Chapitre 16 Esclaves

 

Queen Anne’S Revenge,

Cabine du Capitaine

 

 

Assise dans un coin de la pièce, aussi éloignée du lit que sa chaîne le lui permettait, Elizabeth frémit en entendant un pas lourd faire trembler les planches du navire et s’immobiliser devant la porte. La jeune femme retint son souffle. Elle n’avait pas besoin de regarder l’homme qui venait d’entrer pour savoir qu’il s’agissait de Blackbeard.

«  Ah tu es donc réveillée. » Ricana Teach.

Elizabeth se releva et resserra instinctivement la chemise tâchée autour d’elle.

« Vous n’avez pas le droit de nous retenir ici, c’est contraire à toutes les règles. Vous avez la carte menant à la Fontaine, ce que vous vouliez alors il est inutile de nous retenir plus longtemps. »

 

Teach sourit légèrement et désigna sa chemise d’un geste de la tête.

« Qui t’a donné la permission de mettre un vêtement ?

- Je n’ai pas besoin de permission pour ça ! » S’exclama Elizabeth, révoltée.

La gifle de Teach claqua sèchement dans l’air et Elizabeth se força à ne pas crier, se contentant d’essuyer sa lèvre. Le pirate ricana.

« Rebelle… Sparrow m’avait prévenu. Pour une fois il n’avait pas tort. Alors on va voir si il y a une cervelle dans cette petite tête d’aristocrate. »

Elizabeth ne put retenir un mouvement de recul alors qu’il sortait son pistolet, Blackbeard s’en aperçut et la fixa tandis qu’il posait ce dernier sur la table, hors de portée de la jeune femme.

« Comment tu t’appelles ? Lui demanda-t-il. J’aime bien savoir le prénom des femmes que je baise, c’est mon côté romantique. » Ironisa-t-il.

 

Le regard d’Elizabeth se voila légèrement et elle serra les dents.

« Dépêche-toi, petite esclave, je ne suis pas très patient.

- Enlevez-moi ça et je vous le dirais. » Répondit Elizabeth, le cœur battant.

Blackbeard se retourna vers la porte et fit mine de s’adresser à un interlocuteur invisible au grand effroi d’Elizabeth.

« Mais c’est qu’elle a du mal à comprendre. Je ne négocie pas avec les esclaves ma belle. Maintenant répond à ma question.

- Pour quoi faire ? Vous le savez non ? Jack vous l’a sûrement dit. » Cracha Elizabeth.

 

La main de Teach se referma brusquement sur son bras, il poussa fermement sur le sol et posa sa botte sur sa tête.

« Je t’ai donné un ordre. » Rappela-t-il calmement en accentuant la pression de son pied sur son cou.

Elizabeth serra les dents, son visage écrasé dans la crasse qui maculait le sol de la cabine, et siffla finalement, jugeant peu judicieux de le provoquer un peu plus.

« Elizabeth. »

Immédiatement la botte se souleva et elle poussa un soupir de soulagement.

« Relève-toi Elizabeth. » Lui ordonna Teach.

 

Sans pouvoir s’empêcher de trembler, elle obéit et Teach ricana.

«  Enlève cette chemise. »

Le cœur d’Elizabeth manqua un battement et elle serra ses bras autour d’elle. Voyant cela, Blackbeard lui lança un regard méprisant.

« J’ai dit. Enlève cette chemise Elizabeth.

- Non ! Vous n’avez pas le droit de faire ça ! Explosa Elizabeth. Je ne vous laisserais pas me violer, je préfère mourir plutôt que de subir ça.

- Te violer ? Mais tu n’y es pas ma belle. C’est toi qui va se donner à moi. Volontairement. Expliqua Blackbeard avec un calme de mauvais augure pour qui le connaissait, ce qui n’était pas le cas d’Elizabeth.

- Jamais ! »

 

Blackbeard la contempla et décida de poursuivre le jeu, désireux de voir jusqu’où elle irait.

« Et pourquoi ? C’est-ce que font les esclaves non ? Elles font plaisir à leur maître.

- Je ne suis pas une esclave !! Je suis une femme mariée et il hors de question que je laisse un autre homme me toucher et et … Bafouilla Elizabeth.

- Oh. Je comprends. Dans ce cas, il me suffit de faire de toi une veuve. S’amusa Blackbeard. Quoique Sparrow m’a dit que tu l’étais déjà. Aurait-il menti ? » Susurra-t-il.

Elizabeth le toisa.

