Chapitre 24 Teague


Queen Anne ‘S Revenge,

 

Pont

 

 

 

Hésitant entre le soulagement et la frustration, Angelica suivit du regard la chaloupe qui s’éloignait, emmenant à son bord, Jack, la blondinette, Davies, le joli missionnaire et Teach… Un groupe pour le moins étonnant dont elle était ravie de voir s’éloigner la plupart des membres ( à l’exception du jeune Philip qu’elle aurait bien invité à la rejoindre dans sa cabine à présent qu’elle était débarrassée de Sparrow) mais dont la curieuse composition aiguisait sa méfiance…

 

 

 

En fait, exception faite du fait qu’ils devaient lui ramener sa part de la fontaine de jouvence, pour ce qui la concernait, ils pouvaient tous trouver la mort en chemin sans qu’elle ne verse la moindre larme sur leur sort … Philip ne lui avait rien fait et elle le trouvait plutôt joli garçon mais il l’avait rembarrée à de nombreuses reprises, chose que son orgueil avait du mal à digérer. Davies était un porc lubrique, bien loin de l’image lisse et presque bien élevée qu’il donnait en comparaison de Teach ( en même temps face à Teach, le diable lui-même ferait figure d’enfant de chœur). La blondinette était un garce, un tricheuse et une … bref tout sauf une pirate admirable comme elle l’était elle-même ( de son propre point de vue). Sparrow… et bien, c’était un manipulateur de la pire espèce, un véritable salaud pour qui la trahison était une seconde nature. Quand à Teach… Elle n’aurait jamais du accepter de passer un quelconque marché avec lui. En fait elle aurait du lui mettre une balle entre les deux yeux dès l’instant il était venu la voir dans la taverne …

 

 

 

Enfin elle était à présent débarrassée de tous ces chiens qui se dévoreraient tôt ou tard entre eux, ce qu’elle appréciait particulièrement…

 

« Angelica. Tu as bien grandi depuis la dernière fois. »

 

Elle frissonna en reconnaissant la voix qui avait hanté plus d’un de ses cauchemars après la mort de sa mère. Déglutissant nerveusement, Angelica se retourna d’un bloc vers celui qui venait de parler et se retint de vomir en reconnaissant le visage à la peau translucide qui lui faisait face.

 

« Je croyais que tu ne sortais jamais de ton antre loa.

 

- Quelquefois il faut faire des exceptions, Angelica. Tu lui ressembles beaucoup.

 

- A qui ? » Demanda-t-elle avec hargne, se rappelant de la présence du loa le jour où sa mère était morte, psalmodiant comme à son habitude des formules obscures.

 

 

 

Le loa posa un regard méchant sur elle et la saisit par le bras avant qu’elle ait le temps de prévoir son geste

 

« A Blackbeard. Mais il a raison. Tu n’es pas de taille face à lui Angelica.

 

- C’est ton opinion. Maintenant lâche moi et retourne d’où tu viens. Répliqua-t-elle en mettant autant de mépris qu’elle le pouvait dans sa voix.

 

- Blackbeard m’a chargé de te surveiller. Ce que j’aurais fait de toute manière, ni lui ni moi ne tenons à voir échouer notre projet. »

 

 

 

Angelica grimaça. Elle n’avait retrouvé que brièvement sa liberté.

 

« Je respecterais mon accord avec Teach, jusqu’à ce qu’il m’ait donné ce qu’il m’a promis. »

 

Le loa ne répondit pas. Les yeux révulsés et la main sur son bras, il venait d’entrer en transe

 

« Tu es dévorée par la haine, Angelica. Une haine que tu ne parviendras jamais à assouvir ni à abandonner. Il aurait du te tuer… Même si te voir le servir lui procure plus de jouissance que ta mère ne lui en a jamais procuré de son vivant. »

 

Angelica poussa un gémissement dégoûté et tira sur son bras pour le libérer de l’étreinte du loa.

