Chapitre 25 Hallucinations


Marais des Éternels Regrets

 

 

 

 

 

Seul à afficher une attitude détendue parmi le groupe qui commençait à s’enfoncer dans le bayou sinistre, Blackbeard posa un regard ironique sur ses compagnons. Si ce que le loa lui avait dit sur cet endroit était exact ( et il n’avait aucune raison d’en douter) les prochaines heures risquaient d’être hautement divertissantes. En effet, s’il était protégé des démons de son âme grâce à la potion concoctée par le loa; il n’en était pas de même pour ses compagnons. Et il avait hâte de voir comment cette bande de crétins réagirait face à leurs propres tourments.

 

 

 

Un instant il caressa l’idée d’offrir un peu de potion à Davies mais y renonça bien vite. Il avait confiance en son second, mais après tout ce dernier n’était qu’un homme et connaître les faiblesses les plus secrètes d’une personne était toujours un atout non négligeable, même si une fois le pouvoir de Calypso à sa botte, il serait si puissant que plus rien ne pourrait se mettre en travers de sa route… Mais il n’était pas homme à renoncer au plaisir, d’autant plus si celui-ci s’accompagnait de souffrance pour un autre…. Un sourire aux lèvres, Teach se cala donc dans le fond de la chaloupe et attendit.

 

 

 

Queen Anne ‘S Revenge

 

 

 

 

 

Après avoir tenté sans succès de dormir, l’effet soporifique du rhum ayant ses limites, Angelica se décida à descendre voir les prisonniers. Elle avait beau mépriser Barbossa, ce dernier lui avait laissé entrevoir une solution et plus elle pensait à sa situation plus elle était convaincue que tout lui était préférable. Et puis pour le moins, elle ne perdait rien à l’écouter.

 

 

 

 

 

 

 

Marais des Éternels Regrets

 

 

 

Une rame en main, Jack retint sa protestation. Il en avait assez de se comporter comme le larbin de Teach. Il était le capitaine Sparrow que diable ! Pourtant, le pirate contint sa langue et observa le paysage qui les entourait

 

 

 

L’odeur qui s’échappait du marais était pestilentielle, ses vapeurs ne ressemblant à aucune chose connue ou déjà éprouvée. Jack lança un regard de biais à Elizabeth mais cette dernière ne parut pas s’en apercevoir. Le regard vague et les mâchoires serrées, elle se contentait de fixer un point invisible à l’horizon. Son regard ne cillait pas, contrairement à celui de Philip qui se signa rapidement

 

« Que se passe t’il petit missionnaire ? Tu as peur ? » Lui demanda Teach d’une voix moqueuse.

 

Philip ne répondit pas, écœuré par la végétation qu’il entrevoyait à la faveur de la lumière diffuse des arbres. Comme si le tapis végétal qui formait le bayou étouffait toute vie, comme l’illustraient les champignons noirâtres qui bordaient le cours d’eau sur lequel ils progressaient et qui pourrissaient sur place.

 

 

 

Teach suivit la direction de son regard et ricana une nouvelle fois.

 

« Si tu as faim je te les déconseille… Quoique cela vaut bien la charogne que tu crois aimer. »

 

Philip serra les dents sous l’insulte. Comment pouvait-on comparer une créature aussi parfaite et magnifique que Syréna à ce simulacre de végétation pourrissante ? Il se tournait avec colère vers Teach lorsqu’un souffle l’arrêta

 

« Ne fais rien de stupide… » Murmura une voix venue de nulle part

 

 

 

Surpris, Philip cligna des yeux, cherchant celui qui venait de lui parler sans succès….

 

« Vous ne connaissez pas Syréna. » Se borna-t-il à répondre.

 

Blackbeard hésita, partagé entre la colère et l’amusement et finit par opter pour le second, son rire résonnant encore plus lugubrement dans le paysage en putréfaction qui les cernait

 

« On dirait que tout est mort ici… » Murmura Davies d’un ton hésitant.

