Chapitre 10 Tentation

Le Black Pearl,

Cabine du Capitaine

 

 

Assise sur son lit, le regard morne, Elizabeth fixait sans le voir l’horizon qui perçait à travers la fenêtre sale. Cela faisait maintenant près d’une semaine qu’elle passait ainsi ses journées, prisonnière volontaire de sa propre cabine et évitait le plus possible de côtoyer ses compagnons de voyages. A commencer par Jack et Angelica qui, loin de se montrer plus discrets après qu’elle les ait surpris vautrés sur son lit, étalaient désormais au grand jour la liaison qu’ils entretenaient. En vérité, il ne se passait pas un jour sans que des échos d’étreintes furtives surprises ne lui reviennent aux oreilles et la jeune femme trouvait tout bonnement cela insupportable.

 

Cependant ce n’était que le moindre de ses soucis actuels. Le premier était Will. Ou plus exactement son cœur. Plus elle y pensait, plus elle se disait qu’elle était allée trop vite en besogne en confiant ce dernier au Capitaine Teague. Bien entendu, elle était bien obligée de reconnaître que le vieux filou n’avait pas tort en arguant que garder le cœur avec elle était dangereux pour Will tout comme pour elle. Mais justement, Teague était un vieux filou. Et plus le temps passait, plus elle se disait qu’en lui confiant le cœur, elle avait transgressé le plus élémentaire des principes de la piraterie et celui qu’elle voyait de plus en plus comme le seul à vrai dire : ne jamais faire confiance à un pirate.

 

A cette pensée, le regard de la jeune femme se posa sur l’endroit où elle avait dissimulé la carte menant à la Fontaine de Jouvence et elle se leva lentement, pour la sortir de sa cachette. La carte étalée devant elle, Elizabeth hésita. Prendre une chaloupe, voler la carte et laisser les trois autres se débrouiller avec Blackbeard était une perspective séduisante. Égoïste certes mais très très plaisante. Ses doigts fins glissant sur la carte, Elizabeth s’imagina boire l’eau et devenir ainsi jeune et immortelle. Capable d’être là à chaque retour de son capitaine de mari.

 

Elle était tellement plongée dans son rêve qu’elle n’entendit pas la porte s’ouvrir derrière elle et sursauta donc lorsque la voix de Barbossa s’éleva dans la pièce.

« C’est tentant n’est-ce pas Capitaine Swann ? Mais vous aurez du mal à y arriver seule. »

Elizabeth rougit légèrement, embarrassée d’avoir été si bien percée à jour et répondit d’un ton pédant.

«  Je ne vois pas ce que vous voulez dire Capitaine Barbossa

- Hector. La reprit ce dernier d’une voix onctueuse. Je disais donc Elizabeth, que laisser les autres se débrouiller avec Teach et assurer notre immortalité était un plan séduisant.

- Notre immortalité ? Releva Elizabeth.

- Oui. La nôtre. Lui répondit Barbossa d’un ton aussi naturel que si leur conversation avait porté sur un cageot de pommes. Débarquons Sparrow et sa tendre amie sur une île déserte puis partons ensemble à la recherche de la Fontaine de Jouvence. »

 

Elizabeth sourit légèrement à la proposition.

« Vous ne changerez jamais… Mais cependant qui vous dit que j’ai besoin vous pour ça ? Je pourrais vous débarquer tous les trois puis partir seule chercher la Fontaine. »

Hector ne se démonta pas.

« Oui, vous pourriez. Seulement vous êtes trop « sentimentale » pour nous condamner à un tel sort…Un peu comme Sparrow finalement. »

Elizabeth se braqua à l’allusion.

« Oh je vous en prie ! Je n’ai rien de commun avec Jack.

- Nous pourrions leur laisser de quoi fabriquer un radeau si vous voulez. Ainsi ils auraient une chance. » Lui susurra Hector passant outre ses protestations.

Elizabeth leva les yeux au ciel devant le grotesque de la proposition.

« Sans compter tous les avantages qu’un voyage en ma compagnie vous procureraient. Se rengorgea Hector

- Oh oui ! Ironisa Elizabeth. C’est un avantage certain d’avoir à bord un homme qui fomentera une mutinerie pendant que je dormirai. »

 

Hector s’approcha d’elle.

« Sauf s’il partage votre chambre Capitaine Swann. »

Elizabeth écarquilla les yeux et répondit sans chercher à dissimuler son dégoût.

