Chapitre 1 : Curiosité

POV Elizabeth Swann Turner 

 

Le soleil brille déjà haut dans le ciel, prémices d'une nouvelle journée à la moiteur étouffante lorsque j'ouvre un œil et que je commence à m'étirer, savourant la chaleur douce du corps de mon époux contre le mien.

 

Mon époux.

 

Cette idée encore un peu étrange et pourtant tellement familière me fait sourire. Je ne réalise pas encore tout à fait que je suis devenue Madame Turner. Cela fait maintenant six mois que nous sommes maris et femme mais cette idée m'émerveille encore comme au premier jour. Nous avons réussi… J'ai réussi. Je suis devenue la femme de celui dont je suis amoureuse depuis mes treize ans et il me semble que c'était hier que mon père a accordé ma main à Will alors que sa demande remonte à un an déjà…

 

L'étreinte des bras de Will autour de moi se resserre et je sens ses lèvres douces et aimantes frôler la peau de mon épaule, annonciatrices d'un délice matinal.

«  Tu es réveillée ? » Chuchote Will.

Un instant j'envisage de feindre le sommeil mais comme toujours mon désir l'emporte sur le reste et je me retourne vers lui, les lèvres entrouvertes dans l'attente d'un baiser.

«  Bonjour Madame Turner … » Sourit Will en m'embrassant légèrement.

Sa main remonte le long de ma fine chemise sous le drap qui nous couvre tous les deux.

 

Je ne réponds pas, me contente de fermer les yeux dans l'attente d'un nouveau baiser tandis que j'écarte mes cuisses en une invite évidente dont je ne rougis plus. En effet, ma toute récente expérience de femme mariée m'a permis de découvrir le désir et le plaisir que son assouvissement procure et, contrairement à nombre de mes amies mariées elles aussi, je ne ressens aucune honte à appeler les caresses de Will. Sans doute parce que, contrairement à elles, je suis réellement éprise de mon mari.

 

Ce dernier sourit à nouveau et me regarde avec tendresse tout en écartant une mèche de cheveux que le sommeil a égarée sur mon visage.

«  Tu es chaque jour plus belle mon Elizabeth. » Murmure-t-il à mon grand plaisir tandis que sa caresse entre mes cuisses se fait plus précise.

Ses doigts fouillent avec retenue l'intimité que je lui offre si volontiers.

« Will… »

Je soupire en me cambrant sans chercher à dissimuler le désir et le besoin que j'ai de le sentir en moi.

 

Quelques instants plus tard, Will y répond et s'abat sur moi avec une lenteur exaspérante tandis que je crispe mes doigts sur ses épaules, impuissante à exprimer autrement mon désir d'une étreinte plus puissante, plus violente que celle remplie de tendresse et de respect dont il a l'habitude.

 

La bouche de Will chatouille mon cou pendant qu'il m'embrasse de nouveau et met toute la douceur du monde dans ses mouvements en moi. Les yeux mi-clos, je savoure l'instant, observant entre mes cils son beau visage tendu par le plaisir. La chaleur de ses mains enveloppe mes hanches et je laisse échapper un soupir rauque tandis qu'il accélère brutalement avant de jouir dans un ultime coup de rein poussant un soupir qui me semble à la fois de plaisir et de frustration.

 

Le cœur battant d'une excitation pas totalement assouvie, je glisse mes doigts dans les cheveux de Will et je commence à les caresser lentement tandis qu'il repose doucement sa tête contre ma poitrine et joue avec une mèche de mes cheveux.

«  Elizabeth ? Demande-t-il tout bas après avoir repris son souffle.

- Oui ? »

Je réponds par automatisme, alors que je connais déjà la question qu'il s'apprête à me poser, la même qu'à chaque fois.

«  Crois-tu que cette fois nous avons réussi ? » Souffle-t-il comme je m'y attendais.

 

Je ne réponds pas et détourne le visage pour lui dissimuler ma souffrance devant cette question sans cesse posée, comme si chacun de nos actes d'amour n'existait que pour cette « réussite » dont il parle à chaque occasion. Six mois. Cela ne fait que six mois que nous goûtons le bonheur d'être pleinement ensemble et ce dernier me suffit. Mais apparemment pas à Will, puisque depuis quatre mois la découverte amoureuse qui était la notre a laissé la place à une attente fébrile que j'ai de plus en plus de mal à supporter, culpabilisant tout à la fois de ne pas réussir à lui donner ce qu'il désire et de le vouloir moins que lui.

