Chapitre 9 Souvenirs à nouveau

Après que Jack l’ait jeté dehors, Liam se retrouva sur le pont du navire, légèrement tremblant. Les sensations inédites qui l’avaient traversé lors de sa brève étreinte avec le pirate le laissaient à la fois perplexe et ému tout comme la réaction de rejet de Jack qui avait immédiatement suivie leur baiser. Le jeune homme se passa brièvement la main dans les cheveux et chercha à rafraîchir ses idées. Larry le regarda alors avec attention.

« Ça va petit ? T’as l’air malade. »

Liam lui lança un petit regard perdu alors que sa voix lui paraissait venir de très loin.

« Je… Non, non tout va bien.

- Bah on dirait pas, t’es tout rouge et t’as pas l’air dans ton assiette. T’es pas fiévreux au moins ? S’inquiéta Larry qui recula d’un pas.

- Je sais pas. Murmura Liam, troublé.

- Tu ferais mieux d’aller dormir. Lui conseilla Larry tout en conservant une distance avec lui.

- Je, oui. »Finit par dire piteusement Liam en s’éloignant, le visage en feu au souvenir du baiser qu’il avait échangé avec Jack.

 

()()

 

De son côté, Jack était également en pleine confusion. A présent seul dans sa cabine, il prit une longue rasade de rhum, l’esprit troublé par ce qui venait de se produire. Ce n’était pas tant que ça le fait d’avoir embrassé un autre homme, il était déjà allé plus loin avec certains marins lorsque, au bout de quelques mois passés en mer, le désir demandait un juste assouvissement. Il y avait même eu une fois, où il s’était tourné vers une chèvre qui….

 

Jack soupira lourdement et s’empressa de chasser ce souvenir gênant. Il inclina de nouveau la bouteille de rhum entre ses lèvres. Rien ne coula. La bouteille était désespérément vide.

« Bugger… Grogna-t-il. Mais pourquoi y’a plus de rhum ? »

Il chancela légèrement et se dirigea vers la porte, bien décidé à aller chercher de quoi étancher sa soif et surtout effacer le goût des lèvres de Liam sur les siennes lorsqu’il s’immobilisa et regarda la porte avec une expression craintive. De l’autre côté il y avait Liam. Liam qu’il venait d’embrasser comme un homme qui n’a pas connu de femmes depuis des mois alors qu’il avait passé la journée avec deux catins extrêmement douées.

 

Jack regarda la porte avec attention, comme si cette dernière pouvait lui dire qui se cachait derrière. Puis, l’envie de rhum fut la plus forte et il entrebâilla la porte, glissant sa tête à travers l’ouverture avec un air circonspect. Un soupir de soulagement lui échappa lorsqu’il ne vit que Larry sur le pont. Avec un sourire forcé, Jack sortit et se dirigea avec nonchalance vers les réserves de rhum.

« Dites Capitaine … L’interpella Larry

- Quoi ? Répondit rapidement Jack, peu désireux de passer plus de temps que nécessaire en dehors de sa cabine.

- C’est le gamin. Il a l’air malade. Vous devriez peut être aller voir … »

Jack grimaça et son cœur s’affola brutalement. Hors de question d’aller voir Liam ce soir, dieu sait ce que le gamin pourrait s’imaginer en le voyant faire irruption dans sa cabine. D’ici à ce qu’il s’imagine qu’il attendait plus. Jack se crispa à cette idée et sentit une désagréable vague de chaleur inonder son bas ventre.

«  Je ne suis pas sa mère. Répondit-il sèchement. Si Liam est malade, qu’il se débrouille. »

 

Sans attendre de réponse de Larry qui le regarda d’un air abasourdi, Jack s’éloigna à grands pas vers la réserve de rhum. Il ramassa une bouteille et s’apprêtait à retourner vers ses quartiers lorsqu’il se ravisa et fit demi-tour pour en prendre une seconde. Il lui faudrait bien ça pour oublier sa soirée catastrophique.