« Vous plaisantez ? »

Hector se redressa pompeusement et la fixa.

« Pas du tout. Madame Sparrow est certes une femme énervante mais elle a raison quand elle dit que vous êtes frustrée. Un homme d’expérience comme votre serviteur saurait certainement vous apporter satisfaction dans tous les domaines qu’il vous plairait d’explorer. »

Le visage d’Elizabeth se referma.

« Je suis mariée, Capitaine Barbossa. Il me semblait que vous étiez bien placé pour le savoir. Quant au reste de votre proposition. Je suis au regret de vous dire que je le décline également. »

Barbossa la regarda, cherchant visiblement quelle erreur il avait pu commettre et Elizabeth reprit.

« En d’autres termes ça veut dire non Hector.

- J’avais compris cela Madame Turner. Moi qui vous pensais intelligente… »

 

Elizabeth soupira et songea au cœur de Will que le vieux Teague avait insisté pour garder. Et si c’était en fait pour prévenir ce genre de tentation ? S’il ne l’avait conservé que comme garantie qu’elle irait jusqu’au bout. Oui, plus elle y pensait, plus elle trouvait cela plausible. Elle fixa Barbossa et répondit lentement.

« Et moi je pensais que vous aviez un vague sens de l’honneur Capitaine Barbossa. Le chant a retenti, la Confrérie a besoin que nous nous unissions pour battre Blackbeard. Une fois que cela sera fait. Nous reparlerons de cette Fontaine. » Souffla-t-elle avec un léger sourire.

Barbossa inclina légèrement son chapeau vers elle.

«  Si nous sommes encore là pour le faire Madame Turner … »

 

Elizabeth s’apprêtait à répondre lorsque le tocsin retentit avec violence, couvert par les hurlements de Ragetti.

« Ils sont revenus, ils sont revenus ! » Criait-il.

Barbossa et Elizabeth échangèrent un regard catastrophé et la porte s’ouvrit à la volée, laissant apparaître le visage de Jack.

« Lizzie faut … Qu’est-ce que vous faisiez tous les deux ? » Leur demanda-t-il brusquement.

Barbossa lui répondit par un sourire onctueux tandis qu’Elizabeth se précipitait vers la porte.

« Certainement pas ce à quoi vous pensez et vous adonnez à longueur de journée. Cracha-t-elle. Maintenant prenez vos épées. »

 

Jack soupira tandis qu’elle le dépassait suivie par Barbossa.

« N’empêche … Ça détend… » Marmonna-t-il en plongeant son arme dans le corps flasque d’un zombie.

 

Le Black Pearl,

Pont

 

La bataille faisait rage, les âmes cherchaient de toute évidence non pas à tuer leurs adversaires vivants mais à les blesser sérieusement. Ragetti poussa un couinement en repoussant l’un de ses adversaires.

« Mon œil… Gémit-il. Il visait mon œil.

- T’en as deux mon gars. » Lui lança Jack qui était aux prises avec trois zombies de son côté.

Ragetti lui jeta un regard rempli de rancune et Jack l’observa.

« Oups pardon. » Commenta-t-il en repoussant un zombie d’un coup de botte.

 

A l’autre bout du pont, Angelica, dos à dos avec Gibbs serrait les dents sous l’effort. Contrairement à leur première attaque, les zombies semblaient maintenant ne plus faire le moindre effort pour l’épargner et elle sentit la lame d’une rapière rouillée lui effleurer la joue.

« Non ! » S’écria-t-elle, se défendant avec hargne.

Non loin d’elle, Elizabeth qui peinait à repousser efficacement ses adversaires poussa un gémissement.

« Ils sont trop nombreux !

- Ah parce que vous avez pris le temps de les compter Blondinette ? » Ragea Angelica, assaillie de toute part.

 

Elizabeth répondit par un grognement d’effort.

« Non. Haleta-t-elle. Seulement ils sont quasi invincibles. On devrait peut-être … Abandonner le navire tant qu’on peut encore le faire.

