Chapitre 9 Une visite étrange

Un peu plus de deux mois plus tard…

 

 

Elizabeth se réveilla en sueur, tremblante après le cauchemar devenu habituel qui la ramenait aux heures noires qu’elle avait passées en Angleterre, le cœur palpitant follement dans sa poitrine sous l’effet de la terreur et de l’horreur qui la poursuivaient encore. La jeune femme prit une profonde inspiration et lutta contre le besoin urgent de repousser le bras qui reposait mollement sur son ventre nu. Elle resta ainsi durant plusieurs minutes, revivant le cauchemar qu’avait été sa vie avec Edward avant de se rappeler que ce dernier était terminé. Un sourire encore tremblant aux lèvres elle posa son regard sur Will qui dormait paisiblement à ses côtés et refoula son besoin de le réveiller, de le toucher, d’entendre sa voix … juste pour être certaine qu’il était bien là. Que tout était bien terminé. En sueur, elle observa quelques instants Will qui s’était endormi, le bras passé autour d’elle comme pour la protéger dans son sommeil, un vague sourire flottant encore sur ses lèvres.

 

Elizabeth se redressa légèrement et grimaça alors que son dos s’appuyait contre le bois du navire. Posant machinalement sa main dans les cheveux de Will tandis que le souvenir de son cauchemar flottait encore dans son esprit, la jeune femme songea à quel point sa vie avait changé. Deux mois plus tôt, elle était désespérée. Elle était comme une âme errante au milieu des étrangers au vernis policé mais à l’esprit aussi noir que les abysses qu’ils traversaient à présent. Elle était promise à un destin de catin, condamnée par des hommes qui avaient tous les droits sous le prétexte de leur naissance. Et Will était revenu, son merveilleux Will, son amoureux de toujours.

 

Bien entendu, la vie n’était pas toujours rose à bord du Black Pearl et les premières semaines qui avaient suivi ses retrouvailles avec Will avaient été difficiles. Le jeune garçon qu’elle avait connu et dont elle était tombée amoureuse avait changé. Il n’était plus le jeune homme à la droiture exemplaire pour qui la piraterie et le vol étaient des actes répréhensibles qui ne méritaient qu’un seul traitement : la corde. Dans les premiers temps, cela l’avait choquée. Puis elle avait compris que les pirates cherchaient avant tout à survivre dans un monde qui leur était de plus en plus hostile et de plus (à la décharge de Jack Sparrow), les abordages qu’ils menaient n’étaient pas prétextes aux bains de sang dont se rendait joyeusement coupable Barbossa. Pourtant, en dépit de cela, elle avait ressenti une sensation étrange la première fois qu’elle avait vu Will partir à l’abordage le sabre à la main. Sans doute parce qu’elle ne l’avait jamais pensé capable d’agir ainsi. Mais,tout comme Beckett et ses machinations l’avaient changée elle, ils avaient également changé Will.

 

Elle avait peu à peu compris que le jeune homme n’avait guère eu d’autre choix que de se joindre à des pirates une fois évadé de prison grâce aux bons soins de son père. Aucune existence « honorable » ne lui était permise (même s’il prétendait le contraire) car il était maintenant un pirate, à cause de Beckett et de sa folie. De même, elle avait elle aussi changé, elle le lisait dans le regard de Will même si ce dernier ne lui en parlait pas. Et de toute manière, elle en avait conscience. La jeune fille pleine de rêves qui posait un regard émerveillé sur le monde avait disparu et laissé place à une femme qui ré apprenait à vivre mais dont les blessures étaient encore à vif. A cause d’Edward… Il avait anéanti la petite fille en elle.

 

Ses relations avec Will aussi en souffraient. Et elle avait douloureusement conscience de la réserve distante qui parfois entachait leurs rapports. Elle n’avait que peu évoqué son existence en Angleterre et ce qu’elle avait traversé là-bas et de la même manière, Will avait été très succinct sur ses années passées loin d’elle, sur son apprentissage de pirate. Quelquefois elle le regrettait mais ne pouvait se décider à franchir la barrière invisible qui les séparait. Comme s’ils avaient décidé d’un accord tacite de ne pas évoquer le passé pour ne pas gâcher l’avenir. Encore qu’ils parlaient peu de ce dernier, se contentant de vivre au jour le jour et goûtant la joie simple d’être enfin réunis.

