Chapitre 20 Renaissance

Elizabeth sombra dans l’inconscience lorsque Jack projeta son corps inanimé dans l’eau froide de l’océan, son cœur ralentit peu à peu alors qu’elle tentait pourtant de lutter encore. Lutter pour rester à la surface et pour rester en vie. Pour serrer son enfant dans ses bras. Pour Will. L’eau salée la submergea, elle se sentit étouffée et se demanda pourquoi Jack lui avait refusé la grâce de mourir dans les bras de son amour.

 

Puis tout devint noir.

 

()()

 

 Sur le Endaviour Trader, Edward poussa un hurlement de rage pure en voyant le corps sanglant d’Elizabeth être happé par les flots tandis que Beckett accusait le choc de la surprise.

« Mais il est malade… » Murmura-t-il en regardant Jack.

Edward se retourna vers lui, hargneux.

« Je vous avais spécifié que je la voulais vivante !! »

 

Beckett avala brutalement sa salive devant la lueur démente qui brillait dans le regard du Duc.

« Sparrow est devenu fou … Je, il reste Turner. Tenta-t-il

- Détruisez-les. Ordonna Edward. Maintenant !!! Je veux les voir souffrir et mourir. »

 

()()

 

 Will, étroitement serré par les bras de Jack se débattit faiblement alors que le pirate marmonnait avec rage.

«  Ne fais rien de stupide Will. Pour une fois, ne fais rien de stupide.

- Tu l’as tuée… Murmura Will en fixant un regard triste sur Jack. Elle avait une chance et tu l’as tuée.

- Non c’est cette chose qui l’a tuée. Répondit Jack en désignant d’un mouvement de tête la cabine de laquelle s’échappaient des vagissements. Moi je tente de nous sauver tous. »

 

Will ne répondit pas, brisé par la perte d’Elizabeth et Jack regarda avec angoisse les navires de l’armada se rapprocher d’eux, leurs bouches prêtes à cracher le feu.

« Bon dieu Elizabeth si vous voulez un jour être utile à quelque chose c’est maintenant… » Marmonna-t-il avant de donner l’ordre à ses hommes de canonner.

()()

 

La douleur fut fulgurante et elle poussa un hurlement alors qu’il lui semblait qu’on lui arrachait le cœur de la poitrine.

« Besoin d’un capitaine. » Entendit-elle scander autour d’elle alors qu’elle s’efforçait péniblement d’ouvrir les yeux, surprise de sentir des planches sous son dos.

 

Alors qu’elle ouvrait les yeux, la douleur et la tristesse s’envolèrent brusquement et laissèrent place à une vigueur qu’elle n’avait jamais soupçonnée. Elizabeth regarda autour d’elle et tenta de remettre de l’ordre dans ses pensées brouillées. Il y avait eu le bébé, la naissance, la douleur. Elle avait failli le perdre mais c’était elle qui s’était perdue. Puis les sanglots de Will couvrant les vagissements de l’enfant. Puis Jack qui la soulevait dans ses bras et la suppliait de tenir un peu… Sa main qui se refermait sur la poignée de l’épée du pirate. La main de Jack sur la sienne, l’avait forcée à appuyer, l’épée s’était enfoncée dans une matière spongieuse. Puis il y avait eu l’océan.

 

Elizabeth cligna des yeux et observa brièvement ceux qui l’entouraient et qui peu à peu reprenaient forme humaine. Alors elle comprit. Jack lui avait fait poignarder le cœur de Jones.

« Le Hollandais Volant doit avoir un capitaine. Scanda l’homme le plus proche d’elle. Quels sont vos ordres capitaine ? »

Elizabeth, les vêtements rosis par le sang, se força à se lever, se souvenant brutalement des hommes de son époux, des canons de l’armada prêts à tirer sur le Pearl où étaient son enfant et Will.

« En surface !! Hurla-t-elle, prise par l’urgence de la situation. Maintenant !! »

 

()()

 

Les canons de l’Endaviour crachèrent le feu sous le regard satisfait d’Edward et les boulets se précipitaient vers leur cible lorsqu’une vague énorme brisa soudain l’océan sous leur trajectoire et fit apparaître un navire qui se plaça devant le Pearl.

« Qu’est-ce que… » Bredouilla Edward tandis que Beckett, blanc comme un linge observait l’apparition.

 

Les boulets de canons pénétrèrent la coque du Hollandais Volant sans faire le moindre dommage et sur le Pearl, Jack poussa un soupir soulagé.

« Merci Lizzie … Murmura-t-il avant d’aboyer ses ordres. A vos postes !! Tirez !! Comme si vous étiez payés pour ça !! »

Will releva le visage et fixa la femme à la barre du navire qui venait de les sauver, n’osant tout à fait en croire ses yeux.

« Elizabeth… » Murmura-t-il avant de jeter un regard reconnaissant à Jack.

Le pirate sourit brièvement et lui désigna la cabine.

