Chapitre 4 Assassin

POV Mercer

 

Elle m’échappe… Je la laisse fuir. La tuer serait plus raisonnable mais pour une fois j’ai envie de prendre ce risque. Parce qu’elle m’a accepté. Elle m’a offert ce qu’elle a refusé à d’autres. Elle me hait autant que je la hais. Je la désire autant qu’elle me désire. Je la retrouverai. Je la posséderai à nouveau. Un jour elle sera entièrement mienne.

 

J’aperçois son fiancé, ce Turner. Une balle dans la tête et je serai débarrassé de lui… Le murmure de sa voix me parvient. Je baisse mon arme. Décidément Turner est plein de surprises… Il vient de vendre ses amis à Feng. Parfait. Je serais là pour prendre la fille.

 

POV Elizabeth Swann

 

Je n’arrive pas à croire ce que j’ai fait. Comment ai-je pu laisser cet homme prendre ce qui n’aurait dû appartenir qu’à Will ? Comment ai-je pu …..

«  Tu trembles, tu as froid ? »

Les mains de Will se referment autour de ma taille pour m’enlacer. Non… Je ne peux pas, je ne peux pas le supporter après ce que je viens de faire. Pas alors que j’ai encore l’odeur de ce Mercer sur moi. Je m’écarte. Les yeux de Will se voilent de tristesse.

«  Elizabeth….

- Quand nous aurons ramené Jack, tout sera comme avant »

 

Oui….Quand nous aurons ramené Jack, je ne serais plus un assassin.

 

POV Mercer

 

Je souris au Gouverneur Swann. Il est en face de moi dans la chaloupe comme l’a ordonné Beckett. Moi je ne suis qu’un exécutant.

«  Seigneur mais où m’emmenez-vous donc ? »

Vers la mort.

 

Comment un homme aussi geignard peut être le père de la fille ? A croire qu’elle a pris toutes les tripes de la famille… Vérifions ça.

 

Le gouverneur Swann hoquète. Mon couteau déchire son ventre, l’odeur fumante des entrailles me parvient. Son sang inonde ma lame comme celui de sa fille a maculé mon sexe. Je le fixe. Je ne veux rien perdre de l’expression de son visage. Peur, souffrance, abandon. Le gouverneur Swann n’est plus. Ainsi l’a voulu Lord Beckett.

 

Je jette son corps à la mer. Il ne me sert plus à rien à présent. Les soldats qui m’accompagnent évitent mon regard. Je sens l’odeur de leur peur.

« Conduisez-moi sur le Hollandais Volant. Lord Beckett souhaite que je surveille l’Amiral Norrington »

Inutile de leur ordonner de garder secret ce qui vient de se produire. Ils sont bien trop terrifiés pour parler. Ils ont raison de l’être. Je suis un homme dangereux.

 

POV Elizabeth Swann

 

 

Ils savent tous maintenant. Ils savent tous ce que j’ai fait. Jack a fait éclater la vérité. Depuis, il ne me parle plus. Comme si une barrière s’était érigée entre nous. Mais après tout c’était ce que je voulais non ? Que sa rancœur remplace son désir. Pourtant, il me manque….

 

«  Pourquoi ne me l’as-tu pas dit ? »

Will…. De quoi parle-t-il ? Mon cœur s’arrête de battre. Sait-il ? Sait-il ce qui s’est produit avec Mercer ? Non…. Il parle de Jack. Il souffre. J’ai mal. Je voudrais tellement être celle qu’il imagine que je suis.

 

Nos regards se croisent, nos corps se touchent.

«  J’ai cru… j’ai cru… »

La jalousie brille dans son regard. Ce qu’il n’arrive pas à dire me saute aux yeux.

«  Tu as cru que je l’aimais… »                                                                    

Mais est-ce si faux ? Est-ce que…

«  Si tu fais tes choix seule, comment puis-je te faire confiance ? » souffle-t-il d’une voix douloureuse.

Will…. Si tu savais… Je…

 

Son corps presse le mien. Comme celui de Mercer dans la ruelle à Singapour. Je le repousse

«  Tu ne le peux pas »

Non Will tu ne le peux pas… Pas plus que je ne le peux. Ce qui s’est produit avec Mercer. Mon trouble face à Jack. Je suis tellement désolée Will….