« Mon mari est le capitaine du Hollandais Volant. Si vous osez me toucher, jamais votre âme ne trouvera le repos. » Le menaça-t-elle, se demandant comment elle n’y avait pas pensé plus tôt.

 

Contrairement à ce qu’elle avait espéré, Blackbeard éclata de rire.

« Ça tombe bien je n’ai pas l’intention de mourir petite.

- Quelquefois ça échappe à notre contrôle… » Rétorqua Elizabeth.

Teach s’assombrit de nouveau.

« Serais tu en train de me menacer Elizabeth ?

- S’il le faut oui.

- Bien. Dans ce cas, il va falloir que je m’assure que la leçon rentre dans ta sale petite caboche. Angelica ! » Hurla Teach.

 

La femme ne devait pas être bien loin car la porte s’ouvrit rapidement, Angelica s’autorisa un regard satisfait en voyant la saleté qui maculait le visage d’Elizabeth et sa pommette rougie. Teach regarda Elizabeth puis Angelica.

« Descend à la cale. Prend un des hommes avec toi. Là, choisis l’un de ceux parmi l’équipage que celle-ci aime bien et ramène le nous.

- Oui. » Répondit Angelica, ravie du tour que prenaient les événements.

Dès qu’elle fut sortie, Elizabeth se tourna vers Teach.

« Qu’est-ce que vous faites !

- C’est simple. Ton corps est trop précieux pour que je prenne le risque de l’abîmer. Par contre je me moque éperdument de ceux des hommes de ton équipage. Expliqua Teach, toujours très calme.

- Non ! Vous n’avez pas le droit ! S’exclama Elizabeth, révoltée.

- Tu te trompes petite. J’ai tous les droits. » Lui répondit Teach.

 

Queen Anne’S Revenge

Geôles,

 

 

En entendant des pas pressés retentir dans l’escalier, Jack adressa un sourire triomphant à Hector et se leva d’une démarche souple.

« Ah c’est pas trop tôt… Allez Angie, ouvre la cage et vite, j’ai hâte de me dégourdir les jambes. »

Un sourire froid lui répondit.

«  Ce n’est pas l’envie qui me manque de te ramener mais Teach a bien spécifié qu’il voulait un homme auquel la Blondinette soit suffisamment attachée. Je pense qu’il est clair pour tout le monde que cela ne peut être toi. »

 

Jack pâlit légèrement.

« Pour quoi faire ? » S’inquiéta-t-il.

Angelica sourit de nouveau.

« Pour donner une leçon à sa nouvelle conquête. » Répondit-elle d’un ton négligent en balayant la cellule du regard.

Pendant que Jack digérait l’information sous le regard moqueur de Barbossa, Pintel et Ragetti reculèrent prudemment.

« Elle a jamais pu nous voir en peinture. Geignit Ragetti.

- Ni en vrai. » Ajouta Pintel.

 

Angelica les ignora superbement tandis que ses yeux se posaient sur celui qu’elle avait su dès le début qu’elle choisirait. Celui qui avait aidé Jack à se moquer d’elle, son cher complice. Elle ne savait pas si la blonde l’appréciait et à vrai dire elle s’en moquait. L’heure de sa vengeance était enfin arrivée.

« Capitaine Gibbs… Se moqua-t-elle. Tu viens avec moi. »

Le pauvre second lança un regard lourd de reproches à Jack et ce dernier fixa Angelica, le regard dur.

«  Allons Angie, tu sais très bien que ce n’est pas ce que Blackbeard t’a ordonné de faire. Il a dit un homme qu’Elizabeth apprécie. Prend Ragetti ça a toujours été son chouchou. » Suggéra Jack sous le regard horrifié de Ragetti qui s’empressa de secouer la tête négativement à se la dévisser.

 

Angelica fixa Jack, un vague sourire aux lèvres.

« Dans ce cas, il temps de voir si les jolis discours si enflammés de cette chère Blondinette contiennent un peu de vérité et si elle est vraiment prête à tout pour sauver son équipage. Se contenta-t-elle de répondre. Je prends Gibbs. »

Le regard de Jack se durcit encore tandis qu’elle forçait le second à sortir. Gibbs leur adressa un regard paniqué et la grille se referma sur eux.

 

Tandis que Gibbs montait lentement les escaliers, Jack se recula dans l’ombre le regard noir et rabattit son tricorne sur son visage, le dissimulant ainsi.

« Belle réussite Sparrow, un plan parfait. Se moqua Barbossa.