- Bah oui… Lui cria Angelica. Il y a toutes les chances pour qu’ils ne nous suivent pas dans la chaloupe ! Et ça se dit pirate… »

 

Elizabeth s’apprêtait à répondre par une réplique cinglante mais la lame d’un zombie fendit l’air, se dirigeant droit vers son bras. La jeune femme poussa un cri étranglé en comprenant qu’il était trop tard pour esquiver et serra les dents. Elle se préparait à la blessure inévitable lorsque le coup fut dévié par le bras d’un autre zombie qui prit le coup à sa place, sa chair sectionnée pendant mollement sans qu’aucune goutte de sang ne s’échappe de sa blessure. Blême, Elizabeth détourna son regard du zombie dont le bras pendait mollement et embrocha proprement le premier, profitant de son choc pour s’écarter.

«  Merci. » Souffla-t-elle d’un ton indécis à celui qui l’avait protégée.

 

Le zombie posa un regard vitreux sur elle et ses yeux s’animèrent brutalement, le bleu des iris remplacés par des prunelles sombres.

« Méfiez-vous de tous. Et faites votre devoir quelque en soit le prix. L’âme des pirates ne doit pas mourir. » Lui déclara le zombie d’une voix désincarnée avant de se placer entre elle et son adversaire suivant.

Abasourdie, Elizabeth fixa le zombie dont elle avait cru reconnaître le timbre.

«  Capitaine Teague ??? » Demanda-t-elle avant de sentir son sang bouillir dans ses veines.

Sans plus se soucier du combat, elle saisit le zombie par le bras.

« Will ? Comment va Will ? Qu’avez-vous fait de son cœur ? »

 

Libéré lui aussi de ses assaillants par des âmes venues en renfort, Barbossa l’entendit et la tira en arrière.

« Maintenant je comprends mieux pourquoi vous voulez battre Blackbeard. Ricana-t-il.

- Oh vous taisez vous ! Ragea Elizabeth. Allons plutôt aider les autres.

- Moi je suis d’avis de les laisser se débrouiller. » Commenta Jack en désignant le pont du Pearl qui était maintenant le théâtre d’une bataille rangée de zombies

Incrédule, Elizabeth regarda les âmes s’entredéchirer tandis que les marins se mettaient prudemment à l’abri.

« On dirait que quelqu’un cherche à nous aider. Commenta Angelica en essuyant sa joue d’un air désinvolte.

- Oh vous avez trouvé ça toute seule ? Rétorqua Elizabeth en suivant du regard les évolutions pataudes des zombies qui s’infligeaient réciproquement des coups qui auraient été mortels pour n’importe lequel d’entre eux mais qui n’avait pour seul effet que ralentir les autres morts vivants.

- Ils n’ont aucune technique. » Commenta Jack en désignant deux zombies qui se battaient maladroitement.

 

Aucun de ses compagnons ne releva, tous observaient avec un mélange de dégoût et de fascination les corps qui s’affrontaient notant les blessures dont nulle goutte de sang ne s’échappait tranchant sur le pont rougi de celui de ceux qui, comme eux, voyageaient sur le Pearl avant leur attaque.

« Maudittttttt Blackkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkbearrrrrrrrrrrrrrrrrrdddddd. Couina le perroquet de Cotton en s’envolant.

- Pour une fois je suis d’accord avec le volatile. Commenta Jack.

- Nous devons l’intercepter rapidement. » Renchérit Angelica.

 

Elizabeth qui ne quittait pas des yeux les âmes occupées à s’entredéchirer répondit avec ironie.

« Oh quel plan brillant Angelica …

- De la part d’une Blondinette qui n’a pas la moindre idée valable je prends ça comme un compliment. » Rétorqua Angelica.

Furieuse, Elizabeth quitta les âmes des yeux et se retourna vers l’autre, prête à en découdre.

« Et vous, quelles idées avez-vous eu ? A part celle de vous vautrez partout sur le navire avec Jack ! Ragea-t-elle.

- Angie regorge d’idées dans ce domaine. » Commenta Jack d’un rêveur.

 

Angelica l’ignora et posa à son tour sa main sur son épée.

« Elle a vraiment un problème la Blondinette. Vous devriez vous trouver un homme qui comblerait vos ardeurs. »

Jack leva la main pour intervenir mais Elizabeth le prit de vitesse.

« Tout le monde ne se comporte pas comme une chienne en chaleur Angelica. »

Le regard de la pirate s’assombrit mais elle ne bougea pas.

« Pauvre petite fifille à son papa. C’est dur hein de ne plus être le centre du monde ? De voir une autre vous être préférée. »

Barbossa soupira lourdement.

« Nos alliés faiblissent … Sans vouloir vous affoler.

