Chapitre 18 : Rey


Destroyer Steadfast,

 

Il est venu me voir, triomphant, et ma haine à son égard redouble… De tous ceux qui m’ont trahie, il est le pire. Je suis venue à lui, perdue, désorientée et il a utilisé mes confidences.

 

Quand je pense que j’ai cru à sa sincérité, que j’ai imaginé qu’il était honnête avec moi…

 

J’ai honte en me souvenant de mon attirance pour lui. Je le désirai, je le voulais tellement. Mes joues me brûlent à l’évocation de ses caresses. Pour lui, j’étais prête à tout oublier, j'étais sur le point de renier mon engagement dans la Résistance et les préceptes des Jedis… Je voulais tellement y croire, tellement être dans ses bras. Etre celle qui l’arracherait au Côté Obscur. Quelle idiote !

 

Depuis le début, son empathie, sa bienveillance à mon égard, n’étaient qu’un leurre, une comédie pour mieux me piéger.

 

L’évocation de ses baisers et de notre étreinte sur Ahch-To me laisse désormais un gout amer… Quand je pense que je l’ai laissé me toucher… J’étais prête à m’offrir à lui sans la moindre retenue. A présent, cette idée me rend malade. Jusqu’où aurait-il été prêt à pousser la comédie si ses soldats n’étaient pas intervenus ?

 

Jamais personne ne m’a autant déçue. Il a violé mes pensées, bafoué mes sentiments et ma confiance. A côté de sa trahison, celle de Luke et Leia me parait dérisoire. Au moins, eux étaient persuadés de bien faire… Kylo ne sert que ses intérêts. Il est mauvais et je vais le détruire.

 

Exegol,

 

Les fers à mes poignets me brûlent mais je ne rêve que de le voir mort. La porte de ma prison s’ouvre. Il est là, entouré de ses sous-fifres.

 

« Nous sommes arrivés, il est temps de te présenter à ton grand-père. Tu devrais être heureuse de rencontrer enfin quelqu’un de ta famille,» ironise-t-il.

 

Vraiment ? Il s’imagine que je considère ce Sith comme un membre de ma famille ? Je secoue mes entraves et je le toise avec mépris.

 

« Si tu penses que je vais me laisser livrer comme une simple marchandise, tu te trompes, Leader Ren. La Force m’aidera à me libérer et, quand ce sera fait, je te trouverai… Et je peux te jurer que, ce jour-là, aucun de tes Chevaliers ne pourra te protéger. »

 

Sa joue tressaute brièvement sous l’effet d’un tic nerveux. Il a peur. Tant mieux. Il a raison.

 

« Je croyais que nous avions déjà tranché cette question sur Ahch-To. Tu as perdu, Rey, » me lance-t-il d’un ton moqueur.

 

Je sens mes joues s’empourprer de colère à la mention d’Ahch-To, comment ose-t-il y faire allusion devant ses hommes ? Deux Chevaliers pourpres échangent un regard et ma rage redouble. Il s’est servi de moi et m’a humiliée. Je lui ferai payer.

 

Nous progressons au cœur de la planète. Je hais ce qui nous entoure… Le sol est si aride que rien ne pousse mais, inexplicablement, l’atmosphère jette un voile glacial sur mes épaules. Nous pénétrons dans un bunker sombre et froid. Contrairement à la surface, l’air est saturé d’une humidité moite. L’odeur est rance et nauséabonde. Comment quelqu’un peut-il vivre ici ?

 

Nous entrons dans une salle immense et remplie de ténèbres que seuls quelques néons viennent briser. L’air me semble encore plus vicié et je ressens un profond malaise qui s’accentue lorsqu’un vieillard bardé de tuyaux se tourne vers moi. Il me toise et m'examine longuement. Son regard froid et calculateur me rend malade. Une fois qu'il a terminé de me jauger ,il s’adresse à Kylo.

 

« Je te remercie jeune héritier Skywalker… En me la ramenant, tu as rempli ta part du marché. Malheureusement, à présent que j’ai retrouvé ma petite fille, je ne suis pas sûr de pouvoir t’offrir ce que je t’avais promis. »

 

Kylo se décompose un bref instant avant de reprendre son indifférence coutumière.

 

« Que voulez-vous dire ? »

 

Palpatine ricane.

 

« Qu’un Sith ne peut avoir qu’un seul apprenti ainsi ce fut de tout temps et ainsi ce sera. Vous possédez tous les deux assez de Force pour me permettre de me régénérer et de reprendre mon Empire. Je vous laisse une chance égale : le gagnant de votre affrontement deviendra mon apprenti et n’aura rien à redouter… quant à l’autre… »

 

Du coin de l’œil, je vois la mine de Ren s’allonger. Il a raison d’avoir peur… Je ne lui laisserai aucune chance. Il m’a trop blessée pour mériter ma clémence.

 

Palpatine émet un chuintement et, d’un geste, il me libère des entraves de Force qui bloquaient mes mouvements.

 

Je ne réfléchis pas. Ma main se tend vers le Chevalier le plus proche et j’utilise la Force pour m’emparer de son sabre laser. Puis, je me tourne vers Kylo Ren, tout en faisant jaillir la lame rouge de ma nouvelle arme.

 

Il est temps d’en finir.

 


Chapitre 17                                                                                                            Chapitre 19


Écrire commentaire

Commentaires: 0