- La ferme. » Lui lança Jack d’un ton tellement impérieux que pour la première fois depuis l’époque où il était son second Barbossa lui obéit…

 

 

Queen Anne’S Revenge

Cabine du Capitaine

 

 

Le cœur d’Elizabeth manqua un battement en reconnaissant Gibbs et elle se mordit les lèvres. Angelica avait bien choisi en prenant le second de Jack qu’elle connaissait depuis l’enfance et qui lui avait appris tout ce qu’il savait de légendes lorsque des années plus tôt, elle avait fait le voyage depuis l’Angleterre avec son père et Norrington. Ces deux derniers étant morts, Will absent, Gibbs était le seul à lui rappeler encore cette époque.

 

Teach n’accorda qu’un bref regard à Gibbs et il désigna la lourde table de bois qui occupait la pièce.

« Toi amène le là. Pose sa main bien à plat sur la table et force-le à rester immobile. »

Tremblant, Gibbs roula des yeux effarés vers la table et Elizabeth se mordit la lèvre au sang, elle se força à ne pas bouger tandis qu’elle se répétait que l’autre bluffait.

« Angelica donne-moi la hache. Lui demanda tranquillement Teach. Je crois que cet homme a une main de trop. Mais je vais arranger ça.

- Oh … Je … je m’en sers… » Tenta faiblement Gibbs en suivant Angelica des yeux tandis qu’elle donnait l’outil à Teach, une joie mauvaise dans le regard.

 

Elizabeth serra les poings en le voyant lever cette dernière et ne put se retenir plus longtemps. Les larmes aux yeux, elle se précipita vers Teach, brutalement arrêtée par sa chaîne.

« Non ne faites pas ça, je vous prie ne lui faites pas de mal. Je ferais ce que vous voudrez mais ne lui faites pas de mal. Sanglota-t-elle sans pouvoir s’arrêter.

- Miss Elizabeth… » Murmura Gibbs terrifié.

La hache levée, Blackbeard ricana.

« C’est trop tard… Tu aurais dû y penser avant esclave. » Répondit-il en abattant la hache.

 

Elizabeth poussa un gémissement et détourna le regard tandis qu’une tache jaunâtre s’élargissait sous les pieds de Gibbs, la hache fichée dans le bois à quelques millimètres de sa main. Blackbeard éclata de rire et se dirigea vers Elizabeth, là il la força à regarder.

« Désobéis moi et la prochaine fois je ne me contenterais pas de lui faire mouiller son fut. Est-ce clair ? »

Soulagée, Elizabeth sentit des larmes brûlantes déborder de ses yeux et opina lentement.

«  Bien, triompha Blackbeard en se retournant vers Gibbs. Tu es tout pâle… » Se moqua-t-il tandis qu’Angelica le fixait avec incompréhension

 

Gibbs balbutia, la gorge sèche, sûr qu’il n’avait jamais autant désiré une bouteille de rhum qu’en cet instant. Teach, satisfait de son petit effet, se tourna vers Angelica.

« Ramène-le dans sa cage. »

La jeune femme se crispa et le fixa, se promettant de lui demander des explications dès qu’ils seraient seuls, mieux valait ne pas le défier devant un de ses hommes et la blondinette, elle était peut être folle mais pas assez pour prendre un tel risque. Elle referma donc à regret sa main sur le bras de Gibbs.

« Amène toi… » Lui lança-t-elle.

 

Elizabeth, les jambes flageolantes les regarda sortir, ses yeux accrochèrent quelques secondes ceux de Gibbs avant de se détourner en lisant sa tristesse. Il était inutile qu’il parle. Elle avait compris qu’il savait ce qu’elle venait d’accepter.

 

Une fois les trois autres partis, Blackbeard se dirigea vers le lit et s’allongea.

« Enlève-moi mes bottes. » Ordonna-t-il.

Tremblante, Elizabeth dut s’y reprendre à trois fois avant de réussir et Teach la gratifia d’une remarque acerbe.

«  On dirait que tu n’es pas très douée pour t’occuper d’un homme. Ton mari se contentait peut être de ça mais avec moi il va falloir faire beaucoup mieux Elizabeth. J’espère pour toi et pour le membre de ton ami que tu es plus douée pour les corps à corps que pour enlever une simple paire de bottes. »

Elizabeth évita son regard et se mordit la lèvre de plus belle, le souvenir de Will était plus que ce qu’elle pouvait supporter en cet instant.

 

Blackbeard ne lui laissa pas le temps de s’appesantir sur elle-même. Le regard froid il la fixa.

