais qu'il faut payer Jack. Susurre Tia. Pour chaque chose que l'on désire le plus au monde, il y a un prix à payer. Mais es-tu certain que c'est bien ce que tu désires ? »

Cette fois, je ne comprends pas. Elizabeth non plus si j'en crois son regard surpris.

«  Évidemment. Répond Jack à la hâte en prenant Tia par le bras.

- Et tu le paieras même si tu devais en souffrir ou alors peut être ignores tu ce que tu désires vraiment Jack Sparrow... Ou bien tu n'oses pas le revendiquer pour toi...

- Si on passait à côté ma belle. » Rétorque Jack, son bras toujours en dessous de celui de Tia.

 

En vérité, il ne lui a pas laissé le choix...

 

Une fois Jack et son étrange amie partie, un lourd silence s'installe dans la pièce. J'en profite pour observer les bocaux remplis de choses plus ragoûtantes les unes que les autres. J'ose à peine imaginer l'usage que cette Tia Dalma peut bien en faire.

«  Cette femme est horrible. » Déclare soudain Elizabeth, disant à voix haute ce que nous pensons tous, du moins moi, à voix basse.

 

Je me retourne vers elle pour la rassurer et je m'arrête net. L'expression de son visage est différente, comme si, comme si elle était furieuse. Sauf que je ne comprends pas pourquoi.

« Que font-ils donc ? » Grince Elizabeth en se levant et en commençant à faire les cent pas dans la minuscule pièce.

Tandis qu'elle s'énerve, je comprends brutalement. Elle est jalouse ! Bien sûr, il est vrai que la manière dont Tia s'est disons accrochée à moi est particulière.

 

Quelle folie... Comment peut-elle imaginer qu'une telle femme pourrait me séduire alors que j'ai la chance de l'avoir, elle, comme épouse ! Je m'empresse de lui faire un sourire rassurant et je la rejoins tandis qu'elle continue à faire les cent pas dans la pièce.

« Je ne l'ai jamais vue avant... Ne puis je m'empêcher de la rassurer. Et puis jamais je ne ferais quoique ce soit qui risque de te blesser. »

Cette fois elle s'adoucit et je retrouve mon Elizabeth tandis qu'elle se tourne vers moi.

« Oui... Tu as raison Will, je suis stupide. » Finit elle par répondre d'un ton triste.

 

Je ne comprends pas. Pourquoi ce chagrin ? Si Gibbs ne nous observait pas je la prendrais contre moi et je l'embrasserais jusqu'à chasser ces ombres sur son visage. Mais ça ne serait pas correct. Elizabeth n'est pas comme l'une des catins que ces pirates exhibent.

 

Derrière nous la porte derrière laquelle Jack et la femme s'étaient isolés s'ouvre brutalement et Elizabeth se retourne vers eux. Moi aussi. La femme est sombre et derrière elle Jack sourit. Je ne peux m'empêcher d'être soulagé. Je sais qu'Elizabeth craignait que Jack ne s'arrange pour tourner la situation à son avantage (et je ne suis pas assez naïf pour croire que la libération de mon père ne lui sera d'aucun profit, même si j'ignore lequel) mais si j'en crois la mine de Tia, c'est plus un autre genre de service que Jack lui a demandé. Ce qui explique leur étrange conversation sur ce que Jack désire. Sans doute une référence à l'une des embrouilles passées du pirate. Je m'étonne qu'elle ne l'ait pas giflé.

 

Tia me fixe intensément et je me sens rougir. Le regard qu'elle me lance est plus lascif que celui des rares putains que j'ai croisé à Tortuga. Quelquefois je me demande comment des femmes peuvent ainsi vendre leur corps sans amour. C'est tellement triste. Sans doute n'ont-elles pas le choix. A mes côtés Elizabeth grince des dents, sans doute a-t-elle vu le regard dont Tia me gratifie et est-elle agacée d'être venue ici pour rien. En vérité, ça m'énerve aussi que Jack ait saisi le premier prétexte venu pour soulager son désir.

 

« Je crois que Jack nous a bien eus sur ce coup-là...

- Qu'est-ce que tu veux dire ? Me chuchote Elizabeth en réponse.