- Préférée ? Ricana Elizabeth en ignorant Barbossa. Vous appelez ça comme ça vous ? Moi j’appelle ça faire la putain d’un marin.

- Oh ! » S’exclama Gibbs choqué par son vocabulaire.

 

Elizabeth se retourna brièvement vers lui.

« A force de fréquenter des pirates on finit par parler comme eux. Et c’est le seul langage que celle-ci comprend. Expliqua-t-elle en désignant Angelica d’un signe de tête méprisant.

- Pauvre idiote. Se moqua Angelica. Vous aurez beau faire vous ne serez jamais une des nôtres.

- Je le suis déjà. Rétorqua Elizabeth en repartant au combat, préférant exprimer sa rage vers leurs ennemis plutôt que de céder à l’impulsion qui la poussait à frapper Angelica.

- Partir se battre au milieu d’une bataille de zombies. Complètement stupide. Commenta Angelica sans la regarder.

- Oh... Elle fait ça de temps en temps. Son eunuque de mari aussi faisait ça. Commenta Jack en observant Elizabeth qui avait bien du mal à discerner les ennemis des alliés parmi les zombies. Je me suis toujours demandé pourquoi… »

 

Sans se préoccuper des autres, Elizabeth ferraillait, épuisée mais trop fière pour montrer sa fatigue, les zombies chargés de les aider faisant cercle autour d’elle. Au bout d’un moment, les corps disparurent brutalement et Elizabeth heurta violement le bastingage alors qu’elle s’apprêtait à embrocher un ennemi.

« Que … » Commença-t-elle les yeux arrondis de surprise en voyant les zombies disparaître peu à peu et exploser comme des bulles de savon.

 

Pintel et Ragetti qui s’étaient prudemment repliés dans la cale à la première occasion, soulevèrent la trappe qui les protégeait en l’entendant.

«  Ils s’en vont ! S’exclama Pintel.

- On a gagné ! » Triompha Ragetti.

Heureux, les deux compères se congratulèrent chaudement avant de déchanter.

« Pas grâce à vous. Sortez de là. Commanda Barbossa.

- Oui Capitaine. Répondit piteusement Ragetti.

-C’est plus lui le capitaine. Lui souffla Pintel. C’est Miss Elizabeth maintenant …

- C’est vrai ça ! » S’exclama Ragetti.

Barbossa repoussa d’un coup de botte la trappe qui les protégeait et saisit Ragetti par le col.

« Vous faites toujours partie de MON équipage ! »

 

De son côté, Gibbs se pencha sur les marins qui n’avaient pas eu autant de chance ou de lâcheté que Pintel et Ragetti.

« Celui-là est encore vivant ! Déclara-t’il en désignant un homme qui gisait au sol, le bras à demi arraché.

- Soignez-le ! S’exclama Elizabeth qui regardait avec anéantissement les corps qui jonchaient le pont.

- Pas soignable. » Commenta Barbossa en tirant une balle dans la tête du malheureux.

Jack et Elizabeth sursautèrent au bruit de la détonation et chacun eut un regard hostile envers l’autre en le voyant réagir tandis qu’Angelica ricanait.

« Et bien on a des âmes sensibles à bord on dirait. » Commenta-t-elle en achevant un autre blessé

Barbossa leva les yeux au ciel.

« Voilà pourquoi certains ne sont pas faits pour être pirates…

- On pouvait le soigner. Marmonna Jack.

- Cela nous aurait ralentis. » Lui jeta Angelica.

Elizabeth remâcha l’argument puis soupira

« Elle a raison. Soignez ceux qui peuvent l’être. Quant aux autres… »

Jack sourit légèrement en l’entendant.

« Toujours aussi charitable trésor. »

Elizabeth lui répondit par un regard brûlant de rage.

« Ne vous en faites pas Jack. Si vous veniez à être mortellement blessé, je m’assurerais que votre trépas se fasse proprement. »

 

Jack se crispa en l’entendant tandis que Barbossa et Angelica continuaient leur macabre tri.

« Il me semble que vous avez déjà fait cela Lizzie. Même si « proprement » n’est pas le mot que j’aurais utilisé. »

La jeune femme se troubla légèrement au souvenir du moment où elle l’avait laissé en pâture au Kraken et elle baissa la tête.

« Vous ne me pardonnerez jamais n’est-ce pas ? Murmura-t-elle.