« Déshabille toi. »

Elizabeth ferma brièvement les yeux et Teach claqua sa langue avec impatience.

« Maintenant. »

Sans le regarder, Elizabeth défit sa chemise, ses doigts tremblants la trahissant à nouveau. Finalement, elle sentit le tissu glisser sur sa peau et baissa les yeux, consciente de l’examen auquel l’autre se livrait.

 

Teach ricana et se redressa brutalement pour s’approcher d’elle. Des larmes lui échappèrent lorsqu’il empoigna fermement ses fesses et les écarta sans douceur.

«  Joli morceau. Commenta-t-il. Je sens que je vais mettre du temps avant de me lasser de ça. »

Elizabeth ne répondit pas et garda les yeux baissés tandis que Teach promenait ses mains sur elle, palpant plus qu’il ne caressait. Finalement il saisit la pointe de l’un de ses seins entre ses doigts et s’amusa à l’agacer avant d’éclater de rire en le sentant durcir.

« Mais c’est qu’en plus elle aime ça cette petite putain. N’est-ce pas Elizabeth ? »

 

Une boule dans la gorge, elle releva finalement la tête et le regarda, les yeux brillants.

« Je vous en prie … ne faites pas ça…

- Mais tu as le choix Elizabeth. Lui répondit Blackbeard. Tu peux garder ton honneur et ta dignité. En revanche pour ton ami, ma foi il devra se passer de sa main.

- Vous êtes immonde. Ragea Elizabeth tandis qu’il reculait.

- Fait moi bander. Tu as beau être belle, il m’en faut plus que ça. »

Elizabeth cilla et ferma les yeux, songeant à Gibbs.

« Pardon Will… » Murmura-t-elle en s’approchant du pirate.

 

Gênée, elle effleura son entrejambe et Teach ricana.

« Tu comptes y arriver comme ça ? » Lui lança-t-il en lui prenant la main et en l’enfonçant dans son pantalon.

Elizabeth se crispa en sentant la chair chaude palpiter sous ses doigts et elle referma sa main sur lui, le touchant maladroitement. Au bout d’un moment, Teach la repoussa avec rage et enleva son pantalon, exhibant son sexe gonflé.

« Regarde-le. » Lui ordonna Blackbeard tandis qu’elle détournait le regard.

Les dents serrées, Elizabeth le fixa et Teach sourit en lisant la révolte couver dans son regard.

« Allonge-toi. » Ordonna-t-il.

 

Le cœur d’Elizabeth manqua un nouveau battement et elle obéit. Teach la regarda avec satisfaction puis lui écarta les cuisses d’un brusque mouvement, la tirant jusqu’au bord du lit. Les larmes aux yeux à nouveau, tant d’humiliation que de peur, Elizabeth sentit son corps s’approcher du sien et Blackbeard la tira brutalement à lui avant de l’empaler d’un coup sec jusqu’à la garde. Malgré ce qu’elle s’était promis, Elizabeth ne put retenir un hurlement de souffrance alors qu’il la pilonnait avec rage et s’enfonçait le plus loin qu’il le pouvait en elle.

 

 

Queen Anne’ S Revenge

Geôle

 

Le sourire triomphant que Jack arborait depuis le retour indemne de Gibbs s’effaça brusquement lorsque le premier cri d’Elizabeth s’éleva. L’espace d’un instant, ses épaules s’affaissèrent puis il reprit sa position initiale, le tricorne lui dissimulant toujours une bonne partie du visage. Gibbs se signa rapidement, peu fier de lui-même tandis qu’Hector se tournait vers Jack.

« Je suppose que cela aussi faisait partie de ton plan Jack ? » Se moqua-t-il.

 

La voix de Jack s’éleva.

«  Parfois il faut savoir faire des sacrifices.

- Je doute que Madame Turner soit d’accord avec ça. Se moqua Barbossa.

- Et pourquoi pas ? Demanda Jack. Après tout, elle n’a jamais hésité elle, et dois je te préciser qu’il y a pire que ce qu’il lui fait ? Comme d’attacher quelqu’un à un mât pour le livrer au Kraken par exemple. Ironisa-t-il. Elle n’en mourra pas.

- Vu comme ça. Soupira Barbossa. Tu as changé Jack…

- Tout le monde change. Répondit froidement le pirate. Et j’ai vu suffisamment de l’autre côté pour mettre tout en œuvre pour ne plus jamais y retourner.

- Je peux te comprendre là-dessus. Grimaça Hector.

- Tu vois finalement on se comprend. » Ironisa Jack.

