Prologue

 

POV Elizabeth Swann

 

Will n’est pas là… Pourquoi n’est-il pas là ? La pluie tombe sur moi et défait le chignon qu’Estrella a mis deux heures à arranger. Mais je m’en moque. Will n’est pas là.

 

Les gouttes ruissèlent sur mon front et j’entends un bruit de bottes. Des soldats. Mon cœur rate un battement. Pourquoi Will viendrait il entouré de gardes ? Il n’est pas officier ou militaire. Pourtant, un coup d’œil me suffit pour le reconnaitre et pour comprendre que rien ne va se passer comme nous l’avions prévu.

 

Et je cours….

 

Je cours aussi vite que je le peux. Envolé le bouquet de lys, envolé le voile. Je vole vers mon fiancé.

 

Nos mains se rejoignent. Mes yeux épousent ceux de mon amour.

« Pourquoi font-ils ça ? »

Nos mains se rejoignent et je vois les poignets entravés de Will

« Je n’en sais rien... Tu es ravissante» me répond Will.

J’ai envie de pleurer, les mots s’étranglent dans ma gorge…

«  On dit que le marié ne doit jamais voir sa promise »

On dit que cela porte malheur… Mes doigts étreignent ceux de Will. Je ne comprends pas

 

J’entends la voix de mon père… Il proteste…. Je me retourne. Il y a deux hommes. Le regard du premier est d’un bleu de glace… Mais je ne m’y attarde pas… Le second… Le second est…. Il n’y a pas de mots pour le décrire. Je me sens mal à l’aise sous son regard….

 

POV Mercer

 

Lord Beckett se rengorge, il est satisfait de son effet. Du coin de l’œil, je vois le Gouverneur vaciller, se troubler. C’est toujours ainsi quand les puissants se retrouvent face à leurs erreurs…

 

J’ai vécu cette scène un million de fois… Chaque fois, l’homme que je sers utilise les faiblesses des puissants pour les gagner à sa cause. Tantôt c’est un fils coupable de penchants contre nature… La fois d’après c’est une femme adultère… Cette fois il s’agit de sa fille….

 

Elle est belle. Elles le sont toujours…. Pourtant, celle-ci est différente. Au lieu de la ravissante fade innocente victime que j’ai l’habitude de voir, celle-ci est…. Son regard est dur. Aussi tranchant qu’une lame.

 

J’entends Lord Beckett lire son acte d’accusation… J’entends son père se troubler. Pourtant je ne regarde qu’elle. Ses yeux brillent. Pas à cause des larmes non… Mais d’une chose que je connais bien. L’envie de tuer.

 

POV Elizabeth Swann

 

Comment ose t’il ? Comment ce lord sortit de nulle part ose t’il interrompre le plus beau jour de ma vie ! J’appartiens à Will… Cela fait si longtemps que j’attends et une seconde, il vient de ruiner mon mariage.

 

Je le hais…

 

Les sanglots retenus de mon père s’élève et je fixe ce prétendu Lord. Comment peut-il nous faire ça ?

«  Capitaine !!! je m’exclame

- Oui je n’en doutais pas »

Le regard froid du Lord se pose sur moi, je lui rends son regard. Si j’étais armée, je pourrais le tuer à cet instant….

 

Le tuer ? Non…. Je ne suis pas comme ça…. Je ne suis pas….

 

Je sens le regard de l’autre homme sur moi. Je ne peux détourner mes yeux des siens. Il me fait peur…. Il me regarde comme s’il me connaissait…. Comme s’il devinait ce que je pense… Impossible.

 

Les mains de Will sont arrachées aux miennes. Les soldats l’emmènent. J’ai envie de hurler…

 

J’entends Lord Beckett s’adresser aux soldats

« Emmenez-la »

Je me débats. La voix de l’autre homme s’élève. Sans inflexion. Sans émotion

«  Je m’en charge Lord Beckett »

Beckett ne le regarde même pas

«  Soit, faites donc ce que bon vous semble, Mr Mercer »

 

Je frémis lorsque l’homme pose sa main sur mon poignet.

