Chapitre 18 Amy tisse sa toile & Jack obtient satisfaction

Les semaines puis les mois s’écoulèrent dans un climat tendu sur le Pearl, Amy refusa dans un premier temps d’adresser la parole à Will ou à Elizabeth jusqu’à ce qu’à bout de patience, Jack exige que la paix revienne sur son navire en effet la guerre entre le couple et la fiancée délaissée rejaillissait sur l’ensemble de l’équipage. Amy avait donc rendu les armes afin de préserver sa place à bord, la jeune femme s’adoucit envers Will puis curieusement envers Elizabeth dont la grossesse devenait de plus en plus visible.  

 

Le jeune forgeron ne pouvait que se féliciter de cette apparente réconciliation, soulagé de constater qu’Amy paraissait lui avoir pardonné. Même si ça n’était pas l’essentiel à ses yeux. Non l’essentiel, c’était la vie qui s’épanouissait dans le ventre d’Elizabeth, donnait des coups vigoureux qui coupaient la respiration de sa mère mais ravissaient le jeune père en devenir. Elizabeth grossissait donc, ses joues rougies par le bon air marin et engoncée dans les vêtements empruntés à Gibbs, seul membre d’équipage dont les habits étaient suffisamment larges pour contenir le ventre de la future maman.

 

De son côté, Jack désespérait de trouver enfin l’île où il pourrait s’emparer du cœur de Jones tout en ignorant toujours ce qu’il ferait du dit cœur une fois qu’il l’aurait trouvé. Plus le voyage, qui s’apparentait de plus en plus à un calvaire, avançait moins il lui paraissait envisageable de trouver un volontaire pour prendre la place de Jones. Will nageait dans le bonheur, ce qui lui donnait un air bovin, Elizabeth resplendissait et paraissait avoir définitivement tourné la page des premiers mois de sa grossesse quand à Amy, elle semblait s’être résignée à la situation et fondait peu à peu devant le ventre arrondi d’Elizabeth. Ce qui était suspect, très suspect. Cependant, Jack avait beau avoir maintenu une surveillance aussi discrète qu’efficace autour de la jeune pirate, son intuition n’avait jusqu’à présent trouvé aucun écho dans les actes d’Amy.

 

Le voyage interminable se poursuivait donc mollement, entrecoupé par les exclamations ravies de Will à chaque nouveau signe de vie de junior, par les nausées et les sautes d’humeur d’Elizabeth et par le visage placide d’Amy. Sans oublier la sage-femme enlevée à leur dernière escale qui semblait peu à peu se faire à l’idée qu’elle naviguerait avec des pirates tant qu’Elizabeth ne serait pas arrivée à terme (le fait de ne pas être menacée de viol avait facilité les choses). Jack jeta un coup d’œil dégoûté à la vieille femme à demi édentée qui se traînait sur le pont et songeait qu’il aurait d’ailleurs fallu bien du courage pour attenter à l’honneur de celle-ci lorsqu’une secousse violente ébranla le Pearl.

 

Elizabeth poussa un hoquet de surprise et se retourna vers Jack.

« Vous pourriez pas prévenir non !!!

- Désolé votre Altesse mais je n’y suis pour rien. » Grinça le pirate, agacé de constater que la jeune femme semblait une fois de plus être dans une phase d’énervement total.

Une nouvelle secousse, plus forte cette fois, ébranla le Pearl et Elizabeth s’agrippa au bastingage.

«  Jack !

- Mais je n’y suis pour rien !! » S’énerva le pirate.

 

Contre toute attente, la sage-femme prit la parole.

« C’est le signe de la bête. Lâcha-t-elle d’un ton sépulcral qui fit frémir Gibbs

- De, de la bête ?

- Arrête avec tes contes de bonne femme ! » L’interpella Jack.

La sage-femme se retourna vers lui et lui fit un sourire édenté

« Oh toi… Tu sais de quoi il est question j’en suis certaine ! »

Jack blêmit légèrement tandis qu’une nouvelle secousse les faisait osciller.

« Pas du tout. » Tenta-t-il.

La femme secoua la tête.

« Tu es un marin, tu le connais certainement.

- Qui ça ? Demanda Elizabeth

- Personne. Intervint Jack. Et pour une sage-femme je trouve que celle-ci à la langue bien pendue.