- Que Jack nous a entraînés ici pour assouvir un de ses besoins. »

Peut-être ai-je été trop direct. Je m'en rends compte en voyant Elizabeth rougir de plus belle mais avant que j'ai eu le temps de m'excuser, Jack se tourne vers Tia.

« A présent que les choses sont claires, peux-tu nous dire où nous trouverons le coffre de ce cher Davy Jones. »

 

Enfin ! Nous y voilà ! De toute évidence j'ai été un peu injuste avec Jack en pensant qu'il ne nous avait amenés ici que pour son propre plaisir. Tia Dalma lui lance un regard indéfinissable et s'assoit devant sa table de bois recouverte de matières écœurantes.

« Ce que tu cherches tellement ... Commence t'elle.

- Ce que Will cherche. » La coupe Jack en me poussant vers elle.

 

Mes yeux rencontrent ceux de la femme. Cette fois, il n'y a plus de feu dans son regard au contraire elle me fixe comme si, comme si, elle était désolée pour moi ?? Pourquoi donc ? Qu'est-ce que Jack est allé inventer comme histoire à mon sujet ?

« Alors ? » La presse ce dernier.

Tia échange un nouveau regard avec le pirate et ce dernier se penche sur elle tandis qu'elle se contente de lancer des pinces de crabes sur la table.

«  Guidés par le destin… » Souffle-t-elle à nouveau.

Est ce mon imagination ou sa voix est vraiment chargée de regrets une fois encore ?

 

Je n'ai pas le temps de m'attarder sur cette pensée que déjà Jack me bouscule pour se pencher avec avidité sur le décor formé par les pinces.

« Merci Tia. » Déclare-t-il en l'observant.

Cette fois je ne comprends plus rien. Qu'est ce que cette chose est sensée représenter ? Et en quoi cela répond-il à nos questions ?

« Est ce que cela veut dire que nous réussirons à trouver Jones? Que je retrouverais mon père ? » Ne puis je me retenir de demander à la femme tout en évitant soigneusement son regard.

 

Je ne veux pas qu'Elizabeth se fasse des idées !

 

Les doigts de Tia effleurent ma main et je la retire sans douceur.

« Oui. Tu le retrouveras. » Répond-elle d'un ton encore une fois teinté de regrets.

 

Avant que j'ai eu le temps de lui demander pourquoi elle semble si triste à cette idée, Jack se dirige vers la porte.

« Allons y nous n'avons pas de temps à perdre. »

 

Je glisse mon bras autour de la taille d'Elizabeth et je m'empresse de le suivre. Nous sommes restés assez longtemps dans cet endroit sinistre. La voix de Tia nous arrête brusquement.

« Dis-moi Jack, t'es-tu servi de ton compas ces derniers temps ? »

Devant moi le pirate s'immobilise et le regard qu'il adresse à la femme est glacial.

« Inutile. Je sais ce qu'il indique.

- Le sais-tu vraiment ou bien as-tu peur de le connaître ? Susurre la femme.

- Rien ne vaut plus que la liberté Tia. » Se contente de répondre Jack avant de sortir.

 

Pour une fois je serais presque d'accord avec lui. Même si je deviendrais esclave sans regrets si un jour la vie d'Elizabeth devait en dépendre. Mais pour l'instant c'est la liberté de mon père qui est en jeu et je compte bien l'aider à la retrouver.

 

()()

 

Le chemin du retour s'est déroulé dans un silence pesant et je suis soulagé de retrouver le pont du Pearl. A mes côtés, Elizabeth ne semble pas partager mes sentiments. Un seul regard me suffit pour lire dans la crispation de ses mâchoires qu'elle est toujours furieuse. Je suis à la fois choqué par ce "manque de confiance" et flatté par son évidente jalousie. Je n'aurais jamais soupçonné ça chez elle et je ressens plus que jamais le besoin de la protéger, de la rassurer.

 

Jack, un grand sourire aux lèvres (décidemment la visite à cette femme l'a détendu encore qu'il ne soit jamais très inquiet) se tourne vers nous.

« Bien à présent que nous avons un cap, je suggère que nous repartions sans attendre. Will tu vas dans le nid de pie, Elizabeth va m'aider à continuer le travail que nous avons commencé. »

 

Je déteste le nid de pie.

 

« Non. » Répond brusquement Elizabeth.

