Chapitre 19 Sans volonté

Queen Anne’S Revenge

Cale

 

 

Le loa plongé dans ses fumées sombres et souffreteuses poussa un cri de surprise à la vue du spectacle que lui montraient ses augures. L’homme pâle jeta une poignée de poudre jaunâtre dans le feu et se pencha sur l’eau trouble qui y bouillait, cherchant à clarifier sa vision. Les yeux clos, il se concentra et se projeta loin de la cale où il avait élu domicile. Il était à Nassau. Il pouvait presque sentir l’odeur de la poudre et de la chair brûlée. Son esprit aperçut un homme de haute stature emperruqué qu’il reconnut comme le chef des soldats. Le loa tourna ses efforts vers lui et écouta.

 

La voix haut perchée de Lord Hawks se clarifia et le sorcier sourit en y décelant la peur qu’il tentait vainement de cacher à ceux qui l’entouraient.

«  Ce Blackbeard ou Teach ou quel que soit son nom est allé trop loin cette fois ! Nous devons l’arrêter. Lui entre tous les autres. »

Quoi ? Se demanda le loa. Mais pourquoi alors que nous avons cessé nos attaques ?

Questions auxquelles Lord Hawks répondit sans le savoir.

« Ce diable de pirate vient de mettre à sac la ville. Et pire que tout, il nous nargue en revendiquant son forfait ! C’est intolérable. Rassemblez les navires encore en état de flotter et les hommes valides puis partez et ne revenez que lorsque la tête de ce Teach se balancera au bout d’une pique !! Suis-je clair ? »

Autour de Hawks, le loa perçut une vague de sentiments indignés, d’injustice mais aucune voix ne s’éleva. Le loa suivit un instant du regard le Lord puis sa vision se brouilla, le ramenant à la cale.

 

Sans perdre de temps, il se dirigea du pas lent et étrangement cadencé qui était le sien et ouvrit la porte de son antre, laissant s’échapper un nuage de la vapeur toxique dans laquelle il vivait. Là, il reconnut l’homme qu’il avait déjà vu à plusieurs reprises et que Davies voulait tellement qu’il soigne. Le petit missionnaire comme l’appelait Teach…

«  Approche. » Lui ordonna-t-il.

Tétanisé, Philip ne bougea pas, n’ayant aucune envie de s’approcher plus que nécessaire du redoutable magicien.

«  J’ai dit approche. » Répéta le loa.

 

A son grand effroi, Philip sentit ses jambes se mettre à avancer contre sa volonté et obéir aux ordres du sorcier. Le loa lui fit un sourire aussi grotesque que triomphant.

«  Va trouver Teach. Dis-lui que j’ai à lui parler. C’est urgent.

- Oui, j’y vais tout de suite. » S’entendit répondre Philip.

Puis il tourna les talons et entreprit de remonter l’escalier qui menait à la cabine de Blackbeard.

 

Queen Anne’S Revenge

Cabine du Capitaine.

 

Confortablement assis dans l’un des fauteuils qui composaient le mobilier constitué au fil de ses rapines, le pantalon aux chevilles, Blackbeard savourait avec un indicible plaisir la bouche dans laquelle il s’activait tandis qu’Elizabeth retenait à grand peine son envie de vomir. Teach s’en aperçut et ricana.

«  Rassure toi Elizabeth cette fois toi aussi tu auras ton compte. Je compte bien de faire l’honneur de te mettre dès que tu auras fini de me préparer. »

 

Elizabeth releva les yeux et lui lança un regard terrifié dans lequel Teach décela toutefois une lueur de rébellion. Amusé, il se pencha vers elle et enroula une poignée de ses cheveux dans sa main, la tirant en arrière.

«  Toujours pas soumise hein ? Mais rassure toi, le traitement que je te réserve va faire sauter toutes tes dernières résistances. » S’amusa-t-il devant l’air d’incompréhension d’Elizabeth.