- C’est pas la première fois que des marins m’emmènent pour accoucher une de leurs putains. Intervint la vieille. Et c’est pas la première fois que je vois le Kraken à l’œuvre.

- Kra..ka..Ken… » Bredouilla Ragetti en jetant des coups d’œil inquiets autour de lui.

 

Jack surprit les mines de son équipage et fixa la vieille.

« Allons, il n’y a pas de Kraken ici et il n’y a aucune raison pour que Commença-t-il avant de s’interrompre, bouche bée en voyant le Hollandais Volant jaillir à quelques mètres d’eux.

- Jack ? Bredouilla Elizabeth, inquiète.

- A l’intérieur. Lui ordonna Jack. Vite. Et maintenez Turner avec vous. Jones ne doit pas le voir. Cachez vous ! Siffla-t-il d’un ton où perçait l’urgence sous le regard satisfait de la vieille.

- Bon dieu Sparrow. Mais qu’est-ce que tu as encore fait ? Grinça Amy dans son dos.

- Si la vie à bord ne te plait pas. » Répondit Jack en suivant du coin l’œil Elizabeth qui s’engouffrait dans le navire.

 

Amy n’eut pas le temps de rétorquer que, déjà, Jones se matérialisait sur le pont du Pearl.

« Gaaaa ! S’exclama Jack. Je déteste quand tu fais ça. Annonça-t-il tandis que l’équipage se liquéfiait sous l’effet de la peur.

- Tu as une dette envers moi Sparrow. Annonça Jones.

- Mais techniquement le terme n’est pas encore arrivé. » Répondit Jack.

Jones eut une caricature de sourire et plongea un regard glacial dans celui de Jack.

« Il te reste trente jours Jack…

- C’est-ce que je disais. »

 

Jones garda le silence un moment avant de tourner un regard acéré vers le pirate

« Dis-moi Jack, est-ce que le nom de William Smith t’évoque quelque chose ? »

Une sueur froide remonta le long du dos de Jack et il comprit que l’autre soupçonnait quelque chose.

« Smith ? Hmmmm…. Fit il mine de réfléchir. Non pas du tout mais je le croise je lui dirais que tu le cherches. Conclut-il avec un grand sourire

- C’est tout de même un drôle de hasard que ce Smith se soit introduit sur mon navire il y a quelques mois pour me dérober quelque chose alors que ta dette approche de son terme. Susurra Jones.

- Oh tu sais les coïncidences, le destin tout ça. Répondit Jack d’un air nonchalant. Enfin je ne t’apprends rien, tu en connais un rayon sur le destin. »

 

Jones verdit de rage et ses tentacules se dressèrent brusquement.

« Ne parle pas de destin !!! »

Jack déglutit légèrement tandis que l’autre posait un tentacule sur son épaule et le poussait vers le bastingage.

« Je pourrais fouiller ton navire. Susurra-t-il. Et retrouver ce qui m’appartient et qui ne te seras d’aucune utilité.

- Je ne vois pas de quoi tu parles. » Répondit Jack.

Le regard de Jones s’illumina d’un éclat dur et la pression du tentacule sur l’épaule de Jack s’accentua.

« Un mois Jack, c’est tout ce qu’il te reste. Peut être moins s’il te prenait l’envie de me doubler. Tu me dois cent ans de servitude et tu les feras ou alors … Regarde ce qui t’attend ! » Rugit Jones en désignant un troisième navire.

 

Un grondement retentit depuis les profondeurs tandis que le vent se levait brutalement et amenait avec lui une odeur putride qui donna à Jack l’envie de vomir. Impuissant, il vit des tentacules géants s’enrouler autour du navire avant de discerner la gueule démesurée d’un monstre qui s’empara d’un homme et le broya de ses dents gigantesques.

« Tu comprends Jack ? » Lui demanda Jones d’un ton amusé.

Un dégluti lui répondit et Jones poursuivit.

- Le Kraken, c’est ma bête. Elle punit ceux qui ne respectent pas leur parole…

- Et, et que fait cette bestiole au juste ? Enfin à part punir … Demanda Jack d’une voix faiblarde

- Elle dévore les hommes et les âmes et les emmène dans un endroit pire que la mort. Répondit Jones.