« Elizabeth ? » Chuchote-il à nouveau tendrement, la pression de sa main sur la mienne me ramenant au présent.

 

Chassant mes angoisses, je me force à le regarder et à sourire, lui donnant la seule réponse dont je suis capable et qui, je le sais, n'est pas celle qu'il attend.

« Je ne sais pas Will.

- Je suis sûr que oui. » Répond-il, optimiste pour nous deux, tout en embrassant avec délicatesse toutes les parties de mon corps qui tombent sous ses lèvres, me faisant frissonner à nouveau de plaisir.

 

Finalement, et à ma grande déception, il se dégage de mes bras et se lève en grimaçant pour mettre ses affaires et se préparer à aller chez Mr Brown. Je me précipite à mon tour pour me lever mais Will m'arrête.

«  Reste encore un peu au lit si tu veux. Estrella m'aura sans doute préparé quelque chose, il est inutile que tu te lèves aux aurores toi aussi.

- Non, je t'accompagne. Il est inutile que je reste à paresser alors que je suis réveillée. »

Je réponds fermement en passant ma robe de chambre matelassée avant de le précéder dans le couloir.

 

Quelques minutes plus tard, nous pénétrons dans la salle à manger accueillante de la petite maison que mon père nous a offerte en cadeau de mariage et Estrella, qui est à mon service depuis mon enfance, nous salue avec révérence. Will lui renvoie un sourire mal à l'aise, gêné comme toujours devant la domestique que mon père a insisté pour payer, arguant que « sa petite fille doit mener la vie qu'elle mérite et que la maison et les gages de sa domesticité réduite font partie de sa dot ». Will a donc dû s'incliner à contre cœur mais je suis consciente qu'il attend fébrilement que Mr Brown lui laisse sa forge, ce qui lui permettrait de subvenir entièrement seul à nos besoins.

« Que comptes-tu faire aujourd'hui ? Demande Will, me sortant de mes réflexions.

- Je l'ignore, sans doute vais-je rendre visite à mon père ou lire au coin du feu. »

 

Je réponds d'un ton évasif, en vérité je ne sais comment occuper cette nouvelle journée.

Will sourit avec candeur et s'approche de moi, laissant sa main glisser sur la mienne.

« Peut être pourrais-tu commencer à broder une petite couverture… Tu sais au cas où … » Souffle-t-il.

Je me raidis à cette suggestion et je lutte contre le besoin urgent de retirer ma main tandis que je réponds sans enthousiasme.

« Oui … Peut être. »

Will sourit joyeusement et se penche vers moi pour un dernier baiser.

«  J'ai hâte d'être à ce soir. Tu me manques déjà… Je t'aime Elizabeth.

- Je t'aime aussi. »

Je réponds par automatisme tandis qu'il sort.

 

Une fois seule, je reste silencieuse, jouant négligemment avec ma cuillère un long moment tout en m'interrogeant une fois de plus sur le désir si pressant de mon époux de fonder une famille et sur les raisons de ce dernier. Était-ce parce qu'il n'avait jamais connu son père qu'il était si pressé de l'être à son tour ? Perplexe à cette idée, je me remémore une fois de plus les moments difficiles qui ont suivi notre retour après nos aventures avec les pirates sur l'île de la Muerta et la détresse de Will qui a condamné son père à une mort certaine pour me sauver… Bien entendu Will ne m'en a jamais fait le reproche, pas plus qu'il ne m'en a parlé mais j'ai parfois la sensation que le fantôme de ce père inconnu se dresse entre nous, tel une blessure béante qui nous sépare peu à peu…

 

« Madame ? Me demande timidement Estrella, m'arrachant à mes tristes réflexions.

- Oui ? » Dis-je distraitement.

La domestique rougit légèrement et semble rassembler son courage pour me parler ce qui m'alarme et m'inquiète tout à la fois

«  Et bien parle donc !