Il s’apprêtait à lui ordonner de se déshabiller lorsqu’un coup à la porte le coupa dans son élan.

« Quel est l’inconscient qui ose me déranger pendant que je suis avec ma putain ! Ragea-t-il. Montre-toi. »

 

Sans conscience du danger, Philip ouvrit la porte, il accorda à peine un regard à la forme agenouillée aux pieds de Teach et déclama.

« Il dit qu’il a à vous parler. Urgent. »

Elizabeth eut à peine le temps de trembler pour la vie du jeune homme au visage doux encadré de boucles qui venait d’interrompre son supplice qu’un coup pied vicieusement placé dans ses côtes douloureuses la repoussait au sol. A sa grande surprise, Teach remonta son fut et prit la direction de la porte.

« Ce n’est que partie remise. Lança-t-il à Elizabeth. Quand à toi dégage. » Ordonna-t-il à Philip.

 

La douleur dans les côtes d’Elizabeth ne s’était pas encore estompée que la jeune femme se retrouva seule, un goût amer dans la bouche ainsi qu’il lui était devenu habituel…

 

Queen Anne ‘S Revenge

Pont

 

Philip regarda sans réagir Teach le dépasser, peinant à reprendre ses esprits après la manière dont le loa avait pris possession de lui. L’espace d’un instant il pensa avec pitié à la femme qui vivait terrée dans la cabine de Teach à la merci de tous les désirs du pirate puis son regard tomba sur la porte de Syréna. Un sourire heureux éclaira le visage de Philip en songeant à sa chanteuse. Depuis l’arrivée de la femme blonde, Elizabeth Swann, s’il se souvenait bien, Teach n’était pas allé une seule fois lui rendre visite. Sa pitié s’envola à cette pensée et songea brièvement que si un jour il lui arrivait encore de prier il remercierait Dieu d’avoir envoyé la femme pour assouvir les besoins de Teach et ainsi protéger Syréna.

 

Perdu dans ses pensées, il ne vit pas Davies s’approcher à grands pas, la moue contrariée du pirate en disant long sur son agacement à le trouver une fois de plus planté devant la porte de la sirène.

«  Je t’avais envoyé à la cale Phil. Retournes y et n’en bouge plus jusqu’à ce que je t’en donne l’ordre. » Lui déclara-t-il rudement.

Pour une fois Philip ne protesta pas. L’autre venait sans le savoir de lui donner une excuse rêvée pour descendre et espionner la conversation de Teach et de son sorcier. Qui sait, peut-être apprendrait il quelque chose d’utile pour Syréna…

 

Queen Anne’S Revenge

Cale

 

Teach poussa la porte, une expression rageuse sur le visage.

«  J'espère que ce que tu as à m'apprendre est réellement important loa. »

Guère intimidé par l'air furieux de Blackbeard, le loa sourit légèrement, devinant sans avoir besoin de double vue l'entreprise dans laquelle il avait dérangé le pirate.

«  Juges-en par toi-même : Nassau vient d'être presque entièrement détruite, en tout cas son port.

- Quoi ? Ragea Teach, furieux que quelqu'un ait ainsi devancé ses projets. Qui a osé ! »

Le loa sourit légèrement. 

« Figure-toi que selon toutes les informations dont je dispose ce serait toi. »

Blackbeard serra les dents et s'assit en face du loa.

« Continue....

- J'ai entendu leur chef te nommer. Apparemment les zombies qui les ont attaqués ont prétendu le faire en ton nom. »

Blackbeard ne fut pas long à trouver le responsable.

«  Teague... Ce lâche sait qu'il a perdu alors il espère que les soldats viendront à son secours puisque même son imbécile de fils s'est rangé de mon côté. »

Le loa hocha la tête.

« Oui, c'est l'explication la plus simple et ça a marché... Hawks a donné l'ordre de te poursuivre en priorité et de laisser les autres pirates tranquilles pour l'instant. »

Blackbeard se contenta d'éclater de rire. 