- Tu fais pas un peu dans le mélodrame ? Plaisanta Jack qui riait jaune.

- Regarde ! Répondit Jones alors que le Kraken engloutissait d’un coup le navire, sous les regards effarés de l’équipage.

- Charmant animal de compagnie. Commenta Jack.

- Te voilà prévenu Sparrow… Murmura Jones à son oreille. L’homme qui s’attire mon courroux subit la vengeance de ma bête. »

 

Le temps de cligner des yeux, Jack était à nouveau seul. Le Hollandais Volant s’enfonça dans les profondeurs et laissa derrière lui un paysage désolé au silence oppressant tandis, qu’à la surface, flottaient quelques morceaux de bois du malheureux navire qui avait servi d’exemple.

« Bon dieu Jack ça va ? Demanda Gibbs qui n’en menait pas large.

- Je me sens un peu nauséeux. Répondit Jack en voyant du coin l’œil une trace gluante sur sa veste à l’endroit où Jones l’avait saisi.

- Je croyais que cette histoire de dette avait été réglée. Souffla Gibbs tout bas.

- Différée, mais ne t’inquiète pas je suis le meilleur… »

 

Derrière eux, Amy tendit l’oreille et Jack s’interrompit brusquement avant de se tourner vers l’équipage.

« Allons, allons, le spectacle est fini, les voiles tout ça !! » Ordonna-t-il en tapant des mains.

Will et Elizabeth apparurent alors, la mine allongée.

« Jack qu’est-ce qui s’est passé ?

- Rien, rien d’inquiétant. Répondit le pirate, le regard fuyant.

- Mais cette bête, le bateau, elle l’a, elle l’a… Bredouilla Elizabeth.

- Jones a toujours été du genre à se vanter. Expliqua Jack. Vous devriez rentrer trésor, vous êtes toute pâle.

- Pas sans explications ! S’exclama Will. Si nous courrons un danger nous avons le droit de savoir !! En particulier Elizabeth et notre enfant. »

Jack leva les yeux au ciel tandis qu’Amy baissait rapidement le regard.

« Si tu veux tout savoir c’est toi qu’il cherchait Turner. Tu devrais plutôt me remercier de ne pas t’avoir livré à sa bestiole.

- Quoi ??? Mais je n’ai fait que ce que tu me demandais ! S’outragea Will.

- Des détails tout ça. Répondit Jack d’un ton nonchalant. Au lieu de discuter sur les termes tu ferais mieux d’aider l’équipage. Jones ne peut aller à terre qu’une fois tous les dix ans. C’est donc à terre que ta précieuse duchesse et son marmot seront en sécurité. Lui asséna Jack avant de lui claquer la porte de sa cabine au nez.

- Jack ! S’énerva Will avant de renoncer, conscient qu’il ne tirerait rien du pirate. Bon sang mais qu’est-ce qu’il mijote encore ! » Murmura-t-il.

 

Amy posa la main sur son épaule.

« Si tu veux mon avis, rien de bien net… A ta place, je partirais du Pearl le plus vite possible. »

Will se retourna vers elle, surpris.

« Tu t’inquiètes pour moi ? »

Amy haussa les épaules.

« Peut être bien, allez viens, ce bateau ne va pas bouger tout seul. »

 

()()

 

Une fois seul dans sa cabine, Jack prit une bouteille de rhum d’une main tremblante avant de se reprendre, songeant au spectacle auquel Jones l’avait forcé à assister. Le Kraken était donc lié au Hollandais Volant, le contrôler ferait de lui le plus grand pirate de tous les temps. Il pourrait couler à l’envie les navires de la Compagnie des Indes, s’emparer de leurs richesses, régner sur les mers.

« Le Seigneur Sparrow. Murmura-t-il. Ça sonne bien. Non, le légendaire Capitaine Jack Sparrow ! Beaucoup plus mieux ça ! » Se réjouit-il.

 

Sauf qu’il y avait toujours cette stupide condition d’âmes à guider sous peine de devenir un monstre. A moins que, il devait bien exister un moyen de poignarder le cœur et de s’approprier les avantages de Jones sans les inconvénients, non ? L’esprit en ébullition, Jack réfléchit rapidement. Un mois. Il ne lui restait qu’un mois pour trouver le cœur et la solution. En supposant que Jones ne s’aperçoive pas de ce qu’il avait fait avant ça. Peut-être qu’il aurait le temps d’aller jusqu’au bayou, Tia Dalma connaissait sûrement un moyen. Et puis s’il n’y en avait pas, il pourrait toujours prendre la place de Jones. Il s’efforcerait de remplir la tâche à laquelle ce dernier avait failli tout en inscrivant son nom dans la légende. L’immortel Capitaine Jack Sparrow !