 

()()

 

Quelques minutes plus tard, Jack avait rejoint la sécurité relative de sa cabine, à peine conscient d’en être réduit à se terrer comme un rat dans ses quartiers pour éviter le regard d’un gamin. Avec un sourire dépourvu de joie, il s’empressa de déboucher la première bouteille et laissa le liquide ambré couler dans sa gorge. Il but longtemps, s’efforçant de chasser le souvenir de ce qui s’était produit un peu plus tôt dans sa cabine sans y réussir.

 

Jack ne parvenait pas à s’expliquer la pulsion qui l’avait poussé à embrasser Liam. Il n’avait jamais ressenti un désir aussi violent envers un autre homme avant, si on exceptait son état après des semaines passées en mer mais bon dans ce cas même une chèvre faisait l’affaire. En fait il n’avait jamais ressenti un désir pareil envers qui que ce soit. Enfin presque. Jack soupira et songea que la situation se compliquait sérieusement. Car bien sur la seule personne qu’il avait désirée autant n’était autre qu’Elizabeth Swann. La mère de Liam. Perdu, Jack s’allongea sur son lit et regarda le plafond. Dix ans. Ça faisait dix ans qu’il s’efforçait d’oublier Elizabeth et le désir qu’il avait d’elle et voilà qu’à présent il sentait son corps tendre vers le jeune homme qu’il abritait à son bord et qui était précisément le fils de celle qui avait été à l’origine de tous ses problèmes.. Ou pour le moins de ceux de son compas.

 

Jack soupira à nouveau puis songea à la jeune femme et à leur dernière entrevue. En effet, contrairement à ce qu’il avait laissé croire à Liam, il avait fait une autre visite à Elizabeth.

 

()()

 

C’était il y avait presque dix ans à présent. Après qu’Elizabeth l’ait chassé la première fois, arguant qu’elle ne pouvait pas laisser Will livré à son sort, ce que lui aurait fait avec plaisir, il avait parcouru le monde au hasard des vents, renonçant à utiliser le compas qui toujours pointait vers elle tandis qu’il se soulageait dans les bras de catins et parfois d‘autres hommes. Et puis finalement, l’attente avait pris fin. Les dix ans de service de Will étaient terminés et Jack avait décidé de retourner la voir, sur de la posséder au moins une nuit. Elle le voulait. Il en était certain.

 

Il avait donc accosté sur l’île sur laquelle elle avait élu domicile et avait pris le chemin de la maison dans laquelle il l’avait trouvée la première fois. Parfaitement dissimulé derrière un feuillage, il avait vu un petit garçon prendre gaiement le chemin qui menait au village et avait rongé son frein, attendant que Will en fasse de même. Du moins s’il était revenu. Il voulait parler à Elizabeth. Mais seul à seul, sans la pression de son fils ou de son maudit forgeron.

 

De longues minutes plus tard, la porte s’était ouverte et son cœur avait bondi désagréablement dans sa poitrine alors que la silhouette rieuse d’Elizabeth s’avançait vers le seuil, immédiatement suivie par celle de Will. Réprimant un grincement de dents, Jack les avait vus s’embrasser passionnément, Will glissait ses mains sur les fesses d’Elizabeth d’une manière dont il ne l’aurait pas cru capable. Il fallait croire que les dix ans passés en mer lui avaient parus longs à lui aussi. Finalement au bout d’un temps qui parut une éternité à Jack, Will relâcha son étreinte et s’engagea sur le chemin que son fils avait emprunté un peu plus tôt et laissa Elizabeth seule.

 

Après un dernier regard en direction du chemin qu’avait pris Will, Elizabeth avait soupiré et s’était dirigée vers la falaise à la grande surprise de Jack. Il l’avait suivie discrètement, étonné de la voir scruter l’horizon, un sourire rêveur sur les lèvres.

« Vous attendez quelqu’un trésor ? » Avait-il demandé, sûr de lui, après tout qui pouvait-elle attendre hormis le Capitaine Sparrow ?

Elizabeth avait sursauté violemment, lui jetant un regard qu’il avait trouvé émerveillé avant de se reprendre.

« Vous êtes revenu…

- Comme je vous l’avais promis trésor.

- Vous ne m’aviez rien promis de tel. S’était-elle empressée de préciser, fuyant son regard.

