Chapitre 3 Une Reine dont le nom est banni

Lorsque Liam mi poussé, mi traîné mit pour la première fois le pied sur le pont du mythique Black Pearl il n’osa pas regarder autour de lui pour vérifier si la réalité était conforme aux idées qu’il s’était faites à partir des histoires d’Elizabeth. En vérité ses yeux le brûlaient, les larmes menaçaient à mesure qu’il prenait conscience de ce qu’il venait de faire. Il avait tué des innocents, des camarades parfois. Il portait leur sang sur ses mains et il n’était pas sûr des raisons qui l’avaient poussé à agir. Songeur, Liam se rappela des mots de sa mère lui disant sans détour qu’elle avait tué des innocents, répandu du sang, pour servir son idéal et protéger la cause des pirates. Que parfois certains actes injustifiables le devenaient à la lumière des événements. Pourtant, Liam ne parvenait pas à chasser le remord qui grandissait en lui. Sa mère s’était battue pour la liberté, son père pour sa mère, mais lui, Liam, il ne savait pas pourquoi il se battait.

 

Le regard impérieux du capitaine des pirates se posa sur lui et le força à revenir au présent. Fort de l’expérience de sa mère, Liam resta silencieux et s’obligea à ne pas baisser ses yeux que les remords embuaient légèrement.

 

Le capitaine des pirates semblait ne pas avoir d’âge, ses longs cheveux bruns légèrement grisonnants par endroits encadraient son visage qui était surmonté par un chapeau d’une largeur incroyable au sommet duquel trônait une plume qui n’appartenait à aucun volatile connu de Liam. Le jeune homme se sentit brutalement ému en réalisant qu’il y avait une très forte probabilité pour qu’il se trouve en face du fameux capitaine Barbossa.

 

De son côté, le capitaine haussa un sourcil, le visage brusquement perplexe devant ce nouveau venu qui s’était rangé de leur côté sans sourciller et les avait d’ailleurs bien aidé à gagner ce combat. Pourtant le jeune homme ne semblait pas très fort. Sa silhouette mince et son visage imberbe encadré par des cheveux bruns éclaircis par le soleil et le sel contribuaient à le faire ressembler plus à une fille qu’au gars qu’il était en réalité. Barbossa plongea dans les yeux d’une nuance mordorée que l’inconnu gardait insolemment fixés sur lui et grimaça, cherchant vainement où il avait déjà vu ce regard. Sa question restant sans réponse, Barbossa se décida à prendre la parole.

« Ainsi voici celui, qui, à la faveur d’une bonne bataille n’a pas hésité à retourner sa veste et à rejoindre le rang des pirates. Dis-moi petit que t’avait donc fait cet homme qui justifie que tu le tues et que tu deviennes pirate ? »

Liam rougit brutalement en se rappelant la délectation qu’il avait éprouvée lorsqu’il avait enfoncé son épée dans le corps de Barto et sentit une vague de remords le posséder à nouveau. N’avait-il donc agi que par intérêt personnel, pour se venger d’un homme qu’il haïssait et qui le brimait depuis le premier jour ? En face de lui, l’homme s’impatientait.

«  Alors ? J’attends. »

 

Liam ouvrait la bouche pour parler sans trop savoir quoi répondre, lorsqu’un cri aigu retentit sur le pont suivi aussitôt par le bond d’une boule de poils marron sur l’épaule du capitaine.

« Jack … » Murmura Liam d’un ton émerveillé en retrouvant le capucin immortel, qui, aux dires de sa mère avait le don de pousser à bout Jack Sparrow.

Barbossa qui était occupé à prendre une cacahuète dans un bol pour la tendre à son petit animal familier se troubla légèrement en entendant Liam.

« Comment connais-tu son nom petit ? Et se pourrait-il que tu connaisses le mien ? »

Liam avala sa salive et les mises en garde de sa mère lui revinrent brusquement en mémoire.

« Si je ne me trompe pas vous êtes le capitaine Barbossa. Répondit-il en prenant garde à ne pas oublier le capitaine. Vous êtes aussi le Seigneur de la Mer Caspienne. »

Barbossa le dévisagea avec attention avant de le regarder d’un air rusé.

« Fort bien petit. Mais je t’ai demandé ton nom il me semble… »

 

Liam soupira et choisit de faire confiance en Barbossa. Après tout il était l’homme qui avait marié ses parents.