- Jamais. » Confirma Jack avec un sourire ironique avant de la planter là, s’empressant de sauver les hommes qui pouvaient l’être avant qu’ils soient victimes des « bienfaits » d’Angelica et de Barbossa.

 

 

Queen Anne ‘S Revenge

Cale

 

Blackbeard ouvrit les yeux, un sourire cruel lui étirant les lèvres.

« Teague a envoyé ses zombies pour les défendre. » Ricana-t-il.

Le loa répondit par le même sourire.

« Il n’a donc aucun soupçon…

- Non, il croit bel et bien qu’Angelica est de leur côté. Il a toujours été naïf.

- Sont-ils proches ? »

Blackbeard ricana.

« Pas encore assez à mon goût… »

 

Le loa inclina la tête tandis qu’à quelques pas d’eux, Philip émergeait en toussant sous l’effet de la fumée.

« Mais quelle diablerie faites-vous donc ... Murmura-t-il faiblement.

- Tu le sauras bientôt petit comédien. Et le moment venu tu remercieras ton Dieu d’être de mon côté plutôt que du leur. Ricana Blackbeard sans se formaliser.

- Syréna … Murmura Philip.

- Oui… Tu l’auras ta sirène. Ce sera ta récompense. » Se moqua Blackbeard avant de claquer la porte, pressé de détrousser un nouveau navire.

 

 

Le Hollandais Volant,

Frontière entre les mondes

 

 

Anéanti, Bill Turner regarda les âmes monter à bord, répondant la même chose à la question que Will tenait à présent qu’il pose à chacun des défunts: sur quel navire étiez-vous ?

« Le Black Pearl. » Répondit le dixième homme.

Bill tourna un visage tourmenté en direction de la cabine de Will, hésitant. Son fils lui avait demandé de l’avertir si un membre du navire venait à se présenter et voilà qu’il y en avait plus d’une dizaine à bord. Comment cacher une telle chose à Will ?

Bill n’eut pas le temps de creuser plus cette question, Will sortit de sa cabine et se matérialisa à ses côtés, suivant du coin de l’œil le combat des âmes égarées auquel ils étaient désormais habitués.

« Quel navire ? » Demanda-t-il.

Bill baissa la tête et serra les poings au moment au l’autre répondait.

« Le Black Pearl. »

 

La réponse de Will ne tarda pas.

« Pourquoi n’es-tu pas venu me chercher ? Grinça-t-il à l’adresse de Bill avant de se retourner vers le malheureux. Que s’est il passé ? Comment va Elizabeth ? »

Le matelot, qui s’appelait Scram roula des yeux effarés.

« Mais où suis-je ?

- Sur le Hollandais Volant. Se força à expliquer calmement Will. Maintenant répond à mes questions. Comment va-t-elle ? »

Scram, qui était un peu simplet, se gratta la tête.

« Bah …

- Bien Capitaine Turner. » Le coupa Marty qui venait juste de monter à bord.

 

En le voyant Will se rembrunit, peu préparé à voir des personnes qu’il connaissait prendre le navire pour leur dernier voyage. Pour la première fois depuis qu’il lui avait été arraché, il songea que c’était une bonne chose de ne plus avoir de cœur dans sa poitrine.

«  Marty. Que s’est-il passé ? Comment va Elizabeth ?

- Bien. Répéta Marty. En tout cas mieux que nous.

- Elle n’est pas blessée ? S’inquiéta Will.

- Elle ne l’était pas quand Barbossa m’a achevé d’une balle. » Grinça le nain.

Will se sentit un peu rasséréné à cette affirmation et entraîna Marty, faisant signe à son père de continuer l’embarquement sans lui.

«  Suis-moi. » Enjoignit-il à Marty qui ne se fit pas prier pour le faire.

 

Le Hollandais Volant,

Cabine

 

 

Will tenta désespérément de maîtriser son impatience le temps que Marty s’installe confortablement mais son inquiétude prit le pas sur le reste et il se pencha vers lui.

« Raconte-moi. »

Marty haussa les épaules.

« On a été attaqué.

- Par quoi ? Demanda Will

- Des sortes de pas morts. Le capitaine Sparrow dit que c’est des zombies. Mais y’en a d’autres qui sont venus nous aider.

- Et Elizabeth ? » Demanda Will sans pouvoir se retenir.

 

Marty haussa à nouveau les épaules.

« Elle commande le Pearl. »

Will ouvrit la bouche, surpris.

« Elizabeth commande le … Pearl ??? Répéta-t-il incrédule.