« Quel imbécile... L'endroit où nous allons n'est sur aucune de leurs cartes. Ils ne me trouveront jamais et même s'ils le faisaient, ils seraient balayés comme les autres. La seule chose que ce vieil idiot a fait c'est d'ajouter encore à ma légende. » Ricana-t-il.

Le loa sourit et Teach s'installa en face de lui, les deux hommes revenant sur la suite de leur plan et sur les pensionnaires volontaires ou non qu'accueillait le Queen Anne.

Queen Anne' S Revenge 

A quelques pas de la cale

L'oreille collée au battant de la porte et le cœur prêt à exploser à l'idée d'être surpris, Philip écoutait du mieux qu'il le pouvait la conversation entre les deux hommes dont les voix lui parvenaient à demi étouffées. 

« Et la grosseur qu'elle porte ? Demandait Teach.

- Si elle boit l'eau elle disparaîtra sinon elle est condamnée, il n'existe pas de traitement pour ça, même moi je ne peux rien contre cette chose. » Répondit le loa.

La réponse de Teach se perdit dans un bruit étouffé et Philip se rapprocha un peu plus de la porte, plus que jamais décidé à complaire à Syréna en apprenant le plus d’informations possibles.

Une voix ironique le fit sursauter. 

«  Sais-tu que ce que tu fais est particulièrement risqué gamin ? Tu ne tiens donc pas à la vie ? »

Philip blêmit et se retourna, croisant le regard perpétuellement ironique de Jack Sparrow, celui que l'équipage appelait en riant le "seigneur sans honneur" parce qu'il était selon eux aussi lâche que traître.

«  Je, bredouilla Philip en s'écartant de la porte.

- Tu espionnais. Le coupa Jack. Et si un autre que moi t'avait surpris tu ne serais plus en vie. »

Philip porta la main à son épée et Jack sourit en le voyant faire.

« Mauvaise idée ça petit. Il me suffirait de crier pour que Teach et sa clique rappliquent avant que tu aies eu le temps d'aller au bout de ton idée. »

Philip blêmit de plus belle tandis que l'autre s'approchait de lui, un éclat rusédans le regard. 

« Qu'as-tu appris ?

- Re...rien du tout monsieur... »

Jack leva les yeux au ciel avec exaspération, il le prit par le bras et l'entraîna à l'écart.

« C'est Capitaine, Capitaine Jack Sparrow, maintenant dis-moi ce que tu sais, dépêche toi.

- Je... rien à part que Nassau a été mis à sac et que la Compagnie est furieuse.

- Nassau ? Demanda Jack en plissant le front. Pourquoi Nassau ? » Se demanda-t-il à voix haute.

Philip garda le silence et le pirate se tourna vers lui.

« Pourquoi les espionnais-tu ? Qui es-tu ?

- Philip... Swift, soupira ce dernier. Le navire sur lequel je voyageais a été attaqué par ce Teach.

- Je vois, murmura Jack en le jaugeant. Pourquoi Blackbeard t'a t'il épargné ? Ce n'est pas dans ses habitudes...

- Ce n'est pas lui, c'est Davies le second. Je crois que c'est parce que je l'amusais. » Confessa Philip.

Jack sourit légèrement et détailla la tignasse bouclée du jeune homme. 

«  Ou peut-être avait-il d'autres raisons moins avouables... Ricana-t-il. Sans vouloir te vexer, tu n'es pas très amusant. Que faisais tu sur l'autre bateau ? »

Philip écarquilla les yeux en comprenant que l'autre ne savait pas ce dont l'équipage avait fait des gorges chaudes et qui lui avait attiré nombre de quolibets.

«  Je suis, enfin j'étais missionnaire... » Lâcha t'il.

Jack ne put s'empêcher de sourire moqueusement.