 

Barbossa reprit.

«  Ton plan, tu penses vraiment qu’il peut marcher ?

- J’en suis certain. Répondit Jack.

- Tu as plutôt intérêt… Je ne suis pas non plus très pressé de revoir Turner. Déclara Barbossa. Quoique ça pourrait valoir le déplacement rien que pour voir sa tête quand il saura ce que sa précieuse Elizabeth est obligée de faire à cause de toi. Je me demande s’il serait assez furieux pour laisser tomber sa charge

- Oh sûrement, ironisa Jack. Il a toujours agi de manière stupide. Mais quand bien même il le voudrait, il ne le pourrait pas. Celui qui a le cœur ne le laissera pas faire.

- Le cœur ? Tu sais où il est ? Mais pourquoi tu ne l’as pas dit plus tôt !

- Toujours se garder un moyen de pression Barbossa… C’est-ce que le vieux fossile a fait en persuadant Elizabeth de lui laisser le cœur.

- Quoi ? Tu veux dire que c’est lui qui…Commença Barbossa d’un air songeur.

- Qui d’autre ? » Répondit négligemment Jack avant de se détourner.

 

Queen Anne ‘S Revenge

Cabine du Capitaine

 

Elizabeth gémit douloureusement tandis que sur elle, Blackbeard continuait à haleter et malmenait son corps. Elizabeth faillit laisser échapper un soupir de soulagement en le sentant se crisper en elle. La délivrance était proche. Le regard mauvais, Teach ressortit brutalement son sexe d’elle.

« Désolé putain, mais j’ai pas envie que tu sois pleine quand nous irons à la Fontaine. » Lui lança-t-il en se caressant vigoureusement.

 

Un râle suivit rapidement et Elizabeth sentit un liquide chaud inonder son ventre et couler sur son corps. La jeune femme maîtrisa un haut de cœur tandis que Teach reculait.

« Tu ferais mieux de t’y habituer ma belle parce que je compte bien te mettre aussi souvent que je le pourrais… Et t’apprendre d’autres choses aussi. » Ricana-t-il en remettant son fut.

 

L’instant d’après la porte claqua derrière lui. Allongée sur le lit, ses jambes écartées pendant mollement, Elizabeth serra lentement le poing avant de l’ouvrir à nouveau. Dans sa poitrine, son cœur se calmait peu à peu et elle ne bougea pas, encore sous le choc de ce qui venait de se produire et du marché qu’elle avait été forcée de passer avec Blackbeard.

 

Finalement elle grimaça alors que son entrejambe la brûlait, les coups de boutoirs de Teach avaient déchiré tout ce que Will avait pris tellement soin de ne pas blesser lorsqu‘ils avaient l‘amour pour la première fois. La pensée de son mari amena finalement des larmes dans les yeux d’Elizabeth qui ne les retint pas, songeant avec angoisse à la prochaine fois où Teach la désirerait.

 

 

Queen Anne’S Revenge,

Cale

 

 

Blackbeard s’approcha à la hâte du loa.

« J’espère que tes herbes seront efficaces, elle est coriace. » Ricana-t-il.

Le loa haussa les épaules.

« D’ici quelques jours elle devrait déjà se montrer plus malléable. Je me demande si nous ne devrions pas en donner aussi à Sparrow. » Réfléchit le loa à voix haute.

Teach ricana en l’entendant.

«  Sparrow ? Tu parles, cette fiche molle a tellement peur de mourir qu’il fera tout pour rester dans mes bonnes grâces.

- Peut être… En attendant j’aimerais le voir. Je préfère sonder son esprit. Nous n’aurons qu’une seule chance de réussir à enfermer Calypso. »

 

Blackbeard haussa les épaules.

« Tu es trop inquiet loa, crois-moi tu le surestimes. Mais si cela t’amuse, je vais te le faire amener. » Déclara-t-il en s’éloignant.

Le loa se contenta d’un signe de tête, songeant pour lui-même qu’il avait eu raison d’insister. Juste au cas où Teach sous estimerait le pirate.

 

 

Queen Anne’ S Revenge

Geôle

 

Jack sourit en voyant approcher deux hommes lourdement armés de la cellule

« Ah tout de même, j’ai failli attendre, pavoisa-t-il.

- Sparrow… Soupira Barbossa qui n’en pouvait plus de ses airs mystérieux et de ses prédictions à la Tia Dalma.

- Le capitaine nous a chargé de t’emmener voir

- Le loa, termina Jack à la place de l’homme en le gratifiant d’un large sourire.