 

Contrairement à ce que Will avait redouté, elle s’était rapidement faite à la vie sur le navire, retenant ses plaintes lorsque le travail qui lui était demandé la laissait épuisée, voir désemparée. Tout valait mieux que la vie qu’elle avait menée. Elle avait abandonné joyeusement ses bijoux à Jack qui les avait réclamés comme prix de son passage à bord. Elle avait même ressenti une joie délirante et perverse à arracher de son doigt l’anneau qu’Edward lui avait passé, savourant l’instant qui faisait d’elle une femme libre de l’existence qui l’étouffait. Elle avait appris au détour d’une escale rapide qu’Edward avait survécu à la balle tirée par Will. Elle l’avait regretté tout comme le fait d’apprendre qu’elle était considérée comme la prisonnière des pirates, Edward ayant sans doute servi cette version afin de s’épargner la honte d’avoir été quitté. Elle n’était pas prisonnière. Au contraire elle était plus libre qu’elle ne l’avait jamais été ! En vérité tout aurait pu être parfait s’il n’y avait pas eu l’attitude des pirates à son égard…

 

En effet, malgré tous ses efforts pour se rendre utile, Elizabeth sentait qu’elle n’était ni acceptée ni appréciée par le restant de l’équipage. Jack en tête qui ne cessait de l’appeler « Duchesse » (comme si ce titre qu’elle vomissait pouvait avoir de l’importance pour elle) et ne manquait aucune occasion de lui faire sentir à quel point elle était différente d’eux. Pourtant, elle avait eu à plusieurs reprises de bonnes idées sur la manière d’aborder, mettant à profit les connaissances qu’elle avait acquises au cours des longues conversations ennuyeuses dont James Norrington avait émaillé sa cour il y avait de cela des années. Mais rien ne semblait suffisant pour trouver grâce aux yeux de Jack qui persistait à la traiter avec froideur. Le pirate était même allé jusqu’à la réprimander devant tout l’équipage aux premiers jours de son arrivée, lui expliquant en termes très imagés ce que sa tenue décolletée provoquait chez les hommes de l’équipage. Mais en vérité était-ce sa faute si elle n’avait rien d’autre à se mettre ? Comme toujours Will avait résolu le problème et lui avait fourni des habits masculins qu’il lui avait suffi de reprendre légèrement afin qu’ils lui aillent. Et elle devait reconnaître qu’elle appréciait se nouveau style dépourvu de fanfreluches et de jupons, plus pratique sur un navire…

 

Évidemment, elle n’ignorait pas que son temps sur le Pearl était compté. Jack lui faisait clairement comprendre qu’elle n’était pas un membre de son équipage et du reste, Will lui avait avoué une fois avoir envie de s’installer à terre, dans une contrée où ils ne seraient pas connus. Ainsi le jeune homme deviendrait forgeron tandis qu’elle tiendrait la maison que le profit des années de piraterie de Will leur permettrait de s’offrir (aucun des deux n’avait osé demander à Jack une part plus conséquente sur l’argent que la vente de ses bijoux avait rapporté). Cette perspective enchantait Elizabeth plus que toute autre. La promesse de mener enfin avec Will l’existence dont-ils avaient tous deux rêvés.

 

En vérité, la seule chose qui semblait entraver leurs projets était cette dette que Will avait encore envers Jack et que le pirate ne semblait pas pressé de réclamer. Une fois que ce serait fait, il ne ferait aucun doute dans l’esprit d’Elizabeth qu’ils réaliseraient leur projet même si Will en parlait avec retenue.

 

A ses côtés, le jeune homme commença à remuer, la tirant de ses pensées et Elizabeth lui sourit, heureuse de se réveiller à ses côtés. Will la regarda avec tendresse et glissa sa main sur sa cuisse.

« Déjà réveillée ?

- Je n’arrivais plus à dormir. Répondit-elle

- Encore ces cauchemars ?

- Oui. Souffla simplement Elizabeth, savourant l’étreinte de Will autour de ses épaules

- C’est fini à présent. Murmura-t-il en embrassant tendrement le lobe de son oreille.

- Will ?

- Oui ?

- Dis-moi, nous le ferons vraiment ? Demanda-t-elle brutalement. Je veux dire, vivre la vie dont nous rêvions ? »

Will se contracta légèrement, le cœur brusquement alourdi de remords… Il devait lui dire, il le savait. Mais il ne pouvait se résoudre à lui parler de …

« Will ? » Le rappela gentiment à l’ordre Elizabeth.

