Chapitre 5 Combats

L'ile des épaves,

Salle du Conseil

 

Elizabeth, le visage fermé, était presque arrivée à la porte de la salle. Elle sapprêtait à mener les pirates vers une nouvelle bataille dont elle doutait quils sortent victorieux lorsque la voix du Capitaine Teague s’éleva. 

«  Seigneur Swann, attendez un instant. Je dois vous parler. »

Jack lança un regard aigu au Gardien du Code.

« Elle ? Tu me surprends … Je croyais que tu avais meilleur goût. Persifla-t-il

- Je le croyais pour toi aussi. Répondit Teague en jetant un coup d’œil en direction d’Angelica.

- Oh elle… Soupira Jack. Le rhum était frelaté. »

Elizabeth s’avança à contre cœur vers le vieux pirate et Teague lui adressa un léger signe de tête.

« Dégage petit. » Ordonna-t-il à Jack qui ne se le fit pas dire deux fois.

 

Une fois seul avec Elizabeth, Teague lui désigna le coffre qu’elle portait.

« Vous feriez mieux de laisser cela ici. »

Les mains de la jeune femme se crispèrent par automatisme sur le coffre et elle secoua négativement la tête.

«  Sûrement pas. Will me l’a confié et je compte bien continuer à le protéger …

- Ne soyez donc pas stupide. Lui rétorqua Teague. Que croyez-vous qu’il se passera si la Navy met la main sur vous ? Ou pire encore Blackbeard.

- Je n’ai pas l’intention de me faire prendre. Répondit sèchement Elizabeth.

- Certes, mais je suppose que vous n’aviez pas non plus l’intention de voir l’Empress au fond de l’océan. »

 

Le visage d’Elizabeth prit une expression douloureuse au souvenir du naufrage de la jonque qu’elle avait appris à aimer.

« Non… Murmura-t-elle.

- Seigneur Swann… Ce coffre et son contenu représentent plus que votre engagement envers le capitaine du Hollandais Volant. Expliqua Teague. S’il venait à tomber dans les mains de la Navy, nul doute que Lord Hawks agirait à l’instar de son prédécesseur en obligeant Turner à lui obéir.

- Encore faudrait-il qu’il sache à quoi sert ce coffre. Rétorqua Elizabeth

- Si Lord Hawks l’ignore ce dont je doute… Blackbeard, lui, saura quoi en faire. Son loa connaîtra les sorts qui lui permettront d’enchaîner le cœur à son service et donc Turner.

- Je ne compte pas me faire prendre par Blackbeard. Et je préférerais mourir plutôt que d’abandonner Will. »

 

Teague eut un sourire cynique.

«  C’est très louable de votre part Seigneur Swann. Mais cela ne suffit pas. La possession du cœur est un enjeu important dans cette guerre. Aussi vous m’obligez à vous ordonner de me le remettre. »

Elizabeth écarquilla les yeux autant choquée que surprise.

«  Vous m’ordonnez ???

- Oui … Pour la survie de la piraterie Seigneur Swann. Ainsi que le Code le prescrit.

- Je commence à trouver étrange que le Code ait toujours des articles qui vous arrangent en réserve. » Grinça Elizabeth en serrant le coffre contre elle.

 

La jeune femme recula brusquement devant le regard que Teague lui lança.

« Oseriez-vous mettre en doute le Code Seigneur Swann ?? »

La bouche sèche, Elizabeth déglutit.

«  Non mais…

- Écoutez… Il y a une seule règle ce qu’un homme peut faire et ce qu’un homme ne peut pas faire. Vous pouvez choisir de garder le cœur de votre mari ce qui le mettra en danger, ce que, je pense vous voulez éviter. Ou vous pouvez choisir de me le confier afin que je le protège comme je protège le Code depuis plus de trente ans. »

Elizabeth réfléchit et le fixa d’un regard sombre.

« Et si vous, vous étiez pris ? »

Teague sourit légèrement, la sentant céder.

«  Ce n’est pas moi qui part affronter Blackbeard. Quant au reste, je suis le Capitaine Teague trésor. »

Elizabeth grommela entre ses dents qu’elle comprenait maintenant d’où venait la vantardise de Jack et soupira.

« Allons Seigneur Swann. Parfois pour honorer ses engagements, il faut savoir faire mine de s’en défaire… » Ajouta Teague d’un ton sentencieux.