«  Était ? »

Philip évita son regard tandis que l'autre le plaquait contre le mur et le jeune homme frémit en se souvenant de récits très imagés concernant le matelotage et plus précisément ce qui arrivait à certains jeunes garçons qui avaient la malchance d'éveiller des appétits forts peu catholiques.

« Tu dis que tu es missionnaire. Susurra Jack. Tu peux donc je ne sais pas, célébrer un mariage par exemple ?

- Oui, répondit Philip, surpris par la question, la même que celle que Teach lui avait déjà posée.

- Parfait.... Murmura Jack d'un air songeur. Décidemment ce bon vieux Eddie ne laisse rien au hasard. »

Avant que Philip ait le temps de se poser des questions, l'autre changea brutalement de sujet. 

« Une dernière question Philip. Qu'y a-t-il dans la cabine que Teach garde verrouillée ? »

Un sourire involontaire s'épanouit sur les lèvres de Philip tandis qu'il se représentait sa belle chanteuse.

« La plus belle femme du monde, la plus parfaite des créatures... Commença-t-il.

- Blahhh, le coupa Jack en reculant. Ma parole tu en baves presque, contente toi de répondre à ma question, cette fille, elle a bien un nom. »

Philip hésita et Jack leva les yeux au ciel.

« Allez dépêche petit on a pas toute la journée

- Syréna... » Souffla Philip.

Un léger sourire se forma sur les lèvres de Jack et il secoua la tête d'un air navré.

« Tu m'en diras tant. Je comprends l'air bovin maintenant. » Ricana Jack.

Un léger mouvement attira son attention et il repoussa brutalement Philip. 

« Désolé petit. C'est pas je m'ennuie mais... » Jeta-t-il en se précipitant à l'autre bout de la cale.

Philip le regarda avec surprise et Jack leva les yeux au ciel.

« Cache-toi ! » Lui lança-t-il en s'adossant à un tonneau de rhum.

Philip, le cœur battant, obéit sans réfléchir, à l'instant précis où Teach sortait de la cale.

«  Eddie ! S'exclama Jack d'un ton détendu.

- Sparrow ...Grinça Teach. Qu'est-ce que tu fais ici ? »

Jack leva familièrement sa bouteille de rhum.

« Complètement à sec. »

Blackbeard lui renvoya un regard méfiant et Jack s'approcha de lui en chancelant, à la grande surprise de Philip qui ne s'était pas rendu compte que l'autre était si saoul. 

« Faut que je te parle d'Angie... » Déclama Jack.

Blackbeard le toisa d'un air moqueur et le repoussa.

« Pas maintenant Sparrow. »

Jack chancela et devint livide, durant un bref instant Philip crut qu'il allait vomir mais l'homme se reprit et emboîta le pas à Teach.

« Angie !!!!Trésor, j'ai ton rhum ! » S'écria Jack

Une fois certain d'être seul, Philip sortit prudemment de sa cachette, décontenancé. Pourquoi ce Sparrow n'avait-il rien dit à Blackbeard sur sa présence ? Et plus étrange pourquoi l'avait-il couvert de la sorte ? Et surtout comment se faisait-il que lorsqu'il avait mentionné Syréna, le pirate ait semblé la connaître ? Remâchant toutes ces questions sans réponse, Philip fit mine de se remettre à travailler tout en songeant qu'il lui fallait absolument trouver un moyen de voir Syréna pour lui raconter tout ce qu'il avait appris, elle saurait sûrement ce que tout ça signifiait. A cette pensée un large sourire s'épanouit sur ses lèvres et le jeune homme chassa Jack Sparrow de ses pensées, retournant àses rêveries amoureuses avec la belle Syréna. 