 

()()

 

Trois jours plus tard, le Pearl jetait l’ancre au large de l’île dite des Quatre Vents dont la réputation n’était plus à faire. En effet, une légende courrait sur cette dernière, légende qui racontait comment toute la population de l’île, principalement constituée de moines, avait péri de la peste suite à une malédiction lancée par un dieu que les manquements réguliers de la communauté qui n’avait de religieux que le nom avait courroucé. Jack sourit légèrement et songea qu’il n’y avait pas de meilleur endroit pour dissimuler le cœur d’un maudit comme Jones. Il poussa son équipage en avant et jeta une pioche à Will.

« Tu creuses et tu trouves le coffre. Si la clef l’ouvre ta dette envers moi sera payée. »

 

Will prit la pioche avec un sourire dépité et fixa l’île qui s’étendait à l’horizon, se demandant visiblement s’il devrait la retourner entièrement. Derrière eux, engoncée dans ses, décidemment peu flatteurs, vêtements Elizabeth se préparait à monter en chaloupe lorsque le glapissement de Jack l’arrêta.

« Puis-je savoir où vous allez Duchesse ?

- Et bien je crois que c’est clair non ? Je viens avec vous, enfin avec Will. Précisa Elizabeth.

- Quoi ? Mais non !! S’énerva Jack. Vous allez nous retarder.

- Je ne laisse pas Elizabeth seule. Surtout pas après la visite de Jones. » Intervint Will, le visage ferme.

 

Jack jeta un petit regard affolé autour de lui avant de se résoudre à subir la présence de la jeune femme.

« Bien, mais si vous êtes fatiguée ou en difficulté ne comptez pas sur moi pour ralentir.

- Qui vous dit que j’aurais besoin de votre aide ? Répondit Elizabeth avec froideur.

- Oh, vous n’avez pas toujours dit ça trésor… » Susurra Jack constatant avec satisfaction que la jeune femme rougissait.

 

Après un dernier regard noir à l’intention du capitaine, Elizabeth prit place dans la chaloupe et Will l’installa tendrement. Réprimant un soupir, Jack s’installa à son tour et sa mine s’allongea en constatant qu’Amy leur emboîtait le pas.

« Ne me dis pas que tu viens aussi !!

- Si. Je suis curieuse de voir ça. » Répondit la jeune femme sans que Jack ne réussisse à trancher sur le sens de ses paroles. Voulait-elle voir Elizabeth se débrouiller ? Ou au contraire le coffre de Jones ? L ‘un comme l’autre paraissait suspect à Jack et il fit signe à Gibbs de les accompagner.

 

Le petit groupe bigarré débarqua ainsi sur l’île et Elizabeth souffla lourdement lorsque ses pieds s’enfoncèrent dans le sable.

« Pas très accueillante comme île… Ne put-elle s’empêcher de déclarer

- Personne ne vous a demandé de venir. » Rétorqua Jack avant de se mettre en route, le compas dans les mains.

Will et Elizabeth échangèrent un regard de connivence devant la mine concentrée de Jack et leurs mains se rejoignirent sous le regard haineux d’Amy qui se reprit et afficha un large sourire à l’idée que le terme du voyage arriverait bientôt.

 

A bout d’un moment, ils parvinrent jusqu’au milieu de la plage et Jack s ‘immobilisa.

« Là. » Déclara-t-il à Will en lui enjoignant de creuser.

Avec un soupir las, le jeune homme obtempéra et au bout d’une demi-heure d’efforts silencieux, un bruit mat retentit.

« Pousse-toi ! Ordonna Jack. Faut surtout pas l’abîmer. »

Quelques minutes furent nécessaires pour extraire le coffre du sol et Jack l’ouvrit avec impatience, écartant les morceaux de parchemin et de dentelle jaunis par les années pour extraire un coffre plus petit duquel s’échappait un battement sourd et régulier.