 

Elizabeth baissa les yeux sur le coffre et le caressa un instant avant de le tendre à Teague.

«  S’il lui arrive quoique ce soit. Je m’assurerais de mener la piraterie à sa perte. Déclara-t-elle d’un ton revêche.

- Je n’en doute pas. Répliqua Teague avec la même froideur. A présent rejoignez votre équipage Seigneur Swann. Vous avez une bataille à conduire. »

Elizabeth se détourna et s’empressa vers la porte, furieuse. Toutefois elle marqua un temps d’arrêt et se retourna.

« Pourquoi ne pas avoir ordonné à Angelica de nous dire où trouver son père ? »

Teague sourit.

«  Non ce que vous voulez savoir c’est pourquoi je vous l’ai imposée. Disons qu’il vaut mieux savoir où sont ses ennemis et les garder à ses côtés Seigneur Swann

- Vous ne la croyez pas… Réalisa Elizabeth. C’est pour ça que vous voulez garder le cœur de Will.

- Je la crois. Elle veut se venger. Reste à savoir de qui… » Murmura Teague.

 

Sur cette déclaration sibylline, le pirate se retira et laissa Elizabeth seule. La jeune femme soupira tristement, elle se sentait vide sans le cœur de Will. Elle sortit pour rejoindre les pirates qui se préparaient au combat.

 

 

Navire Amiral de la Compagnie

A proximité de l’île des Épaves

 

 

Le Commodore Groves sursauta, tiré de son sommeil, lorsque le feu des pirates se déchaîna brutalement sur eux. A demi habillé, le jeune commodore se précipita sur la cloche et l’agita avec des gestes désordonnés.

« A vos postes !! Les canons, les armes !! Nous sommes attaqués !! »

A ses côtés, le lieutenant Greitzer le regarda avec effarement.

« C’était pas nous qui étions sensés les prendre par surprise ?? »

 

Groves dédaigna de répondre à cela et se précipita au bastingage, une goutte de sueur glissa sur son front alors qu’il réalisait qu’au lieu d’avoir encerclés les pirates, ils étaient à présent eux même cernés.

« Trouvez le Black Pearl… Concentrez vos tirs sur lui en priorité ! » S’exclama-t-il en se précipitant vers la longue vue pour trouver le navire, chose peu évidente au milieu d’une nuit juste éclairée par les explosions de poudre.

 

 

Le Black Pearl

 

Elizabeth monta à bord d’un pas souple et son cœur se serra en voyant qu’à quelques mètres d’eux les autres pirates se battaient déjà.

« Ahh vous voilà. Ironisa Angelica. Nous qui craignons que votre thé ne se prolonge. »

Elizabeth lui lança un regard mauvais et se tourna vers Barbossa.

« Éteignez toutes les lampes nous ne devons pas être vus. Jack, prenez la barre pour sortir des récifs.

- A vos ordres ma Reine… » Se moqua Jack en s’inclinant.

 

Angelica la regarda avec mépris et s’approcha.

« Et moi que dois-je faire Miss Blondinette ?

- Vous… Commencez par la fermer ! » Ragea Elizabeth qui observa, le cœur serré, le combat qu’elle avait elle-même décidé et dont ils s’éloignaient lentement.

 

Baie de l’île aux épaves

 

Groves poussa un hurlement de triomphe en voyant sombrer l’un des navires des pirates.

« Continuez ! Ils sont inférieurs en nombre et les pirates ne font pas le poids face à la Navy !!!

- Oui Monsieur. » Répondit Greitzer qui donna l’ordre de tirer une nouvelle salve de canon.

 

Groves laissa échapper un soupir satisfait, le jeune Commodore se surprit à rêver réussir là où tous ses prédécesseurs, y compris l’Amiral Norrington, avaient échoué : mettre un terme au la piraterie dans les Caraïbes, voir même dans le monde. Quel prestige se serait pour lui… Surtout après l’échec de la dernière fois. Il n’avait échappé que de justesse au blâme qui aurait normalement dû être le sien à l’instar de tous les officiers de Beckett, et il savait que la prochaine fois, les relations de son père ne pourraient plus lui éviter les sanctions. Ce qui n’arriverait pas. Ses hommes avaient repris le dessus sur les pirates et avaient déjà coulé l’un des navires des brigands. Les autres suivraient. Groves ferma les yeux un court instant alors qu’il s’imaginait recevoir les honneurs, voir même être présenté au Roi mais le cri de surprise de Greitzer le ramena au présent.