- Alors disons que je me l’étais promis à moi-même. » Avait-il concédé en se rapprochant d’elle.

 

Elizabeth l’avait regardé approcher avec une expression mal à l’aise sur le visage mais il n’y avait pas pris garde.

« Il apparaît que ce cher William est libre Lizzie. Donc vous l’êtes aussi.

- Je ne vois pas ce que vous voulez dire.

- Vous le savez très bien au contraire, Lizzie, vous rêvez d’échapper à cette vie, de reprendre la mer. Avec moi.

- Comment pouvez-vous en être aussi certain !!

- Oh… Un seul mot trésor, la curiosité. Vous voulez toujours savoir ce que ça fait d’être aimée, désirée, caressée par un homme.

- Dois-je vous rappeler que je suis mariée Jack ? Je sais ce que ça fait.

- Broutilles. La tiédeur de Will ne vous convient pas. En fait vous rêvez de savoir ce que ça fait d’être de mes bras. »

Elizabeth s’était mordue brièvement la lèvre et rougi légèrement.

« Une étreinte rapide entre deux escales comme une vulgaire catin ? Est cela que vous me proposez Jack ? » Avait-elle demandé d’un ton hostile.

 

La sentant flancher, Jack s’était approché d’elle, glissant sa main sur l’ourlet de son corsage, fier de sentir sa respiration accélérer à son contact.

«  Qui parle d’une seule étreinte Lizzie ? Qui parle d’escale ? Moi je vous offre l’horizon. Avait-il dit en embrassant le paysage d’un geste grandiloquent. En plus de ma personne. Vous verrez Lizzie, vous aimerez ce que je vous ferai… »

Le souffle comme bloqué, Elizabeth l’avait regardé.

«  Vous voulez que je parte avec vous…

- Entre autres trésor… » Avait-il confirmé avec un sourire sensuel.

 

Elizabeth s’était troublée plus encore, elle ne songeait plus à retirer la main de Jack qui, doucement, remontait de sa nuque vers son visage.

«  Je ne peux pas abandonner Liam. »

Jack avait grimacé, il s’attendait à cette objection.

«  Il n’en était pas question trésor. Venez avec moi. Tous les deux. Ensembles nous irons au conseil, nous réclamerons le Pearl… » Avait-il soufflé.

Ce fut son erreur. A ces mots, Elizabeth s’était dégagée brutalement et avait repoussé sa main.

« Alors c’est ça le but de tout ceci. Avait-elle craché. Récupérer le Pearl ! J’aurais dû m’en douter ! Évidemment, vous savez déjà que Will n’a plus le droit de naviguer et qu’il ne peut le faire sans quoi les années que j’ai passé à l’attendre n’auront servi à rien !!

- Quoi ? Avait glapi Jack.

- Oh ne faites pas l’innocent Jack ! Vous savez très bien que dès l’instant où Will mettra les pieds en mer, Calypso le reprendra.

- Lizzie trésor, je vous jure que je l’ignorais.

- Taisez-vous ! Tout ce que vous dites depuis le début n’est que mensonge !! Vous êtes méprisable et je vous, je vous déteste !!! » Avait-elle fini par crier.

 

Jack avait souri devant son explosion de rage, bien trop virulente pour ne pas masquer autre chose. Lentement il s’était à nouveau approché d’elle, saisissant avec vivacité la main qu’elle levait pour le frapper.

« Vous aimeriez vous en convaincre Lizzie. » Avait-il dit, ses yeux dans les siens.

Elizabeth avait soufflé bruyamment et son visage avait pris une expression remplie de détresse.

« Pourquoi êtes-vous là ? Avait-elle gémit.

- Je vous l’ai dit trésor… Pour vous, pour moi… Pour nous.

- Il n’y a pas de nous, Jack. Avait-elle objecté d’un ton peu assuré.

- Pas encore. » Avait-il corrigé en approchant doucement ses lèvres des siennes.

Il avait attiré son corps à lui et s’apprêtait à lui donner le baiser qui scellerait sa décision mieux tout discours lorsqu’une voix furieuse et la sensation d’une lame dans son dos les avaient brutalement interrompus.