- C'est que je sais si je ne peux me permettre Madame, vous allez sûrement me trouver indiscrète mais Monsieur a raison vous savez … Un bébé dans cette maison serait merveilleux et puis … vous vous sentiriez moins seule. »

Sa déclaration me coupe le souffle et je sens la colère que je dissimule à Will monter en moi, me faisant rougir.

«  Tu es insultante et offensante Estrella. »

 

Je réponds finalement d'un ton glacial, outrée par son impertinence. Estella baisse la tête sous ma rebuffade et j'entrevois des larmes brillantes dans ses yeux tandis qu'elle s'incline et ré instaure la distance entre nous.

« Pardon Madame. Je n'étais pas à ma place. Répond-elle d'un ton contrit.

- Laisse ça … Ce n'est rien. »

Je soupire à mon tour, un peu mal à l'aise devant la virulence que j'ai mise dans ma remontrance.

« Pardon Madame… Répond à nouveau Estrella.

- Ce n'est rien je te dis. Je suis juste un peu nerveuse. J’explique maladroitement en rabattant mon siège. Je vais … m'habiller. »

 

Je sors à la hâte, désireuse à la fois d'éviter une nouvelle conversation et d'être seule.

Une fois à l'intérieur de notre chambre, je referme la porte derrière moi et je me retourne vers le miroir de la pièce. J'observe longtemps mon reflet, cherchant la jeune fille insouciante que j'ai été derrière mon visage dont le front est barré par un pli soucieux et contrarié. J'ai l'impression d'avoir changé ou plus exactement que mon mariage avec Will a fait de moi quelqu'un que je n'aime pas. L'espace d'un instant, je me laisse aller à imaginer une vie différente, plus semblable à celle dont j'avais rêvé enfant, une vie faite d'aventures, de danger et d'excitation… Une existence où Will et moi nous serions mariés mais toute autre… Une vie où avoir un enfant et rester sagement à la maison pour y attendre le retour mon mari ne serait pas mon seul horizon. Comme si la vie d'une femme mariée pouvait être autrement … Je souris tristement de ma bêtise et je me dirige vers mon armoire, chassant mes rêves de gamine immature.

 

Après quelques hésitations, mon choix s'arrête sur une robe d'un vert profond, cadeau de mon père, et je revêts cette dernière, je savoure la caresse soyeuse de l'étoffe fine sur ma peau avant d'arranger mes cheveux avec soin, les faisant boucler en anglaises ainsi que Will l'aime. Une fois ces préparatifs habituels terminés, je soupire et retourne m'installer dans le petit salon, me préparant à une nouvelle journée longue et ennuyeuse… Finalement Estrella a peut-être raison… Avoir un enfant m'occuperait. Cette idée me fait grimacer et j'ouvre résolument un livre d'aventures, décidée à m'évader de ce quotidien qui me pèse de plus en plus.

 

La matinée est déjà bien avancée lorsque je repose mon livre et me lève pour passer un doigt négligent sur le manteau impeccable de la cheminée, songeant avec un peu d'envie aux aventures rocambolesques que l'héroïne de mon roman vivait. Un bruit de verre brisé me sort brutalement de ma rêverie et je précipite vers le tisonnier, l'empoignant fermement avant de me retourner en direction du bruit prête à en découdre avec l'intrus qui vient manifestement de pénétrer dans ma maison.

 

« Oh la … Tout doux ma belle… Grommèle une voix pâteuse que je crois reconnaître avec surprise

- Jack ? »

Je m'approche légèrement de la silhouette affalée dans les débris de la fenêtre du salon. Je resserre mon étreinte sur le tisonnier et fait un pas de plus en direction de l'intrus.

« Jack Sparrow ? Répétais je, incrédule en reconnaissant cette fois parfaitement le pirate qui m'avait sauvée quelques mois plus tôt, crotté des pieds à la tête et complètement ivre ce qui en soit n'avait rien de surprenant allongé dans mon salon.

- C'est Capitaine. » Marmonne-t-il d'un ton las à l'élocution difficile.

 

Je souris légèrement à la précision et il lève vers moi un regard vitreux.

« Bugger… J'ai du me tromper... Ce compas… » Soupire-t-il.