« Commodore !! Ils se dispersent, ils s’enfuient !! »

 

Groves ouvrit brutalement les yeux et s’empara de sa longue vue d’une main tremblante.

«  Impossible ! S’écria-t-il alors que les navires des pirates se dispersaient dans un ordre parfait, chacun faisant voile vers une direction différente.

- Commodore vos ordres ! » Le pressa Greitzer.

Les regards des deux hommes se croisèrent, la phrase les ramenait à un passé peu glorieux qui avait vu la fin de Lord Beckett et leur déroute la plus honteuse.

« Le Black Pearl…. Murmura Groves, anéanti. Suivez le Black Pearl…

- Il… il n’est nulle part… » Répondit Greitzer d’une voix blanche.

 

Groves frissonna… Il s’attendait presque à voir surgir le Hollandais Volant.

« Repli !! » Hurla-t-il sans pouvoir se contrôler.

Greitzer ne se fit pas prier pour répercuter son ordre et les navires de l’armada s’empressèrent de reprendre la route du port.

« Au moins nous en avons coulé un. Déclara Greitzer à Groves pour le consoler.

- Un sur neuf ! Ragea le jeune Commodore. Et nous avons laissé filer Barbossa et Sparrow.

- Peut être qu’ils étaient sur celui-là. » Tenta mollement le jeune officier.

Groves lui répondit d’un regard éloquent et parti s’enfermer dans sa cabine.

 

 

L’île des épaves,

Salle du conseil

 

Assis seul au fond de la pièce, Teague se permit un sourire en voyant au loin les navires de la Navy faire demi-tour. A ses côtés, le chien qu’il avait recueilli quelques mois plus tôt agita sa queue, les clefs du Code soigneusement emprisonnées dans sa gueule.

« Tes anciens maîtres sont vraiment stupides. Déclara Teague avec un sourire satisfait. Grâce à eux la piraterie a encore de beaux jours devant elle. Du moins si je ne me trompe pas. »

 

Teague ne fit pas un mouvement lorsqu’un homme à la peau si blême qu’on pouvait y suivre le tracé de ses veines s’assit à ses côtés.

«  Pourquoi ne m’as-tu pas demandé d’agir ? » L’interrogea-t-il.

Le capitaine Teague sourit légèrement.

« Le plan de la fille était bon. Se battre pour fuir voilà qui est digne d’un pirate loa …

- Avec mon aide, vous n’auriez perdu aucun navire. » Rétorqua le sorcier vaudou.

Teague haussa les épaules.

« La mort fait partie de la vie. As-tu du nouveau ? »

 

Le loa sourit, ses gencives gorgées de sang donnant une allure inquiétante à sa bouche.

« Teach a tué un bocor.

- Cela aussi est dans l’ordre des choses. Répondit Teague sans la moindre émotion.

- Et Ammand m’a aperçu pendant que je nouais un sort…

- Ammand est au fond de l’eau. Pas de chance pour lui, c’est justement son navire que l’armada a coulé. Répliqua Teague avec un sourire. Continue tes sortilèges, sorcier. Nous ne serons plus dérangés. »

 

Le loa hocha la tête.

« Vous ne leur avez pas dit pourquoi Teach était après nous. »

Teague gratta sa guitare.

« J’ai jugé cela inutile. Le fait qu’il soit mon demi-frère et cherche à m’atteindre en détruisant tout ce que j’ai construit n’est pas important dans cette bataille.

- Vous n’avez pas peur que la fille le leur dise ?

- Angelica ? Elle ne sait rien… Quant aux autres, jamais ils ne soupçonneraient quoique ce soit. Ils pensent que le vaudou leur est interdit et ils ont trop peur pour fouiner. Prend le cœur de Turner loa, si la menace augmente tu sais ce qu’il faudra faire. Pour l’instant, assure-toi qu’il ne puisse pas revenir dans notre monde. Je n’ai pas envie qu’il se jette dans les bras de Blackbeard sans réfléchir.

- Cette femme, la blonde, elle vous l’a confié.