« Le cœur de Jones… » Murmura Amy, surprise que Jack ait trouvé ce dernier.

 

Le pirate lui lança un regard méfiant tandis que Will et Elizabeth se rapprochaient l’un de l’autre. La jeune femme étreignit le veston de Will.

« Nous allons pouvoir partir à présent … Murmura Will à la jeune femme. Commencer une nouvelle vie, ailleurs.

- Est-ce que tu es sûr ? Demanda Elizabeth. Que tout ça ne va pas te manquer ? L’océan, le Pearl, Jack….. Amy …

- Rien ne peut me manquer tant que tu es avec moi. Souffla Will à Elizabeth, la faisant sourire de plaisir. Et toi ? Est-ce que tu es prête à mener la vie dont nous avions rêvé ?

- Tu sais bien que oui…Murmura tendrement Elizabeth.

- Alors nous sommes d’accord. »

 

Jack se tourna vers le deux amoureux et grimaça, agacé par leurs roucoulades.

« On rentre sur le Pearl. On a pas de temps à perdre. Annonça-t-il

- Oui. Confirma Will. Elizabeth et moi, nous aimerions trouver un endroit pour nous installer.

- Plus tard. Répondit Jack. Pour l’instant nous devons remonter le fleuve.

- Encore ? Demanda Gibbs, surpris.

- Oui. Encore. » Répondit Jack avec un soupir.

Amy sursauta légèrement. Si Jack voulait se rendre dans le bayou, cela mettait son plan en péril. La jeune femme cherchait désespérément un moyen de le pousser à mouiller dans le port qu’elle avait indiqué à Mercer lorsque Will s’interposa.

« Tu avais promis Jack. Elizabeth est proche du terme et j’aimerais que nous soyons installés au moment où le bébé naîtra.

- Désolé Will mais nous devons voir Tia d’abord. Rétorqua Jack. Si le cœur vous en dit, vous n’aurez qu’à vous installer là-bas. »

 

Elizabeth fit une moue dégoûtée à cette suggestion et Will balbutia.

- Mais, non, il y a bien une île, sur le chemin…

- Il y en a une. Intervint Amy, saisissant sa chance. Elle est à un mois de navigation d’ici vers le sud.

- Impossible. Répondit Jack. J’ai besoin d’aller au bayou.

- Et moi je ne veux pas accoucher sur le Pearl. » Intervint Elizabeth.

Jack se tourna vers elle et la fixa.

« J’ai dit le bayou trésor. Du reste il y a une sage-femme à bord.

- C’est une île vaudou. Précisa Amy. Remplie de magiciens, rien de plus sûr. »

Will et Elizabeth échangèrent un long regard tandis que Jack réfléchissait rapidement. Une île vaudou remplie de magicien ? Dans ce cas l’un d’entre eux connaîtrait peut être une solution, un sort ou quelque chose dans ce goût-là. Après tout son expérience lui avait enseigné que les sorciers vaudous s’avéraient souvent efficaces.

« D’accord. Jeta-t-il brusquement. On va sur l’île… »

 

Will et Elizabeth se sourirent tandis que Jack notait du coin de l’œil l’expression de soulagement d’Amy. Un léger sourire aux lèvres il s’approcha de Gibbs.

« Une fois sur le Pearl, prend la direction du bayou. Lui souffla-t-il à mi-voix.

- Quoi ? Mais vous venez de dire … Commença Gibbs avant de s’interrompre, le souffle coupé par le coup de coude que venait de lui administrer Jack.

- Je ne sais pas ce qui doit nous attendre là-bas, mais ça ne me dit rien de bon. Murmura Jack en lui désignant Will et Elizabeth qui avançaient vers la chaloupe, suivis par Amy qui arborait un sourire mauvais.

- Oh, vous croyez ? Commença Gibbs.

- Crois-moi Gibbs, je connais Amy depuis des années et la femme qui navigue avec nous depuis notre dernière escale n’a rien de commun avec la véritable Amy. Répondit Jack. Alors on fait semblant de se rendre à son avis et on va au bayou Savvy ?

- Oui Capitaine. » Opina Gibbs avant de jeter à son tour un regard attentif à Amy.

 

Chapitre 17                                                                                             Chapitre 19

Écrire commentaire

Commentaires : 0