- C’est ça, » grommela le marin.

 

Jack adressa un sourire moqueur à Barbossa et se précipita à l’extérieur de la geôle.

« Et bien allez on ne perd pas de temps, les fers tout ça ... Déclara-t-il en tendant ses poignets.

- On les retire pas.

- Non ? S’inquiéta brutalement Jack.

- Non. » Répondit l’homme en l’entraînant.

 

Queen Anne’S Revenge,

Cale

 

Jack plissa les yeux en pénétrant dans la cale enfumée et fit mine de tousser. Assis à quelques pas de lui le loa prit la parole et le dévisagea avec attention.

« Arrête tes simagrées Sparrow, nous savons tous les deux que tu respires très bien. »

Jack lui fit un sourire contrit et s’assit.

« Tu ne peux pas m’en vouloir d’avoir essayé l’ami. Alors quoi de neuf depuis la dernière fois ? Tu travailles pour ce bon vieil Eddie à ce que je vois. »

 

Le loa le scruta avec attention et Jack se pencha comiquement vers lui.

« Dis t’es pas en transe ou quelque chose comme ça au moins ?

- Non, répondit le loa en forçant lentement les portes de son esprit, espérant vaguement que l’autre ne s’en rendrait pas compte

- Ah… Je vois… Se moqua Jack avant de fermer les yeux, inspirant brutalement. C’est donc pour ça que tu voulais me voir… Bonne visite l’ami. » Se moqua-t-il

 

Surpris, le loa se retrouva brutalement entouré de pensées diverses, envie de rhum, désir d’immortalité, de vengeance, Barbossa, le Pearl. Le Pearl, l‘immortalité. Il fronça les sourcils en reconnaissant la fille blonde que Blackbeard avait choisie comme réceptacle à l’esprit de Calypso. Le loa inspira brutalement et força un peu plus avant de découvrir avec stupéfaction que la seule pensée associée à cette femme était la mort.

« Tu trouves ce que tu cherches? » Se moqua Jack à nouveau.

 

Perplexe, le loa se retira lentement et il examina les yeux sombres de Jack.

« Pourquoi penses-tu à la mort et à la fille.

- Je ne sais pas … Sans doute parce qu’elle m’a tué une fois. » Rétorqua Jack.

Le loa se troubla un peu plus. Tout s’était déroulé comme d’habitude mais il avait toutefois le sentiment diffus que quelque chose n’allait pas. Vraiment pas.

« Ca va pas loa ? T’es tout pâle. Fit mine de s’inquiéter Jack. Enfin encore plus que d’habitude je veux dire.

- Tais-toi… Lui ordonna le sorcier. Qu’est-ce que tu sais sur les plans de Teach ? » Lui demanda-t-il abruptement tout en cherchant à saisir les pensées de Jack.

 

Un lent sourire illumina ses lèvres en sentant Jack dissimuler soigneusement la pensée provoquée par sa question. Le fixant droit dans les yeux, le loa poussa à nouveau et s’enfonça dans le dédale des pensées de Jack. Ses yeux s’écarquillèrent brusquement en ne rencontrant que du vide puis il vit à nouveau la fille. Un baiser. La mort. Puis la peur recouvrit tout. Une peur primaire, quasi animale, la peur de perdre, de perdre…

« Tu ferais mieux d’arrêter l’ami. Maintenant. » Ordonna brutalement Jack.

 

Les yeux écarquillés, le sorcier cilla brusquement avant de retrouver son corps avec soulagement. Jamais il n’avait éprouvé ça lors de ses incursions dans l’esprit de qui que ce soit. Pas même de Blackbeard qu’il ne pouvait de toute manière pas pénétrer sans autorisation. Le pirate était lui-même un redoutable sorcier dont le savoir n’était pas loin d’égaler le sien. Le sort de protection qu’il usait pour son esprit était sans nul doute sa plus grande réussite. Ici, il n’y avait pourtant pas de barrières. Mais il avait beau faire, il n’avait vu que du vide et la peur dévorante de perdre… Il ne savait pas, il ne savait plus… Le sorcier cligna des yeux et la voix de Jack résonna brusquement.

« Ne revient pas. Jamais, tu as compris ?

- Quoi ? Demanda le loa en fixant Jack qui n’avait pas ouvert la bouche.

- Quoi quoi ? » Répéta le pirate d’un ton inquiet.

 

Troublé le loa le fixa.

« Que cherches-tu réellement à obtenir Jack ?