- Et bien … Elle a assez d’expérience des pirates pour savoir qu’il ne faut pas leur faire confiance non ? Ironisa Teague. Du reste, nous ne le détruirons qu’au cas où Teach aurait le dessus.

- Son loa est très puissant. Et ils ont une sirène et des âmes.

- Raison de plus pour avoir le cœur de Turner en notre possession. » Trancha Teague avant de se remettre à jouer.

 

Le Hollandais Volant,

Frontière entre les mondes

 

Will détourna son regard, peiné par la souffrance insupportable des âmes dont il aurait normalement dû avoir la garde et se tourna vers les chaloupes qui charriaient les âmes des défunts.

 

Le jeune capitaine se troubla légèrement en reconnaissant Ammand et il se précipita sur le pont, à sa rencontre.

« Que faites-vous là ? Lui demanda-t-il, inquiet pour Elizabeth.

- On dirait que je suis mort crétin. Répliqua Ammand.

- Je l’avais compris ce que je veux savoir c’est dans quelles circonstances !! Insista Will. Et Elizabeth ? Comment va-t-elle ? »

Ammand cracha sur le sol d’un air dégoûté à cette mention et le fixa.

« Le Seigneur Swann va certainement mieux que moi à cette heure. Elle a filé sur le Black Pearl pendant que nous nous battions. »

Will le regarda avec incrédulité, fuir ne ressemblait pas du tout à Elizabeth et … Il tiqua.

«  Sur le Pearl ?

- Avec Barbossa et Sparrow … »

 

Will baissa rapidement les yeux. Jack était de la partie et il devait avouer que cela ne lui plaisait guère bien sûr il avait confiance en Elizabeth mais le fait qu’elle soit avec Jack ne lui plaisait pas mais alors pas du tout.

« Enfin ils me rejoindront bientôt si vous voulez mon avis. » Reprit Ammand.

Will ne le voulait pas mais il ne put s’empêcher de lui demander, inquiet pour Elizabeth.

« Pourquoi ? Que s’est-il passé ?

- Ils ont décidés d’affronter Teach. Répondit Ammand d’un ton lugubre.

- Mais on le dit insaisissable.

- La femme de Sparrow les emmène. C’est sa fille. »

La nouvelle stupéfia tellement Will qu’il en oublia un bref instant son inquiétude pour Elizabeth.

«  La femme de … Jack ???

- C’est-ce qu’elle dit. » Répondit Ammand.

 

Cette nouvelle rassura étrangement Will mais sa sérénité ne dura pas. Le regard du jeune capitaine se posa sur les âmes en souffrance et il frémit. Celui qui était capable de faire une telle chose à d’autres hommes était certainement très dangereux.

« Bon sang Elizabeth j’espère que tu sais ce que tu fais. Murmura-t-il.

- Oh elle le sait. Ricana Ammand. Même si je doute qu’elle mesure tous les risques.. Voyez-vous quand je vois ça je me dis que je préfère encore mon sort à celui qui les attend s’ils échouent. »

Will baissa les yeux et serra le bastingage.

« Papa prend la barre. » Ordonna-t-il soudain.

 

Bill s’approcha de lui.

«  Pourquoi ?

- Je dois, je dois essayer de trouver un moyen pour aller là-bas prévenir Elizabeth. Répondit Will.

- Tu ne le peux pas !! Calypso a été formelle !! S’exclama le vieux pirate, inquiet. Si tu désobéis tu deviendras comme Jones.

- Il y a toujours un moyen le tout c’est de le trouver. » Rétorqua Will en se dirigeant vers sa cabine.

 

 

Le Black Pearl,

 

 

Un sourire hésitant aux lèvres et une bouteille de rhum à la main, Elizabeth s’approcha de Jack. Le pirate n’avait pas desserré les dents depuis leur départ et se contentait de fixer l’horizon d’un regard froid qui l’inquiétait et la mettait mal à l’aise.

«  Cotton va reprendre la barre. » Commença Elizabeth avec hésitation.

Jack s’écarta sans la regarder et alla s’asseoir sur les marches de l’entrepont, l’air contrarié.

« D’accord… » Murmura Elizabeth.

 

Prenant une profonde inspiration elle franchit la distance qui les séparait et lui tendit la bouteille de rhum avec un sourire.

«  Je me suis dit que vous en auriez envie. Expliqua-t-elle.