 

Le second ne l’aurait avoué pour rien au monde mais il était terrifié par l’endroit sinistre où ils naviguaient. Phil avait raison, ici tout était mort ou en cours de décomposition…

 

 

 

Teach suivit son regard et sourit légèrement

 

« Tu as peur Davies ? »

 

Le second, blême, se força à répondre négativement. Il n’avait pas envie que son capitaine le prenne pour un lâche comme les deux autres. Blackbeard ne s’y trompa pas et éclata de rire à nouveau tout en lui tapant vigoureusement dans le dos

 

« Tu as raison mon ami… On dit que chaque homme qui pénètre dans cet endroit se voit confronté à ses démons les plus intimes… A moins qu’il ne les ait déjà affrontés bien sûr… Mais pour cela il faudrait avoir vu un autre monde… Et ça n’est pas votre cas… » Ricana Teach.

 

 

 

Davies déglutit légèrement tandis que Philip frissonnait brusquement

 

«  Démon … intérieur ? Demanda-t-il d’un ton angoissé

 

- C’est ça … Mais un homme de Dieu comme toi n’a rien à craindre n’est-ce pas ? » Se moqua Teach

 

Philip ne répondit pas et le regard de Blackbeard se posa sur Jack qui plissait les yeux

 

« On dirait que ça n’est pas ton cas Sparrow. »

 

Le pirate grimaça un sourire

 

« Oh tu sais les filles tout ça… » Répondit il d’un ton léger

 

Blackbeard lui renvoya un regard aigu

 

« J’ai hâte de te voir face à tes démons Sparrow…

 

- Trop d’honneur. Répondit Jack d’une voix blanche, en ruminant les paroles de Teach

 

- Déjà affronté ses démons…Comme lorsque… » Intervint brusquement Elizabeth d’une voix absente.

 

 

 

Jack sentit une main glacée se refermer sur sa nuque et la fixa

 

«  Sans aucun doute vous verrez vous vous-même quand votre tour sera venu Miss Swann. » Ironisa-t-il

 

Elizabeth se retourna vers lui d’un air absent et l’espace d’une seconde Jack crut voir la colère et autre chose d’indéfinissable enflammer son regard puis l’impression disparut et elle reprit sa position initiale, fixant le paysage sans le voir.

 

 

 

 

 

Queen Anne ‘S Revenge

 

Geôle

 

 

 

Affalé dans son cachot, Barbossa se redressa brutalement en entendant le pas léger de la jeune femme dans l’escalier et s’autorisa un bref sourire. Il avait toujours su qu’elle reviendrait… Le tout était maintenant de se montrer convaincant. Mais comme le disait Jack (pour une fois qu’il disait une chose intelligente au passage) il avait toujours été un maître dans l’art délicat de la mutinerie et de la trahison.  

 

 

 

Les fers aux poings, Barbossa resta donc immobile tandis qu’Angelica s’approchait, non sans avoir jeté un regard suspicieux alentour pour s’assurer qu’aucun marin n’était à portée de voix.

 

« Madame Sparrow. La salua Barbossa.

 

- Oh arrêtez avec vos formules de politesse Barbossa, on dirait Miss Blondinette. Le coupa Angelica. Parlez-moi plutôt de votre moyen.

 

- Moyen ? » Rétorqua Barbossa.

 

En mutinerie il fallait prendre son temps. C’était le genre de combat qui se gagnait par la ruse et la durée.

 

 

 

Angelica le fixa d’un air sombre

 

« En fait vous n’avez rien à proposer. Vous dites cela juste pour vous rendre intéressant et vous me faites perdre mon temps.

 

- J’ai tout le mien Madame Sparrow. » Répondit Barbossa en agitant ses fers.

 

Angelica se crispa de plus belle et se détourna vers les escaliers, pestant contre sa propre stupidité

 

« Une alliance Madame Sparrow. » Lui lança Barbossa.

 

 

 

Angelica s’immobilisa et se retourna vers lui

 

« Quel genre ?

 

- Du genre à nous débarrasser de Teach et de Sparrow. Répondit Barbossa. Nous avons beaucoup en commun vous et moi… »

 

Angelica soupira

 

« Et pourquoi ferais-je ça ? Pourquoi m’allier avec vous alors que vous êtes du côté des perdants ? Dans six jours à peine, Teach me remettra ma part de la Fontaine de Jouvence et le Black Pearl. Je ne vois pas ce que vous pourriez m’offrir de plus. »

 

Barbossa ricana doucement

 

« Parce que vous croyez vraiment que Teach va honorer sa part du marché. Sans vouloir vous contrarier vous êtes naïve, pas étonnant que même cet imbécile de Sparrow ait réussi à vous rouler… »

 

 

 

Angelica rougit de colère et s’approcha à nouveau de la geôle

 

« Je pourrais vous tuer Barbossa ! Vous et ce ramassis d’abrutis qui vous accompagne.