Queen Anne'S Revenge 

Cabine

Assise sur son lit, ou plutôt celui de Jack, le regard vague, Angelica regardait le plafond et s'efforçait de réprimer la rage qui grondait en elle. Jack devenait de plus en plus insupportable et son appétit de chair semblait grossir àmesure qu'il ingurgitait son foutu rhum dont Blackbeard paraissait ne pas vouloir le priver. Les dents serrées, la jeune femme se força une fois de plus au calme... Elle devait coopérer, faire mine de se soumettre quand bien même elle devrait en crever de rage et de dégoût. Teach avait été formel, elle n'aurait ce qu'il lui avait promis qu'à ce prix. Elle n'avait donc pas d'autres choix que de le payer et de boire le rhum jusqu'à la lie. 

Elle soupira lourdement en entendant la voix de Jack se rapprocher et ramena le drap contre elle, le cœur cognant dans sa poitrine à l'idée qu'il puisse encore avoir envie d'elle. Ce n'était pas qu'il se montre violent ou désagréable, Jack était même l'un des meilleurs amants qu'elle ait accueilli dans son lit, seulement elle avait beau faire, elle ne parvenait pas àoublier ce qu'il lui avait fait. Sans doute parce qu'elle l'avait aimé jadis. Le genre d'amour que sa mère avait eu pour Teach aux premiers temps de leur mariage et elle était bien placée pour savoir où cela l'avait conduite. Un nouveau soupir lui échappa...

 

Elle avait accepté le marché de Teach pour enfin assouvir sa haine et sa soif de vengeance pour Jack et au lieu de ça, elle se retrouvait à jouer les amoureuses dans ses bras. Rien n'allait. Comment cela aurait-il pu être le cas ? Au lieu de se sortir de la situation avec panache comme elle le faisait d'habitude voilà qu'elle se retrouvait à la merci des deux hommes qu'elle haïssait le plus au monde. Tout ça à cause de cette maudite blondinette. Angelica en était à souhaiter que Blackbeard lui fasse le plus mal possible lorsque la porte s'ouvrit laissant le passage, non pas à Jack comme elle l'avait d'abord pensé, mais à Blackbeard. 

Le pirate la toisa, un sourire cyniquement amusé sur les lèvres, tandis qu'elle rabattait nerveusement le drap sur son corps nu. 

«  Je vois que tu t'es faite facilement à ton nouvel état, se moqua t'il. Ce qui n'est guère étonnant quand on connaît ta mère. »

Angelica lui lança un regard haineux et se reprocha intérieurement sa propre stupidité. Comment avait-elle pu faire alliance avec l’homme qui était responsable de la mort de sa mère ? Comment avait-elle pu être aussi stupide et laisser l’avidité dominer ses décisions ?

« Sparrow est très content de toi. Commenta Teach. Tu lui plais beaucoup. »

 

Angelica grimaça.

«  Combien de temps cette mascarade doit-elle encore durer ?

- Autant de temps qu’il me le plaira. » Ricana Teach.

La jeune femme le fixa avec hargne et le pirate éclata de rire.

« Qui aurait cru que tu te retrouverais dans le lit de Sparrow… L’aiguillonna   t’il méchamment. Enfin après tout tu l’as épousé, tu n’es pas si intelligente Angelica.

- Tais-toi sale bâtard. Et ne t’avise pas de me doubler. » Lança la jeune femme, à bout de nerfs.

La gifle de Teach l’assomma à demi.

« Ne t’avise plus jamais de me parler ainsi. Lui ordonna-t-il d’une voix froide. Tu n’imagines pas ce que je pourrais faire de toi. A côté de ça le sort de ta mère te paraîtrait enviable. »

 

Angelica ne put retenir un frisson. Teach était sérieux. Autant qu’il était fou. Sa peur ne passa pas inaperçue aux yeux du pirate et il la toisa avec mépris.

« Occupe-toi de Sparrow Angelica. Ensuite tu auras ce que je t’ai promis.

- Qu’est-ce qui me prouve que tu dis vrai ?

- Rien ma belle. Mais il me semble que tu n’as pas trop le choix non ? Du moins si tu veux vivre… »

Angelica frissonna à nouveau, incapable de répondre et Teach se leva.