« Va calmer cette chose, j’en ai marre de l’entendre hurler. » Déclara-t-il simplement.

 

()()

 

Sur le Hollandais Volant, Elizabeth grimaça en rencontrant le regard choqué et effrayé de son mari. Une main sur la barre la jeune femme manœuvra légèrement, laissant un instinct aussi brutal qu’irrésistible l’envahir.

 

Edward la vit aussi et se précipita au bastingage, le visage plus que jamais agité par des tics.

« Sale garce !! Tu vas voir lorsque je t’aurais remis la main dessus ! Tu vas souffrir ma belle ! Tu regretteras de ne pas être morte !!

- Je ne crois pas Edward. Répondit froidement Elizabeth qui ressentit une bouffée d’exaltation à l’idée qu’elle allait enfin faire payer à son époux le mal qu’il avait fait, à elle comme à d’autres. FAITES FEU !!! Hurla-t-elle à son récent équipage. FEU A VOLONTE !!!! »

 

Elizabeth, un sourire aux lèvres, regarda l’Endaviour exploser sous le feu de ses triples canons.

« Il y a trois choses que vous auriez dû savoir Edward. La première est que les hommes et les femmes n’appartiennent à personne. La seconde est que chacun doit être libre d’obéir à ses propres règles. Quant à la dernière, murmura-t-elle en regardant l’Endaviour Trader exploser. Si vous dérogez à l’une de ces règles vous le regretterez amèrement. Souffla-t-elle en surprenant le regard surpris de Beckett une demi-seconde avant la mort du Lord.

 

()()

 

L’armada, échaudée par la destruction de leur navire amiral se replia brusquement, laissant libre le Pearl, et Jack sourit.

« Des complications, toujours des complications mais je suis le meilleur… » Pavoisa-t-il

A ses côtés, Will, son enfant à présent calme dans ses bras, jeta un regard nostalgique en direction du Hollandais Volant.

 

()()

 

Elizabeth se pencha au bastingage et chercha le regard de Will dont elle apercevait la silhouette. Le jeune homme tenait leur enfant dans ses bras.

« Capitaine ? » Demanda un homme dans son dos.

Elizabeth comprit la question implicite et répondit, son regard brûlant posé sur Will

« Capitaine Elizabeth… Turner. »

 

L’homme s’étrangla à demi et s’approcha d’elle. Il suivit la direction de son regard, à demi surpris de voir qu’elle regardait celui qu’il avait reconnu comme son fils.

« Votre époux ?

- Mon promis… Répondit Elizabeth d’une voix nostalgique. Et notre enfant.

- Un jour à terre contre dix ans en mer, c’est cher payé. Commenta Bill.

- Tout dépend de cette journée… Murmura Elizabeth. Comment vous appelez vous ?

- Bill, Bill Turner. Répondit ce dernier en nouant son regard à celui de la jeune femme.

- Vous êtes ? Balbutia-t-elle.

- Oui. Confirma Bill. Mais William l’ignore et je ne veux pas qu’il apprenne. Il ne me doit rien… Et moi je crois que vous aurez bien besoin d’un peu d’aide pour barrer ce navire. Souffla-t-il en plongeant son regard dans celui d’Elizabeth.

- Je le crois aussi… »Répondit la jeune femme avec tristesse.

 

()()

 

Un peu perdu, à la fois heureux et triste, Will s’avança, son enfant dans ses bras et commença ses adieux à l’équipage qui l’avait aidé et soutenu depuis qu’il avait rejoint la piraterie par dépit.

« Les rames sont dedans. » Lui glissa Gibbs en lui désignant la chaloupe.

Le vieil homme refoula une brutale émotion et détourna les yeux. Will se contenta de sourire, son bébé dans les bras et salua d’une poignée de main l’équipage avec qui il avait partagé les joies du quotidien durant de nombreuses années et qui s’était réuni pour le voir partir.

 

Finalement, il parvint jusqu’à Jack et donna brièvement le bébé à la sage-femme pour étreindre son ami.

« Tout doux mon gars. Le repoussa gentiment Jack. J’aime les filles

- Je n’ai jamais été un pirate. Répliqua Will, cherchant à expliquer son adieu.

- Tu aimerais t’en convaincre… » Souffla Jack en le regardant partir, son enfant dans les bras

 

()()

 

Le bébé dans les bras, Will planta son épée dans le sable rose de l’île où Elizabeth avait choisi de passer sa dernière journée. Un sourire tremblant aux lèvres, il s’approcha de la jeune femme et leurs regards se nouèrent étroitement.

« Je te présente ta fille. Annonça-t-il en lui tendant le bébé. Notre fille. »

 

Un regard émerveillé lui répondit. Elizabeth prit doucement l’enfant dans ses bras et écarta la couverture soigneusement disposée qui cachait en partie son petit visage.

« Ce que nous avions toujours voulu… Murmura-t-elle en fixant avec attendrissement son bébé.