« Liam…. Turner. Lâcha-t-il.

- Quel nom as-tu dit ? S’étonna Barbossa tandis qu’autour de lui, Liam commençait à entendre des murmures se propager.

- Ça alors … Déclara à son voisin un homme à l’œil manquant que Liam supposa être Ragetti. Le petit fils du Bottier, le fils de Will !

- Et surtout son fils à elle. » Murmura un homme de petite taille ce qui entraina des regards à la fois respectueux et craintifs en direction de Liam qui se sentit brutalement mal à l’aise.

 

Faisant mine de ne pas entendre les discussions de ses hommes mais grimaçant à l’idée fort probable que ce petit gars puisse être le fils d’Elizabeth et de Will, Barbossa répéta sa question.

« Alors quel nom ?

- Liam Turner. Répéta ce dernier d’une voix affermie.

- Le nom de ton père sans doute. Insinua sans finesse Barbossa.

- Oui. Mon père est William Turner, capitaine du Hollandais Volant et ma mère est Eliz… Commença Liam avant de s’interrompre en se retrouvant sous la menace du pistolet de Barbossa et des autres. Que, que se passe-t-il ? Bredouilla-t-il brusquement apeuré.

- Personne ne doit prononcer son nom. Il est banni de la Confrérie. Annonça Barbossa.

- Mais, mais pourquoi ? S’étonna Liam.

- Ça fait vingt ans qu’on la cherche ! S’exclama Ragetti. Et vingt ans que le Conseil ne peut se réunir en l’absence de sa Reine et du Seigneur des Mer de Chine !

- Tu comprendras donc notre étonnement en te découvrant parmi nous, jeune Turner. » Souffla Barbossa.

 

Liam brusquement étourdi, les regarda sans comprendre. Ce qu’ils disaient revenait à accuser sa mère de lâcheté, or elle ne l’était pas.

« Mais, si le chant n’a pas retenti…

- Le chant a retenti. Affirma Barbossa d’un ton sans appel. Il y a neuf ans de cela. Vois-tu petit ce que ta mère n’a jamais compris c’est que l’on est Seigneur pirate jusqu’à la mort et encore plus lorsqu’on est Reine. A cause d’elle, à cause de son absence, nous avons perdu la maîtrise de notre destin. A aucun moment le Conseil n’a pu prendre de décision parce que la Reine n’était pas là ! Et qu’en son absence, le Code de Morgan et Bartholomew ne nous permet pas de décider d’une action commune !

- Mais je croyais que le Code n’était tout au plus qu’une sorte de guide. Objecta Liam, malheureux de savoir le nom de sa mère banni par les pirates alors qu’elle leur avait permis de remporter une victoire décisive.

- Va raconter ça à ce vieux fou de Teague.

- Pourquoi ne pas en avoir pris un autre puisque ma mère y a renoncé ? »

Barbossa, agacé, leva les yeux au ciel.

« Parce que seuls les Seigneurs au complet peuvent demander un vote. Et que ta mère étant elle aussi Seigneur, en son absence, nous ne pouvons donc rien faire.

- Ma mère n’est pas du genre à reculer devant ses responsabilités. Lança Liam d’un air bravache.

- Et bien il faut croire que si pourtant. Répondit Barbossa en faisant signe à l’un des hommes. Ragetti, conduit donc monsieur Dauphin dans les cales du Pearl. Se moqua Barbossa. Après tout le fils de la Reine mérite un traitement spécial. En attendant que nous mettions enfin la main sur sa mère. »

 

Liam écarquilla les yeux de surprise en sentant les mains du pirate borgne se refermer sur lui.

« Pourparlers !! » S’écria-t-il alors que les pirates autour de lui ricanaient.

Barbossa s’approcha de lui et lui fit un grand sourire tandis que Liam se redressait, fier d’avoir trouvé les bons mots.

« Monsieur Turner, j’ai une bien triste nouvelle à vous apprendre. Le droit de pourparlers n’existe pas pour les traîtres et leur descendance. A moins bien sûr que votre mère soit morte et qu’elle vous ait désigné comme héritier. » Insinua Barbossa avec une lueur de convoitise au fond des yeux.

 

Ne fais rien de stupide. S’admonesta mentalement Liam qui se laissa entraîner par Ragetti. L’homme était bavard selon sa mère et pas très futé. Il suffirait de le faire parler.