 

« Tais-toi, tu es aussi fou que lui

 

- Non. Aussi puissant, peut être même plus. Se vanta le sorcier qui lui aussi appréciait l’absence de Blackbeard. Souviens toi en Angelica.

 

- Je me demande ce que Teach dirait s’il t’entendait. Ricana-t-elle. Maintenant lâche moi loa. J’ai un navire à diriger et tu fais partie de son équipage. »

 

 

 

Le loa la fixa avec un regard mauvais.

 

« Crois-moi Angelica. Tu regretteras tes paroles. Bientôt tu m’appartiendras. »

 

Cette fois la nausée fut si forte que la jeune femme s’arracha à son étreinte et recula, détournant le visage pour vomir sans que la bile ne remonte suffisamment dans sa gorge

 

« Si tu crois pouvoir me contraindre à coucher avec toi tu rêves. Ta magie ne marchera pas sur moi.

 

- Idiote. Siffla le loa. Ce n’est pas ton corps qui m’intéresse mais ton âme. Maintenant va nourrir la sirène avant que je décide de ne pas attendre le retour de Teach et sa décision pour te prendre. »

 

 

 

Tremblante de rage et un peu de peur aussi, Angelica recula

 

«  Ne t’approche plus de moi loa, ou je trouverais un moyen de tuer. »

 

Le sorcier se contenta de rire, de la même manière que le jour où sa mère était morte, et Angelica se précipita dans les cuisines, pressée d’échapper au sorcier qui l’écœurait et la terrifiait à la fois.

 

 

 

Queen Anne’S Revenge,

 

Cabine

 

 

 

En entendant un pas léger se rapprocher de sa porte, Syréna s’empressa de lisser ses cheveux et plaqua un sourire avenant sur son visage. Sourire qui s’effaça dès qu’elle constata qu’au lieu du Philip attendu, une femme se tenait devant elle, une écuelle fumante à la main.

 

« Quelle horreur… » Persiflèrent elles au même moment en se découvrant.

 

 

 

Angelica posa ses yeux sur la poitrine nue de la sirène et grimaça en suivant les lignes de sa peau jusqu’à ses écailles

 

« Teach est réellement un porc. Marmonna-t-elle. Qui pourrait désirer une telle créature ? »

 

Les yeux de Syréna s’obscurcirent et elle toisa la brune qui lui faisait face. Le corps de cette dernière exprimait la frustration. Le genre de sensation que Syréna avait appris à connaître grâce à ses proies avant de l’expérimenter elle-même depuis son arrivée sur le navire.

 

« Tous les hommes. »Se vanta-t-elle néanmoins.

 

 

 

Angelica lui lança un regard peu amène

 

« Une putain des mers, la putain des pirates… De toute évidence Teach aime à s’entourer. » Rétorqua-t-elle.

 

Le regard de Syréna, remplit de convoitise, glissa sur l’écuelle fumante. Mais cette fois, l’orgueil féminin fut le plus fort.

 

« Je ne suis pas une putain. Pas plus qu’Elizabeth Swann même si elle ferait une parfaite sœur.

 

- Tu m’en diras tant, l’Écailleuse. » Se moqua Angelica.

 

Syréna cracha dans sa direction, furieuse de la manière dont l’autre lui parlait.

 

« Où est Philip ? Ragea-t-elle, craignant que son petit soldat l’ait abandonné.

 

- A terre. Il n’est pas prêt de revenir. Je le remplace et c’est pas la peine d’utiliser tes charmes sur moi, je n’aime pas les femmes encore moins lorsqu’elles ont une queue. Lui lança Angelica en rougissant légèrement.