- Trop aimable. Il est pas empoisonné au moins ? Marmonna Jack qui s’octroya une large rasade sans la regarder.

- Mon intuition me dit que quelque chose ne va pas. » Se força-t-elle à dire d’un ton léger.

Jack lui lança un regard hostile et Elizabeth soupira.

«  Jack, je sais que vous m’en voulez pour ... Pour le Pearl mais je n’avais pas le choix. »

 

Cette fois le pirate réagit et répondit avec ironie.

« Oh vraiment trésor ? Vos justifications manquent cruellement d’originalité. Quant au choix il me semble que vous l’aviez. Hector ou moi !!! »

Elizabeth soupira.

« Jack, je sais ce que, ce que le Pearl représente pour vous mais…

- Mais cela compte moins à vos yeux que de pouvoir vous faire appeler Madame Turner. » Ragea Jack.

Elizabeth le fixa droit dans les yeux.

«  Oui. »

Un sourire ironique échappa à Jack.

«  J’ai toujours su que vous étiez égoïste. »

Elizabeth sourit légèrement.

« Mais c’est une qualité pour vous, non ? »

 

Jack se leva et se pencha sur elle, ses lèvres frôlant son oreille.

« Pas lorsqu’elle s’accompagne de la stupidité trésor. La seule chose que vous avez réussi à faire c’est de prouver au monde que vous êtes la veuve de ce cher William. »

Touchée, Elizabeth frémit.

«  Will est toujours en vie !

- Mais il n’appartient plus à notre monde. Il est mort lorsqu’il est devenu capitaine. Vous avez offert le Pearl à Barbossa pour l’indicible plaisir de vous être appelée Madame Turner durant une heure. Maintenant si vous pouviez… Termina Jack qui la chassa d’un geste. Je préfère boire mon rhum seul. » Lui assena-t-il en s’éloignant.

 

Restée seule, Elizabeth poussa un profond soupir désolé tandis qu’Angelica l’observait d’un air moqueur.

« Vous vous y prenez mal pour le séduire. Enfin c’est pas comme si vous aviez une chance. »

Elizabeth grinça des dents.

« Je ne cherche pas à séduire Jack comme vous le dites. Mais à préserver notre amitié. »

Angelica éclata de rire en l’entendant.

« Non mais vous croyez vraiment ce que vous racontez ou vous êtes juste hypocrite ? »

 

Cette fois Elizabeth se leva et fit face à l’autre.

«  De quel droit me jugez-vous ? Tout le monde n’est pas comme vous Angelica. Et ce n’est certainement pas moi qui m’entête à poursuivre un homme qui de toute évidence ne me désire pas !! »

Angelica sourit d’un air satisfait qui donna envie à Elizabeth de la gifler.

« Pourtant c’est précisément ce que vous venez de faire : Oh Jack, j’ai pensé que vous auriez soif. » Imita-t-elle en prenant un accent aristocratique.

Elizabeth la fixa, furieuse.

« Vous et vos idées perverses !!! Je suis mariée !!

- Veuve. Corrigea Angelica d’un ton moqueur.

- Et vous, vous n’êtes pas mariée du tout !! Rétorqua Elizabeth. Vous n’êtes qu’une imbécile qui a couché avec Jack parce qu’il vous a fait croire qu’il vous avait épousée. »

 

Cette fois ce fut au tour d’Angelica de blêmir.

« Retire ça tout de suite, blondinette !

- Sûrement pas. » Rétorqua Elizabeth, ravie d’avoir trouvé son point faible.

Angelica tira nerveusement son épée.

« Oh que si … »

Un sourire mauvais échappa à Elizabeth tandis qu’elle sortait sa propre épée.

«  Vous n’avez aucun ordre à me donner !! »

 

Barbossa releva la tête en les entendant et s’approcha.

« Mais vous avez perdu la tête !! S’exclama-t-il

- La ferme ! Lui répondirent les deux femmes en croisant le fer.

- Oh mais c’est qu’elle pense savoir se battre. » Ironisa Angelica à l’adresse d’Elizabeth.

La jeune femme ne répondit pas, folle de rage, et attaqua brutalement, sans retenir ses coups.

« La tuer ne nous aidera pas à trouver Teach !! S’exclama Barbossa en reculant, échappant de peu à un coup qui ne lui était pas destiné. Mais enfin pourquoi vous battez vous !!!