« Je te laisse Angelica, j’ai une jument à monter et je pense que Sparrow a envie de faire pareil. Soit une gentille fille tu veux ? Continue à lui faire plaisir. » Ricana Teach en lui tapotant la joue avant de sortir.

 

Queen Anne ‘S Revenge

Cabine du Capitaine

 

Assise à même le sol, là où le coup de botte de Teach l’avait jetée, Elizabeth fixait le vide. Elle n’était pas attachée. Elle aurait donc pu se lever et sortir, s’enfuir. Mais malgré tout ce que lui criait son esprit affolé elle était incapable de faire un mouvement. C’était comme si, jour après jour, toute sa volonté l’abandonnait et la laissait faible et apathique. Incapable de réagir face au danger.

 

Les premiers temps de son emprisonnement, elle avait fiévreusement cherché un moyen de s’échapper, rageant contre le collier de fer qui l’emprisonnait. Elle s’en sentait incapable maintenant. Pire, elle s’était rendu compte qu’elle perdait peu à peu la notion du temps. Elle ne savait pas depuis combien de jours elle était là. D’ailleurs était ce des jours ou des semaines ? Le front plissé, Elizabeth tenta de se souvenir. Il y avait les nuits. Teach. Les repas.

 

Les repas….

 

La jeune femme écarquilla les yeux et regarda l’assiette vide qui traînait dans un coin de la pièce. Blackbeard ne mangeait jamais la même chose qu’elle. Ses plats étaient dépourvus de viande. Elle ne mangeait que des herbes étranges… Pour la préparer avait dit Blackbeard. Mais la préparer à quoi ?

 

Cherchant à rassembler ses esprits, Elizabeth porta une main égarée à son front. Elle devait réfléchir… Se lever, sortir. Oui sortir et plonger dans l’océan, rejoindre Will.

 

Will.

 

Cette pensée la galvanisa et elle se mit brutalement debout, surprise de sentir ses jambes trembler. Elle croisa un bref instant son reflet dans le miroir et poussa un gémissement étranglé en peinant à se reconnaître dans la créature décharnée aux yeux cernés qui lui faisait face. Comment avait-elle pu croire qu’elle serait capable de s’échapper ? Elle était trop faible pour ça.

 

Non, lui hurla une petite voix dans son esprit. Tu es un pirate, tu es le Roi de la Confrérie. Pas une esclave. Ne te laisse pas faire, résiste ! Elizabeth passa sa langue sur ses lèvres, à peine surprise de leur sécheresse et commença à avancer vers la porte, se forçant à s’arracher à la torpeur.

 

Au moment précis où elle s’apprêtait à poser la main sur le bouton de la porte, ce dernier tourna lentement. Teach venait d’entrer dans la pièce.

 

Blackbeard haussa le sourcil en la voyant, surpris de la voir debout. Les herbes dont le loa la nourrissait auraient du avoir raison depuis longtemps de ses forces et de sa volonté. Pourtant il lui suffit de croiser le regard d’Elizabeth pour lire la même rébellion qu’au premier jour. Même si cette dernière semblait plus faible elle était toujours là.

 

Teach ne put retenir un sourire en songeant que somme toute sa résistance vaine ne faisait qu’ajouter à son plaisir.

« Où comptais-tu aller Elizabeth ? » Lui demanda-t-il presque aimablement.

Elizabeth le fixa sans répondre et savoura la rage qui montait en elle. Lorsqu’elle était en colère, elle avait curieusement l’impression d’avoir les idées plus claires, de redevenir enfin elle-même.

« Tu devrais arrêter de résister. Lui conseilla Teach. Tu auras beau faire, rien ne peut m’arrêter Elizabeth. Tu ferais bien d’abandonner.

- Jamais… » Murmura-t-elle en luttant pour s’imposer alors qu’elle sentait avec effarement sa propre volonté décroître.