 

- Rassure toi, les femmes ne sont pas non plus à mon goût. Rétorqua Syréna en louchant sur l’assiette. Leur viande est écœurante. »

 

 

 

Angelica grimaça et déposa l’assiette, préférant continuer à ignorer d’où provenait la chair qui garnissait largement le plat de la sirène. Cette dernière se jeta sur son assiette, déchirant les morceaux de viande avec entrain, un plaisir dérangeant inondant son visage. Angelica retint un haut de cœur dont Syréna ne tint pas compte, prenant plaisir à laper la sauce de sang qui maculait le plat.

 

« Quand Philip revient-il ? Et pourquoi est-il parti ? Demanda Syréna d’un ton capricieux.

 

- Il est parti chercher de quoi enfermer ta maîtresse. » Ricana Angelica qui avait besoin de passer ses nerfs après son entrevue avec le loa.

 

 

 

Syréna digéra l’information puis hésita avant de se décider, après tout elle ne risquait à demander

 

« Et Jack ? »

 

Pour le coup, Angelica faillit s’étouffer

 

« Jack ? Sparrow ? Tu le connais ?

 

- Pas aussi bien que je l’aurais voulu. Rétorqua la sirène avec une mine gourmande. Mais ma sœur oui. Et toi ? »

 

Les mots franchirent les lèvres d’Angelica avant qu’elle ait réfléchi

 

«  C’est mon mari, sale poisson. »

 

 

 

Syréna la toisa avant d’éclater d’un rire cristallin qui vrilla la tête d’Angelica

 

« Arrête de rire !!! »

 

La sirène ne se tut pas, bien au contraire et Angelica claqua nerveusement la porte de la cabine derrière elle, regrettant de ne pas pouvoir blesser la sirène mais inquiète à l’idée de ce que le loa pourrait lui faire si elle cédait à cette impulsion.

 

 

 

Queen Anne’S Revenge,

 

Pont

 

 

 

Tremblante de colère, Angelica jeta un œil noir sur l’équipage. Fallait il qu’elle ait été idiote pour que même un demi poisson se moque d’elle en apprenant son mariage.

 

« Maudit Sparrow. Je te hais. » Ragea-t-elle entre ses dents sans pour autant se sentir mieux.

 

Un matelot la fixa en ricanant et Angelica s’approcha de lui. Elle le souffleta avec colère (geste qu’elle ne s’était jamais autorisé avec l’un de ses hommes) et redressa la tête

 

« Retourne à ton poste matelot. Teach et Davies ne sont pas là. Tu es sous mes ordres. »

 

 

 

Le marin haussa les épaules, montrant ainsi tout le mal qu’il pensait d’elle et Angelica se dirigea à grands pas vers le bastingage, désireuse de se rendre sur le Black Pearl. Après tout ce dernier serait bientôt sien, au nez et à la barbe de Sparrow. Cette pensée l’apaisa un peu et elle saisit un grappin.

 

« Que faites-vous, Miss Teach ? » Lui demanda un matelot.

 

Angelica frissonna. Personne ne lui donnait jamais le nom de son père. Personne. Et à ce tarif là elle préférait encore porter celui de Sparrow.

 

« C’est Capitaine Sparrow. Pas le guignol mais Angelica Sparrow. Pousse toi je vais sur mon navire.

 

- Non Miss. Le Capitaine Blackbeard a été formel. Vous ne devez pas quitter la Revenge et moi je suis là pour obéir aux ordres. »

 

 

 

La mine d’Angelica s’allongea.

 

« J’ai dit : je vais sur le Pearl

 

- Non Miss. Le capitaine a dit que vous restiez ici et vous le ferez de gré ou de force. » Lui annonça-t-il calmement, une lueur lubrique dans le regard.

 

Lueur qu’Angelica ne connaissait que trop bien. La main sur le pommeau de son épée, elle sortit cette dernière de son fourreau

 

« Écarte-toi ou tu es un homme mort. »

 

Le marin, loin de se démonter, se passa la langue sur les lèvres

 

« Je préfère la mort à ce que le Capitaine me fera si je vous laisse partir. »

 

Angelica resserra la main sur son épée et jeta un coup d’œil alentour. Elle réalisa avec un choc qu’elle était encerclée par les hommes d’équipage, certains armés de pistolets, d’autres de sabres, tous surveillant ses moindres mouvements.