« Où est Pintel ? Demanda-t-il alors que l’autre le poussait sans ménagements dans la cellule et lui arrachait un grognement mécontent

- Il est mort. Commença à pleurnicher Ragetti qui souleva son bandeau sous lequel béait un trou noir là où aurait dû se trouver un œil.

- Oh désolé. » Murmura platement Liam.

 

Le silence s’épaissit et Ragetti allait s’en aller lorsque Liam se décida.

« Ma mère m’a beaucoup parlé de vous, des autres aussi. »

Ragetti renifla bruyamment et regarda le jeune homme.

« C’est vrai ?

- Oui.

- Faut dire qu’elle nous connaissait tous et que Pintel et moi on lui a sauvé la vie quand le Kraken a attaqué. Une bien jolie poupée ta mère. »

 

Ragetti parut se recueillir quelques instants, il écrasa même une petite larme et se pencha vers les barreaux de la cellule.

«  Dis entre nous. Comment elle va Miss Eli… euh la poupée ? »

Liam sentit une bile amère lui remonter le long de la gorge tandis qu’il s’efforçait de répondre d’un ton naturel.

« Elle est heureuse, elle est avec mon père pour toujours.

- Ah oui Will …

- Oui. Répondit platement Liam avant de changer de sujet, le cœur serré et sentant les larmes commencer à lui brûler les yeux. Comment se fait-il que Barbossa commande le Pearl et pas Jack Sparrow ? »

 

Ragetti le regarda d’un air horrifié et lui glissa sur le ton de la confidence.

« Ce nom là non plus faut pas le prononcer. Sinon le capitaine il se met en colère et il tire dans le tas. Ça vient du jour où il s’est rendu compte que le Capitaine Jack il avait volé la carte qui mène à la Fontaine de Jouvence.

- Mais justement il n’a pas essayé de retrouver Jack ? Demanda Liam, le cœur battant à l’idée que le mythique pirate soit mort lui aussi.

- Si. Glissa Ragetti. Mais… »

Il n’eut pas le temps de finir sa phrase qu’un coup de feu déchira l’air et les fit sursauter tous les deux.

« Va sur le pont Ragetti. Avant d’avoir épuisé pour de bon ma patience. »

Sans demander son reste, l’autre fila et Barbossa se tourna vers Liam, à qui il lança un regard dénué d’aménité.

« Dis-moi Turner, qu’est-ce que tu es venu faire ici au juste ? C’est ta mère qui t ‘envoie ? »

Liam secoua vigoureusement la tête.

« Non, non elle ne sait même pas que je suis ici. Parlez-moi d’elle… Supplia-t-il presque.

- D’accord, si en échange tu me dis où la trouver. Ricana Barbossa. Oh pas pour lui faire du mal évidemment, juste disons, pour récupérer quelques petites choses. » Expliqua-t-il d’un ton froid.

Liam le regarda longuement et pesa le pour et le contre.

« Et si je refuse ? »

Barbossa s’approcha, il glissa sa main à travers les barreaux et lui enserra le menton.

« Tu ne saurais rien sur ta mère et tu finirais par nous y emmener tout de même. Mort ou vif. Mais je suis sûr que ce n’est qu’une désagréable hypothèse n’est-ce pas ? »

Liam déglutit en comprenant la menace à peine voilée et hocha la tête.

« Racontez moi et je vous emmènerai.

- Bon petit. »Ricana Barbossa avant de s’éloigner tandis que Liam se laissait retomber sur la paille de son cachot, désemparé.

Lui avait tellement rêvé de cette rencontre se retrouvait dès le premier jour de son arrivée dans la cale du Pearl avec des perspectives d’avenir plus que réduites…

 

()()

 

Quelques heures plus tard, Ragetti refit son apparition, portant un lourd habit de brocart qui fit grimacer Liam.

«  Le Capitaine a dit que tu mettes ça et que tu viennes dîner avec lui. »

Liam regarda la tenue plus richement décorée que tout ce qu’il avait déjà porté et grimaça.

« Il faut vraiment que je mette ça ?