Interloquée mais curieuse de savoir ce qu'il fait ici je me rapproche

« Jack ? C'est moi … Miss Swann enfin je veux dire Elizabeth. Me repris je tandis qu'Estrella, affolée, fait irruption dans la pièce.

- Madame ! Sortez ! Je vais appeler la garde ! » S'exclame-t-elle.

Je jette un rapide coup d'œil à Jack qui me regarde d'un air à la fois choqué et surpris et je décide qu'il n'est pas dangereux.

« Non ! Laisse Estrella ! Et quoiqu’il n’arrive pas un mot. Il ne me fera pas de mal. »

Mon affirmation impulsive vise autant à la convaincre qu’à me rassurer moi-même.

- Elle a raison. Je lui ferais pas mal. » Réagit soudain Jack en se relevant avec souplesse pour venir se placer derrière moi, son souffle chaud et chargé de rhum se diffusant sur ma nuque.

 

Le regard hésitant d'Estrella passe du pirate à moi et je me raidis en sentant la main de Jack se poser machinalement sur ma hanche en une caresse quasi intime.

« Vous avez entendu la dame… Plaisante Jack. Alors du balai.

- C'est bon Estrella. »

Tout en parlant, je tente d’échapper à l’étreinte du pirate.

« Bien … Si vous le dites Madame…

- Je le dis.

- Elle le dit. » Confirme Jack.

Estrella secoue la tête d'un air désapprobateur mais s'incline, laissant toutefois la porte du salon à demi ouverte derrière elle.

 

Dès qu'elle est partie, je m'arrache à « l'étreinte» de Jack et je darde sur lui un regard que j'espère être à la hauteur de la colère que j'éprouve.

« Retirez vos sales pattes de moi immédiatement ! »

Mon mouvement de recul allume une lueur étrange dans les yeux de mon improbable visiteur et je déglutis brutalement et me demande si ma décision a été la bonne. Après tout … Je ne sais pas grand-chose de Jack Sparrow… Je jette rapidement un coup d'œil vers la porte, calculant le temps qu'il me faudrait pour la franchir tandis que Jack sourit.

 

« Voyons Miss Swann… Nous sommes de vieux amis, vous et moi, moi et vous … Pourquoi me traitez-vous ainsi ? » Demande-t-il en affectant un air de gamin pris en faute qui m'aurait fait sourire en d'autres circonstances mais qui cette fois n'a pas d'autre effet que de redoubler ma colère.

J'affermis ma prise sur le tisonnier, me refusant à le lâcher

« Premièrement je ne vous ai pas invité à pénétrer chez moi, encore moins de cette manière. Ensuite … nous ne sommes pas « amis » Capitaine Sparrow, tout juste de vagues connaissances, être amis implique une certaine intimité que nous sommes loin de partager !

- Il ne tient qu'à vous que nous le devenions… Susurre Jack d'un ton séducteur en s'approchant de moi, ne paraissant pas le moins du monde intimidé par mon arme improvisée.

- Oh vous ! »

 

Je fulmine et je me retiens pour ne pas le gifler.

« Que faites-vous ici d'abord ?

- Et vous Miss Swann ? Vous vous glissez souvent dans la maison de Turner quand il est parti ? Rétorque Jack.

- Comment, comment osez-vous ! Je m'étouffe presque tellement je suis en colère. Vous … Vous entrez dans ma maison et vous …

- Votre maison Miss Swann?

- Je suis MADAME TURNER ! »

Je lève la main pour lui assener une gifle méritée, qui le dégrisera, du moins je l'espère.

 

Jack doit être moins saoul qu'il n'y parait car il intercepte rapidement ma main et la force à s'abaisser sans douceur avant de la porter à ses lèvres. Je sens la caresse de sa barbichette sur ma peau tandis qu'il dépose un baiser sur ma main, sa langue caressant ma peau.

« Vous êtes répugnant ! »

Il me dégoûte, je lui reprend ma main et en cherche du regard de quoi m'essuyer.

 

Jack ne parait pas faire attention à ma remarque et reprend, semblant brusquement dégrisé

« Ainsi … Vous l'avez épousé finalement … Curieux… Commente-t-il

- Si c'est de William dont vous parlez la réponse est oui. »

J’essuie du même coup fort peu élégamment ma main contre le dossier d'un fauteuil.