 

Tristement, le jeune homme laissa son regard glisser sur son visage, le cœur serré devant les traces de larmes qui brillaient sur ses joues et qu’elle avait tenté de lui cacher. Elle était encore tellement fragile, si fragile. Ce n’était pas le moment de lui parler de ce secret qui le faisait parfois se réveiller en pleine nuit, le cœur serré de remords. Il lui adressa un sourire rassurant et l’embrassa tendrement avant de la basculer sous lui pour une tendre étreinte qui les laissa tous les deux essoufflés mais heureux.

 

()()

 

Quelques heures plus tard, Elizabeth, accroupie sur pont s’efforçait de démêler les cordages lorsque Jack passa devant elle de sa démarche chancelante. Le pirate appela l’équipage et la jeune femme se leva, fixant avec curiosité l’embouchure au bout de laquelle le Pearl s’était immobilisé.

« Messieurs, et Madame la Duchesse. Précisa Jack en se tournant vers elle avec un sourire ironique. Nous voilà arrivés au terme de notre voyage. Nous allons remonter le fleuve. » Déclara-t-il avec emphase tandis qu’un frémissement craintif agitait brutalement l’équipage.

 

Perplexe devant la frayeur soudaine des pirates, Elizabeth se rapprocha doucement de Will.

« Qu’est-ce qui leur fait aussi peur ? Souffla-t-elle tout bas

- Je l’ignore. Répondit Will, qui était aussi surpris qu’elle.

- Comme je préfère assurer mes arrières enfin plutôt mes avants. Marmonna Jack. J’ai besoin d’hommes pour m’accompagner. Qui se porte volontaire ? »

Un silence de mort plaina sur le pont et Elizabeth sentit que le moment qu’elle attendait pour se faire sa place sur le navire ou tout du moins obtenir autre chose que du mépris de la part de Jack était arrivé. Sans hésiter elle avança d’un pas.

« Moi. Déclara-t-elle

- Et tu peux aussi compter sur moi. » S’exclama Will.

 

Jack soupira lourdement.

« Magnifique ! La Duchesse et son chevalier. Ironisa-t-il. Qui d’autre ? »

Le silence s’appesantit sur le pont tandis que Will lançait à Jack un regard rempli de reproches. Le pirate lui répondit d’un large sourire ironique et se tourna vers le reste de l’équipage avec un soupir exagéré.

« Très bien, Gibbs, Pintel, Ragetti et Marty vous êtes volontaires. Les autres vous surveillez le navire. Tous à la chaloupe. »

La mort dans l’âme et les mines moins que réjouies les cinq « volontaires » se dirigèrent en grommelant vers la chaloupe tandis que Jack se tournait vers Elizabeth, un éclat moqueur dans le regard.

« Souhaitez-vous qu’un laquais vous aide à descendre l’échelle ou bien y arriverez-vous seule Duchesse ? Parce que je n’ai hélas pas de domestiques à vous offrir. »

 

Elizabeth le foudroya du regard et s’avança vers la simple échelle de corde, une expression décidée sur le visage tandis que Jack souriait légèrement en la voyant faire.

« Es-tu donc forcé d’être aussi désagréable avec Elizabeth ? Gronda Will à l’oreille du pirate.

- Forcé ? Non. Se borna à répondre Jack en suivant du regard la descente malhabile de la jeune femme. Tu devrais voler à son secours. »

Avec un regard noir, Will se précipita et s’engagea à la suite d’Elizabeth pendant que, un par un, les hommes prenaient place dans la chaloupe.

 

Quelques instants plus tard, Jack à l’avant de la frêle embarcation, ils s’engagèrent sur le fleuve. Elizabeth observa avec curiosité la forêt épaisse et plutôt hostile qui les entourait.

« Où allons-nous ? Demanda-t-elle tout bas à Will, désireuse d’éviter une nouvelle remarque sarcastique du capitaine du Black Pearl.

- Je l’ignore. Répondit Will sur le même ton.

- On va LA voir. Les renseigna Gibbs d’un ton funèbre.

- La ???  Releva Elizabeth, surprise, Jack ne lui paraissait guère estimer la compagnie des femmes lorsqu’il ne s’agissait pas de les mettre dans son lit.

- Oui elle… » Soupira Gibbs.

 

Will et Elizabeth échangèrent un nouveau regard perplexe tandis que Jack les reprenait à l’ordre et leur intimait le silence d’un regard agacé. Ils parvinrent ainsi jusqu’à une maison perchée sur un arbre bordant le fleuve et Jack reprit la parole, brusquement peu sûr de lui

« Tout va bien se passer. Nous sommes de vieux amis elle et moi, étions. Se corrigea-t-il d’un air brusquement effaré.