- Ça oui et même que le capitaine Barbossa et Jack ils voient pas ça d’un bon œil mais ils osent rien dire vu qu’elle est Roi.

- J’imagine. Murmura Will qui s’autorisa un léger sourire en imaginant les deux pirates.

- L’autre fille aussi elle voit pas ça d’un bon œil. Mais cette fille là c’est le diable. C’est-ce que dit Mr Gibbs en tout cas.

- Quelle fille ? Demanda Will avant de se rappeler du récit d’Ammand. Ah la femme de Jack. » S’amusa-t-il.

 

Marty hocha gravement la tête.

« Ça on a tous compris que c’était sa femme, ils passent leur temps à .. Fin vous voyez. »

Pour un peu Will aurait éclaté de rire.

« Jack passe son temps avec sa femme ? Vous voulez dire comme un bon mari ? S ‘amusa-t-il. J’ai du mal à imaginer ça.

- Pourtant c’est le cas. Le Capitaine Elizabeth a beau leur avoir interdit, ils continuent.

- Elizabeth leur a interdit ??? Releva Will. Mais pourquoi ? »

Marty haussa les épaules et se retint de lui exposer la théorie de Gibbs sur une éventuelle jalousie de la jeune femme, ce n’était pas le genre de chose que l’on expliquait à un mari après tout.

« Aucune idée. »

 

Will réfléchit un court instant tandis que Marty continuait.

« Elle passe son temps enfermée dans sa cabine, enfin la cabine réservée au capitaine, en attendant que nous trouvions Blackbeard. »

Will sourit tristement et se représenta Elizabeth seule au milieu des pirates, privée de l’amour auquel elle avait droit tandis que Jack s’en donnait à cœur joie avec sa « femme » qu’il aurait tôt fait d’abandonner à la première occasion.

« Ce n’est pas juste… Soupira-t-il.

- Je suis bien d’accord avec ça ! Répondit Marty. Ils n’ont même pas tenté de me soigner, Barbossa m’a abattu comme un chien.

- Désolé Marty… Répondit platement Will.

- Vous avez du rhum ? » Lui demanda l’autre avec un air plein d’espoir.

Will lui désigna la porte.

« Dans la cale. Prend ce que tu veux tu l’as bien mérité. » Ajouta-t-il désireux d’adoucir autant que possible le dernier voyage de son ancien compagnon.

 

Marty se précipita sur la porte tandis que Bill rejoignait son fils, l’air inquiet.

« Nous sommes prêts à partir.

- J’arrive tout de suite. » Répondit Will.

Bill hésita un instant puis :

«  As-tu des nouvelles ?

- Oui. Il dit qu’elle va bien… Enfin je crois. Soupira Will.

- Jack est avec elle. Répondit Bill avant de se mordre la lèvre devant sa maladresse.

- Je crois qu’Elizabeth ne fait pas entièrement confiance à Jack. Pas plus qu’à Barbossa. Et je crois qu’elle a raison.

- L’autre, Scram, il m’a dit qu’il y avait deux sortes de zombies.

- Oui. Sans doute les corps de ceux qui sont coincés ici. Répondit Will d’un ton songeur.

- Tu penses toujours que c’est le Capitaine Teague le responsable ?

- Plus que jamais. Répondit Will. A notre prochain passage, j’essaierais de rentrer en contact avec l’une d’entre elles. »

 

Bill frémit à ces paroles.

« Will c’est de la folie ! Les autres vont te tailler en pièces !

- Je suis immortel je te rappelle. Ironisa Will. Et c’est peut être ma seule chance de faire passer un message à Elizabeth… Si une de ces âmes peut intervenir dans son corps pendant qu’ils sont sur le Pearl, je pourrais parler à Elizabeth. La mettre en garde… »

Bill le regarda d’un air dubitatif mais garda ses doutes pour lui. Après tout le principal était que Will ne renonce pas à sa charge.

 

 

Le Black Pearl,

Cale

 

Jack progressait lentement entre les fûts de rhum et les tapotait avec agacement.

« Vide, vide, vide. Bugger mais pourquoi sont-ils tous vides ?

- Peut-être parce que vous avez tout bu. » Déclara Elizabeth dans son dos.

Jack se retourna et un sourire charmeur se matérialisa automatiquement sur ses lèvres.

«  Lizzie … Vous me cherchiez ?

