Epilogue

Complètement ivre et un sourire charmeur aux lèvres, Jack Sparrow sortit en titubant de La Fiancée Fidèle, un bras passé autour de la taille de la catin qu’il avait choisie. Le pirate gesticula en tous sens tandis que, accrochée à lui, la fille gloussait. Jack commença à avancer vers le Black Pearl avant de s’immobiliser brusquement en réalisant que le soleil allait se lever. La jeune beauté blonde le regarda avec inquiétude tandis qu’il se taisait, le regard posé sur l’horizon.

 

Dix ans. Cela faisait dix ans jour pour jour qu’Edward Seymour avait trouvé la mort tué par la fureur froide de sa femme. Dix ans aussi qu’il avait abandonné le cœur de Jones et le commandement du Hollandais Volant au profit d’Elizabeth. Et il savait déjà que de toute son éternité il n’oublierait jamais ni ce jour, ni la jeune femme. Lorsqu’il lui avait offert le cœur et ainsi sauvé sa vie, il avait obéi à une impulsion, à un élan sentimental auquel il ne pouvait penser une certaine gêne. Parce que finalement, il avait sacrifié son rêve pour qu’Elizabeth réalise le sien…Bien sûr, il avait ensuite appris par Tia Dalma que l’immortalité offerte par le Hollandais Volant ne pouvait être dissociée du devoir de ce dernier. Mais lorsqu’il avait offert le cœur à Elizabeth il l’ignorait…

 

Il ne regrettait pas sa décision. Il ne l’avait jamais regrettée, d’autant plus qu’il avait appris qu’il existait d’autres moyens de repousser la mort. L’eau de la Fontaine de Jouvence qu’il gardait précieusement dans une fiole à l’intérieur de sa poche était l’un d’entre eux. Un moyen plus sûr, moins contraignant, que le commandement du Hollandais Volant.

« Jack ? » Gloussa nerveusement la catin accrochée à son bras tandis qu’il regardait les premiers rayons du soleil illuminer l’océan.

Le pirate se retourna vers la fille et sourit ironiquement en comprenant qu’il avait inconsciemment choisi parmi les catins celle qui ressemblait le plus à Elizabeth…

« Un instant… » Répondit-il avec difficulté tandis que son regard se portait à nouveau sur l’horizon.

 

Durant une fraction de seconde, il se demanda si Will avait su attendre, si le jeune homme avait réussi à offrir la liberté à la jolie Duchesse.

« Ça n’aurait jamais pu marcher entre nous…Murmura-t-il avant de se retourner vers la catin.

- Qu’est-ce qui t’arrive ? Demanda cette dernière, un peu surprise

- Rien du tout. » Répondit Jack avant de l’embrasser profondément.

Ses mains hâtives défirent la robe de la fille qui grogna un peu.

« Tu avais dit que tu me montrerai ton navire. » Rappela-t-elle.

Jack se redressa et réajusta sa tenue.

« Bien sûr, viens voir le Black Pearl. » Déclara-t-il avec emphase tandis que dans un coin de son esprit une voix exaltée fredonnait tout doucement «  Nous sommes les pirates, les forbans…. »

 

Sans y prêter plus d’attention, Jack poussa la catin dans sa cabine. La vie continuait pour lui. L’immortel Capitaine Jack Sparrow. Rien d’autre n’était important et le reste ne le concernait pas.

 

()()

 

Juchée au sommet de la plus grande colline où elle vivait avec son père depuis sa naissance ou presque, Jacklyn Turner regardait elle aussi le soleil se lever, l’éclat doré de ses rayons se reflétant dans ses yeux sombres.

« Papa, tu crois que c’est le moment ? » Demanda-t-elle, pleine d’espoir, à l’homme qui avançait derrière elle.

Will ne répondit pas et se contenta de poser une main rude, une main de forgeron sur l’épaule de sa fille. Il retint son souffle tandis que l’horizon était brièvement illuminé par un éclair vert.