- Tu as lu mes pensées non ? » Répondit le pirate.

Le loa ne répondit pas, troublé et Jack se leva brusquement.

« Bon c’est pas que je m’ennuie mais tu n’as pas beaucoup de conversation. Dis à Eddy que je dois lui parler. » Déclara Jack avec nonchalance en fixant un point derrière le sorcier.

Sans attendre de réponse, le pirate sortit.

 

La porte s’était à peine refermée sur lui que Blackbeard sortait de sa cachette, et s’asseyait à la place que Jack venait de quitter.

« Alors convaincu ? » Ironisa-t-il.

Le loa cligna à nouveau des yeux.

« Je n’ai vu que du vide… Et la fille blonde.

- Du vide ! Éclata de rire Blackbeard. Je l’ai toujours su, Sparrow est un idiot. Mais je vais faire en sorte qu’il arrête de penser à elle. Je n’ai pas envie qu’il convoite ma future femme… Plaisanta-t-il.

- Il la hait. S’entendit dire le loa sans savoir d’où lui venait cette idée. Et il a peur… peur … Hésita-t-il, incapable de se souvenir de la suite, il y avait eu quelque chose avec la peur et la fille mais… Impossible de s’en rappeler.

- Loa ?

- Oui… Je, garde le à l’œil quand même. Tu ferais mieux de le séparer de ses compagnons. Lui conseilla le loa sans savoir cette fois encore d’où lui venait cette idée.

- Je vais faire mine d’accepter ses conditions, mieux vaut qu’il continue à se croire intelligent. Se moqua Teach. Même si je dois reconnaître qu’il m’a surpris en devinant mon plan, je le pensais trop bête pour ça. »

Blackbeard se leva et le fixa.

«  Il a quand même raison sur un point loa. Tu as l’air épuisé. Pourtant je n’ai pas eu l’impression qu’il résistait beaucoup

- Non… Je ne sais pas quoi c’est du… Répondit le loa.

- Fais toi une potion, c’est pas le moment que tu me claques entre les mains. » Ordonna Teach en s’éloignant

 

 

Queen Anne’ S Revenge

Geôle

 

Jack se laissa tomber sur le sol de la cellule, les traits tirés.

« Tiens déjà de retour ? Se moqua Barbossa. Faut croire que ton plan n’est pas si bon que ça, » l’asticota-t-il.

Le visage gris de fatigue, Jack se traîna jusqu’au mur et ferma les yeux.

«  Il l’est plus que tu ne le crois… » Répondit-il.

Barbossa l’observa avec attention.

«  Sparrow ? T’es pas malade au moins … Parce que c’est hors de question que tu t’en sortes comme ça ! »

 

Jack sourit légèrement.

« Fais attention je vais finir par croire que t’as changé de bord…

- Avec toi ? Sûrement pas !

- Tant mieux. Soupira Jack, les yeux fermés. Oh Barbossa…

- Quoi encore ?

- Éventail. Lui répondit Jack.

- Éventail?? Mais que veux-tu que je fasse d’un éventail Sparrow ! »

Jack sourit à nouveau puis,

« Non, retiens juste ce mot. Un jour, dis au bon moment et à la bonne personne il pourrait te sauver la vie. »

 

Barbossa le regarda, outré.

« Il a bu … Je suis sûr que ce rat a bu ! »

Cette fois même Gibbs se leva et lança un regard menaçant à Jack. Peine perdue. Comme l’attestèrent rapidement de discrets ronflements, le pirate s’était endormi, épuisé par son effort face au loa.

 

Queen Anne ‘S Revenge

Cabine du Capitaine

 

 

Lorsqu’Angelica pénétra dans la cabine, près d’une heure après que son père l’ait quittée, Elizabeth n’avait toujours pas bougé. Un sourire cruel aux lèvres, Angelica posa l’assiette fumante qu’elle tenait et s’approcha d’Elizabeth.

« Alors princesse … Tu fais moins la fière maintenant hein ? Regarde-moi dans quel état tu es … Remplie de foutre comme toutes les sales putains dans ton genre.

- C’est sûr que vous en connaissez un rayon dans ce domaine. » Persifla Elizabeth en se relevant avec difficultés, les membres encore douloureux mais refusant de donner le plaisir du spectacle de sa souffrance à l’autre.

 

Angelica se crispa, furieuse.

« Pour l’instant ce n’est pas moi qui ronronne dans les bras de Teach Miss Blondinette.

- Comme ce n’est pas moi qui ait écarté les cuisses pour Jack. » Répondit Elizabeth du tac au tac.