- Vous voulez que je passe devant capitaine ? Demanda Gibbs qui n’en menait pas large.

- Oui ! Non ! Se reprit Jack. Vous me suivez, Marty tu surveilles la chaloupe et la Duchesse. »

Cette fois Elizabeth ne put se contenir et se redressa l’air furieux.

« Et pourquoi cela ? Il me semble que j’ai été la première à vouloir vous accompagner !! »

 

Jack la regarda brièvement avant de soupirer avec agacement.

«  Je vois. Et bien venez donc … Du reste avec ELLE, il vaut mieux surveiller ce à quoi vous semblez tellement tenir. Ironisa-t-il en jetant un coup d’œil vers Will. Je croyais que nous étions d’accord petit. Gronda-t-il. Elle reste tant qu’elle ne me gêne pas. » 

Elizabeth rougit violement mais avant qu’elle ait eu le temps de répondre Jack s’engagea sur l’échelle qui menait à la cabane. Will serra doucement sa main dans la sienne et se pencha vers son oreille

« Ne fait pas attention à lui. Souffla-t-il. Tu le rends nerveux c’est tout …

- J’avais remarqué. » Grinça Elizabeth entre ses dents tout en s’engageant à la suite de Jack, décidée à lui prouver qu’elle n’était pas la créature faiblarde et précieuse qu’il imaginait de toute évidence.

 

()()

 

Jack poussa la porte de la cabane et Elizabeth put entrevoir le visage sombre d’une femme qui se relevait à leur approche, un sourire sur ses lèvres.

« Jack Sparrow… Ronronna l’inconnue d’un ton ravi

- Tia Dalma ! » S’exclama Jack brusquement rassuré par son accueil tout en s’avançant, les bras ouverts, vers la curieuse femme dont la robe semblait être faite de loques cousues entre elles.

 

A la stupéfaction d’Elizabeth, la femme ignora totalement le pirate pour darder ses yeux sombres sur elle.

« Toi ! Souffla-t-elle. Toute ta vie est guidée par un destin plus fort que toi, Elizabeth Seymour… »

Elizabeth frissonna à ce rappel de son mariage malheureux tandis que Jack écarquillait les yeux de surprise. Derrière elle, la jeune femme sentit la présence rassurante de Will et elle regarda la femme, stupéfiée.

« Nous nous connaissons ? Demanda-t-elle, fouillant sa mémoire mais certaine que si elle avait rencontré une femme aussi étrange, elle s’en souviendrait

- C’est toi qui veut me connaître chérie… » Répondit la femme en approchant son visage du sien, ses lèvres frôlant presque les siennes.

 

Avant qu’Elizabeth n’ait eu le temps de l’interroger sur le sens de cette curieuse déclaration, Jack intervint et prit la femme par le bras.

« Tia, ma belle… Je ne pensais pas que tes … appétits te portaient vers les femmes. Je suis surpris. » Plaisanta-t-il.

Tia secoua la tête et fit signe à Elizabeth de s’asseoir avant de se tourner vers Jack.

« Pourquoi es-tu là ?

- Un renseignement.

- Tu sais qu’il faut me payer. » Déclara Tia d’un ton sec avant de se pencher avec un sourire vers Elizabeth sous le regard inquiet de Will.

 

Jack fouilla ses poches et en ressortit un objet plat et long qu’Elizabeth identifia comme une pierre banale mais qui parut intéresser la sorcière.

«  J’y ai pensé. »

Tia empocha prestement la pierre et se laissa retomber sur un siège, le regard calculateur.

« Que veux-tu savoir ?

- Je veux savoir, si l’on peut poignarder le cœur de Jones… »

Elizabeth se tourna vers Jack avec horreur tandis que les autres marins se signaient sous le regard choqué de Will.

« Davy Jones… Soupira Tia Dalma. Tu veux savoir si la légende dit vrai…

- Qui est Davy Jones ? » Ne put s’empêcher de demander Elizabeth sous le regard agacé de Jack.

 

Tia se tourna vers elle et la fixa. L’intensité de son regard brûla presque la jeune femme.

« Davy Jones est le capitaine maudit du Hollandais Volant… Susurra-t-elle tandis que Jack levait les yeux au ciel et farfouillait parmi les bibelots abandonnés ça et là. Un marin qui a perverti sa tâche de guide des âmes… s’arrachant le cœur et le plaçant dans un coffre fermé à clef qu’il a dissimulé à tous les regards… »

Elizabeth déglutit et lança un regard reconnaissant à Ragetti qui posa la question qu’elle s’apprêtait à demander.