 

Plus tard

 

Mon père est mort. J’ai mal, tellement mal. Comme si une part de moi était morte avec lui.

 

Mon père qui me faisait sauter sur ses genoux, qui se battait pour moi. Qui a consolé tous mes chagrins. Je n’arrive pas à croire qu’il soit mort. Avec lui c’est une part de moi qui meurt. Je sais qui l’a tué. C’est ce Mercer. Je le hais.

 

Il m’a tout pris…. Il a tué mon père et achevé la petite fille que j’étais. Je lui prendrais tout à mon tour.

 

POV Mercer

 

Je hais ce Davy Jones. Ce monstre visqueux me fait horreur. Comment peut-on laisser vivre une telle abomination ?

 

Nous suivons l’Empress… Lorsque la fille sera à bord comme je le soupçonne nous attaquerons. J’ai vu le regard que Feng posait sur elle. Lui aussi la désire. Mais je ne le laisserai pas la toucher. Elle est à moi.

 

POV Elizabeth Swann

 

J’ai encore fait ce rêve…C’était odieux… Mercer était là comme toujours et il astiquait son couteau. J’étais dans les bras de papa. En sécurité. Mercer ne me quittait pas des yeux. Il a dit que j’étais à lui et au lieu des bras de mon père ce sont les siens qui m’ont enlacée. J’ai hurlé….

 

Will m’a réveillée. Il a cherché à comprendre mais comment aurais-je pu lui expliquer une telle chose ? Si je le faisais… Il ne m’aimerait plus jamais. J’ai besoin de son amour. C’est la seule chose qui m’empêche de basculer…. La seule chose qui retient ma haine et ma soif de sang. Ma soif de Mercer. Mon désir d’assassin.

 

POV Mercer

 

Je la vois… Le navire de mon maitre est à côté du Pearl. J’obéis à son ordre. Je ne dois pas me faire voir. Pas pour l’instant. Pas encore.

 

Je la suis des yeux tandis qu’elle part avec Feng sur sa jonque. Je la tuerai plutôt que de laisser ce chinois la posséder. Elle est à moi

«  Beckett veut qu’on suive Feng, » s’étonne Norrington dans mon dos

Je ferme les yeux….Je l’ai toujours su. Beckett veut Sparrow. Il m’abandonne la fille.

«  Suivez Feng Amiral Norrington. Et donnez l’ordre de le couler »

 

POV Elizabeth Swann

 

Je n’arrive pas à croire que Will ait fait ça… Comment a-t-il pu nous trahir ? Comment…

 

Les paroles de Sao Feng sont incompréhensibles… Finalement je comprends qu’il me prend pour Calypso. Je joue avec lui comme je l’ai fait avec Jack. Je gagne du temps. Je ne veux pas de son étreinte. Je ne veux plus être soumise. La petite Elizabeth est morte. Je suis femme.

«  Je suis prêt à affronter votre colère »

 

Les lèvres de Feng s’écrasent sur les miennes. NON !!! Je le mords, je le repousse, cette fois je ne me rendrai pas sans combattre. Il me fait face. Un frisson de peur me secoue. De peur et d’excitation. Maintenant il me plait. J’aime son regard farouche.

 

Et le monde explose….

 

POV Mercer

 

La savoir seule avec lui m’est insupportable. Cette fille me rend fou. J’hurle à Jones de tirer sur ce maudit navire de pirates. Norrington me regarde.

«  Allez dans la cale Amiral Norrington, surveillez le cœur »

Je ne supporte pas cet homme. Il me dégoute autant que Jones.

 

Le bois de l’Empress explose. Jones a visé droit vers l’endroit où se trouve la cabine du capitaine. Y était-elle ?

 

Mes mains tremblent à cette idée. Je ne veux pas qu’elle meurt. Pas avant de l’avoir possédée à nouveau

«  Arrêtez !!! On va à bord »

 

POV Elizabeth Swann

 

Feng a été emporté par le boulet de canon qui a déchiré l’Empress. Son corps est empalé sur un pieu. C’est horrible mais je ne peux m’empêcher de le regarder. Il m’appelle….