 

Le matelot suivit la direction de son regard et sourit avec cruauté

 

« Le capitaine a dit « par n’importe quel moyen ». »

 

Angelica retint des larmes de rage en abaissant son épée, comprenant qu’une tentative de passage en force ne servirait qu’à s’attirer une humiliation publique. Teach l’avait nommée capitaine… Mais elle était prisonnière de son équipage. Toutefois, elle pouvait encore garder la face

 

« Dans ce cas, j’attendrais que Teach revienne. Annonça-t-elle.

 

- Sage décision, Miss Teach. Pardon, Madame Sparrow. » Répondit l’homme

 

 

 

Angelica se retint de justesse pour ne pas répondre à la provocation et tourna les talons en direction de la cale, furieuse après Teach et après elle-même pour s’être mise dans une telle situation.

 

 

 

Queen Anne ‘S Revenge

 

Geôle

 

 

 

Barbossa se redressa brusquement en entendant claquer des pas indéniablement féminins dans l’escalier et réajusta maladroitement son grand chapeau sous les regards amusés de Pintel et Ragetti. Le vieux pirate les ignora et darda son regard vers le bout de la pièce. Tout était une histoire de moment. Et d’entrée en matière.

 

 

 

« On dirait que vous êtes contrariée, Madame Sparrow. » Lança-t-il brusquement.

 

A quelques mètres de lui, Angelica s’immobilisa et un sourire cruel illumina ses traits tandis qu’elle se dirigeait lentement vers les prisonniers. Finalement, elle avait trouvé mieux que le rhum pour calmer ses nerfs

 

« Pourquoi le serais je ? Teach m’a laissé le commandement. Pavoisa-t-elle.

 

- Oh c’est-ce que le cap… Commença Ragetti, une partie de sa phrase se perdant dans le cri de douleur que le causa le pied de Barbossa en s’écrasant sur le sien. …Avait prévu

 

- Vraiment ? Vous m’en voyez ravi. » Répondit gracieusement Barbossa en ignorant Ragetti.

 

 

 

Angelica lui lança un regard méprisant

 

«  Vous perdez votre temps Capitaine Barbossa…

 

- Vous croyez … Pourtant la proposition que je vous avais faite il y a quelques semaines tient toujours, Angelica. Susurra Barbossa

 

- Coucher avec vous ? Sûrement pas ! Rétorqua la jeune femme avec mépris.

 

- Vous seriez surprise Madame Sparrow. Mais je ne parlais pas de celle-ci. Mais de notre … alliance ? 

 

- Nous n’avons jamais eu d’alliance

 

- Mais il vous appartient de changer cela Madame Sparrow. Au cas où vous voudriez faire d’une pierre deux coups… »

 

 

 

Angelica le fixa

 

«  C’est-à-dire ?

 

- Sparrow et Teach. En même temps ou presque. Répondit Barbossa.

 

- Vous vous vantez capitaine Barbossa. Vous n’êtes à la hauteur d’aucun de ces deux rats. Raison pour laquelle vous êtes ici.

 

- Tout comme vous Madame Sparrow. Pendant que Sparrow et Blackbeard sont en route pour la Fontaine de Jouvence… » Rappela Barbossa, sachant d’instinct où frapper.

 

 

 

Angelica blêmit puis rougit

 

« Ça n’a rien à voir, je suis capitaine !

 

- Dans l’ombre de Teach… Éternelle seconde… Mais je vous disais qu’il existe un moyen de le contrer tout en obtenant ce que vous désirez et en vous vengeant de Sparrow ?

 

- Je répondrais que vous n’êtes qu’un vieux fou. » Rétorqua Angelica en tournant les talons, les élucubrations de Barbossa étant plus qu’elle ne pouvait en supporter.