« Il, il s’est pas vraiment arraché le cœur dites ?

- Ne soit pas stupide. Le gronda Gibbs. C’est impossible. » Déclara-t-il avant de se tourner vers Tia avec un air de doute.

 

La sorcière reprit la parole, les yeux rivés à ceux d’Elizabeth.

« Il ne pouvait plus vivre. Toutes les joies quotidiennes lui étaient devenues souffrance. Alors il a arraché son cœur encore battant de sa poitrine et l’a placé dans un coffre. »

Elizabeth interloquée, secoua la tête.

« Mais pourquoi ? Demanda-t-elle d’une voix faible.

- Devine chérie… Répondit Tia en lui caressant la main. Qu’est-ce qui vexe les hommes ?

- Le calcul mental ? Suggéra Pintel

- La dichotomie entre le bien et le mal ? » Demanda Ragetti que tous dévisagèrent avec surprise.

 

Jack empocha un bijou et se tourna vers eux, l’air exaspéré.

« Une femme !!

- Oui, c’était bien une femme… Roucoula Tia Dalma. Une femme changeante comme l’océan. Il ne pouvait plus vivre sans elle, plus vivre sans son amour… » Murmura-t-elle d’un ton douloureux.

Elizabeth la regarda avec surprise et se pencha vers elle.

« Et … à quoi sert son cœur dans ce cas ? »

 

Tia sourit et leva la tête en direction de Jack.

« C’est sa seule faiblesse… La seule chose qui permet de vaincre le démon. Mais pour toutes les choses que l’on désire il y a un prix à payer…

- Et lequel est-ce ? » Demanda Will, agacé par les mines de la sorcière.

Tia se retourna brièvement vers lui avant de poser à nouveau son regard sur Jack.

« Celui qui poignarde le cœur doit prendre la place de Jones et guider les âmes dix années durant sans jamais faillir…

- Et que se passe-t-il au bout des dix ans ? Demanda Elizabeth, la gorge sèche

- Il met pied à terre pour une journée avant de repartir vers l’au-delà. Sauf si un amour sincère l’a attendu, alors son cœur lui est rendu et il peut reprendre sa vie tandis qu’un autre lui succède.

- Et si, si personne ne l’attend ? Murmura Elizabeth, touchée par l’histoire.

- Alors, il repart pour dix années chérie…

- C’est, c’est ce qui lui est arrivé n’est-ce pas ? Demanda Elizabeth dans un chuchotement. A Jones ? Personne ne l’attendait ….

- Personne. Confirma Tia les yeux dans les siens. Elle n’était pas là…. »

 

Le regard de Jack s’étrécit alors qu’il réfléchissait aux informations que Tia venait de lui fournir.

« Bugger… Marmonna-t-il pour lui-même. Ça n’était pas prévu comme ça, capitaine à jamais … Sourit il brutalement, incapable de décider si c’était une bonne idée

- Es-tu certain de ce que tu désires Jack ? » L’interpella brutalement Tia

Jack releva la tête et arbora un air de gamin pris en faute.

«Où trouve-t-on le Hollandais Volant ? » Demanda-t-il sans répondre.

 

Tia Dalma se pencha sur sa table et ramassa des pinces de crabes avant de les jeter.

« Guidés par le destin… Susurra-t-elle, les yeux dans ceux d’Elizabeth.

- Très bien. Affirma Jack. On y va, Will le moment est venu de rembourser ta dette tu iras sur le Hollandais Volant. Pour trouver le cœur et me le ramener. La suite me regarde. Annonça-t-il en se dirigeant vers la porte.

- Es-tu sur de ce que tu désires Jack ? L’interpella à nouveau Tia.

- Parfois il suffit d’avoir un moyen de pression. Répondit mystérieusement Jack en s’effaçant brutalement pour laisser passer Elizabeth qui n’était pas mécontente de quitter les lieux. Duchesse. »

Perplexe Elizabeth remonta dans la chaloupe et Will se glissa à ses côtés.

« Qu’a-t-il en tête ? Lui demanda-t-elle tout bas. Il veut prendre la place de Jones ?

- Et devenir immortel… Murmura Will. Je l’ignore Elizabeth. » Admit il tandis que la chaloupe reprenait la route du Pearl dans un silence encore plus lourd qu’à l’aller…

 

Chapitre 8                                                                                                 Chapitre 10

Écrire commentaire

Commentaires : 0