 

Je ne peux détourner les yeux des siens. Il souffre. Mais ça ne me fait rien. Peut-être que j’ai trop perdu pour être touchée par sa mort ? Sa main emprisonne la mienne. Il vient de me faire capitaine. D’un bateau pirate.

 

Pirate. C’est ce que Jack a dit quand je l’ai tué….

 

POV Mercer

 

Elle est vivante. Je la fixe tandis que les monstres de Jones la poussent sur le pont

«  Qui est votre capitaine ? » demande le poulpe, un rictus mauvais sur le visage.

Mon cœur rate un battement. Tous la désignent.

 

POV Elizabeth Swann

 

Mercer. Il est là. Devant moi. Je le hais.

 

Son regard épouse le mien.

«  Le capitaine a droit à ma cabine » lâche t’il.

Les monstres me retiennent. J’ai envie de hurler. Je ne veux pas me retrouver face à lui. Je ne veux pas. Il a tué mon père.

 

POV Mercer

 

Elle est là. Ses poignets sont alourdis par les fers. Son regard est accusateur. Rempli d’une haine qui redouble mon désir d’elle.

«  Vous avez tué mon père » me jette-t-elle.

Qu’imagine-t-elle ? Que je regrette ?

 

POV Elizabeth Swann

 

Il me fixe. Il ne répond pas à mes accusations. Si je pouvais je le tuerai comme il a tué mon père. Ses mains se referment sur mes entraves, il me pousse jusqu’à la table qui trône dans la pièce. NON !!!!

«  Pas ça…. »

 

POV Mercer.

 

Sa haine est comme la plus douce des déclarations. Enfin, une femme me voit. Et quelle femme ! Une meurtrière….Je la force à s’allonger sur la table sans tenir compte de ses cris de douleur. Sa souffrance augmente mon désir. Je libère une de ses mains pour l’attacher au pied de la table.

 

POV Elizabeth Swann

 

Mes ongles s’enfoncent dans sa chair. Je m’en réjouis. Je veux lui faire mal, aussi mal qu’il m’a fait. La gifle me cueille, ma tête me fait mal. Je sens ses doigts sur mon poignet libre. Je suis attachée à nouveau.

 

POV Mercer

 

Sa poitrine se soulève rapidement. Elle a peur mais l’envie de tuer reste dans son regard.

«  Vous avez tué mon père » gémit elle.

Je me contente de la regarder. Je veux profiter de chacune de ses émotions. Je retiens mon désir.

 

POV Elizabeth Swann

 

Comme dans mon rêve, il se contente de me regarder. Ses doigts passent et repassent sur la lame de son couteau. Celui qui a servi à tuer mon père. Entre mes cuisses je sens l’humidité se répandre. Je me dégoute. Comment je peux ressentir du désir pour un tel homme ?

 

Son silence est insupportable. Sa main glisse lentement sur sa lame. Il me fait peur. Je le désire

«  Allez y faites-le !!! »

Mon cri résonne dans la cabine, je n’en peux plus, je veux en finir quelque soit l’issue

 

POV Mercer

 

Elle est mienne. Je laisse glisser ma lame le long de ses vêtements. Le tissu se déchire. Une pression de plus et c’est sa chair que j’ouvrirai

 

POV Elizabeth Swann

 

Sa lame effleure ma peau. Va-t-il me tuer ? Non. Pas encore. L’acier me caresse, je ressens le froid de sa lame, de son regard. J’ai chaud. Mon corps me brûle. Sa lame appuie un peu plus maintenant. La douleur est délicieuse. Mes cuisses s’écartent.

 

La lame glisse sur mes jambes. Je sens le froid entre mes cuisses. Il se contente de me caresser. Une torsion du poignet et il me blesse. Mon dieu… Pourquoi…

 

POV Mercer

 

Sa sève coule sur ma lame. Son regard est trouble. Je la domine. Je la possède.

« Pitié » gémit elle.

Elle est à moi. Je la prends.

 

POV Elizabeth Swann

 

Je vais mourir. Il est en moi. Chaque coup de reins est un supplice. Sa main se pose sur ma bouche pour contenir mes cris. Je ne peux plus respirer. Je n’arrive plus….