 

Barbossa tiqua en la voyant partir, hésita puis…

 

« EVENTAIL ! » Se risqua-t-il à crier

 

 

 

Angelica ne cilla même pas et Barbossa lança un chapelet d’insultes mental à l’encontre de Jack tandis que ses hommes le toisaient d’un air éloquent, partageant de toute évidence l’opinion d’Angelica.

 

 

 

Le Hollandais Volant

 

Mer des défunts

 

 

 

Seul à la barre, Will posa un regard vide sur les âmes qu’il menait. Un instant, lorsqu’il avait embarqué son macabre chargement, il avait espéré que son père et le reste de son équipage seraient parmi les défunts. Mais ils n’en faisaient pas partie. Sans doute avaient ils rejoint directement l’autre côté, après tout, ils avaient fait si souvent le voyage durant les derniers mois qu’ils n’avaient pas besoin du Hollandais Volant pour les guider vers l’au-delà.

 

 

 

Les dents serrées, Will manoeuvra la barre. Cette fois il n’était pas descendu parmi les âmes pour les rassurer ainsi qu’il en avait l’habitude. Il n’en avait pas le courage. Pas après la disparition de Bill.

 

« Calypso… » Murmura-t-il, cherchant à faire apparaître la nymphe pour tenter une nouvelle fois de la persuader de le laisser agir.

 

Il avait déjà perdu son père, il ne voulait pas perdre Elizabeth… Mais en dépit de tous ses efforts, il était encore coincé ici, condamné à faire éternellement le même voyage. Sauf qu’à présent il était seul.

 

 

 

Le seul point positif c’était qu’à la frontière des mondes, les âmes paraissaient plus paisibles à présent. Ceux dont il avait la charge avaient presque pu passer sans encombre. L’intervention de Calypso avait au moins eu ce mérite…  Maudissant intérieurement la nymphe, Will manœuvrait lorsqu’un cri de ravissement échappa à l’une des âmes qu’il guidait. Surpris par cette réaction inhabituelle, Will déserta un instant la barre pour se pencher au bastingage et arrondit les yeux de surprise en voyant une femme blonde et de toute évidence nue aux côtés du navire

 

« Que fais tu là ? Lui lança-t-il. Monte, mon rôle est de te guider. »

 

 

 

Un rire lui répondit et la femme bougea légèrement, dévoilant sa longue queue poissonneuse aux écailles brillantes. Will ne s’étonna même pas qu’elle soit une sirène, après tout ce qu’il avait vu, il n’était pas à une étrangeté près.

 

« Toi non plus tu n’aimes pas Calypso. Lui lança la sirène

 

- Je me moque de Calypso. Ce que je veux c’est retrouver ma femme. Répliqua Will.

 

- Oh… Tu es marié… Dommage …

 

- Que veux tu ? » Demanda Will

 

 

 

La sirène nagea autour du navire et sourit d’un air séducteur.

 

« Rien… J’ai entendu ta colère.. Ton angoisse aussi. Et je voulais voir le visage du nouveau guide.

 

- Et bien tu l’as vu non ? Rétorqua Will avec amertume

 

- Tu ne veux pas me parler ? Lui demanda la sirène d’un ton chagrin. Nous avons pourtant beaucoup en commun. Moi aussi je veux retrouver quelqu’un … Ma sœur. J’en ai parlé à Calypso mais comme pour ta femme elle s’en est moquée. »

 

Will baissa un regard triste sur elle

 

« J’ignorais que vous étiez plusieurs…

 

- Nous sommes des centaines ! Lui affirma fièrement la sirène. Calypso devrait nous venir en aide mais elle ne bouge pas… Alors il ne me reste plus qu’à compter sur mon gentil Jack… »

 

 

 

Will qui s’apprêtait à se détourner, agacé par le babillage la sirène s’immobilisa brusquement. Non… Impossible, ça ne pouvait pas … Pas encore LUI !