 

- Oh pour ce qui me concerne vous pouvez prendre Gibbs. Déclara Barbossa tandis que le second lui lançait un regard offusqué. Mais nous tuer ne vous aidera pas à avoir ce que vous voulez. Ni à sortir d’ici

 

- Ce n’est pas moi qui suis dans une geôle Barbossa.

 

- Vraiment, Madame Sparrow ? » Se moqua le pirate.

 

A bout de nerfs, Angelica tourna vivement les talons et s’engagea dans l’escalier sous le regard consterné de Gibbs

 

« C’est mal parti. » Soupira le vieil homme

 

 

 

Barbossa l’entendit et lui sourit férocement

 

« Au contraire. Le poisson est ferré. Elle reviendra.

 

- Et si elle revient pas ? Demanda Ragetti d’une voix tremblante

 

- Nous la rejoindrons en enfer. » Répondit Barbossa sans émotion

 

Cette dernière déclaration laissa les pirates sans voix, chacun songeant au sort qui les attendait si Blackbeard atteignait son but. 

 

 

 

 

 

Marais des Éternels Regrets

 

 

 

Plus ils s’enfonçaient dans les terres, plus la pestilence augmentait. Partout ce n’était que plantes pourries, animaux morts et grouillants d’asticots, squelettes aux formes étranges.

 

« A croire qu’il n’y a que la Fontaine de Jouvence qui soit en vie ici. Murmura Jack, impressionné malgré lui par l’endroit.

 

- Ou que tout est fait pour décourager les faibles d’esprit dans ton genre. Rétorqua Blackbeard dont les nerfs étaient mis à vif par les bavardages du pirate.

 

- Je ne suis pas faible. » Protesta Jack en roulant des yeux effrayés autour de lui.

 

Blackbeard et Davies échangeaient un regard moqueur lorsque Philip se mit brusquement à hurler.

 

« Phil ! S’inquiéta Davies en voyant la pâleur du jeune homme. Phil ça va mon gars ? »

 

 

 

Philip ne répondit pas. Le monde qui les entourait venait de disparaître. Il était à nouveau en Angleterre…

 

 

 

La carriole était étroite. Dans un coin sa mère posait un regard délavé sur lui tandis que son père comptait et recomptait les quelques pièces de cuivre qu’il tenait.

 

« Philip … » Appela sa mère.

 

Le jeune homme se détourna avec horreur. Il n’en pouvait plus de voir la femme qui l’avait élevé sombrer jour après jour un peu plus.

 

« Occupe-toi de ta mère. » Lui lança négligemment son père.

 

 

 

Philip voulut protester mais s’en révéla incapable. Lentement il se leva pour s’approcher de la forme décharnée qui gisait dans un coin. Sa mère leva une main aux os saillants vers lui

 

« Donne … le vin. » Demanda-t-elle.

 

Philip serra les dents

 

« Il n’y en a plus, maman. »

 

La main de sa mère s’écrasa sur sa joue. Elle était si faible que sa gifle ressemblait plus à une caresse. Pourtant s’était bien un coup qu’elle avait voulu donner

 

« Le vin!! » Répéta sa mère d’une voix usée par l’alcool.

 

 

 

Le père de Philip laissa échapper une pièce et la rattrapa d’une main tremblante avant de se mettre à tousser. Une toux rauque qui empirait depuis maintenant un mois.

 

« Va voir si les autres ont … à boire. » Demanda son père entre deux quintes de toux.

 

Philip serra les poings. Comment sa mère pouvait penser à boire alors que son père était malade et qu’eux tous souffraient de la faim.

 

« Donne-leur de l’argent. Soupira son père en lui glissant les pièces dans la main.

 

- Mais c’est pour te soigner, papa ! Tu ne peux pas rester comme ça ! S’exclama Philip

 

- Boire………………….. » Râla sa mère.