 

POV Mercer

 

Ses yeux se troublent. Comme si elle allait mourir. Mon corps est tendu. Encore un peu, encore… Je libère sa bouche et elle crie. Autour de mon sexe je sens les spasmes du sien. Je jouis en elle à mon tour

 

POV Elizabeth Swann

 

C’est tellement bon que ça fait mal. Mon corps tremble, j’ai du mal à respirer. J’entends les battements irréguliers de mon cœur. Il se retire et je sens ses doigts caresser mon antre palpitant. La douleur à nouveau. Ses doigts me fouillent, me cherchent.

«  Par pitié…….. Laissez-moi 

- Pas encore »

 

Le ton est froid. Mon corps répond aux caresses de l’homme qui a tué mon père. Des larmes roulent sur mes joues. Je ne veux pas. Je ne veux pas ressentir ça…. Je n ‘en peux plus

 

POV Mercer

 

Le désir et la douleur explosent dans son regard. Jamais je n’ai connu une telle femme. Elle pleure. Elle est soumise à mon désir.

«  Dites-le. »

 

Sa voix mourante monte dans la pièce

« Prenez-moi »

Encore.

 

Je m’enfonce encore en elle. Cette fois je ne la bâillonne pas. Elle crie son plaisir avec désespoir. Petite meurtrière. Je libère ses poignets. Elle ne le réalise même pas

 

POV Elizabeth Swann

 

A nouveau le plaisir. Mon cœur explose. Je veux lui faire mal. Je veux qu’il me fasse mal.

 

POV Mercer

 

Elle se raidit, sa respiration se bloque. A nouveau elle jouit. A nouveau je la rejoins.

 

POV Elizabeth Swann

 

Je ne sais pas depuis combien de temps je suis ici. Je le hais. Je le hais de me soumettre ainsi. Je sens mon cœur ralentir….Je retombe sur le sol

 

POV Mercer

 

Ça fait trois jours que je la possède. L’observer est aussi plaisant que la prendre. La jeune fille timide que j’ai connue a disparu. Son regard n’est plus qu’haine et soumission. Elle est comme ces petits animaux qui haïssent leur maitre sans avoir le courage de se dérober à leurs caresses.

 

Je pénètre dans ma cabine. Elle dort. Je la prends sans hésiter. Son regard est rempli de haine tandis que son corps se plie. Rapidement elle jouit.

 

«  Seigneur, Elizabeth !!! »

 

Norrington…. La détresse inonde les yeux de la fille. Oui….. Maintenant….Elle est prête… Je pose mon couteau à côté d’elle et je sors en bousculant Norrington.

 

POV Elizabeth Swann

 

James me regarde avec horreur. Entre mes cuisses je sens la semence de Mercer s’écouler, mêlée à la mienne.

«  Elizabeth » répète James.

Il ne voit donc pas que c’est lui ? Que c’est ce Mercer…. Je tends les mains vers lui. James se recule, l’air dégouté

«  Mon Dieu Elizabeth … Dieu fasse que votre père ne vous voit jamais ainsi…. » 

Papa ? Pourquoi parle-t-il de papa ? Il est mort…

 

«  Quand je pense que Turner a demandé qu’on vous ramène et que Beckett a dit oui…. Le pauvre garçon aura le cœur brisé quand il saura… »

 

Will…. Il va dire à Will… Il va…

 

James se détourne de moi d’un air écœuré. Il va vers la porte… Il va le dire à Will !!! Non, impossible, je ne peux pas le perdre, je ne peux pas… Mes doigts rencontrent le bois dur du manche d’un couteau.

«  Pauvre Turner… »

NON !!! Je frappe de toutes mes forces. Je sens ma main s’enfoncer et un liquide chaud inonde mon bras.

 

«  Elizabeth………… » Coasse James en tombant sur le sol.

 

Je l’ai tué.

 

J’ai tué James Norrington.

 

Ma main lâche le couteau. Derrière moi, Mercer triomphe

«  Je savais que vous le feriez…. Assassin »

Non…. Je ne peux pas, je dois m’enfuir… Je cours à l’aveuglette, sourde aux cris de Mercer.

 

L’eau rempli ma gorge alors que je saute…. Le cri de Mercer résonne à mes oreilles

«  Assassin »

Chapitre 3                                                                                                   Chapitre 5

Écrire commentaire

Commentaires : 0