- Pour moi. Lâcha Jack à ses côtés, un grand sourire aux lèvres. Ce qui est stupide je te l’accorde puisque je peux bien les satisfaire toutes les deux. »

Hector leva les yeux au ciel.

«  Sparrow …. A ce propos je crois que tu as quelque chose qui m’appartient. »

Jack s’écarta prudemment et lui fit un large sourire.

«  Et si on profitait du spectacle plutôt ? »

 

A cet instant, Elizabeth se jeta sur Angelica qui fendit de justesse.

« Mais c’est pas vrai ! Comment cette teigne a pu apprendre à se battre ! Ragea-t-elle.

- Je me suis entraînée avec mon fiancé. Rétorqua Elizabeth. Trois heures par jour pendant un an. »

Angelica la repoussa et sourit moqueusement.

«  Pas étonnant que tu sois si frustrée blondinette.

- Oh !! » Ragea Elizabeth tandis que l’autre se précipitait vers elle.

 

De leur côté, Jack et Hector observaient toujours la scène, remettant le règlement de leur compte à plus tard.

« On les arrête ou on attend qu’elles se fatiguent ? » Demanda Jack.

Barbossa croqua nonchalamment dans une pomme et lui lança un regard éloquent.

« T’en aurais pas une pour moi dit ? Plaida Jack.

- Tu peux crever. Répondit Barbossa.

- Je me disais aussi… » Soupira Jack.

 

Angelica poussa un cri de victoire alors qu’elle se précipitait sur Elizabeth. Voyant le danger, la jeune femme se baissa rapidement et s’empara d’un sac de poudre qui traînait sur le pont, omission due à une énième fainéantise de Pintel et Ragetti. Sans réfléchir elle s’en servit pour frapper Angelica et la désarma grâce à la violence de son attaque, la jeune femme retomba lourdement sur le pont.

« Voilà… Haleta Elizabeth en posant sa lame sur la gorge de l’autre. Autre chose Angelica ? »

La pirate grinça des dents et soutint son regard, furieuse de s’être laissée prendre par surprise. Sans cacher sa satisfaction, Elizabeth se pencha légèrement vers elle, un sourire triomphant aux lèvres.

« Il n’y a pas qu’à l’épée que je peux vous battre Angelica. Croyez-moi si je voulais séduire Jack. Ça serait fait depuis longtemps. Murmura-t-elle.

- Vous aimeriez vous en convaincre. » Rétorqua Angelica sur le même ton.

 

Les deux femmes s’affrontèrent du regard un moment et ce fut le bruit que fit la pomme de Barbossa en tombant sur le pont et l’éclat de rire de Jack, bientôt imité par le reste de l’équipage qui les sortit de leur duel.

« Quoi ? Ragea Elizabeth qui se retourna vers eux et rougit en prenant conscience que la scène n’avait visiblement échappé à personne.

- Oh rien ... Ironisa Jack. Je me demandais juste comment vous alliez nettoyer tout ça. »

 

Elizabeth baissa les yeux sur Angelica qui était couverte d’une poudre noire et s’avisa qu’elle était dans le même état.

«  Vous devriez prendre un bain toutes nues. Se moqua Jack. On vous promet de pas regarder.

- Oh vous... » Ragea Elizabeth tandis qu’Angelica écartait sa lame d’un geste agacé.

Elizabeth se retourna vers elle et lui tendit une main qu’Angelica dédaigna.

 

Elizabeth haussa les épaules sous la rebuffade.

«  Donnez donc un cap à Barbossa, Angelica comme ça on aura l’impression que vous servez à quelque chose. Ensuite vous nettoierez le pont. » Ordonna-t-elle sans dissimuler le plaisir qu’un tel ordre lui procurait.

Angelica encaissa et lui lança un regard hostile.

« T’as pas gagné Blondinette… Marmonna-t-elle en s’éloignant toutefois aux côtés d’un Barbossa qui se retenait de rire tandis qu’Elizabeth se dirigeait vers la cabine d’un pas furieux.

- Bugger. Soupira Jack. Elle va être invivable après ça ….

- Laquelle ? Demanda Gibbs.

- Les deux … » Soupira Jack d’un ton désespéré.

Chapitre 4                                                                                              Chapitre 6

Écrire commentaire

Commentaires: 0