- Pas du tout. Répondit froidement la jeune femme. Angelica vous cherche par contre. »

 

Jack haussa les épaules.

«  Quelle importance… Si vous ne me cherchiez pas que faites-vous ici ?

- Je ... » Bredouilla Elizabeth en cachant à la hâte la bouteille qu’elle tenait.

Jack pencha la tête et suivit son mouvement.

«  Oh … Je vois… On a décidé de s’offrir un petit plaisir solitaire ? Vous vous êtes jamais dit que ça pourrait être mieux à deux ? »

Elizabeth rougit légèrement et Jack s’approcha, son éternel sourire aux lèvres.

« Allons Lizzie … Juste une gorgée, j’ai envie d’y goûter à nouveau. »

 

La jeune femme recula instinctivement, son cœur s’affola brutalement dans sa poitrine et Jack la regarda d’un air railleur.

« Je parlais du rhum trésor. Mais si vous avez autre chose à m’offrir … »

Elizabeth grinça des dents et lui donna la bouteille la cognant contre son torse.

« Ouch doucement mon ange. Vous n’avez pas envie de l’abîmer n’est-ce pas ?

- Dépêchez-vous de boire et rendez la moi. » Rétorqua Elizabeth plus qu’agacée par le pirate.

Jack sourit et porta la bouteille à ses lèvres, il but longuement tandis qu’Elizabeth détournait le regard, agacée par ses mines.

« Tenez allez y. Lui offrit Jack en lui tendant la bouteille qu’il venait de soulager de la moitié de son contenu. Après tout vous êtes venue pour ça non ? »

 

Elizabeth prit la bouteille de mauvaise grâce, elle laissa sa main parcourir le goulot tandis qu’elle hésitait. Elle voulait boire un peu de rhum certes. Mais elle n’avait pas prévu de le faire en une quelconque compagnie. Surtout pas celle de Jack Sparrow qui pourrait s‘avérer dangereuse. Un soupir étranglé lui fit lever la tête et elle s’aperçut que Jack suivait ses mouvements des yeux, une expression envieuse sur le visage.

« Quoi ? Lui demanda-t-elle âprement. Je vous la rends ne vous en faites pas … »

Jack, les yeux rivés sur ses mains, répondit.

« Je ne voudrais vous priver de ce qui vous donne tant de plaisir. Même si ... Autre chose irait tout aussi bien voir mieux pour ce que vous faites. »

 

Elizabeth le regarda sans comprendre.

« Quoi ce que je fais ? »

Jack leva les yeux au ciel.

« Il est vraiment eunuque hein ?

- Je vous demande pardon ?

- Je parlais de ce cher William. S’il ne l’était pas, vous sauriez précisément ce que vous êtes en train de faire à cette bouteille et l’effet que ça peut avoir sur un homme. Rétorqua Jack. A moins…

- A moins ? » Demanda Elizabeth les nerfs à fleur de peau, renonçant à expliquer à Jack que non, Will n’était pas eunuque … Après tout ces moments n’appartenaient qu’à eux.

 

Jack sourit, il prit sa réaction comme un encouragement et approcha.

« A moins que vous ne le sachiez au contraire parfaitement et que vous jouiez les innocentes. Ainsi vous pourrez prétendre que vous ne saviez pas ce qui va se passer maintenant. »

A bout de nerfs, Elizabeth le toisa.

« Oh et que va-t-il se passer maintenant et que je sais en faisant mine de ne pas savoir ? Ironisa-t-elle.

- Ça. » Répondit calmement le pirate.

Avant qu’elle ait eu le temps de réagir, Jack la saisit par les épaules et la plaqua contre le tonneau le plus proche.

« Arrêtez ça … Grinça Elizabeth en retenant son souffle.

- Pourquoi ? C’est bien ce que vous êtes venue chercher … Réellement. » Souffla Jack en approchant dangereusement sa bouche de la sienne.

 

Elizabeth déglutit en sentant son corps se plaquer contre le sien.

« Non… Protesta-t-elle, incapable de faire un mouvement.

- Oh ... À peine. » Se moqua Jack, ses lèvres frôlant presque les siennes.

Désemparée, Elizabeth évita son regard.

« Je suis mariée Jack. A Will.

- Autant que je le suis à Angelica en quelque sorte. Souffla le pirate contre ses lèvres. Mais aucun d’entre eux n’est dans cette cale. Par contre vous et moi…

- S’il vous plait arrêtez de faire ça. Gémit Elizabeth d’un ton suppliant alors qu’elle sentait une traîtresse et inconfortable chaleur monter dans son bas ventre.