«  Allons Mademoiselle Swann, il est inutile de résister »

Le ton qu’il emploie est une fois de plus sans émotion. Comme si cet homme était incapable de ressentir. J’entends mon père protester et les soldats lui barrent la route.

«  Elizabeth !!! Je vais te sortir d’ici, Elizabeth » me promet-il.

Pas une seule fois mon père n’a parlé de Will.

 

POV Mercer

 

La fille est plus courageuse que le père. Ce minable de Gouverneur sanglote maintenant. S’il était un peu plus intelligent, il ne donnerait pas une telle preuve de son pouvoir à mon maitre. Je sens la peau humide de la fille sous mes doigts, elle est trempée, sans doute a-t-elle attendu son fiancé sous la pluie.

«  Pourquoi faites-vous ça ? » me demande t’elle d’une voix brisée.

 

J’hausse les épaules. Je n’ai pas la réponse à ses questions. Lord Beckett ordonne, j’obéis. Je ne suis qu’un exécutant. Pas un valet, non… Plus un aide. Je me charge des tâches que Beckett ne peut faire en personne. Torturer les prisonniers, tuer les ennemis. En échange il me protège. Tant que je serais avec lui aucun de mes crimes ne sera puni. Il le sait et je le sais. Tout comme nous savons tous deux que tous les hommes ne sont pas capables de tuer froidement. De regarder un autre homme en face et de lui tirer une balle en plein cœur ou de lui trancher la gorge. Beckett en est sans doute incapable. Je le fais donc pour lui en échange de protection et d’argent.

 

La fille se débat alors que je m’arrête devant une cellule. Son regard est rempli de haine. D’habitude, les regards des victimes sont larmoyants, pas le sien. J’apprécie.

«  Je vous tuerai » siffle-t-elle.                      

Le genre de promesses que l’on fait dans un mouvement d’humeur sans jamais la tenir. Sauf que cette fois, la fille en est capable j’en suis certain.

 

POV Elizabeth Swann

 

 

La cellule est froide et humide… Tellement froide. Quand je pense que j’étais si heureuse ce matin…. J’allais épouser Will et voilà que maintenant… Mon cœur est lourd mais je n’arrive pas à pleurer. Je n’y arrive pas.

 

Plus tard

 

Will est venu me voir…. Lord Beckett l’a laissé sortir. Ils ont passé une sorte d’accord, le compas de Jack contre notre liberté. J’espère qu’il réussira. Non je sais qu’il réussira. J’ai foi en lui. C’est mon futur mari, l’homme que j’ai choisi comme père pour mes enfants. Je veux vivre avec lui, vieillir avec lui. Je le veux lui.

 

Les hommes qui se trouvent dans la cellule voisine ne cessent de m’appeler. Je ne les regarde pas. Ceux-là sont des assassins pour la plupart. Je n’ai rien de commun avec eux. Au contraire. Mon seul crime a été d’empêcher la mort d’un homme qui m’a sauvée à deux reprises. Peu importe qu’il soit un pirate. Je sais que j’ai fait le bon choix. Le choix le plus juste.

 

POV Mercer

 

Je n’ai pas pu m’empêcher de revenir. Je ne sais pas pourquoi je l’ai fait mais je n’ai pas pu résister à l’envie de la regarder encore. Assise dans sa cellule, le regard fixe et sec, elle ne bouge pas. De temps à autres sa bouche se crispe. Je me demande à quoi elle pense.

«  Mademoiselle Swann ? »

Je me suis avancé sans m’en rendre compte. Son regard est posé sur moi désormais. Il n’y a plus la moindre trace de la douceur qu’elle avait pour Turner. Tant mieux.

«  Vous êtes venu me sortir d’ici ?

- Lord Beckett souhaite que vous restiez quelques temps.

- Lord Beckett… » Crache t-elle avec mépris.

 

Son regard est chargé d’hostilité.

«  Si vous étiez armée Mademoiselle Swann, que feriez-vous ? »

Elle se trouble légèrement

«  Que voulez-vous dire ? 

- Seriez-vous prête à me tuer ? »

Nouveau trouble.

«  Je ne suis pas une meurtrière » crache t’elle finalement.