- Oh... » Répond-il simplement sans que je réussisse à deviner le sens de ce « oh »

Finalement, agacée de le voir tourner et retourner tous nos bibelots précieux entre ses mains sales, je me décide à reprendre la conversation.

« Vous ne m'avez toujours pas répondu Jack. Pourquoi êtes-vous là ?

- Quoi ? J'ai pas le droit de rendre visite à de vieux amis ? Au passage, le sens de l'hospitalité de la noblesse anglaise n'est plus ce qu'il était. Je pensais qu'il était d'usage d'offrir un verre à son invité. On dirait que le fait de vous être abaissée à épouser un forgeron vous a fait oublier les bonnes manières chère ex Miss précieuse Swann. »

 

Je pince fermement mes lèvres pour me forcer au calme avant de répondre.

« Généralement, les invités, lorsqu'ils sont polis, ne brisent pas une fenêtre pour entrer chez leurs hôtes, ils sonnent et attendent qu'on vienne leur ouvrir. »

Jack sourit et se dirige d'un pas chancelant vers la porte.

« Que faites-vous ? »

J’hésite entre l'envie de le voir partir et le désir qu'il reste afin de profiter encore un peu du parfum d'aventure qu'il a amené avec lui.

 

Jack ne se donne pas la peine de répondre et se plante derrière la porte puis frappe un coup léger.

« Ma chère et ravissante Madame Turner, je requiers de votre exquise amabilité la permission de pénétrer dans votre charmante demeure … pour commencer. » Ajoute-t-il en s'inclinant moqueusement.

Tout autant amusée qu'agacée, je lui fais signe d'entrer et rejette vivement ma main en arrière devant son intention évidente de me la baiser une fois de plus.

« Jack … Répondez moi. Pourquoi êtes-vous ici ? Vous ne faites jamais rien gratuitement alors dites moi enfin de quoi il retourne ! Vous avez perdu votre navire ou alors … »

 

Je ne parviens pas à imaginer une quelconque raison à sa présence.

 

Jack se dirige avec nonchalance vers le carafon de brandy que nous gardons pour les grandes occasions et se sert un grand verre d'un geste familier avant de le boire d'un trait, saluant son exploit d'un claquement de langue satisfait.

«  Pas mauvais…

- Jack ! »

Le pirate sourit et se sert un nouveau verre qu'il lève dans ma direction.

«  Toujours aussi pressée hein Lizzie… »Ironise-t-il.

Je m’empresse de le reprendre.

« Madame Turner !

- Madame Turner … Pourquoi tenez-vous tant à savoir ce que j'ai à vous dire avant l'arrivée de votre précieux Will ? »

 

Un instant décontenancée, je réfléchis … je ne tiens pas à lui avouer que sa visite était sans nul doute l'événement le plus excitant que j'ai vécu depuis mon mariage et la nuit qui a suivi. Je par répondre, heureuse d'avoir trouvé une réponse crédible.

«  Je vous l'ai dit Jack. Je n'ai aucune confiance en vous. Et je n'ai pas envie que vous utilisiez la générosité de Will pour l'entraîner à nouveau dans l'un de vos plans vaseux ! »

Jack me fait un de ces sourires dont il avait le secret, à la fois lumineux et inquiétant, et je sens un désagréable petit frisson d'excitation remonter le long de mon échine.

«  Vous mentez Elizabeth… Et vous mentez mal. Ce n'est pas pour protéger Will que vous voulez savoir … »

 

Ce qu’il m’agace…

 

«  Pourquoi d'autre ?

- La curiosité… Souffle Jack avec une délectation manifeste. L'envie de partir à l'aventure … D'être libre … Et le besoin de savoir si vous avez une chance d'échapper au quotidien ennuyeux dans lequel vous vous êtes vous-même enfermée. »

Je sens mes joues s'empourprer et je me force à garder la tête haute, je refuse de lui accorder la satisfaction d'avoir vu juste sur mes motivations.

« Peu importe mes motivations Jack. Vous avez pénétré dans ma maison par la force. Il me suffirait de crier pour le Commodore Norrington s'empresse de m'envoyer toute sa garde et vous n'aurez rien de ce que vous êtes venu chercher quelle que soit cette chose. »

 

Jack sourit à nouveau et écarte ses mains en signe de reddition.