 

«  Jack ? Demanda-t-il d’une voix tremblante

 

- Jack Sparrow… Mon gentil Jack… Soupira la sirène. Tu le connais ? »

 

Will serra le bastingage de toutes ses forces, s’y cramponnant pour lutter contre le vertige qui le saisissait. Ça ne pouvait pas être une coïncidence…

 

« Qui t’envoie ? Demanda-t-il à la sirène. Est-ce que c’est Jack ? »

 

La sirène ondoya gracieusement et prit son temps pour répondre

 

« Non… Pourquoi l’aurait-il fait ?

 

- Ma femme… Ma femme est avec lui… » Souffla Will

 

 

 

Le rire cristallin de sirène éclata de nouveau, vrillant les oreilles de Will

 

« Jack a toutes femmes qu‘il veut »Répondit elle

 

Will blêmit

 

 « Pas celle la… Tu la connais peut être ! Elizabeth Swann ! S’exclama-t-il cherchant désespérément à ranimer l’espoir en lui. 

 

- Elizabeth ? Je ne l’ai jamais vue… Mais le gentil Jack m’a parlé d’elle… Il y a longtemps. Déclara la sirène avec une moue contrariée;

 

- Elle est à bord du navire de Blackbeard ! S’exclama Will. Toi tu pourrais la sortir de là ! »

 

Une expression de rage sur le visage, la sirène recula brutalement

 

« Jamais ne s’approcher du navire maudit… Son sort détient ma sœur

 

- Et Elizabeth ! S’exclama Will. Aide moi à partir d’ici, tu dois bien connaître un passage, quelque chose qui… »

 

 

 

Un éclair lumineux explosa dans le ciel et la sirène blêmit

 

« Je dois partir. Annonça-t-elle en disparaissant

 

- Attends ! S’exclama Will. Je t’en prie ne pars pas, aide moi…

 

- Naia n’a pas à te parler. Elle transgresse les lois du destin en agissant. » Déclara la voix de Calypso.

 

Will se retourna vers elle

 

« Calypso…

 

- Tu vois j’ai répondu à tes prières William Turner. »

 

 

 

Will secoua la tête

 

« Laissez-moi aller la rejoindre.

 

- Et devenir un monstre comme l’était Davy Jones ? Ce n’est pas ton destin…

 

- Mon destin est avec Elizabeth ! Je dois la sauver

 

-  Il ne t’appartient pas de la sauver. Son destin n’est pas entre tes mains William mais dans celles du plaisant Jack »

 

Will grimaça, il commençait à en avoir assez de toutes ces créatures qui encensaient le pirate

 

« Il l’a livrée à Teach !

 

- Je sais… Répondit Calypso d’une voix traînante. Mais pour obtenir ce que l’on désire le plus au monde… Il faut avant en payer le prix. »

 

 

 

Will sentit des larmes d’impuissances monter à ces cils

 

« Je ne peux pas rester sans rien faire. Je ne peux pas la perdre…

 

- Elle ne t’a jamais appartenu. Répondit froidement Calypso.

 

- C’est ma femme. Souffla Will

 

- Oui je sais. C’est dommage… Mais ta place n’est pas dans son monde… »

 

Will serra les poings

 

« Vous pouvez dire tout ce que vous voudrez Calypso. Jamais je n’abandonnerais Elizabeth et je sais qu’elle non plus. J’ai confiance en elle. »

 

Calypso le toisa comme s’il était un enfant capricieux

 

« Continue à guider les âmes William. Le reste ne te concerne pas. Si tu intervenais ….

 

- Je la sauverais ! S’exclama Will avec fougue

 

- Tu te trompes… » Souffla Calypso avant de disparaître, le laissant seul et furieux.

 

 

 

L’Île des Épaves

 

Salle du Conseil

 

 

 

 

 

Le visage toujours un peu pâle, Teague se reposait dans le grand fauteuil qui ornait un coin de la salle, le feu réchauffant son corps malmené.