Surpris je me retourne vers elle tandis que Jack accuse le coup. Je retiens de justesse un rire devant sa mine déconfite. Apparemment il n'a pas l'habitude qu'on lui résiste.

 

De jovial son visage devient sombre et il s'approche d'Elizabeth.

« Non ? Et puis-je savoir pour quelle raison vous me refusez votre aide ?

- Parce que je n'en ai pas envie. Rétorque Elizabeth. Je n'ai aucun désir de vous aider Capitaine Sparrow. »

A la place de Jack je n'insisterais pas.

«  Puis-je savoir pourquoi ?

- L'espagnol m'ennuie. Je n'éprouve aucun plaisir à le pratiquer. Je suis certaine que vous trouverez sans mal quelqu'un d'autre pour vous aider. Crache presque Elizabeth.

- Je ne pense pas Elizabeth. Je ne connais personne d'aussi douée que vous pour cette langue. Répond Jack.

- Et bien c'est fort dommage pour vous Jack, peut être auriez-vous du proposer à cette Tia de voyager en notre compagnie, je suis certaine qu'elle est très douée. »

 

Elizabeth est furieuse. Se pourrait-il qu'elle en veuille à Jack de m'avoir emmené chez cette femme ?

 

« Vous vous trompez trésor. Répond Jack d'un ton calme démenti par son regard. A présent venez m'aider.

- Non. Répond sèchement Elizabeth.

- Dois-je vous rappeler qu'en votre qualité de membre d'équipage vous devez obéir aux ordres du capitaine ? »

 

A ma grande surprise (et je l'avoue, fierté) Elizabeth ne se démonte pas.

« Et devons-nous vous rappeler que nous sommes à bord en tant qu'invités et que nous n'appartenons pas de ce fait à votre équipage Capitaine Sparrow ? »

Là elle marque un point. Je n'avais jamais pensé à ça.

« Vous profitez donc de mon hospitalité, la décence voudrait que vous m'aidiez pour me remercier de mes largesses. Ironise Jack.

- Je ne crois pas que parler de décence soit approprié dans ce cas. Rétorque Elizabeth. Un échange de bons procédés serait plus le terme qui convient.

- Appelez ça comme vous voulez mais maintenant suivez-moi. » Ordonne Jack.

La réponse de ma femme tombe, aussi brève et sèche que précédemment.

« Non. Du reste je suis fatiguée. » Déclare Elizabeth avant de lui tourner le dos pour se diriger résolument vers notre chambre.

 

Jack s'apprête à lui emboîter le pas mais cette fois j'interviens. Hors de question de le laisser s'en prendre à elle.

« Elle t'a dit qu'elle était fatiguée Jack. Laisse la tranquille. » Lui dis-je d'une voix ferme en le saisissant par le bras.

Jack se retourne vivement vers moi. Il est furieux…

« Lâche moi immédiatement Turner et va prendre ton poste. »

Sûrement pas.

« Pas tant que je ne serais pas certain que tu n'iras pas l'embêter, elle a besoin de repos. »

Cette fois il est vraiment furieux.

« Tu sais de quoi ta précieuse Elizabeth a besoin Turner ? »

Quelle folie… Jamais je n'aurais pensé Jack si capricieux…Enfin si en fait.

« De repos comme elle vient de te le dire. »

 

Jack ouvre la bouche avant de s'interrompre. Je lui suis reconnaissant de préserver ainsi nos relations. Je n'aurais pas pu lui pardonner s'il avait manqué de respect à ma femme. Je m'empresse de le calmer.

«  Je lui parlerais si tu veux. Elizabeth ne te refusera pas son aide Jack. Elle t'apprécie mais elle est furieuse à cause de moi. »

Jack soupire lourdement.

« Elle est jalouse de… tu vois… Tia … »

Mes explications laborieuses ne m'attirent qu'un regard froid.

«  J'avais remarqué. Mais j'ai autre chose à faire que de me soucier des états d'âme de ta femme. J'ai besoin de son aide.

- Je la convaincrais. »

Apparemment Jack n'y croit pas trop. Mais au moins j'ai obtenu ce que je désirais : Elizabeth peut se reposer tranquillement.