« Lâche la tout de suite Jack. »

 

Rougissante et cette fois une réelle détresse sur le visage Elizabeth s’était écartée rapidement pendant que Jack levait les yeux au ciel.

« Will… Avait-il lâché en se retournant vers lui avec un gracieux sourire.

- Tu ne parais pas très content de me revoir. » Avait ironisé Will en maintenant sa main sur la garde de son épée.

Jack avait souri et porté lui aussi la main à son épée.

« Crois-tu ? » Avait-il ironisé en croisant sa lame avec celle du forgeron.

 

Derrière eux, Elizabeth avait crié.

«  NON !! Will, non !!! »

Jack avait souri d’un air supérieur tandis que Will se décomposait et baissait son arme pour se tourner vers elle.

« Elizabeth….

- Faut te faire une raison mon gars… Elle rêve d’une chose que tu ne peux pas lui donner. » Avait triomphé Jack.

Elizabeth avait baissé les yeux, l’air honteux tandis que Will la regardait avec désespoir.

« Elizabeth… Répond moi, est-ce qu’il dit vrai ? »

Les regards des deux époux s’étaient noués un bref instant, les regrets se lisaient dans celui d’Elizabeth alors que s’engageait un dialogue muet entre eux.

« Je ne te retiendrai pas Elizabeth. Avait murmuré Will d’un ton douloureux. Tu le sais. »

 

Jack s’était avancé vers la jeune femme, sur de sa réponse, mais à sa grande surprise Elizabeth s’était détournée, baissant la tête.

« Non. Jack vous vous trompez…

- Lizzie … Avait-il commencé.

- Elizabeth. Tu, tu as le choix. » Avait bredouillé Will.

Elizabeth s’était tournée vers Will.

«  Le choix. » Avait-elle murmuré d’un ton rempli d’amertume.

Jack n’avait pas eu le temps de s’interroger sur les raisons de leurs paroles que déjà Elizabeth reprenait.

« Partez Jack. Et cette fois ne revenez jamais. Lui avait-elle jeté, son regard se nouant de nouveau à celui de Will.

- Tu, tu es sure ? Avait demandé le jeune homme d’un ton sérieux.

- Oui… » Avait-elle soufflé.

Le cœur désagréablement pincé, Jack l’avait regardée s’approcher de Will, jusqu’à s’arrêter à quelques centimètres de son visage.

« Oui. » Avait-elle répété d’un ton plus affirmé.

 

Will avait souri et avait glissé un bras possessif autour de sa taille tandis qu’elle se tournait vers Jack et baissait rapidement les yeux pour ne pas affronter son regard.

« S’il vous plait … Avait-elle murmuré.

- Tu as compris Jack ? Avait continué Will. Laisse nous tranquille à présent. Nous vivons la vie dont nous avons toujours rêvée.

- Oh dans ce cas, je m’en voudrais de venir perturber un bonheur aussi clinquant. Avait ironisé Jack en soulevant son tricorne à l’adresse de celle qui venait de le rejeter. Madame Turner. »

Sans attendre leur réponse, il avait repris le chemin du port sans se retourner vers celle qui se jouait trop facilement de lui.

 

Il n’était jamais revenu.

 

()()

 

Jack soupira douloureusement devant cet afflux de souvenirs, sa tête cognait aussi fort que son cœur. Rien n’avait plus été pareil après ça. Des années durant il avait évité le coin de terre qu’Elizabeth et Will habitaient et avait laissé pendre inutilement son compas à sa ceinture, sûr de la direction que ce dernier indiquerait. Et puis, alors qu’il lui semblait enfin commencer à oublier, il avait fallu que Liam Turner et son visage si semblable au sien s’introduise dans sa vie, inconsciemment tentateur.

 

Jack se reprit et grimaça. Après tout ce n’était qu’un gamin innocent, il lui suffirait de faire comme s’il ne se passait rien, de détourner son attention vers autre chose et tout se passerait bien. Après tout il n’avait plus qu’un mois de voyage à faire avant d’être à l’île des épaves et de pouvoir dire adieu à l’insupportable fils de Lizzie.

Chapitre 8                                                                                            Chapitre 10

Écrire commentaire

Commentaires : 0