Ses yeux m’hurlent le contraire. Si elle devait me tuer pour sortir de sa geôle elle le ferait sans l’ombre d’une hésitation.

 

Un bruit de pas dans les escaliers. La relève de la garde…. Mieux vaut qu’on ne me voit pas ici. Je la regarde une dernière fois….

 

POV Elizabeth Swann

 

Cet homme inquiétant, ce Mercer est venu me voir. Je ne sais pas ce qu’il est venu faire ici. Je n’aime pas la manière dont il me regarde. Comme s’il savait quelque chose sur moi que j’ignore. Pendant une affreuse seconde, j’ai cru qu’il était venu me voir pour… Pour abuser de ma faiblesse. Mais ce n’est pas ça. Je sais reconnaitre le désir dans les yeux d’un homme. Ce n’est pas son cas….

 

Je ne comprends pas ce qu’il me veut. Pendant un instant, il a semblé espéré que je lui dise que je serais prête à le tuer. C’est ridicule. Je ne tuerais jamais personne. Je ne suis pas une meurtrière.

 

Plus tard

 

Mon père est venu me délivrer…. Il m’a poussée dans une calèche et compte m’envoyer à Londres. A Londres !!! Comment pourrais-je partir alors que Will, que Will risque sa vie !

 

La voiture ralentit.

« Ne bouge pas » me glisse mon père.

Je ne peux pas rester ici. Je ne peux pas abandonner Will. Jamais.

Mon père ne regarde pas de mon côté, j’entrouvre la porte et je me glisse à l’extérieur. Père a au moins raison sur un point : la promesse des lettres de marque ne vaut que pour Jack. Je dois les récupérer.

 

POV Mercer

 

Tuer le capitaine que Swann a imprudemment engagé a été simple. Etre le serviteur de l’envoyé de la Compagnie permet bien des choses…. A commencer par gagner la confiance de mes victimes. Celui n’a même pas crié lorsque mon couteau lui a percé le ventre. Il s’est contenté de me regarder avec étonnement. Je me demande ce qui l’a le plus surpris : d’être en train de mourir ou que ce soit moi qui le tue.

 

Dans sa poche j’ai trouvé de quoi contenter Lord Beckett…. Une lettre écrite de la main même du Gouverneur et signé de son sceau. Tsss que les puissants sont donc stupides lorsqu’on les pousse au désespoir.

 

Il s’approche de moi et je me débarrasse de l’encombrant corps du capitaine.

«  Tsss une lettre adressée au Roi »

Swann blêmit et je le vois se précipiter vers la calèche

«  Elizabeth »

Ainsi la fille est dedans…. J’aurais dû m’en douter. Je retiens un sourire. Peut-être pourra-t-il s’écouler un peu de temps avant que je ne la rende à sa cellule… J’ouvre la porte. Vide !!!

 

Cette fois, Swann est terrifié. J’ai la main sur sa gorge. Si Beckett n’avait pas besoin de lui je briserais son cou sans hésiter.

«  Où est-elle ?

- Je ne sais pas »

Je lève les yeux. A quelques mètres, une tache dorée s’éloigne… Je devrais la rattraper mais…. J’aimerais savoir ce qu’elle va faire maintenant.

 

POV Elizabeth Swann

 

Beckett est devant moi. Dans ma main son pistolet. Entrer dans son bureau a été plus facile que je ne le pensais.

« Je vous écoute avec attention… » Déclare t’il d’une voix tendue tandis que j’appuie le canon de mon arme sous son visage.

 

Je le hais. Mon doigt hésite sur la gâchette…. Mais le tuer me condamnerait à coup sûr et alors que deviendrait Will ? Que deviendrait Père ? Ce maudit Beckett m’a déjà volé ma nuit de noces, je ne lui laisserais pas une chance de me prendre ma vie. Je referme mes doigts sur les lettres de marque. Je tiens ma liberté entre les mains.

«  Il me faut ce compas Mademoiselle Swann, tâchez à votre tour d’en tenir compte dans vos calculs » m’avertit-il.

 

Ce que je le hais…. Pourtant je m’écarte sans tirer. Je ne suis pas une meurtrière.

                                                                                                                       Chapitre 1

Écrire commentaire

Commentaires : 0