- Le capitaine avait prévu que tu demanderais ça. Alors il a dit de te répondre que sans ça il refuserait de te parler. »

 

Avec un soupir résigné, Liam se déshabilla rapidement et passa l’habit ridicule que lui avait fait envoyer Barbossa. Gêné, il suivit Ragetti sur le pont et rencontra les regards moqueurs des hommes d’équipage. Finalement, il pénétra dans la cabine du Pearl et son œil découvrit enfin ce que sa mère ne lui avait jamais décrit : la cabine du Capitaine.

 

Barbossa se leva à son entrée et sourit moqueusement en le voyant habillé de brocart rouge de pied en cap.

« Magnifique. » Se moqua-t-il en fixant les cheveux blonds du jeune homme et son regard si semblable à celui de sa mère.

Liam lui lança un regard hostile et s’assit sans gêne, salivant d’envie devant les viandes rôties qui encombraient la table.

« Tu peux commencer à manger. Déclara Barbossa en lui servant une rasade de vin que Liam avala d’un trait.

- Et ma mère ? Vous aviez promis de me parler d’elle et de mon père.

- Ne soit donc pas donc pas si pressé. Répondit nonchalamment Barbossa. Tu veux une pomme ? » Proposa-t-il d’un ton engageant en lui avançant un fruit.

Liam le regarda avec méfiance et Barbossa leva les yeux au ciel d’un air agacé.

« Elle n’est pas empoisonnée. » Déclara-t-il.

 

Liam sourit et mordit joyeusement dans le fruit, ce qui attira un sourire sur les lèvres du vieux pirate.

« Alors que veux-tu savoir ?

- Comment étaient mes parents ? Je veux dire à l’époque. Se corrigea automatiquement Liam.

- Et bien. Ta mère était plutôt tête brûlée, plus que ton père d’ailleurs. En fait une seule chose intéressait Will, sauver ta mère. Répondit Barbossa avec un air dégoûté. Mais ça tu dois le savoir. Je veux dire ton père tu dois bien le voir de temps à autres. Tous les dix ans pour être précis. C’est pour lui que tu es sur les mers ? »

Liam le regarda avec étonnement et réalisa que Barbossa ignorait que la malédiction avait été levée.

«  Non… Enfin mon père n’est plus Capitaine du Hollandais Volant, il a été libéré au terme des dix premières années. »

Le visage de Barbossa se contracta un instant sous l’effet de la surprise.

« Oh … Ta mère a donc réussi à lever la malédiction. Et bien je n’en étais pas sur…

- Pourquoi cela ?

- Pour rien d’important. Répondit Barbossa d’un air songeur. Et donc ton père est revenu. C’était donc deux personnes qu’il nous fallait trouver, enfin trois en te comptant. A moins que, tu as des frères et sœurs peut être ?

- Non. Ma mère m’a dit que vous les aviez mariés.

- En effet lors d’une grande bataille. Celle où ton père est mort. Comme si c’était le moment de se marier. Ne put s’empêcher d’ajouter Barbossa avec un air dégoûté.

- C’est sur le pont de ce navire n’est-ce pas ? Demanda Liam, avide de détails.

- Oui. Une belle cérémonie avec des tripes, des entrailles et tout le reste. Abrégea Barbossa. Maintenant dis-moi: où est ta mère ? »

 

Liam réfléchit quelques instants et reprit un verre de vin, s’efforçant de se concentrer sur ce que sa mère lui avait raconté sur Barbossa.

« Pourquoi tenez-vous tellement à la retrouver ?

- Il me semble te l’avoir dit non ? Pour réunir le conseil et prendre les décisions qui auraient dû être prises depuis bien longtemps si ta mère ne s’était pas soustraite en lâche à ses devoirs.

- Ma mère n’était pas lâche !!! Explosa Liam en renversant la table et en cherchant une arme.

- N’était ? » Interrogea Barbossa d’un air rusé.

 

Il tira son épée et la posa sur la gorge de Liam avant que ce dernier n’ait eu le temps de trouver ce qu’il cherchait.

« C’est-ce que j’ai dit …Répondit Liam en frissonnant.

- Si ta mère t’a parlé de moi et si tu es bien celui que tu prétends, tu dois savoir qu’il est dangereux de tenter de me doubler Turner. Alors où est ta mère ? »

Liam réfléchit à toute vitesse. Barbossa attendait visiblement quelque chose de plus de sa mère, quelque chose de si important qu’il n’osait pas le tuer. Pas encore du moins.

« A terre. Malade. Improvisa-t-il.