 

()()

 

Contre toute attente, Elizabeth refuse catégoriquement d'aider Jack. Je ne comprends pas pourquoi. Moi qui pensait que l'après-midi apaiserait les tensions je me suis bien trompé. C'est encore pire ce soir.

« Elizabeth… Si vous m'en voulez pour une raison particulière trésor ce serait peut-être mieux que nous en parlions. » Tente justement Jack.

 

Trésor… J'ai beau savoir qu'il parle ainsi à toutes les femmes, je n'aime pas qu'il s'adresse ainsi à la mienne.

 

« Oh je vous en prie arrêtez avec tous vos « trésors » et vos belles paroles ! »

Apparemment Elizabeth non plus.

Jack se lève brutalement, mettant fin à la discussion et se tourne vers moi.

« Cette fille est insupportable je ne sais pas comment tu fais ! »

Je ne peux pas m'empêcher de sourire et je glisse un bras autour de la taille tremblante d'Elizabeth.

«  Je l'aime c'est tout…

- Oh Will… » Souffle Elizabeth avant de m'embrasser.

Ce que sa bouche est douce… Ce que j'aime quand elle se serre ainsi contre moi.

« Si tu comptes la prendre, j'aimerais autant que ce ne soit pas sur le pont. » Intervient Jack.

Je suis sidéré par sa grossièreté. Comment peut-il…

 

« Ne vous en faites pas Capitaine Sparrow. Mon mari et moi nous allons rejoindre notre cabine. Déclare Elizabeth d'un ton froid.

- Will est de quart. » Réplique Jack.

Ah bon ???

«  Will n'a pas d'ordres à recevoir de vous.

- Peut-être est-il moins ingrat ou moins buté que vous ? Rétorque Jack. Will reste de quart cette nuit. C'est un ordre. Je suis capitaine de ce navire et ma fonction de capitaine me donne le droit de disposer des hommes de ce navire comme il me plait. Et de célébrer des mariages aussi … Même si je dois admettre que …

- Will est de quart sans cesse. » Le coupe Elizabeth.

 

Ça c'est vrai !

 

«  Et il l'est cette nuit encore. Décision du capitaine. Toute désobéissance sera considérée comme de la mutinerie et punit comme telle. »

Quoi ??? Mais non !!! Je me retourne vers Elizabeth qui fixe Jack d'un air furieux.

« Laisse… Ne t'en fait pas, je te rejoindrais après. »

Jack sourit légèrement.

«  Je pourrais t'accorder ta nuit William… Si en échange Madame Turner accepte de m'aider.

- C'est du chantage ! S'exclame Elizabeth.

- Non, de la négociation… Un… Comment avez-vous dit ? Un échange de bons procédés. » Rétorque Jack.

S'ils n'étaient pas aussi furieux l'un et l'autre j'éclaterais de rire. On dirait deux gamins en train de se chamailler.

 

Elizabeth secoue la tête et Jack lui sourit.

« Allons ce n'est pas si terrible Elizabeth. Et je vous promets de ne pas vous fatiguer… Je veux juste que vous m'expliquiez certaines choses que je ne comprends pas…

- Et Will aura quartier libre ?

- D'accord. Soupire Jack.

- Dans ce cas, je suis d'accord. Je vous expliquerais demain Jack.

- Pourquoi pas maintenant ?

- Parce que je suis fatiguée. Rétorque Elizabeth. Bonne nuit. »

 

Sa main se referme sur la mienne et je ne peux retenir un sourire devant son air décidé. Je lance un regard d'excuse à Jack et je m'empresse de la suivre. Derrière moi, j'entends Jack marmonner des injures. Je ne cherche pas à l'écouter, j'ai mieux à faire…

 

Elizabeth laisse retomber la voile qui nous sert de porte d'un air décidé et s'approche de moi. Ses beaux yeux sombres brillent. Je me noie dans son regard.

«  J'ai envie de toi Will. Souffle-t-elle. S'il te plait… Aime-moi… Aime moi comme jamais. »

 

Ma tendre Elizabeth… Quelle folie de s'imaginer que je pourrais… Mais cette fragilité me plait. Lentement je me penche vers elle. Je compte bien m'appliquer à lui prouver qu'elle n'a rien à redouter et à lui montrer que je l'aime plus que tout au monde.

Chapitre 13                                                                                           Chapitre 15

Écrire commentaire

Commentaires : 0