Angelica éclata de rire.

« Tu ne t’en remettras jamais hein… Qu’une autre soit meilleure que toi ?

- Vous vous trompez Angelica… Je disais juste que je ne suis sûrement pas la plus catin de nous deux. Je laisse Teach me toucher pour protéger mon équipage. Vous c’est pour aider Teach à gagner cette bataille. Votre mère doit être fière de vous Angelica. » Se moqua Elizabeth, désireuse de taper là où cela faisait mal et ne digérant pas le fait qu’Angelica ait menacé Gibbs.

 

La pirate rougit avant de pâlir brusquement. Sans réfléchir elle se jeta sur Elizabeth et l’étrangla à demi alors qu’elle la traînait jusqu’au milieu de la pièce dans l’intention évidente de la rouer de coups. Un vague sourire aux lèvres, Elizabeth encaissa. Après aujourd’hui elle n’était plus à une blessure près. Qui sait peut-être même qu’Angelica réussirait à la tuer. Ainsi elle pourrait rejoindre Will. Sur cette pensée, Elizabeth ferma les yeux tandis que l’autre frappait.

« Retire ce que tu viens de dire sale garce ! » Hurla Angelica en s’emparant de la hache qu’avait laissée Blackbeard.

 

Elizabeth releva le visage et cilla légèrement, s’efforçant vainement de lutter contre la terreur animale qui montait en elle. Elle ne voulait pas mourir. Même pour rejoindre Will et ainsi échapper à Teach. Même si c’était sa seule chance de s’enfuir du Queen Anne. Elle ne pouvait pas faire ça. Elle ne voulait pas abandonner. Jamais. Ces pensées se succédèrent en elle en une fraction de seconde et Elizabeth poussa un hurlement.

« Arrêtez !

- La ferme sale putain ! » Répondit Angelica en soulevant la hache.

 

Elle n’eut pas le temps de finir ce qu’elle avait eu l’intention de faire. La porte s’ouvrit et Teach la fixa d’un air mauvais.

« Pose ça tout de suite Angelica. »

Ramenée au présent par la voix de Teach, Angelica blêmit en comprenant qu’elle venait de se faire avoir par Elizabeth.

« Je voulais juste lui faire peur. » Tenta-t-elle

 

Au sol, Elizabeth poussa un gémissement alors qu’une vive douleur dans les côtes l’inondait brutalement. Voyant les marbrures sur sa peau, Teach rougit de rage.

« Espèce de petite idiote !!! Comment as-tu osé abîmer MA marchandise.

- Elle a osé parler de ma mère ! Explosa Angelica.

- Et alors ? Ta mère était une putain qui n’aimait qu’une seule chose se faire mettre par tous les marins qui avait de quoi la payer ! Et tu ne vaux pas mieux qu’elle… »

 

Angelica blêmit et l’espace d’un instant, Elizabeth eut presque pitié d’elle. Teach sortit son pistolet et Angelica blêmit de plus belle.

«  Tu n’oserais pas… » Souffla-t-elle.

Blackbeard lui renvoya un sourire moqueur.

« Non Angelica. J’ai mieux pour toi. Puisque tu aimes tant les putains tu tiendras compagnie à Sparrow dès qu’il sortira de cellule.

- QUOI !!! »

Teach ricana.

- Si. Tu devras le surveiller et peut être que si tu te débrouilles suffisamment bien, je te pardonnerais et je te donnerais ta récompense.

- Jamais… Souffla Angelica.

- Tu n ‘as pas le choix Angelica. Sparrow ou la mort tout de suite. Choisis mais fais vite. »

 

A terre, Elizabeth toussa brutalement, crachant du sang sur le sol. Angelica lui lança un regard haineux puis répondit, la mort dans l’âme.

«  Je n’ai pas fait tout ça pour échouer maintenant. Ça sera Sparrow. »

Teach se pencha sur Elizabeth pour la soulever et la jeune femme ne put retenir un cri de douleur.

« A ta place je prierais pour qu’elle reste en vie Angelica. Parce que je doute que tu aies envie de savoir ce qui se passera dans le cas contraire. Maintenant hors de ma vue avant que je ne change d’avis. »

Plus morte que vive, Angelica se précipita vers la porte, elle regrettait amèrement de s’être engagée dans cette histoire. Mais comme les autres, elle n’avait plus le luxe de pouvoir tout arrêter…

Chapitre 15                                                                                            Chapitre 17

Écrire commentaire

Commentaires: 0