 

Son père lui lança un regard éperdu

 

« Donne-lui ce qu’elle veut, Phil. Va chercher à boire. »

 

 

 

Philip sortit de la carriole et s’approcha de celle que partageaient leurs compagnons de route du moment, eux aussi comédiens qui avaient vu chez les Sand l’opportunité de monter un spectacle plus complet et donc plus lucratif. Son estomac se tordit en respirant les effluves de ragoût qui s’en échappaient et il se força à frapper à la porte.

 

 

 

La jolie Mina lui ouvrit. La cadette de la famille mais aussi la plus belle. Elle n’était certes pas bonne comédienne mais pourtant c’était elle qui rapportait le plus d’argent à la troupe, les hommes comme les femmes succombant à ses fossettes.

 

«  Phil ? »

 

Embarrassé, Philip baissa les yeux. Il était douloureusement conscient du spectacle qu’il offrait avec ses vêtements sales et troués qui flottaient autour de son corps malingre. Bientôt il n’aurait peut-être plus la force de jouer les duels de Roméo dans leur spectacle. Alors il serait mis au placard et le frère de Mina prendrait sa place.

 

« Je voudrais… Si vous aviez du vin. J’ai de quoi payer… » Commença-t-il, des larmes de honte brûlant ses cils.

 

 

 

Mina hésita et même sans la regarder Philip sentit sa pitié.

 

« Et comment qu’ils ont de l’argent ! Rugit théâtralement le père de Mina. Tu crois qu’on a pas vu ton père puiser dans la caisse ? »

 

Rouge de honte, Philip ne répliqua pas tandis que le père prenait sa main, le forçant à lâcher les pièces.

 

« Cet argent nous appartient. Va le dire à ton père. »

 

 

 

Philip frissonna

 

« Non je vous en prie c’est tout ce qui nous reste !

 

- Tu te fous de moi ? Après tout ce que vous nous avez volé tu oses jouer les misérables ?

 

- C’est vrai… » Souffla Philip.

 

Et ça l’était. Tout l’argent était parti en vin ou autre alcool pour la chose qui gisait dans leur carriole et qui méritait à peine le nom de mère.

 

 

 

Le comédien s’adoucit légèrement

 

« Ce n’est pas contre toi Philip. Tu es un bon garçon. Et un bon comédien. Si encore tu voulais de la nourriture… Mais là, non »

 

Philip se décomposa, au bord de l’évanouissement alors que les effluves du plat chatouillaient ses narines.

 

« Papa… Supplia Mina

 

- D’accord… » Abdiqua le père au bout d’un moment.

 

 

 

Philip, mortifié, vit la porte se refermer puis se rouvrir.

 

« Tiens. » Lui déclara le père en lui tendant une assiette fumante et bien remplie.

 

C’était trop tentant… Oubliant toute fierté, Philip plongea la tête dans le plat, dévorant la nourriture brûlante avant de s’interrompre. Ses parents. Eux aussi devaient avoir faim.

 

« Merci. » Balbutia-t-il avant de réaliser que la porte s’était déjà refermée.

 

 

 

La précieuse nourriture dans ses mains, Philip saliva puis se décida à rentrer chez lui. Son père était malade. Il avait besoin de manger. Peut-être aussi que cela ferait du bien à sa mère et qu’elle oublierait le vin.

 

« Voilà. Annonça-t-il en présentant l’assiette.

 

- C’est pas du vin ! » Geignit sa mère en renversant l’assiette.

 

Philip retint ses larmes tandis que son estomac protestait

 

« Papa….

 

- Tu n’écouteras donc jamais mon garçon ? Tu te rends compte que tu viens de gaspiller nos derniers sous… Pour ça … » Répondit son père entre deux quintes de toux.

 

 

 

Les mains tremblantes, Philip tenta de ramasser ce qui était tombé

 

«  Papa tu es malade tu dois manger…

 

- Peu importe. Ta mère a besoin de vin…

 

- Mais… Protesta Philip, les larmes aux yeux devant ses mains salies de nourriture et des relents d’alcool de sa mère.

 

- Il l’a pris pour lui. » Caqueta cette dernière.

 

Le père de Philip ne répondit pas mais le jeune homme sentit peser sur lui son regard de reproche. Un regard qui disait qu’il avait préféré se nourrir égoïstement plutôt que d’abreuver sa mère.

 

Écœuré, Philip se tut et commença à observer l’odieuse chose qui geignait dans un coin et auprès de laquelle son père s’empressait… Cette chose qui…

 

 

 

Le monde changea à nouveau et Philip, hébété, fixa Davies qui lui serrait le bras à le briser.