 

Blackbeard ricana et lui désigna le sol dur.

«  Je vois que mes précédentes leçons n’ont pas suffi. Mets-toi à quatre pattes Elizabeth. »

La jeune femme secoua la tête, son cœur manqua un battement en sentant ses jambes flageller, tandis qu’une voix pernicieuse en elle lui conseillait d’obéir.

« J’ai dit. Mets-toi à quatre pattes. » Ordonna à nouveau Teach autant agacé qu’excité par sa résistance.

Cette fois Elizabeth sentit ses forces l’abandonner à son grand effroi.

«  Non… Murmura-t-elle en posant pourtant ses avant-bras sur le sol.

- Si. » Répondit Teach en soulevant la chemise blanche qu’elle portait.

 

Le cœur serré, Elizabeth sentit ses mains calleuses serrer sa poitrine puis ses doigts pincer vigoureusement les pointes de ses seins.

«  Je vous en prie … S’entendit elle gémir. Pas ça.

- Tu sais donc ce que je compte faire ? » Se moqua Teach en écartant ses fesses sans douceur.

Le corps d’Elizabeth tressauta violement et elle tourna le visage vers lui, se trouvant étonnement lente. Derrière elle, Blackbeard sourit en voyant sa volonté décroître. Maintenant ses fesses écartées d’une main il défit son pantalon de l’autre et exhiba son sexe gonflé de désir.

« Je t’ai promis de te mettre. Lui expliqua-t-il. Tu vois Elizabeth je suis un homme de parole. »

 

Un hurlement de souffrance lui répondit tandis qu’il s’enfonçait brutalement dans ses entrailles, ses mains étreignant la taille mince de la jeune femme. Les yeux brûlant de larmes de souffrance, incapable de résister au rythme que les mains de Teach lui imposaient, Elizabeth gémit de détresse, répondant au grognement satisfait du pirate.

« Tu vois… Haleta-t-il. Je t’avais dit que je ferais sauter tes résistances. »

Incapable de se débattre, Elizabeth poussa un nouvel hurlement alors que les coups de boutoir de l’autre s’intensifiaient.

« C’est encore meilleur de te mettre maintenant que tu voudrais résister mais que tu en es incapable… Râla Teach.

- Pitié. » S’entendit implorer Elizabeth avec horreur.

Un rire mauvais lui répondit.

« Ne t’en fait pas, tu vas avoir ce que tu veux. »

 

Elizabeth poussa un nouveau gémissement, ses doigts se refermèrent sur le sol alors qu’elle tentait de se dégager dans un sursaut de douleur et de volonté.

« Oui… Comme ça … Apprécia Blackbeard. Ton cul est encore meilleur que ta bouche, sale petite putain. Tu vas réussir à me faire juter. Continue à te débattre… »

La douleur l’aiguillonnant, Elizabeth obéit involontairement et se tortilla pour échapper à la douleur intolérable de ses entrailles. Finalement les mains de Teach l’attirèrent fermement contre lui et Elizabeth sentit son ventre flasque contre ses fesses tandis que sa semence l’inondait.

 

Elle poussa un soupir de soulagement en le sentant la déserter et se laissa retomber sur le sol, incapable de faire un mouvement. Au-dessus d’elle, Blackbeard la toisa avec mépris.

« Regarde-toi… Tu adores être prise.

- Non… souffla Elizabeth.

- Mais si. Sinon pourquoi tu serais restée ? Tu avais largement le temps de t’enfuir tout à l’heure… Tu n’étais pas attachée Elizabeth… Se moqua Teach en se rhabillant. Je te laisse, nous continuerons ton éducation cette nuit. » Promit il en sortant.

 

Restée seule, Elizabeth poussa un gémissement de détresse. Il avait raison. Elle aurait eu largement le temps de s’enfuir.

Chapitre 18                                                                                           Chapitre 20

Écrire commentaire

Commentaires: 0