 

Quelques secondes après, il sourit en voyant approcher une embarcation et discerna une masse de cheveux blonds à l’intérieur de cette dernière. Elle était revenue…

« Papa ? Demanda Jacklyn qui avait également repéré la barque.

- Oui. » Répondit-il simplement en serrant sa fille contre lui.

 

()()

 

Elizabeth cligna des yeux, surprise par la lumière du monde dont elle avait été privée dix longues années durant. Les mains moites, la jeune femme regarda la colline vers laquelle elle se dirigeait, n’osant croire tout à fait que le moment qu’elle avait tellement attendu était enfin arrivé. Will était là, avec sa fille.

 

Encore un peu surprise, Elizabeth descendit de chaloupe et sentit avec un mélange de plaisir et d’émerveillement le sable crisser sous ses pieds tandis que Will et Jacklyn venaient vers elle. Le premier portait dans un bras le coffre qu’elle lui avait confié dix ans plus tôt tandis que l’enfant s’immobilisait.

« Elizabeth… » Murmura Will.

 

Leurs regards se nouèrent et Elizabeth lut dans celui de Will le reflet de sa propre souffrance. Celle causée par l’attente et la séparation.

« Will ? Tu l’as fait… » Réalisa-t-elle en comprenant que c’était vrai, qu’elle était libre, qu’elle n’aurait pas besoin de repartir cette fois. La tragédie qu’avait vécue Jones ne serait pas pour elle.

« Nous t’avons attendu Elizabeth. Répondit Will, une boule dans la gorge. Nous attendons depuis si longtemps.

- C’est vraiment ma maman ? » Demanda Jacklyn d’une voix intimidée.

 

Elizabeth sentit ses yeux la piquer à cette question et avança rapidement puis serra la petite fille dans ses bras à l’étouffer.

« Oui, c’est vraiment moi. » Répondit-elle tandis que Will posait un regard brûlant sur elle.

Jacklyn se laissa étreindre sans réagir, n’osant tout à fait y croire tandis que Will s’approchait, un sourire aux lèvres.

« Elizabeth. » Souffla-t-il avant de poser ses lèvres sur les siennes, les unissant pour un long baiser.

 

Elizabeth noua ses bras autour du cou de Will et le serra comme si elle avait peur qu’il lui échappe à nouveau. Le jeune homme relâcha sa bouche et la contempla.

« Tu es là… Souffla-t-il. Tu es vraiment là. »

Elizabeth plongea son regard dans le sien avant de le baisser vers sa fille. Oui, elle était là. Alors qu’elle refermait sa main sur celle de Jacklyn, Elizabeth repoussa loin d’elle les fantômes qu’elle avait connus. Elle oublia le visage déformé par la haine d’Amy lorsqu’elle l’avait guidée quelques années plus tôt. Elle oublia Bill Turner, devenu à présent capitaine du Hollandais Volant et à qui elle avait promis le silence avec réticences. Maintenant elle comprenait pourquoi il lui avait arraché cette promesse. Il ne servait à rien de s’appesantir sur le passé. Il était inutile de se torturer avec ce qui ne pouvait être défait.

 

Elle allait vivre. Enfin.

 

La main de Will se glissa sur sa taille tandis qu’elle posait son bras sur les épaules de sa fille pour la première fois, Jacklyn peinant à retenir ses larmes de joie.

« Je t’aime Elizabeth. Murmura Will. J’ai été fou de croire qu’il pouvait en être autrement.

- Chut. Souffla-t-elle. C’est fini à présent. »

Will hocha doucement la tête et l’entraîna vers la maison qu’il partageait avec leur enfant.

 

Le soleil continua sa progression tandis que, main dans la main, leur fille courant devant eux, Will et Elizabeth avançaient lentement, enfin unis ainsi que, dès leur rencontre, ils avaient été destinés.

 

 

FIN

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0