- Alors pourquoi n’es-tu pas avec elle ? Et ton père où est-il ?

- Avec elle.

- Bien sur. Oui, le Capitaine du Hollandais Volant est libéré de sa charge mais ne peut plus prendre la mer. Murmura Hector à la grande surprise de Liam qui entendait parler pour la première fois de cette partie de la malédiction. Alors que cherches-tu ? Et surtout pourquoi nous cherches tu ?

- Je cherche la Fontaine de Jouvence. Improvisa à nouveau Liam. Pour guérir ma mère. Elle m’a dit que vous aviez la carte qui menait à elle. »

 

Barbossa sourit férocement et sa colère éclata soudain.

« Oui je l’avais ! Jusqu’à ce que ce rat, ce bon à rien, cet imbécile de Sparrow ne me la vole !

- Jack a volé la carte ? S’étonna Liam. Mais où est-il ?

- Qu’est-ce que je sais ? La dernière fois qu’on l’a vu, on l’a laissé à Tortuga avant de reprendre la mer, je n’ai découvert son vol que bien plus tard. » S’énerva Barbossa.

 

Liam dissimula un sourire tandis qu’il comprenait que le pirate avait encore volé le Pearl à Jack, pensant sans doute doubler ce dernier, sauf que comme sa mère le lui avait si souvent dit, Jack Sparrow avait toujours un coup d’avance.

« Conduis-moi à ta mère. Susurra Barbossa, avec dans le regard une lueur de convoitise qui fit froid dans le dos de Liam.

- Je, elle est sur une île avec mon père. Commença Liam pour gagner du temps.

- Où ? Demanda Barbossa en appuyant sa lame sur le cou du jeune homme ce qui rappela à ce dernier la situation dans laquelle il s’était mis.

- On doit d’abord trouver Jack. Gargouilla-t-il.

- Laisse-moi réfléchir… Ironisa Barbossa. Ma réponse est non !! Ta mère doit transmettre son titre de Seigneur avant de mourir et je compte bien être celui à qui elle le remettra. Ainsi la Confrérie pourra enfin se réunir et élire un nouveau Roi en mesure de négocier avec Calypso et la Compagnie. Une fois que j’aurais ce que je veux, tu seras libre de partir à la recherche de Sparrow et de la Fontaine pour guérir ta mère. »

 

Liam blêmit et réalisa peu à peu qu’il s’était jeté dans la gueule du loup. Barbossa ne lèverait pas le petit doigt pour l’aider, encore moins s’il savait que sa mère était morte, le faisant Seigneur selon toute vraisemblance.

«  Alors jeune Dauphin. Se moqua Barbossa. Où est ta mère ?

- Je vais vous le dire. Murmura Liam qui lui indiqua les coordonnées de l’île sur laquelle il avait toujours vécu.

- Un repaire de la Compagnie. Ta mère aurait-elle pactisé avec eux ?

- Non !! Non bien sûr que non ! S’insurgea Liam qui connaissait les sentiments d’Elizabeth envers les soldats.

- Tu n’essaierais pas de m’induire en erreur n’est-ce pas ?

- Non… Bredouilla Liam en lui renvoyant le regard le plus franc qu’il pouvait.

- Je l’espère pour toi. Gronda Barbossa. Ragetti !! »

 

Le marin répondit si rapidement à l’appel de Barbossa que Liam songea qu’il avait dû se trouver derrière la porte tout le long de l’entretien.

« Oui Capitaine.

- Ramène Monsieur Turner dans sa cellule.

- Quoi ? S’insurgea Liam. Mais vous n’avez pas le droit !

- J’ai tous les droits, petit. Je suis Capitaine et Seigneur de la piraterie de surcroît. De plus je tiens à m’assurer d’avoir de quoi négocier avec ta mère lorsque nous l’aurons enfin trouvée. Je suis sûr qu’elle sera prête à échanger n’importe quoi contre la vie de son rejeton. Ricana Barbossa qui mordit dans une pomme, laissant le jus dégouliner le long de son menton. Bienvenue à bord du Black Pearl Monsieur Turner ! »

 

Renonçant à lutter, Liam se laissa enfermer à nouveau et songea que, décidemment, son voyage était de plus en plus mal parti.

Chapitre 2                                                                                              Chapitre 4

Écrire commentaire

Commentaires : 0