- Oui. Répondit Will, le cœur serré. Elizabeth, comment veux-tu ?

- Jacklyn. Répondit la jeune femme au même moment. Parce que…

- Je comprends. La coupa tendrement Will. Moi aussi. »

 

Elizabeth sourit et caressa légèrement la joue de l’enfant.

« Jacklyn Arabella Turner.

- Comme il se devait. » Ajouta Will en nouant ses doigts aux siens

Elizabeth posa un regard avide sur l’enfant et reprit

« Elle le savait tu sais

- Qui ça ?

- Tia Dalma…. Lorsque nous sommes allés la voir avec Jack et qu’elle nous a raconté l’histoire de Jones. Elle savait qu’un jour je serais à sa place. »

 

Will blêmit à ce rappel de la charge qui attendait Elizabeth et lui saisit brusquement la main.

« Ne dis pas ça…

- Non Will, écoute-moi. Le coupa la jeune femme qui dévorait sa fille du regard. Ne m’attends pas, donne une mère à Jacklyn. Épouse Amy ainsi qu’il se devait. Tu l’aimes et si je… »

Will resserra sa main sur son poignet et songea fugacement à Amy qu’il avait laissée dans les geôles de Jack, écœuré par sa duplicité.

« La mère de Jacklyn c’est toi. Pas une autre. Tout comme tu es celle que j’aime.

- Will… Tenta Elizabeth.

- Je t’aime. » Répondit le jeune homme avant de la bâillonner d’un baiser.

 

Elizabeth répondit à son étreinte tandis que Jacklyn s’endormait peu à peu. Avec douceur, Will reprit l’enfant de ses bras et la déposa soigneusement dans la chaloupe.

« Elizabeth, voudrais tu être ma femme ? »

La jeune femme hésita, les yeux brillants de larmes de joie.

«  Je …

- Maintenant Elizabeth ou alors il nous faudra attendre dix ans…

- Oui. Souffla la jeune femme qui se sentait plus égoïste que jamais.

- Alors marie nous, tu es capitaine. Tu le peux. »

Elizabeth grimaça, oscillant entre rire et larmes.

« William Turner, acceptes tu de me prendre pour légitime épouse pour le meilleur et pour le pire ? Même si le pire est devant nous ? Répondit-elle

- J’accepte ton offre. Répondit Will avec un sourire. Et toi ?

- Oui………. » Souffla Elizabeth en retenant des larmes d’émotion.

 

Will se pencha tendrement vers Elizabeth et scella leurs lèvres en un tendre baiser

« Je vous aime Madame Turner. Souffla-t-il

- Moi aussi… » Répondit Elizabeth éperdue de bonheur alors qu’il la renversait dans le sable.

Ils firent l’amour lentement et prirent le temps de se redécouvrir alors que Jacklyn dormait profondément comme si le fait que ses parents s’unissent enfin lui avait donné la paix à laquelle elle aspirait.

 

Elizabeth leva un regard rempli de plaisir vers le ciel avant de voir le soleil qui, déjà, disparaissait à l’horizon. Sans un mot elle se leva et chercha ses vêtements que leur passion avait éparpillés sur le sable.

« Il me faudrait l’autre botte. Annonça-t-elle en souriant de plaisir tandis que Will la lui glissait doucement et embrassait sa peau nue à mesure que la botte la couvrait.

- Le soleil va bientôt se coucher. » Soupira Elizabeth

 

Elle prit sa fille contre elle et la serra à regret dans ses bras. Elizabeth câlina quelques instants son enfant avant de pousser un soupir lourd tandis qu’elle la remettait, encore endormie, dans son berceau improvisé. Après cela elle se dirigea vers la plage et souleva un coffre délicatement ouvragé.

« Will… Quelques aient été mes erreurs il t’a toujours appartenu. Soupira-t-elle en lui tendant le coffre qui contenait son cœur.

- Je le garderais. Souffla Will en posant son front contre le sien, anéanti à la pensée qu’elle allait partir.

- Surveille l’horizon… » Soupira Elizabeth avant de se détourner à regret, lui laissant le coffre.

 

Will la regarda s’éloigner jusqu’à ne plus supporter les adieux. Rapidement, il posa le coffre et courut vers elle

« Elizabeth !!! » Cria-t-il

La jeune femme se retourna puis noua ses bras autour de son cou et répondit à son étreinte avec désespoir. Leurs lèvres se nouèrent et s’épousèrent avec avidité.

« Je t’attendrai…. Soupira Will

- Garde un œil sur l’horizon… » Souffla Elizabeth en caressant une dernière fois la joue de Jacklyn.

Les yeux brouillés par les larmes, elle monta dans sa chaloupe, Will la regarda faire, impuissant.

 

L’instant d’après Elizabeth avait disparu, laissant Will et Jacklyn seuls….

 

Chapitre 19                                                                                                   Epilogue

Écrire commentaire

Commentaires : 0