- Empêchez-moi ». Répondit Jack d’une voix rauque en glissant sa main dans les cheveux d’Elizabeth avant de poser sa bouche sur la sienne.

 

Plaquée contre le tonneau, Elizabeth sentit le corps de Jack épouser le sien tandis qu’il l’embrassait lentement. Son cœur accéléra brutalement dans sa poitrine alors que la langue chargée de rhum du pirate se frayait un passage pour explorer sa bouche et elle écarta les lèvres pour lui faciliter l’accès tandis qu’elle lâchait la bouteille qu’elle tenait pour l’attirer elle.

 

Le fracas que fit le verre en se brisant la ramena à la raison et à ce qu’elle s’apprêtait à faire et Elizabeth repoussa brutalement le pirate.

« Pourquoi résister ? » Souffla Jack en la maintenant contre lui.

Un bruit de pas dans l’escalier dispensa la jeune femme de répondre et elle faillit pleurer de soulagement en entendant la voix d’Angelica.

« Jack tu es là ?

- Bugger... » Marmonna Jack d’un ton contrarié en relâchant son étreinte sur Elizabeth.

La jeune femme en profita et le repoussa brutalement avant de se précipiter dans la direction d’Angelica.

 

La pirate grinça des dents en la voyant.

« Oh Miss Blondinette … On boit en cachette ? Vous savez que c’est comme ça qu’on finit dans une fosse à purin à Tortuga ? Remarquez il est vrai que c’est l’endroit qui vous conviendrait le mieux. » Se moqua-t-elle.

A sa grande surprise, Elizabeth ne répondit pas et se précipita sur le pont, les larmes aux yeux, honteuse de sa propre faiblesse et de la manière dont elle s’était laissée aller à trahir Will l’espace d’une seconde.

« Étrange… » Marmonna Angelica, soupçonneuse.

 

Contrairement à ce que Jack espérait, la pirate s’avança un peu plus avant dans la cale et grimaça en l’apercevant, caché derrière le tonneau contre lequel il avait embrassé Elizabeth.

«  Ah… Je vois… Grinça Angelica, furieuse. Cela explique l’air outragé de Miss manche à balais dans le cul enfin plutôt Miss qui aimerait bien avoir autre chose qu’un manche à balai dans le cul. » Corrigea-t-elle.

Une expression brièvement résignée passa sur le visage de Jack, vite remplacée par un sourire innocent.

« Angie trésor ! Justement je te cherchais. »

Angelica grinça des dents.

« Amusant j’avais pas cette impression. En fait j’aurais plutôt dit que c’était une certaine blondinette que tu cherchais.

- Elizabeth était ici ? Demanda Jack, feignant la surprise.

- Tu le sais très bien. » Rétorqua Angelica qui n’était pas dupe.

Jack sourit d’un air canaille.

« Allons ce n’est qu’une gamine qui joue au pirate.

- Une gamine oui. Mais tu ne dirais pas non pour la mettre dans ton lit ! »

Jack lui fit une petite grimace qui se voulait désolée et s’approcha d’elle, séducteur.

« Pourquoi tu veux parler d’elle Angie chérie… Regarde nous sommes seuls et j’ai très envie de te montrer à quel point tu me plais. »

 

Angelica serra les dents et se força à lui sourire d’un air séducteur tandis qu’elle imaginait les mille et une tortures qu’elle infligerait à ce sale menteur une fois qu’elle aurait rejoint Teach. Jack s’approcha d’elle et la plaqua contre le tonneau, sa main glissa sous la chemise qu’elle portait.

« Mmmm mieux … Beaucoup plus mieux … » Souffla-t-il en la caressant hâtivement.

Retenant une brusque nausée, Angelica noua ses bras autour de son cou et le fixa avec défi.

« Viens donc prendre ce que tu veux Jack.

- Tes désirs sont des ordres ma belle. » Sourit Jack en l’embrassant goulûment, ses mains palpèrent sa poitrine opulente tandis qu’Angelica se forçait à écarter les lèvres et se consolait à l’idée que dans quelques jours à peine elle pourrait enfin rendre la monnaie de sa pièce à Jack.

Chapitre 9                                                                                             Chapitre 11

Écrire commentaire

Commentaires: 0