 

« Vous vous sentez mieux ? » Lui demanda le loa qui ne valait guère mieux

 

Teague leva lentement la main et garda le silence quelques minutes avant de reprendre

 

« Je l’ai vue tu sais… Asliminada.

 

- Je sais. Répondit le loa avec tristesse

 

- Tu crois qu’elle m’a pardonné ? »

 

Le loa se crispa

 

« Oui… Je crois.

 

- Tu sais je n’avais pas le choix… Je ne l’ai pas eu. C’était elle ou Libertalia… Tant de vies contre une seule… Je ne pouvais pas sauver les deux. »

 

 

 

Le loa prit une profonde inspiration

 

« Ma sœur savait que son heure était venue.

 

- Elle a dit. Elle a dit que ce n’était pas encore le moment. Soupira Teague. Tu sais loa, je regrette de l’avoir écoutée.

 

- Elle ne vous aurait pas pardonné si vous aviez renoncé. Répondit le loa. Que deviendraient tous ceux-là sans vous ? » Demanda-t-il en désignant la population réfugiée dans la Salle.

 

Teague posa un regard las sur les pirates assemblés puis posa les yeux sur le Code qu’il protégeait depuis des années

 

« Et toi loa, m’as-tu pardonné mon choix ? C’était ta sœur après tout »

 

 

 

Le sorcier déglutit

 

« Oui Teague. Je vous ai pardonné parce que votre cause était juste. »

 

Teague sourit légèrement

 

« Alors crois en Jack, loa. Sa cause aussi est juste. Je sais qu’il ne me décevra pas cette fois…

 

- J’aimerais en être aussi sûr que vous. Répondit le sorcier d’une voix sinistre

 

- Jack ne commettra pas mes erreurs… Soupira Teague. Si il le faisait… Ce serait la fin pour lui…

 

- Et pour nous tous par la même occasion. Ragea le loa sans pouvoir se retenir

 

- Laisse lui le temps… » Murmura Teague d’un ton somnolent

 

 

 

Le sorcier ne répondit pas, songeant que pour l’instant la seule chose que Jack faisait c’était d’œuvrer pour lui-même… Peut-être que Teague en avait conscience au fond. Mais qu’il n’avait pas le courage de sacrifier le fils comme il avait sacrifié la mère. Le Gardien avait beau pavoiser et avoir de nombreuses autres maîtresses le loa avait toujours sur qu’Asliminada était particulière pour lui. La seule parmi toutes ses maîtresses à résister à la lassitude des ans. La seule qu’il avait emmenée à son bord. La seule à avoir porté son enfant. Et maintenant cet enfant s’apprêtait à détruire tout ce que son père avait bâti. Tout ce pourquoi sa mère était morte.

 

 

 

Queen Anne ‘S Revenge

 

Cabine

 

 

 

Angelica reposa la bouteille de rhum à moitié vide sur le sol de la cabine et se laissa retomber en arrière. L’alcool ne lui avait pas apporté le soulagement qu’elle espérait. En fait plus elle buvait, plus sa situation lui apparaissait dans sa cruelle et humiliante réalité. Elle avait pactisé avec le diable, offert son corps et son cœur au démon et se trouvait à présent prisonnière de sa propre ambition. Belle réussite vraiment ! Et le pire c’était qu’elle ne savait pas comment se sortir de la situation dans laquelle elle s’était elle-même mise… Sans oublier l’humiliation encore vive d’avoir soupiré sous les caresses d’une autre femme…

 

 

 

A cette pensée, Angelica ramassa la bouteille et la projeta rageusement contre le mur. Elle en avait assez d’être utilisée. Elle valait beaucoup mieux que ça… Et il était plus que temps que Teach et Sparrow et tout les autres le comprennent. La seule question était comment ?