 

« Phil ?

 

- Que … qu’est-ce que je fais là ? » Balbutia le jeune homme

 

Blackbeard prit une fois de plus Davies de vitesse

 

« Alors le petit missionnaire regrette sa maman ? Touchant… » Se moqua-t-il

 

Philip se troubla légèrement. Qu’avait il dit ? Ou pire qu’avait-il avoué ? Son regard vague se posa sur les autres occupants de la chaloupe. Davies le regardait avec inquiétude, Sparrow semblait contrarié, la fille absente. Teach était moqueur. Sans doute n’avait il rien dit d’essentiel. Le cœur encore affolé, Philip passa une main tremblante dans ses cheveux

 

« Ça va… » Marmonna-t-il en jetant un regard plus angoissé que jamais au paysage qui les entourait.

 

Au fond de lui il avait l’amère conviction que ses démons n’en avaient pas fini avec lui…

 

 

 

Queen Anne’S Revenge

 

 

 

Angelica s’avança avec réticences vers la cale où vivait habituellement le loa puis renonça. Elle n’allait pas commencer à agir comme Teach et à remettre son destin entre les mains d’un sorcier démoniaque. Du reste, il y avait fort à parier que le loa était trop corrompu pour lui dire la vérité, même pour se moquer d’elle.

 

 

 

Elle ferma les yeux un bref instant, pour mieux réfléchir aux paroles de Barbossa.  Lentement elle se repassa les souvenirs depuis qu’elle avait accepté la proposition de Teach. Jack l’avait doublée depuis le début, Barbossa avait raison… Et elle ne croyait pas tout à fait aux déclarations de Sparrow. En fait il était trop amoureux pour que ce soit vrai, réalisa-t-elle avec peine (non pas que le fait l’attristait mais son orgueil se rebellait contre cette idée) . Ou peut être était il sincère ? Mais peu importait : qu’il l’aime ou pas, Jack n’hésiterait pas à la sacrifier. Quand à Teach…

 

 

 

Angelica recula. Elle n’irait voir aucun loa. Elle allait prendre son destin en main. Quand bien même cela devait la mener à sa perte.

 

 

 

Marais des Éternels Regrets

 

 

 

La « transe » de Philip avait calmé les esprits ou du moins calmé Jack dont les plaisanteries se faisaient de plus en plus rares. Philip était à présent aussi prostré qu’Elizabeth quand à Davies, il jetait des regards nerveux ça et là. Seuls Teach et Jack étaient parfaitement calmes.

 

 

 

Jusqu’à ce que Jack ne commence à hurler à son tour.

 

Teach ricana en l’entendant. Il avait toujours su que Jack était faible. Le pirate se cala dans la chaloupe pour l’observer tandis que Davies laissait échapper un bref soupir de soulagement : il avait craint d’être le suivant.

 

« Alors Sparrow… Marmonna Teach. Voyons tes démons. »

 

 

 

Le regard fixe, Jack ne parut pas l’entendre.

 

« Je ne veux pas mourir… » Geignit il d’un ton pleurnichard.

 

Elizabeth sursauta brutalement et le regarda d’un air confus tandis que le pirate poursuivait

 

« Teague… Tu l’as tuée, Teague… Je vais faire une grande fête et tu seras pas invité. Oh… Une chèvre viens là ma belle. Si il y avait du rhum je saurais que je rêve. Faut jamais avoir pitié mon gars, c’est le genre d’erreur qui nous conduit à ça. Je suis le Capitaine Sparrow Savvy ? Les mutins pourriront dans les enfers ! Personne n’est venu parce que je lui manquais… »

 

Teach ricana

 

« Complètement fou… »

 

 

 

Philip lui-même lança un regard emplit de compassion vers Jack tandis qu’Elizabeth, sourde au monde fixait l’horizon.

 

« Je veux savoir ce que ça fait… » Souffla Jack en agrippant brusquement la main de la jeune femme, la serrant à la broyer.

 

Elizabeth cilla et se tourna vers lui

 

« Angie… Angie mon ange… Toi et moi deux gouttes d’eau… Poursuivit Jack

 

- Imbécile. Se moqua Teach en croisant le regard de Davies.