«  Inutile de vous énerver trésor. Je vais tout vous dire. Avez-vous déjà entendu parler de Davy Jones ?

- Davy Jones … »

J’ai beau chercher dans ma mémoire je ne vois pas.

« C'est un pirate ?

- Non…

- Alors quel rapport avec nous ?

- Pas avec vous Lizzie… Mais avec le jeune William… Attendu que Davy Jones détient présentement Bill le Bottier parmi son équipage.

- Bill le Bottier. »

Je répète les paroles de Jack à nouveau, cette fois pour être sure d'avoir bien entendu.

«  Oui ! Confirme Jack avec agacement. Le Bottier, le vieux Bill, William Turner Senior, Le père de Will !

- Je sais qui c'est merci. Je suis juste surprise attendu que je le croyais mort ! »

 

Je m’efforce d’être aussi glaciale que possible.

« Vous comprenez donc pourquoi je suis ici et en quoi cette information intéresserait William. » Me glisse Jack d'un ton suggestif.

Je susurre à mon tour

« Je crains que non Jack ….Du moins pas totalement… Que gagnez-vous dans l'histoire ?

- Une broutille. Rien qui vaille la peine … L'important c'est William non ? Alors pourquoi vouloir connaître mes motivations ? » Répond Jack d'un ton léger.

Je réponds du tac au tac.

«  La curiosité sans doute … dis-je, amenant un sourire sur les lèvres de Jack.

- J'ai toujours aimé les retrouvailles familiales, pas vous ? »

 

Je considère longtemps le pirate et le jaugea du regard tout en songeant à l'histoire qu'il m'a racontée. Il y a bien entendu quelque chose qu'il tait, je ne suis pas assez naïve pour ne pas en avoir conscience. Cependant … la perspective de voir Will retrouver son père et peut être ainsi de le rendre moins pressé d'en devenir un lui-même sans oublier le voyage qui nous conduirait jusqu'à Bill… Tout cela est trop tentant pour que je puisse y résister. Faisant mine de ne pas voir le regard à la fois calculateur et surpris que Jack me lance, je me dirige vers la patère de l'entrée et noue mon chapeau avec dextérité.

« Où allons-nous ? Me demande Jack en se matérialisant comme par magie à mes côtés.

- Vous, vous n'allez nulle part. Au cas où vous auriez oublié vous êtes toujours recherché pour je ne sais combien de crimes alors vous restez ici et vous tâchez d'être discret. Moi je vais chercher Will. Cette nouvelle ne peut pas attendre ce soir. »

 

En dépit de la froideur de ma réponse, les yeux de Jack s'allument brièvement puis il se dirige vers le carafon de sherry et se ressert avec désinvolture.

« Je ne bouge pas d'ici trésor. Me promet-il en s'installant dans un fauteuil. Fait un peu froid non ? Vous devriez faire réparer cette fenêtre … » Me glisse-t-il.

 

Renonçant à argumenter, j'hausse les épaules et je sors à la hâte, pressée de connaître la réaction de mari à la nouvelle surprenante que je lui apporte…

 

                                                                                                           Chapitre 2

Écrire commentaire

Commentaires : 4
  • #1

    Ladypirate (lundi, 20 août 2012 19:05)

    Pauvre Lizzie, cette vie ne lui va pas du tout, elle devient même agressive envers Estrella ^^
    Heureusement que Jack vient à son secours et qu'il va lui apprendre beaucoup de choses lol

  • #2

    JessSwann (lundi, 20 août 2012 19:13)

    Lol pauvre Estrella surtout !!

    Tu l'as déjà lue Lady ?

  • #3

    Ladypirate (mardi, 21 août 2012 02:50)

    Oui, c'est la première fiction longue que j'avais lue quand j'étais tombée sur l'ancien site et je l'avais adorée !! ^^

  • #4

    JessSwann (mardi, 21 août 2012 08:34)

    Ah la première tu aurais pu tomber sur pire mdrrr
    Contente que tu l'aies aimé, là j'ai corrigé les fautes mdrrr