 

 

 

Retournant cette délicate question dans son esprit, Angelica se rappela soudain Barbossa. Le pirate lui avait fait une offre…. En fait il lui en avait même fait plusieurs… Et elle était certaine d’une chose : Barbossa haïssait Sparrow au moins autant qu’elle-même, si ce n’était plus. Peut être qu’en définitive cela pourrait valoir le coup d’écouter ses élucubrations… Sur cette pensée, Angelica sombra enfin dans l’inconscience bienheureuse de l’alcool…

 

 

 

Chaloupe

 

Mer ignorée

 

 

 

Jack regardait droit devant lui, les dents serrées, répondant de temps à autres au bavardage de Davies qui semblait curieux de l’entendre raconter les détails de son aventure avec Angelica sous le regard amusé de Teach.

 

« Angie m’adore. » Pavoisa-t-il pour faire bonne mesure.

 

Davies et Teach éclatèrent d’un rire sonore tandis qu’il poursuivait sur un ton de bouffonnerie.

 

« Je ne vois pas ce qui vous étonne, les femmes m’adorent en général. »

 

 

 

A ses côtés, il sentit le corps d’Elizabeth se raidir imperceptiblement. Cela faisait des heures qu’ils avaient embarqués et la jeune femme n’avait pas encore dit un mot malgré toutes ses provocations. Au lieu de réagir avec la fougue qui la caractérisait, elle se contentait de promener un regard vide sur les hommes qui l’entouraient, son corps déjà frêle par nature tremblant de temps à autres alors qu’elle semblait lutter pour rester éveillée.  Jack ferma brièvement les yeux en sentant son odeur lui flatter les narines à la faveur d’une brise légère

 

 

 

Blackbeard s’en aperçut et le toisa

 

« Un problème, Sparrow ?

 

- Peut-être qu’il est fatigué avec tout ce qu’il nous raconte… » Ironisa Davies

 

Les deux hommes éclatèrent de rire et Jack ironisa

 

« Vous n’avez pas idée… »

 

A cet instant, Elizabeth fut brutalement secouée par une toux rauque et Teach la regarda avec dégoût

 

« Sparrow, puisque tu as l’air si chaud , offre lui donc ta veste, je n’ai pas envie qu’elle crève en cours de route.

 

- Quoi ! Glapit Jack. Mais j’ai froid !

 

- Sparrow… Gronda Teach sous l’œil amusé de Davies.

 

- T’es dur avec moi Eddie… » Geignit Jack en se débarrassant de son manteau pour le passer sur les épaules d’Elizabeth

 

 

 

La jeune femme sursauta comme si une guêpe l’avait piquée

 

« Ne me touchez pas !!!

 

- Croyez moi je n’en ai aucune envie. Rétorqua Jack. Je préfère les femmes qui me ressemblent, comme Angie

 

- Et en quoi Angelica te ressemble Sparrow ? » Demanda Teach.

 

Jack laissa sa main glisser lentement le long de l’épaule d’Elizabeth avant de répondre

 

« Parce qu’elle n’hésite pas à faire ce qui est nécessaire. Même si ça lui coûte. »

 

Un éclat de rire salua sa déclaration et Teach lui tapa sur l’épaule dans une feinte amitié.

 

« Capitaine… Il y a une sorte de bayou, droit devant. » L’avertit Davies

 

 

 

Un sourire féroce éclaira le visage de Blackbeard et il s’empressa de boire une partie de la fiole remise par le loa.

 

« Le Marais des Éternels Regrets. Déclara-t-il. Notre destination… »

 

Philip poussa un gémissement à cette annonce et Teach sourit de plus belle…. Ce serait amusant de voir quels genres de démons ses compagnons affronteraient…

 

« Sinistre… » Déglutit Jack

 

Cette fois personne ne lui répondit tandis que les ombres se refermaient sur eux…

 

Chapitre 23                                                                                                          Chapitre 25

Écrire commentaire

Commentaires: 0