 

- Cot, cot cot que doc » Poursuivit Jack en relâchant Elizabeth pour imiter la poule.

 

 

 

Cette fois Davies ne put retenir un éclat de rire

 

« Et ça se dit pirate. Se moqua Teach.

 

- Certes il a tendance à donner du gîte sur la droite mais je vous assure qu’il saura vous plaire. » Continua Jack.

 

Blackbeard soupira avec agacement. C’était moins drôle qu’il ne l’avait espéré. Les démons de Jack n’avaient pas de formes précises, hormis à le représenter lui-même. Il tendit sa gourde à Davies.

 

« Fais lui boire quelques gouttes. Ordonna-t-il

 

- Du rhum… J’aime le rhum. » Commenta Jack

 

 

 

Davies lui donna quelques gouttes puis rendit docilement la gourde à son capitaine tandis que Jack continuait à soliloquer, se parlant à lui-même. Finalement le regard du pirate s’éclaircit et il regarda Davies d’un air confus

 

« Que… qu’est-ce que nous faisons ici ? Où est Angie ? »

 

Personne ne lui répondit et Jack maîtrisa son sourire en sentant peser sur lui le regard méprisant de Teach. Il avait réussi. Le pirate était tellement imbu de lui-même que pas une seconde il n’avait songé qu’il avait déjà affronté ses démons… Au Purgatoire de Jones. Et que la petite démonstration qu’il venait de faire avait pour seul raison de brouiller un peu plus les pistes….

 

 

 

Queen Anne’S Revenge

 

 

 

Cela faisait un peu plus d’un jour que Teach était parti et Angelica découvrait peu à peu que son grade de capitaine n’était finalement que purement « honorifique ». Les hommes n’en faisaient qu’à leur tête, ou plutôt continuaient d’obéir au redoutable pirate. A son grand soulagement elle n’avait pas revu le loa, pas plus qu’elle n’avait du se rendre à nouveau chez la sirène.

 

 

 

Angelica soupira. Elle avait beau tourner et retourner la situation elle n’avait pas d’autre plan que celui de Barbossa. Et même si elle regimbait à l’idée d’avouer ainsi sa faiblesse, le pirate était sans doute le seul allié potable qu’elle ait à bord… Une moue contrariée aux lèvres, Angelica entreprit donc de rendre une nouvelle visite à Barbossa.

 

 

 

Marais des Éternels Regrets

 

 

 

Sa soif apaisée par un longue rasade de rhum, Jack coula un regard en direction d’Elizabeth. La jeune femme était toujours aussi immobile qu’auparavant mais la lueur de vie qui avait brillé une seconde dans le regard qu’elle lui avait lancé lorsqu’il avait fait mine d’être face à ses démons le rassurait. Quelque part dans le corps épuisé de la jeune femme il y avait encore une part de rébellion et d’envie de vaincre. C’était plus qu’il n’en fallait.

 

 

 

Davies, les muscles douloureux, siffla entre ses dents. Ramer devenait de plus en plus difficile à mesure qu’ils progressaient. L’eau se faisait dense, presque boueuse, les rames avaient du mal à l’écarter. Le pirate chassa de la main un gigantesque bourdon qui pourrissait en volant puis….

 

 

 

Il était jeune. Il avait vingt ans. Il avait grandi dans une famille d’honnêtes marchands à la morale changeante. Le vol était interdit. En revanche augmenter les prix pour les clients qui semblaient les plus riches était tout à fait normal. Sa mère et sa sœur cousaient. Elles passaient leur temps à cela pendant que le père apprenait les affaires au fils.

 

 

 

Il était seul dans l’échoppe familiale… Il était assez âgé maintenant et avait suffisamment appris pour tenir seul le magasin familial. Ce qu’il pouvait s’ennuyer… Rien ne changeait jamais ici.

 

 

 

La porte s’ouvrit et Davies plaqua un sourire avenant sur son visage ainsi qu’on le lui avait appris. L’homme qui venait d’entrer le fixa. Un regard sombre et imposant. Si imposant que Davies remarqua à peine l’homme au teint pâle qui l’accompagnait. La conversation s’engagea. Le client était un capitaine. Il venait tout juste d’acquérir son premier navire, enfin de voler. Il raconta ses voyages. La cruauté de la vie en mer. Davies était fasciné. Il donnerait tout pour pouvoir le suivre

 

« Vraiment tout ? » Demanda  le Capitaine comme s’il lisait dans ses pensées.

 

 

 

Davies bafouilla

 

« Oui.. Enfin je…

 

- Je te prends à bord si tu le désires, gamin. »

 

Le cœur de Davies bondit de joie dans son torse

 

« Bien sûr tu devras payer ton passage » Continua l’homme

 

 

 

Davies hocha la tête, en bon fils de marchand il comprenait la logique de l’argument

 

« Apporte-moi la plus précieuse richesse de ta famille et tu embarques. Ce soir à neuf heures. Après il sera trop tard. »

 

L’homme sortit

 

« Attendez .. J’ignore votre nom.

 

- Edward Teach. Mais tu peux m’appeler Blackbeard. » Ricana l’homme

 

 

 

Davies fixa Teach. Le pirate sourit légèrement.

 

- C’est moi ton démon, Davies ?

 

Davies voulut répondre, nier, mais des mains invisibles se refermèrent sur ses épaules.

 

 

 

Il avait tourné la chose toute la journée dans sa tête. La chose la plus précieuse de sa famille… L’argent ? Les toiles poussiéreuses du grenier ? Ses parents dînaient joyeusement, les profits ont été bons ce mois-ci. Son frère posait des questions à leur père sur les affaires de la famille. Comment Gontran pouvait il s’intéresser à cette vie alors qu’il y a tellement plus à faire ? Davies rêvait d’aventure, de sang, de femmes comme celles dont le capitaine Blackbeard lui parlé.

 

 

 

Annie battit des mains et se leva. Elle noua tendrement ses bras autour du cou du père

 

« Laisse moi te montrer la robe que je vais mettre samedi. »

 

Le père sourit avec indulgence. Annie disparut pour revenir quelques minutes plus tard, vêtue d’une robe d’un rouge profond. Davies pensait toujours à Blackbeard. Dans une heure il partirait sans lui…

 

« Anni,e ma fille… Trésor de ma vie… »

 

Les yeux du père brillaient d’émotion, ceux de Davies s’illuminèrent. Il avait trouvé.

 

 

 

Maintenant il était pressé que le repas se termine… Enfin le moment arriva. Il ne lui restait que vingt minutes. Largement assez pour rejoindre le port. D’autant plus qu’il ne voulait rien emporter. Il voulait tirer un trait sur son passé et sur cette famille étouffante. Il s’approcha d’Annie.

 

«  Ça te plairait de faire une promenade ?

 

- Avec toi ??? »

 

Les yeux d’Annie s’écarquillèrent de joie. Ils n’avaient beau n’avoir que trois ans de différence, elle cherchait toujours l’attention de son grand frère. Ils étaient proches enfants…

 

« Allons jusqu’au port. Lui proposa Davies

 

- Mais je dois me changer d’abord… »

 

 

 

Davies s’énerva. Le temps qu’elle se change, Blackbeard serait peut être parti et avec lui sa chance d’échapper à cette existence

 

« Tu es très bien comme ça… »

 

Annie sourit, elle n’était pas sûre mais elle voulait faire plaisir à son frère. Pour une fois qu’il faisait mine de s’intéresser à elle !

 

 

 

Ils arrivèrent sur le port. Le cœur de Davies battait à tout rompre. Il reconnut  instinctivement le navire. Un petit sloop, facile à manier et sur le départ.

 

« J’ai froid…. » Protesta Annie

 

Davies referma sa main sur son bras et se présenta au pied du navire

 

«  Je voudrais voir le Capitaine Blackbeard… »

 

L’homme le toisa mais avant qu’il ait eu le temps de l’envoyer balader, Teach apparut. Ses yeux noirs se posèrent sur Annie

 

« S’il te plait… Je veux rentrer… » Supplia la jeune fille d’une voix étranglée.

 

 

 

Les coins de la bouche de Teach se recourbèrent en un sourire

 

« Présente-moi.

 

- Ma sœur… Annie. Bredouilla Davies en serrant le bras de cette dernière pour la retenir.

 

- Bienvenue à bord gamin. » Répondit simplement Teach en faisant signe à l’homme de les laisser embarquer

 

 

 

Annie pleurait maintenant, Davies l’ignorait. Il avait réussi. Il partait à l’aventure.

 

« Conduis la fille dans ma cabine. Ordonna Teach à son second. Gamin, tu t’installes à l’entrepont.

 

- Je m’appelle Davies. Osa ce dernier. »

 

Teach se contenta de sourire. Annie hurla pendant que le second l’emmenait.

 

 

 

Annie hurla une partie de la nuit puis se tut. Davies, lui, savourait le début de sa nouvelle vie.

 

 

 

Les mains tremblantes, Davies revint peu à peu à lui.

 

«  Annie… Soupira Blackbeard. Délicieuse Annie. Si tendre… Elle est morte trop vite. »

 

Personne ne répondit à cela, tous trop choqués pour trouver quelque chose à dire…

 

 

 

Queen Anne’S Revenge

 

 

 

« Votre plan. »

 

Barbossa haussa le sourcil et fixa Angelica

 

«  Vous êtes d’accord ?

 

- J’attends de voir… » Rétorqua Angelica

 

Barbossa hésita. C’était le moment crucial. Échouer maintenant les condamnerait tous. Si la fille n’était pas prête…

 

« La mutinerie est quelque chose à vivre, Madame Sparrow

 

- J’ai déjà failli en faire l’expérience… » Rétorqua Angelica avec amertume.

 

 

 

Barbossa sourit d’un air rusé

 

« Faites nous sortir d’ici… Nous récupérons mon Black Pearl puis on attend tranquillement que Sparrow nous ramène l’eau de la Fontaine.

 

- JACK ??? C’est une idée de Jack ??? Hors de question que j’y participe !

 

- Madame Sparrow… Jack est persuadé que nous allons l’aider mais en fait… Nous nous contenterons de le cueillir pour lui prendre l’eau…

 

- Je n’ai jamais entendu un plan aussi stupide ! »

 

 

 

Barbossa la regarda d’un air offusqué

 

« Il me semble que certaines subtilités du plan vous échappe Madame Sparrow… Nous nous échappons et reprenons le Pearl puis nous attendons que cet imbécile de Sparrow revienne avec l’eau.

 

- Je ne vois pas en quoi ça ME rend service. S’entêta Angelica.

 

- Réfléchissez Madame Sparrow… Vous échapperez à Teach tout en obtenant ce qu’il vous avait promis

 

- Comme si Jack était capable de ramener l’eau. »

 

Barbossa tiqua.

 

« Dans ce cas nous irons la chercher nous-même…. Imaginez la tête que fera ce macaque de Jack en découvrant que vous l’avez trahi »

 

Le singe de Barbossa poussa un cri outré en l’entendant et le pirate se tourna vers lui

 

« L’autre Jack. Le vrai singe. » Lui lança-t-il

 

 

 

Gibbs serra les poings

 

« Vous n’allez pas faire ….

 

- Il y a un problème. Même si je vous libérais, le loa ne nous laissera pas filer. » Objecta Angelica

 

Barbossa sourit calmement

 

« Dans ce cas il semble que la première chose à faire soit… » se débarrasser du loa.

 

Angelica sourit légèrement. L’idée commençait à lui plaire. Barbossa força son avantage

 

« Une fois sur le Pearl nous n’aurons aucun mal à échapper à Teach. Sparrow nous croit de son côté, il nous ramènera l’eau

 

- Sauf que rien ne dit que Jack s’en sortira vivant. » Souligna Angelica

 

Barbossa s’assombrit

 

« Croyez-moi Madame Sparrow , la seule et unique chose pour laquelle ce macaque est doué c’est précisément pour rester en vie…

 

- Je dois y réfléchir… » Murmura Angelica.

 

Barbossa s’inclina

 

« Bien sûr Madame Sparrow… Une dernière chose. Ma première proposition est toujours valable… Imaginez la tête que fera Sparrow en vous trouvant dans mon lit. Sans oublier la satisfaction que vous en retirerez… »

 

 

 

Angelica grimaça légèrement

 

« Est-ce vraiment nécessaire

 

- J’aime les collaborations étroites. Lui rétorqua Barbossa.

 

- Je vous donnerais une réponse plus tard.

 

- Faites vite Madame Sparrow. Dans quelques jours il sera trop tard. A vous de choisir entre la vengeance et la soumission. »

 

Chapitre 24                                                                                                        Chapitre 26

Écrire commentaire

Commentaires: 0